La femme à deux faces.

Dans la série des Exercices de style, je vous propose le scenario suivant.

Dans la rue, une jeune femme en mini-jupe se penche pour ramasser son petit chien. Les clients à la terrasse du bar d’en face d’elles plongent dans son décolleté, tandis que les client à la terrasse du bar de derrière elle admirent ses fesses et ses jambes.

Idée : Celui qui raconte est un jeune, un vieux, le patron, un clochard, le petit-copain, etc.

A vos plumes !
Ecrit le  Mar 24 Août 2004, 15:22  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Les miroirs du paradis

La petite rue Saint Pierre est une vielle rue au charme authentique, le béton n’ayant pas prise sur ses vieilles pierres de taille et ses pavés arrondis. Quelques petits bistrots bordent cette rue, et c’est « Au paradis », ca ne s’invente pas, que je décidais de prendre un verre en terrasse. Un Perrier zeste.

Alors que je sirotais ma consommation, une jeune femme pulpeuse, du moins habillée de telle façon à mettre en valeur des formes très bien faites, passa avec son petit chien. Celui-ci jugea bon de s’arrêter devant la terrasse pour renifler quelques odeur, sans doute laissée par un congénère. La jolie jeune femme revint alors sur ses pas avec ce chaloupement de hanche à vous soulever le cœur, et se pencha pour attraper son sacripan de petit chien. Mon regard plongea directement dans son décolleté, s’installa dans sa rondeur soyeuse et s’y vautra tant qu’il pu. Jamais, de mémoire d’homme je ne vis plus belle chose de ma vie. Hypnotisé, aveuglé, attiré, aimanté, mon regard ne put se détacher de cette vision divine. Lorsqu’elle se redressa, je n’eu pas la présence d’esprit de reprendre mes sens et de décrocher mes yeux de leur cible suffisament tôt. Je vis juste une main qui rajusta nerveusement le haut du debardeur magique. Je montais alors mes yeux et rencontrai son regard courroucé qui me dardait de toute la rancœur impuissante dont cette jeune femme devait se sentir capable.

Confus, je grimacai et souris pour me faire pardonner.

C’est alors que je vis le visage de tout les types de la terrasse d’en face « L’enfer », ça aussi ça ne s’invente pas non plus. Ils étaient tous rivés sur le bas du corps de la demoiselle qui leur tournait le dos. Leurs visages hébétés était fixés sur elle avec une fascination qui faisait penser à un envoûtement collectif. Le demoiselle dut comprendre à mon regard qu’il se passait quelque chose dans son dos, et se retourna pour en avoir aussitôt confirmation. Durant quelques poignées de secondes je pus admirer les courbes parfaites et acceuillantes qui avaient provoqués l’émoi des consommateurs de "L’enfer", et compatir avec eux.

Les anges, ce sont peut être ces êtres merveilleux, qui naviguent à la lisière de l’enfer et du paradis.
Ecrit le  Jeu 26 Août 2004, 09:35  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Pile et face.

Ballade dominicale dans le Vieux Nice en vrai "tableau de famille": Maud, son inséparable yorkshire "Kira" et moi. Il fait très chaud, ma douce est courtement vêtue, dévoilant suggestivement son corps attirant. Nous déambulons paresseusement dans les rues bordées de terrasses très peuplées.

Soudain Maud se fige. Devant nous, un homme s’avance avec à ses côtés un majestueux Saint-Bernard! Promptement, elle se penche pour s’emparer de Kira tandis que je continue à observer rêveusement les alentours, et, je me rends compte que de part et d’autre de la rue, tous les regards, surtout masculins, j’en conviens, sont braqués sur nous! Sur "nous"??...Et bien non, sur Maud! Les hommes à notre droite sont béats devant la rondeur de son décolleté qu’elle a négligemment affiché, ils semblent tous hypnotisés. Les gars à notre gauche, eux, sont sous l’emprise de ses longues jambes fuselées, musclées que ne cache presque plus du tout sa jupe, déjà minuscule et rendue quasiment inexistante par son geste! Si je m’attendais à voir ma chérie ainsi convoitée... Je souris et c’est avec un geste de propriétaire que j’enlace Maud à peine redressée.

Tandis que nous nous éloignons main dans le main, je ne peux m’empêcher de penser qu’eux ne peuvent que l’admirer tandis que j’ai la chance de la toucher, de l’embrasser...et je soupire d’aise et de fierté!
Ecrit le  Jeu 26 Août 2004, 12:34  par 
syolann
, 0 commentaire

Promenade.

Quel délice de l’accompagner dans ses balades estivales chaque matin. Un vrai régal. Elle ne marche pas, elle vole. Son corps si menu, ses mains si fines, ses lèvres fraîches et tendres sont la representation même de la perfection.
Aujourd’hui, elle a envie de parcourir les rues pavées de l’ancienne ville. Elle s’est vêtue d’une petite robe légère qui lui fait une seconde peau quand le vent frippon la colle contre son corps. Par une de ses courbes, pas un seul de ses muscles ne peut échapper au regard. En cette fin de matinée, une bise légère nous accompagne. De temps à autre, elle se glisse entre ses cuisses, remonte doucement et soulève un pan de sa robe, décachant ses jambes café au lait. A d’autres instants, c’est à son décolleté qu’elle s’attaque, écartant le tissu qui repose sur ses petits seins en pomme.
J’aimerais tant qu’elle me serre dans ses bras, qu’elle me tienne au chaud contre ses seins ronds et moelleux, qu’elle me laisse humer son parfum, gouter son cou... parfois elle se laisse faire. Quand ma langue passe sous son menton, ça la fait sourire, je la chatouille me dit-elle.

Allez, j’utilise les grands moyens! Je me fige, je ne veux plus avancer, pas tant que je n’aurais pas senti la chaleur de ses mains sur moi!
Elle se baisse, passe ses doigts entre mes oreilles, me sourit, elle a compris.
"Petit polisson, tu ne veux plus te promener? Je vais devoir te porter jusqu’à la maison? Aurais-tu envie de te faire cajoler ?"
Elle comprend toujours ce que je veux, elle a du être chien dans une autre vie.

Ils ont tous la langue aussi longue que la mienne... il faut dire que penchée sur moi pour me caresser, le spectacle de la naissance de ses seins n’étaient pas qu’un plaisir pour moi! Aucun passant n’avait manqué ce délice, ni les clients du bistrot face à nous d’ailleurs. Aucun des clients du bar derrière non plus. Tous avaient vu le temps s’arreter quelques secondes, contemplant ce morceau d’eden qui se déployait devant eux.
Elle me prit à bout de bras, me serra contre sa poitrine parfumée à la rose, j’y passai ma langue légèrement, elle rigola. Elle était heureuse, j’étais au paradis, ils étaient sans voix.
Ecrit le  Jeu 26 Août 2004, 20:49  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire
Commencer un nouveau sujet Répondre au sujet

Montrer les textes depuis:   

Exercices de style

Exercices de style Dans "Exercices de style", Raymond Queneau décide d’écrire la même histoire de 99 façons différentes : rêve, noms propres, botanique, injurieux, télégraphique, litotes... L’histoire est fort simple, pour ainsi dire banale.

Partagez, si vous aimez

Livres recommandables

Nouvelles histoires à faire rougir
Marie GRAY
Pocket
Beautiful Bastard (1)
Christina LAUREN
Pocket
Tes désirs sont des ordres
Eric Mouzat
J'ai lu
Sex in the kitchen
Delvaux Octavie
La Musardine
Onze nouvelles à lire seule, les soirs de match de foot...
Emmanuelle POINGER
Pocket
Récits coquins des plaisirs défendus
Elisabeth Vanasse
J'ai lu
Exercices de style
Raymond Queneau
Gallimard
Ma reddition : Une confession érotique
Bentley Toni
La Musardine
Lettres d'amour
JEROME JUBIN
Go in Book publishing
Histoires pornographiques
Abe Valentine
La Musardine


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

Derniers textes

La citation d'amour

L'amour est comme la rougeole, plus on l'attrape tard, plus le mal est sérieux.

D.W. Jerrold.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 24 Nov 2017, 08:18
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 11 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite