Badinage

Le Ven 28 Nov 2008, 04:19  sur Citations, 0 commentaire
On ne mutine pas avec l’Amour...

A mon Etoile...

Relevez-vous...

Le Lun 01 Août 2005, 23:31  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Le vide, le néant, que faut-il pour vous faire entendre réellement...
Le si lourd silence de maintenant...
Pourtant, ces petits cris de joie étouffés,
Tous vos rires d’avant, ensemble, démesurés...
Tout ceci paraît tellement anormal,
Votre Amour d’hier, sur son piedestal,
Et votre amertume d’aujourd’hui, comme c’est paradoxal... !
Si proches et si loin... c’était fatal....
Mais regardez-vous dans vos crises d’insuffisance....?!!
Qui êtes-vous pour devoir supporter autant de souffrance ?
Relevez-vous, vous êtes tombés si bas,
Redressez-vous, regardez ici, ou là....
Bougez, n’ayez de cesse de respirer...
L’Autre n’a pas compris, pas intensément aimé ?
Soit ! Libre arbitre, il aura décidé calmement,
De vous mettre à nu, de vous dépecer vivant....
Et là, que faîtes vous...?
Vous êtes à genoux....
Vous lui donnez l’opportunité :
Le dernier coup, il va vous assèner....
Pour tout ce que vous avez souffert,
Pour toutes ces choses que vous avez voulu taire....
Seriez-vous prêt à payer cette dette trop chère ?
Laisseriez-le vous battre alors que vous êtes à terre ????
Il faut vous faire violence,
Et du sort, en reprendre la chance....
Soyez votre propre Chaman...
Adoptez votre douleur,
Posez-la sur votre coeur...
Calfeutrez, protégez, mais en douceur,
Laissez le temps au temps,
Il n’y a rien qui dure toujours, faites le serment...
Vous sentirez à un autre moment, une autre heure,
Il vous faut vivre, vous devez continuer.
Grâce à cela, Vous sortirez puissamment grandi, armé
Et prêt à gravir, découvrir et partager d’autres sentiers....

Cette si petite voix...

Le Dim 10 Juil 2005, 02:44  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Anonymes, nos chemins se sont croisés,
A nos rimes les mots se sont entrecroisés,
Jour après jour en ta virtuelle compagnie,
Encore et toujours dans ta bulle enseveli...
Bulle de champagne quelquefois,
Sorte de mousson où l’échange est roi....
Bulle de savon pailletée pétillante,
Nos éclats de voix ’nettuelles’ sont récentes....
Bulle de chewing-gum acidité sucrée,
Savourons ensemble ce long filament bleuté.
Bulle de niveau nouvellement dénivelé,
Rions aux éclats de vie, d’air et de santé...
Bulle de bandes sciemment dessinées,
Refusons catégoriquement net,
Nos prises de bulles, prises de tête...
Inventons dés aujourd’hui, un bulletin timoré,
Et signons de nos prénoms bidibullés....
Tous deux, la gorge nouée, les yeux embrumés,
Nous savons que ces bulles de larmes versées,
Ne tintinnabulent pas avec notre futur passé....

Emmanuel voici donc pour toi,
Dans ma tête, une bulle, une petite voix
Et elle dit : "pirouettons, l’air fouettons, amusons,
Profitons, glissons telles des bulles de savon...."

A notre mort....

Le Jeu 07 Juil 2005, 07:59  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Il y a toi, dans ma vie,
Nous dans mon lit,
Il y a ceux sans âme,
Et puis ces alarmes….

Voilà, tu as débarqué,
Un jour ensoleillé,
Dans ma tête, des étoiles par milliers
Et mon cœur au vent, ne cesse de répéter,
Mais comment t’ai-je rencontré ?
Depuis le temps où nous nous retrouvions,
Ces instants où nous nous manquions,
Cette attente, ce désir, cette envie
De tout ceci Il a mûri….

Meilleur Ami, je te le dis,
À la mort, à la vie,
Nous sommes liés à la mort, pour la vie,
Indissociables
Autour de nous la toile….
Le peintre joue de sa spatule
Sans craindre le ridicule,
Il fait de grands gestes passionnés
Ajoute de la couleur à nos soirées.
Ici, des pointillés…
Il hésite, attend un moment
Ajoute une teinte mordorée,
Puis, inlassablement,
Repeint, à sa nouvelle manière, le tableau,
Repose, ici ou là, du sublime, c’est tellement beau.

Tu as appris à m’apprivoiser avec mon triste passé :
Toujours plus loin, toujours plus fort,
Pourtant, d’une carapace d’airain je m’étais parée
Forgée jusqu’à mes dernières forces, encore.

A ma mort, à ma vie,
La faille trouvée, tu l’as élargie,
Et délicatement, tu me fais comprendre
Par ton respect je dois l’entendre :
Ne plus jamais tenter d‘oublier
L’existence du verbe aimer.

Quelque chose de nouveau nous dépasse,
Et nos instants complices effacent
Toutes les inquiétudes rencontrées,
Aux différents croisements de ma vie, postées….

A la mort, à ta vie,
Je bois des larmes...

Flocons tout indoqués

Le Dim 03 Juil 2005, 00:15  sur Le grimoire d'amour, 0 commentaire
Comme tu as raison...
Souvent, dehors, il fait froid,
Mais, de côté, laissons les flocons,
Et, ne frissonne pas....
Oui, c’est vrai, il y a ce vent
Glacial qui te transperce sadiquement,
Laisse ce froid te consumer,
Laisse-toi t’en imprègner.
Fais sa connaissance,
Doucement, avec prudence,
Goûte-le, sens-le, écoute-le vibrer,
Décris-le, nomme-le, laisse-le évoluer,
Sans pourtant perdre pied,
Tu verras, ton étincelle va se remettre à briller...
Tu vas sentir en toi un crépitement,
Au début, tu ne vas pas y prêter attention
Puis, à un moment, ce sera la moisson....

Après les flocons glacés de l’hiver,
Vient le printemps couleur papillon....

Encore

Le Mer 22 Juin 2005, 23:51  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Encore

J’ai encore à te dire,
Ce soir, j’ai encore le cœur à te maudire,
Un peu…
Ce feu,
Autrefois incandescent,
Ne cessait de savourer ce tourment
Gourmand, patiemment, il s’est délecté,
Feuille à feuille, de mon âme maltraitée.

J’ai encore à t’avouer,
Combien tu ne me feras plus pleurer,
En moi, la force est née,
Tu vois, de ma vie,
Je t’ai indiqué la sortie…
J’ai osé, oui, osé !
De ses plus beaux atours, parée,
Dans son voile de crépuscule parée,
J’ai affronté l’immense Solitude,
Elle, si belle, si dure à apprivoiser…
Et, repue, je savoure enfin cette quiétude.
Mon âme déchiquetée,
Balancée au vent,
Aux quatre coins du monde, scrupuleusement,
S’est subitement réveillée,
Marquée au fer rouge insoutenable souffrance,
Elle a repris peu à peu, conscience.

Tu vois, je veux essayer de t’oublier,
Ainsi, je veux porter haut et fort,
Le linceul de tous nos trésors,
Faire le deuil de notre histoire arrêtée.

Aux yeux des curieux je l’exposerai !
Fière et courageuse, le tendrai !
Et je vais les fixer ces cruels prédateurs,
Se gorger de détails hors du commun,
Se goinfrer de cette histoire sans lendemain
Ils seront bafoués tous nos messages rieurs…

Ainsi en est le prix à payer,
Pour que mon âme puisse se reposer…
Recueillir ses pétales abîmées
Autour de la Lune, les parsemer…

Et puis de cette force s’en imprégner,
Afin que les mêmes erreurs soient évitées..
Jouer à saute-nuages, caresser le vent,
Se moquer des éléments
En toute inconscience
Oublier les vides, les silences…

Tu peux sortir de mes pensées,
Aussi doucement que tu y es entré…
Dji, pars vite, loin,
Et jamais ne reviens….

Je, Tue... Nous

Le Jeu 29 Juil 2004, 11:54  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
De Moi à Toi,

Tu me sais imprévisible,
Je te dis imperceptible.
Tu me vois enmprunte de contradictions,
Je te connais pour ta consternation.
Tu me ris, amuses, chahutes,
Je te vole, caresse, culbute.
Tu me penses inconsciente,
Je t’admire, vague déferlante.
Tu captives ma vie,
Je te la laisse, c’est ainsi...
Tu m’as contrainte à t’aimer,
Je n’ai pas cherché.
Tu t’étonnes de nos rires complices,
Je te découvre Mille et un délices.
Tu as peur, te protège, hésite,
Je te pousse, la main te tire, te récite.
Tu es prudent, ne parle qu’au présent,
Je te soupire : Regarde droit devant !
Tu exploses de nos mots synchrones,
Je t’annonce : en phase sont nos neurones...
Tu avances, recules, fais un timide pas,
Je t’accompagne, j’attends, j’ai besoin de toi.
Tu cherches, inventes, poussières d’excuses futiles,
Je m’adapte, déguste tes paroles douces et subtiles.
Tu réfléchis ? Perdu au loin, dans ton monde de pensées,
Je t’observe, respecte, puis, désinvolte, te laisse imaginer....

Tu me dis qu’à notre histoire tu y vois une fin,
Je te demande quelle est la raison, ensemble on n’est pas bien ?
Tu m’avances, qu’au loin, un autre, un meilleur, un mieux,
Je hurle de douleur : quel est ce discours insidieux....?
Tu refuses la conclusion toute vérifiée,
Je te tends la lame des mots, bourreau, tu dois m’achever.
Tu t’égares, tu t’agites... pas maintenant,
Je te supplie, rapide, c’est le moment...
Tu balbuties, paniques, perds tes moyens,
Je te regarde t’enfoncer dans les méandres du commun....
Tu reviens à moi, tu reviens à toi,
Je te connais plus que tu le le crois,
Tu rêves, tu imagines, tu espères,
Je virevolte, j’hallucine, qu’est-ce que je peux faire ?

Tu m’attires dans ta toile, lentement,
Je me laisse guider, en toi j’ai confiance, évidemment...
Tu vas prendre le temps de m’émietter,
J’en suis consciente, encore à m’émerveiller,
Tu me dissèques, prudemment,
Je t’offre mon étincelle sagement.
Tu choisis de cacher,
Je préfère abandonner.
Tu ignores quels sont tes désirs,
Je fixe un point : la mire.
Tu ne souhaites pas arrêter,
Je t’encourage à faire cesser.
Tu es triste, saigne ton coeur,
Je me laisse, mais qu’est-ce que j’ai peur...
Tu suffoques, n’arrives plus à respirer,
Je cesse de vivre cette anxiété.
Tu me prends la main,
Je m’en veux, on a l’air malin,
Tu me pleures ta peur, gros sanglots,
Je laisse passer, ces mots, ces flots.
Tu implores, me supplie une chance,
J’accepte malgré tout cette danse...
Tu as peur de me perdre à jamais
J’en suis persuadée, je le sais...
Tu me demandes, exprimes un souhait,
Je t’écoute ? Vas-y, je me remets...

Tue, bouscule d’âme cet état attristé,
Tue, bouge, ronge ces idées galvaudées,
Tuons le silence,
Tuez l’inconstance.....

Mes yeux rivés vers les étoiles

Le Jeu 22 Juil 2004, 02:17  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
échange poétik avec P

Lui : Dis-moi Belle étoile, brilles tu le soir,
Pour que d’un regard, je puisse te retrouver,
Et par la même, atteindre la route qui vers
Ton coeur me guidera, vers de nouveaux espoirs ?

Elle : Seras-tu présente lors de mes différentes aspirations
De calme, de quiétude, de tendres et fougueuses passions ?
Guideras-tu mes pas encore indécis
Vers ton univers nimbé de douces folies ?

Lui : Toi qui dans la nuit illumine le ciel
De ta chevelure dorée, tu m ensorcelles,
Mes yeux rivés vers les étoiles,
Je sens ton regard, tel un voile,
Qui sur ma peau telle une caresse,
Se dépose avec tendresse...

Elle : Dis-moi, dans quelle galaxie dois-je retourner
Afin de poursuivre cette route que tu m’as indiquée ?
Quel est ton rêve, unique objet de mes pensées,
Dans quel cosmos puis-je te retrouver ?
Une seule fois, sur moi, ce regard j ai senti,
Qui, depuis, hante mes nuits, me poursuit....
Le regard d’une Etoile différente,
Le regard d’une Etoile inscouciante,
Et dans ses yeux je me vois contemplée
Aussitôt je me sais retrouvée...

Lui : Toi que je ne retrouve que dans mes rêves
Je sens presque tes caresses douces et brèves
Répondant aux miennes dont les mouvements lents
Jouaient sur ta peau doucement....

Elle : Car vois-tu mon Etoile insatiable,
Je résonne de tout ce corps possédé par le diable,
De tes longues étreintes, aux rythmes incessants,
De volupté, de fleurs et d’encens...
Etoile du plaisir,
Etoile du désir,
Comment surmonter ces vents déchaînés ?
De quelle façon faire face à ses brise-larmes acérés ?
Donne-moi la force de ton rayonnement,
Aide-moi à affronter cette si tristement,
Réalité. Avec toi je serai invincible.
J’éprouve une violente douleur indescriptible,
Apprivoise-moi, ô mon Etoile luminescente,
Laisse-moi être guidée par ta douceur rassurante....

Lui : Je pourrai pour toi, affronter tous les vents,
Les mers déchaînées et apaiser tes tourments,
Laisse-moi encore entendre le son de ta voix,
Qui, comme celle d’une sirène me guide vers toi
Aux dépens des dangers, mon coeur s’envole,
Vers je ne sais quelle destinée folle...
Pourrais-je enfin te retrouver un jour,
Toi pour qui mon sang ne fait qu’un tour,
Laisse-moi m’abreuver de tes douces paroles
Et vers toi, à jamais je vole.

Elle : Etoile prise au piège,
Toile d’araignée capturant des flocons de neige,
J’ignore encore si mon coeur misérable va rejoindre
Ma planète tant espérée, je ne veux te contraindre....
Mais, douce Etoile, je te vois pâlir ?
Je souhaite encore plus entendre
Ce souffle de voix, tu sais me comprendre ;
Mais la crainte d’un long soupir
Silence à jamais dans ces cieux constellés,
Me remmplis de peur, de haine et d’effroi.
Ne pourrai-je retrouver ton éclat, ta clarté ?
J’ai cette inquiètude naissante de ne plus te sentir auprès de moi,
Etoile de la vie, Etoile du destin,
Tu jongles avec mon âme, tu l’as entre les mains.
Comment pourrais-je oublier
Que dans nos deux univers, je t’ai croisé ?
La façon dont tu m as accompagnée,
Les rires, rimes, délires, délices partagés.

Mon âme survole les nuages
Et prend un étonnant virage....

car rapace (pour Yves)

Le Ven 14 Mai 2004, 01:35  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Carapace de glace
Tu erres tel le rapace
Carapace dans le coeur
A la recherche constante du bonheur
Carapace dans les yeux
Tu quêtes le mieux ?
Carapace invincible
Et tellement invisible.
Tu empiles les boucliers
Toujours ce besoin de te protéger.
Carapace cristalline irisée
Ta coquille est fragilisée
Par cette hésitation :
Briser ce mur du son…,
Exploser au soleil ses rayons
Monter en puissance cette passion
Déchiffrer les étoiles, capter leurs pulsions
Dans le ciel jouer à saute-moutons.
Tu ne dois pas hésiter
Arrête de te tourmenter
Laisse ton esprit reposer
Et ta tête tu vas relever.
Essuie sur ton front
Ce manque, ce doute,
Nettoie leurs gouttes.
Le même point tu dois garder
Cet horizon va changer.
Arrête de te retourner
Tu ne dois pas t’inquiéter.
Tout se met en place autour de toi
Regarde, tu es le Roi.
Que de soleils éclairés font une ronde,
Ils t encerclent en formidable farandole farfelue,
De leur lumière ils t’inondent,
Te souhaitant à l’infini, bienvenue.
Prends cette main tendue
Accepte, fais un pas vers l’inconnu…
Essaie, tu ne seras pas déçu !
Prends dans ta main
Entends ce refrain…
Captivante mélodie
Que celle de la vie.
Amour achevé
Amour enchaîné….
Mais sors de cette geôle,
Avant que la mort ne te frôle.
Mort de l’esprit
Torturé et meurtri…
Délicate et violente mélancolie
Qui cloisonne ton « autre lui » .
Sain de corps te voici
Tu oses relever le défi,
Tu es là, nimbé de lumière
Tu remontes le cours de ta rivière…

Pourquoi les oiseaux s arrêtent de chanter ?

Le Lun 10 Mai 2004, 00:17  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Voyez mon port élancé,
Regardez mes feuilles danser,
En parasol, j’offre aux timides créatures,
J’étale fièrement mon ombre, mes branches, ma verdure.

Mes rameaux jouent avec le vent,
Caressent les nuages calmement,
Le soleil elles tentent d’accrocher,
Avec la lune, n’ont de cesse de jongler.

Une à une, je compte, j’effeuille,
Je fais l’inspection de mes feuilles,
Elles frissonnent, frétillent,
Du bout de leurs brindilles.

Soudain, se réveille l’enfer,
Un cri strident déchire la forêt,
Un cri métallique, ils assassinent mon frère
Ne pourrons-nous jamais trôner en paix ?

J’ai remarqué, plus haut que mes racines,
Les funestes créatures ont apposé du chimique,
Je connais cette douleur, je la devine,
Ils vont arriver, d’un papillon à l’autre, avec leur mécanique.

Ne se rappellent-ils pas ?
Les entailles, cœurs gravés sur mon tronc,
Ne se remémorent-ils pas ?
Les baisers volés sous mon cocon ?

Les créatures approchent, je sens leurs vibrations,
Empruntes de beaucoup de détermination.
Me voici à happer quelques onces d’air frais,
Rassurant mon monde, que personne ne l’effraie…

Les bébés insectes jouent à saute-nervure,
S’amusent, me chatouillent, vibrent….
Ils ne savent rien du danger qui s’aventure….
Mes locataires se sentent protégés et libres….

Je sens leur présence, ils sont là,
Leur musique ne m atteint même pas,
Ils me touchent, avec leurs drôles de branches effeuillées,
C’est étrange, pourtant, cette chaleur constatée…

Je me gonfle une dernière fois
Je capte les vibrations de mes habitants
Et tente de rassurer, mais, je crois
Qu’ils ont compris, un peu tard, ce qui m’attend.

Mes plus grandes branches j’étire vers le haut
Vers les courants de ce souffle d’air,
Je lance au ciel mon impuissance et ma haine contre cette Terre,
La résignation est le plus terrible des mots…

Les dents métalliques m’arrachent l’écorce,
Pourtant j’avais abusé de la force,
Pour grandir, m’élever au plus haut chercher la lumière,
Cruelle Mère, qu’as-tu engendré, tu les laisses faire ?

Les créatures s acharnent, mon tronc est entamé,
Une blessure mortelle, je le sens, je le sais,
Et je ne puis rien tenter
Pour les arrêter.

Aux oiseaux : trouvez un autre Prince des Bois,
L’aube fraîche cogne sur mon désarroi.
Je ne sens plus mes racines, je vais tomber
Retrouver sur cette Terre, mes feuilles mortes par milliers…

J’envoie des signaux, dans une totale indifférence
Brouhaha mécanique, les créatures semblent en transe.
Je sens, non, je ne suis pas poussé par le vent
Je perds l équilibre… je… tombe sur le sol, violemment.........

Combien de tempêtes avais-je défiées ?
Le vieux saule pleureur caresse lentement mon tronc
Avec une infinie tendresse, de ses feuilles, mon dernier frisson,
Pourquoi… les oiseaux, à l’instant…, s’arrêtent de chanter….

Ces petits mots...

Le Lun 26 Avril 2004, 23:52  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Avec tous ces petits mots,
Qui s’alignent sur ta peau,
Avec tous ces grands frissons,
Dis, on se pose pas de questions.

Une soirée dans un pré, éclairés d’une bougie,
Les rossignols martèlent de leurs chants,
Sifflent goulûment à la vie, déchirent la nuit.
Le temps, de s’arrêter, fait semblant.

Puis, le début, d’une valse lente,
Un mot, des rires, les caresses,
Il y a une complicité presque offensante,
Sous ces instants de tourmente.

Tu me prends la main, car ce soir,
Oui, tu vas me faire découvrir ton endroit à toi,
Ile secrète, ta cabane au fond des bois,
Ton lieu de solitude, ta cathédrale de désespoirs.

Nous marchons dans les herbes, les obstacles évitons,
Ta voix est calme, déterminée, tu me tiens fort la main,
Nous arrivons dans ton antre, ton boudoir à toi,
Les rais de lune auréolent cet endroit.

Cette clairière, au milieu des bois, isolée,
Et cette cabane, fière d’y trôner.
Nous escaladons, arrivons sur le foin, cela sent bon,
Il fait presque tiède, et pourtant, nous tremblons.

Sur ma tempe ta main, tendre, étonnée,
N’a cesse de m’arracher
A cette douce torpeur,
A cette envie de cocon tendrement enlacés.

Avec beaucoup de douceur et de fermeté
Ta main parcourt sur moi, la nuque, le cou,
Je sens ta chaleur, je te sens me convoiter,
J’aime ces mots, leur force, ils sont doux…

Ta main se fait de plus en plus expérimentée,
Sur mon dos, dessine des cercles entrelacés,
Je savoure, me laisse séduire par tant de talent,
Mon corps, hypnotisé, répond à tes douceurs tendrement.

Ces minutes semblent durer à jamais,
Rien ne bouge, pas un bruit, la nuit est comme arrêtée
Ces frissons montent , prennent leur temps,
Comme sous ta main, mon corps se fait docile, captivé.

Je t’encourage par des soupirs impossibles à réfréner,
Et, lentement, nous nous laissons glisser,
Vers les sulfureux délices
Et de leurs formidables abysses….

(Ce qu’il s’est passé ensuite, la question vous vous posez !
Ces instants trop intenses ne vous seront pas contés !
Ils sont gardés, en secret,
Tout au fond de mon jardinet….!)

De notre coma idyllique peu à peu,
Nous reprenons nos esprits,
Étonnés quelque peu,
De nous trouver ici….

Le silence, puis, peu à peu les bruits de la nuit,
Du foin dans les cheveux, tu souris,
Pas un mot, dans ce silence quasi-absolu,
Nos muscles engourdis, nos corps repus.

C’est un soir de plein lune,
De question aucune….
Un moment d’intense tendresse,
Et de terribles confesses…

Balade nocturne, entremêlée de frissons….
Avec tous ces petits mots
Ainsi que cette ponctuation,
Qui peu à peu… s’éteignent sur ta peau…

Absolue quête

Le Jeu 22 Avril 2004, 18:46  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
De tout temps j’ai cherché l’absolu
A tout moment j’ai quêté l’irrésolu.
Mais quelle force transparente,
Quelle hâte me tourmente ?
Je suis une âme en partance
Pour l’infinie triste résonance.
Recherche perpétuelle d’un improbable reflet,
Désir plus intact qu’imparfait.
Les portes sur moi se referment doucement,
L’instinct, la quête, je me demande comment
Va s’achever mon tourment.
Quelle puissance machiavélique ?
Quelles circonstances anarchiques ?
Me transposent dans de telles situations
Mettant mon cœur à contribution.
Quel est le prix, que dois-je prouver ?
Vers quel soleil dois-je m’envoler ?

Que reste t'il de la magnificence ?

Le Mer 21 Avril 2004, 07:06  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Respecter les différences
Mais dans quelles limites de souffrances ?
Intercéder son insouciance
Et pourquoi éviter cette nuisance ?
Le son familier et insoutenable du presque silence
Combien de temps durera cette errance ?
En quête d’une parfaite quelconque régénérescence
Comprendre et accepter, en quoi cela a t’il un sens ?
Cette interminable situation qui flotte avec aisance
Comment interférer ce sacrifice intense ?
Le bourreau fixe la victime avec concupiscence
Quels termes employer pour parvenir à sa délivrance ?
Ce rythme effréné montre là, toute sa puissance
Vers quels lieux sommes nous en partance ?
Sortir enfin de cette mouvance
Y a t’il des risques de décadence ?
Se battre enfin contre cette déchéance
En quelque sorte est il nécessaire de troubler cette fragrance ?
Fermer les yeux uniquement en signe de tolérance
Cela est il une façon de flirter avec la bienséance ?
Diriger ses inquiétudes, canaliser son impuissance,
Faut il montrer sa totale incompétence ?
Regarder en face cet état de fait avec véhémence
Doit-on accepter ce rictus aux traits intenses ?
Rester immobile, en accord avec soi-même en toute innocence...
Est ce que, en attendant le verdict, la victime rentre en transe ?
Montrer du doigt, implorer l’éloquence.
Doit-on partager réellement partager ce rituel, écouter ce silence ?
De cette situation d’où sort vainqueur l’insolence,
Inspecter ses contours, serait-ce un non-sens ?
Subir cette peine en restant proche de l’inconscience
Mais qu’est ce qui pousse à cette si douce violence ?
Arrive enfin le moment calculé de l’indifférence....
Imprégnation fugace de ses nombreuses essences
Que reste t’il de la magnificence ?

L'avorton à la plage !!!!

Le Mer 21 Avril 2004, 06:57  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Se poster, rester aux aguets, tel le prédateur,
Oter, une à une, les épines invisibles du coeur.
Observer silencieusement, tel le renard,
Se protéger, éviter de tomber dans le traquenard.

Puis reprendre le rythme parsemé,
Cueillir au passage, distraitement,
Des poussières d’étoiles illuminées,
Et les conserver précieusement.

Ensuite, étonnés de cette farandole effrénée,
Prendre le temps de l’apprivoiser.
En douceur, l’apprendre par coeur, la respecter.
Etre conscient de ce bonheur jusqu’à en être aveuglés.

Désirs...

Le Mar 20 Avril 2004, 14:33  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Désirs
J’aurais voulu, avec mes mains,
Nous composer un long demain ;
J’aurais aimé, avec mon cœur,
Nous offrir une constellation de bonheur ;
J’aurais osé, avec ma conviction,
Nous octroyer une longue et belle Passion.

Passion.
Faire frémir ton corps,
D’interminables frissons.
Te jeter un sort
Et que ton âme, j’en prenne Possession.

Possession.
Te tenir par mon cœur,
A bout de souffle, rire.
Te choyer, te chérir,
Te porter en Vainqueur.

Vainqueur.
Te déclarer toi, le Seul et l’Unique,
En musique, symphonie fantastique.
Nous, les meilleurs accords du monde,
Puis, épuisés, les pires ennemis, Immondes.

Immonde.
Symphonie dramatique se consumant peu à peu,
Doucement remplacée… puis viennent des larmes de feu.
Petit à petit, ce goût amer, presque insipide et pathétique,
Laisse place à une mort lente, belle et Sarcastique….

Sarcastique.
Triste constat,
Je m’étais offerte à toi,
Entière soumise et puissante,
Regarde moi, ose ! Je suis incandescente.
J’ai brûlé dans ton âme,
J’ai crié, supplié, une seule arme,
Afin que cette douleur puisse cesser,
Enfin, taire en moi cet incendie ravageur,
Oublier mon âme meurtrie, blessée
L’abandonner à tous ces carnassiers du cœur.
J’ai vainement tenté,
Essayé de réconcilier,
Nos sentiments égarés,
Puis, dans ton long silence aux griffes acérées,
Tu m’as enfermée,
Murée vivante,
Non consentante.
Pourtant, j’ai imploré,
Que sur moi s’abatte ton jugement,
Pourtant, j’avoue, du verbe aimer,
Personne autour de nous n’était conscient,
De sa fougue, de sa puissance,
De son éloquence à la limite de l’impertinence…
Je croyais avoir trouvé mon reflet,
J’avais espéré qu’il nous conviendrait…
Ses contours fébrilement dessinés,
Nos deux mains ne semblaient qu’une à les tracer….

Maintenant, une longue tâche je dois exécuter,
De tous tes envoûtements, avec acharnement, méticuleusement :
Ton image, ta voix, ta chaleur, je dois les exorciser.

J’effleure le pire,
J’effeuille tes rires,
Ta voix je prends,
Ta chaleur, j’entends.
Tes délires, un moment… j’attends.
Puis, doucement,
Les range consciencieusement
Dans mon tiroir secrètement,
Tout au fond, bien gardés,
Ils resteront à jamais gravés...
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

à mon étoile

Cet utilisateur n'a pas encore rédigé sa présentation. Vous pouvez lui suggerer de le faire.

Tout à propos de à mon étoile

Inscrit le:  18 Avril 2004
Messages:  24 [0.54% du total / 0.00 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Fleur bleue
Fleur bleue

Activité

Forums Activité % Forum % total
L'amour en vrac 20 sur 813 2.46 % 83.33 %
Le grimoire d'amour 1 sur 67 1.49 % 4.17 %
Les liaisons sulfureuses 1 sur 276 0.36 % 4.17 %
Un monde parfait 1 sur 247 0.4 % 4.17 %
Citations 1 sur 609 0.16 % 4.17 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Mai 2024, 00:17
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 35 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 35 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite