Karma : une solution au bien être

Le Lun 04 Août 2008, 14:51  sur Articles, 0 commentaire
Un ami, passionné par le Karma, m’a un jour invitée chez lui.
Son appartement était assez petit, la lumière tamisée grâce à quelques bougies réparties dans quelques coins de la pièce où nous étions. Une odeur agréable d’encens enivrait mes sens.

Nous nous regardions, le visage sérieux.

Il m’invite à prendre place sur le sol, au centre de la pièce, sur un tapis confortable. Je m’installe sans attendre.

Puis, il m’ordonne de fermer les yeux.

Une fois les yeux fermés, il m’informe que seul le son de sa voix doit me parvenir. Je me concentre et l’écoute.

Avec une douceur extrême dans la voix, il me dit :

"Reste concentrée.

Imagine-toi maintenant une bulle recouvrant tout ton corps, pas une bulle qui prend le contour de ton corps, une bulle plus grande que toi. Tu dois la voir dans ta tête. Fait ?

Bien. Maintenant, imagine que dans cette bulle, tu vois une porte. Tu dois l’entendre se fermer et s’ouvrir avec le son qui correspond à ce bruit. Fait ?

Ok. Maintenant, tu m’écoutes attentivement.

Mets uniquement les choses qui, dans ta vie, t’ont apporté du bonheur à l’intérieur de cette bulle.
Le reste, les choses qui t’ont causé que malheur ou troubles, tu les mets en dehors et tu dois entendre le bruit dans ta tête de la porte qui se referme lorsque les mauvaises choses sont au dehors de ta bulle.

Une fois cela fait, ressens ce bonheur, ces souvenirs, ces bonnes choses autour de toi. Tu les sens ?"


Subitement, j’approuve d’un hochement de tête.

"Bien, maintenant, lève toi, on va dans la rue."

J’ouvre les yeux et m’aperçois avec un sourire que le bien être est là, en moi.

Je le suis dans une rue où il y a beaucoup de monde.

Me voilà dehors, en me sentant de nouveau observée, pas à l’aise. Il me regarde, observant mon comportement face à la population.

"Vas-y, fais ce qu’on vient de faire".

Non, je ne me suis pas installée par terre ! J’ai fermé les yeux quelques secondes, puis j’ai imaginé la bulle que je pouvais voir et entendre au son de la porte qui se ferme et s’ouvre. J’avais fermé la porte pour ma part, et une fois les yeux ouverts de nouveau, je sentais la bulle autour de moi avec la porte.

J’étais maître de moi, acceptais ou non de mettre telle ou telle personne dans ma bulle, tel lieu, telle ambiance. Je me sentais bien.



Cette expérience est à faire et surtout, à prendre au sérieux. On ressent le bien être dans les endroits où l’on n’aime pas aller, dans les endroits où l’on se sent oppressé(e).
Depuis, partout où je vais, je me sens bien. amuse

Dans la vie on fait des choix, à nous de bien mettre ces éléments, là où ils devraient être... clin

Le couronnement de la vie de plongeuse

Le Jeu 17 Juil 2008, 18:58  sur Articles, 0 commentaire
Un jour de repos, enfin. Je vais pouvoir profiter de ma journée sans me préoccuper de la vaisselle.

Un instant de calme, je mets un disque de relaxation dans mon lecteur cd et installe avec acharnement les écouteurs dans l’orifice de mes oreilles si petites. Je prends bien soin de fermer fenêtres et portes.

Je m’allonge dans mon lit et constate avec joie quel bien ça fait de s’étendre de tout son long, sentir son dos craquer et ses membres se relaxer sur ce matelas dur comme pierre.

Une sonnerie retentit. Un appel d’une collègue.
Tout de suite l’angoisse revient, j’enlève mes écouteurs et écoute attentivement ce qu’elle a à me dire...

Avec dégoût je me repositionne dans mon lit, musique en fond : dans un mois je serai au chômage.

La seule pensée qui me traverse l’esprit c’est de savoir ce que je vais faire après, et comment retrouver du travail sans diplômes.

La débauche de la plongeuse

Le Jeu 17 Juil 2008, 03:34  sur Articles, 0 commentaire
Bientôt l’heure de fermeture du restaurant. Vient la crainte de l’extérieur.
Je dois traverser un quartier de débauche où le respect est éteint, où l’on se fait accoster parce qu’on est femme et seule.
Fermeture du restaurant. Me voilà sur mes gardes.
Pas vraiment prête à affronter le regard de ces gens mais pas le choix, ma chambre se situant au bout de cette longue rue dangereuse.
J’entame le parcours sans attendre, et presse le pas à chaque angle de rue par peur de me faire violer ou tabasser, la tête baissée, encapuchonnée par un sweet ample et sombre.

Plusieurs minutes s’écoulent, rien ne se produit, un sourire sur mon visage, je suis soulagée mais toujours aussi peu rassurée.
La nuit est comme un territoire inconnu, les hommes sont pour moi des monstres, quelque chose que je ne connais pas. Je les vois se comporter d’une façon inhumaine : ils sont la plupart aux cheveux longs ou mi-longs, ont des cicatrices sur le visage, très musclés, un regard perçant et noir, des vêtements foncés et larges et de l’alcool en guise de sang.

Un des monstres surgit de nulle part. Impossible de fuir, me voilà prise au piège, il me serre les bras à m’en couper la circulation du sang et se frotte contre moi avec violence. Puis il commence à soulever mon sweet en me bloquant d’une seule main et d’une seule jambe. Je me sens mourir, l’impression que m’a vie s’arrête ici, à mes dix neuf ans. Il commence à caresser mes seins puis descend subitement sur mon sexe. Le revoilà qui se frotte à nouveau contre moi. Je peux sentir son excitation qui me dégoute. Je suis pétrifiée en le voyant ouvrir sa braguette de pantalon. Les quelques minutes qui suivent ont été pour moi des heures, je suis en larme, gisant sur le sol...

Il est parti, il est parti...

Je remonte mon pantalon en vitesse et court le plus vite possible.

Me voilà chez moi, en vie, mais souillée...

Les pensées d'une plongeuse en pause

Le Jeu 17 Juil 2008, 03:00  sur Articles, 0 commentaire
Assise sur l’unique chaise blanche de jardin dans l’arrière cour du restaurant, je reste inerte, à observer les oiseaux qui de leurs chants me bercent sous cette chaleur d’été.
J’allume une cigarette et la délecte en stoppant le léger bruit autour de moi qui habituellement me stress et me renvoie à la panique.
Cette solitude fortifiante et ce paisible calme qui sont entrés en moi comme l’air pénètre mes poumons, viennent s’achever subitement sous le bruit tonitruant de la vaisselle qui s’entasse dans un coin de la plonge. Je reste quand même là, tentant de gagner un peu plus de temps dans ce bien-être profond...

Amour, mon amour,
Te voilà loin de moi depuis tant de jours.
Cette tristesse qui s’écoule de mon coeur,
Envahie peu à peu tous mes membres.
Je me sens si mal, mon amour,
Ta présence me manque, plus rien n’a de sens,
Les gens m’agacent, la nourriture me fuit...
L’eau que je tente de boire n’est qu’alcool,
Et la force m’abandonne lentement...
Ah... Amour de ma vie, si seulement...


Un éclat retentit, je dois retourner à la réalité de la vie en société et accomplir mes tâches, bien que ce soit sans envies ni motivation...
Page 1 sur 1

amori33

Juste une envie de parler d'amour et de tout ce qui l'entoure... en exprimant la pensée de certaines personnes, leurs craintes, leurs peurs, leurs vécus...

Tout à propos de amori33

Inscrit le:  17 Juil 2008
Messages:  4 [0.09% du total / 0.00 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Tendre lecteur
Tendre lecteur

Activité

Forums Activité % Forum % total
Articles 4 sur 36 11.11 % 100 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017, 15:17
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 21 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 20 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite