Le bus

Dans la série des Exercices de style je vous propose le scénario suivant.

Dans un bus, un homme et une femme sont assis l’un en face de l’autre, ils ne se connaissent pas. De coups d’oeil dérobés en sourire de connivence, la complicité s’installe. Le bus s’arrête, et l’homme se lève pour en descendre...

Idée : Vous pouvez écrire cette histoire, mais aussi sa suite.


A vos plumes !
Ecrit le  Jeu 26 Août 2004, 13:41  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Mon plus gros rateau

Tous les matins le même bus me ramène à mon travail. Ce matin j’étais assise en face d’un très joli garçon : brun avec des yeux bleus magnifiques. Je le surprends en train de m’observer. Je lui souris, il baisse les yeux timidement. Il me plaisait beaucoup mais hors de question pour moi de faire le premier pas. J’essaie de l’encourager par des regards bienveillants, je lui fais du pied pour avoir l’occasion de m’excuser, mais rien, il ne saisit aucune de mes perches. Au moment où le bus s’arrête et annonce son « terminus », je me décide à me jeter a l’eau. Je récupère mon sac a main, ma veste, descends pour le rattraper et là, je vois mon prince charmant emballer un autre mec qui avait l’air tout aussi charmant que lui.

Muse
Ecrit le  Jeu 26 Août 2004, 17:11  par 
Muse
, 0 commentaire

Oeillades.

Carol est installée dans le bus qui la conduit chez une amie. En face d’elle, un homme lit son journal. Intriguée par un gros titre à la une, Carol s’incline spontanément vers l’avant, l’inconnu la remarque alors. Carole se sent un peu honteuse de son comportement et lui esquisse un sourire d’excuse...auquel il répond timidement. Carol l’observe à la dérobée, elle le trouve plutôt agréable à regarder, elle ne semble pas avoir conscience que, de ce fait, ses yeux s’attardent un peu trop longtemps sur lui! Il s’en aperçoit et sourit à Carol beaucoup plus franchement cette fois! Sachant que son manège est découvert, elle affiche une petite moue charmante saluée instantanément par un rire contenu qui s’échappe de derrière le journal. C’est ouvertement maintenant qu’ils s’amusent, laissant de temps en temps un clin d’oeil discret souligner leur complicité naissante.

Mais le bus s’arrête et voyant son voisin se lever, Carol sait que le charme va se rompre. Elle n’a besoin que d’une seule seconde pour s’élancer à sa suite.

Ils sont à nouveau face à face mais sur le trottoir cette fois, immobiles comme verrouillés par leurs regards. Il rompt enfin le silence pour proposer "On va prendre un café?". Carol accepte et le suit sans plus ajouter un mot jusqu’au bar le plus proche. Ils s’installent, commandent et savent qu’ils ont des choses à se dire. Alors, il se lance et tente un "Dis-moi pourquoi tu m’as suivi" un peu hésitant. Et c’est avec son sourire le plus coquin que Carol répond "Je n’avais pas terminé de lire l’article dans ton journal"...

Syolann
Ecrit le  Ven 27 Août 2004, 11:14  par 
syolann
, 0 commentaire

Ô bus ! ô désespoir ! ô terminus ennemi !

Ô bus ! ô désespoir ! ô terminus ennemi !
N’ai-je donc tant rêvé que pour cet instant maudit?
Et ne me suis-je préparée avec soin en la salle de bain
Que pour voir en un instant partir celui que je désire ?
Mon visage, qu’avec respect tout les hommes admirent,
Mon corps, qui tant de fois a provoqué leurs soupirs,
Tant de fois affolé le leur des émois les plus intenses .
Mon corps pantelant n’est il plus animé par le désir de mon coeur ?
Ô cruel souvenir de mes fantasmes insensés!
Rêverie de tant de jours en une seconde effacée !
Première déconvenue, fatale à mon bonheur !
Alors que je l’avais a portée de main tout à l’heure !
Fallait-il ne pas rester digne et révéler mon désir
Et éviter ainsi, sans moi du bus de le voir sortir?
Beau voyageur, promet moi de revenir demain même heure,
De t’asseoir en face de moi, à l’arrêt des cardeurs;
Que mon stupide jaloux orgueil, par cette chance divine,
Malgré la peur de moi et l’envie de toi, se taise,
Et vous poitrine fatale, et jambes de vestales,
Mais d’un cœur transit d’angoisse inutiles ornements,
Beautés, toujours convoitées, et qui, dans cet instant
M’ont servi de rempart, et non pas de filet gourmand,
Allez, quittez ce terminus désormais esseulé,
Passez, pour vous consolez chez quelque fameux pâtissier.
Ecrit le  Ven 27 Août 2004, 11:53  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Dans la tête

Tiens, elle est mignonne ma voisine !
Je me la ferai bien, non mais mate moi ce décolleté !
Oups, elle m’a grillé ! Elle se marre, ben j’ai l’air fin tiens.
Souris mon gars, souris, t’auras l’air moins bête.
Voila.
Bon voyons ce que dit le journal.
Alors.
Alors.
Oh, ses jambes !
Vraiment, oh. Terrible
Bon, moi faut que j’arrêtes sinon je vais me prendre une baffe
Oh ! Elle se marre !
Je suis vraiment grillé, j’ai l’air d’un crétin.
Bon, souris, souris.
Voila.
Ouf, v’la l’arrêt, allez on se tire et on se la ramène pas.
Ben qu’est ce qu’elle a à me regarder comme ca ?
Ben, ben, ben elle se lève !
Mais, mais, mais elle me suit !
Oh là là !
Oh là là !
Elle est gonflée !
Me mettre la main au panier, là en pleine allée. Quand même !
Ecrit le  Jeu 02 Sep 2004, 16:39  par 
PetitPrince
, 0 commentaire
Commencer un nouveau sujet Répondre au sujet

Montrer les textes depuis:   

Exercices de style

Exercices de style Dans "Exercices de style", Raymond Queneau décide d’écrire la même histoire de 99 façons différentes : rêve, noms propres, botanique, injurieux, télégraphique, litotes... L’histoire est fort simple, pour ainsi dire banale.

Partagez, si vous aimez

Livres recommandables

Ma reddition : Une confession érotique
Bentley Toni
La Musardine
Onze nouvelles à lire seule, les soirs de match de foot...
Emmanuelle POINGER
Pocket
Histoires pornographiques
Abe Valentine
La Musardine
Exercices de style
Raymond Queneau
Gallimard
Homo erectus
Tonino Benacquista
Gallimard
Nouvelles histoires à faire rougir
Marie GRAY
Pocket
Libérer son écriture et enrichir son style
Pascal Perrat
Editions Victoires
Tes désirs sont des ordres
Eric Mouzat
J'ai lu
Récits coquins des plaisirs défendus
Elisabeth Vanasse
J'ai lu
Dictionnaire des idées suggérées par les mots : trouver le mot juste
Paul Rouaix
Le Livre de Poche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

Derniers textes

La citation d'amour

L'amour est comme la rougeole, plus on l'attrape tard, plus le mal est sérieux.

D.W. Jerrold.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 24 Nov 2017, 08:18
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 8 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite