Singapore

Le Mar 04 Jan 2011, 00:24  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
La première fois où je me suis arrêté à Singapore c’était lors d’un voyage qui me ramenait de France vers l’Australie
J’avais passé en France quelques jours de vacances dans ma famille après avoir fais une expo de photo dans une galerie parisienne.
La moiteur de la ville la décontraction après les vacances, je n’ai pas dis non lorsque le portier de l’hôtel m’a proposé une "escorte"
Il me donnait le choix entre une jeune fille ou un garçon ou les deux a la fois !
Belle jeune malaise de 18 ans environ, soumise, je pouvais la garder à l’heure ou à la nuit. La nuit a suffi, trop soumise, je n’aime pas les déversoirs à sperme.
Le souvenir que je garde d’elle c’est qu’elle aimait s’inonder de mon parfum, et en asperger mon sexe et le sien.
Lors de mes autres passages à Singapore le fait d’avoir une "escorte" était si facile que je n’en éprouve plus le besoin et que mon plus grand bonheur était de me masturber.
Je me mettais nu dans cette grande chambre climatisée au Xxeme étage de cet hôtel de luxe qui dominait ce morceau de ville pays.
J’ouvrais cet immense lit et je m’allongeais savoureusement sur le drap frais, bras et jambes en croix.
Le seul frottement de mon sexe en érection sur le drap appelait immédiatement le plaisir.
Je coupais la climatisation pour que la chaleur humide monte dans la chambre, un immense whisky d’une main, mon sexe en demi-érection, je m’asseyais sur le bras du fauteuil de mon bureau face à la baie vitrée. Le contact de mon anus sur le bois dur me mettait dans une érection savoureuse mon corps prenait un mouvement de va et vient comme pour me pénétrer de ce sexe improvisé, je déglutissais mon whisky au rythme des légers spasmes que ce plaisir m’apportait.
La corbeille de fruit de bien-venue était bien tentante surtout cet ananas surmonté de cette petite touffe de verdure qui a la rudesse de la pilosité des femmes noires.
C’est dans la partie inférieure du fruit que je perçais un trou du diamètre de mon sexe et de sa longueur, je mangeais les morceaux du fruit, le jus coulait le long de mon torse nu se mêlant à ma transpiration.
Je faisais régulièrement des essayages du trou, jusqu’à ce que je le trouve idéal. Je replaçais sur le trou l’écorce de l’ananas comme un opercule.
Il était vierge en quelque sorte !
Je plaçais précieusement ce fantasme de sexe féminin dans le frigidaire.
Une douche fraîche, une chemise de soie légère un pantalon de toile, découvrit une fois encore cette ville grouillante qui a comme symbole l’orchidée.
Les marchands ambulants vendent entre autres la banane poingeau, fruit vert qui sert à la cuisine chinoise ce fruit à la particularité d’être très dur, sa vue ma remémoré une amie qui en faisait une consommation vaginale importante.
J’ai cédé à la tentation d’en acheter quelques-unes unes, pour comprendre ce poème chinois qui dit :
Ho banane qui réjouissent le cœur de vierges, vous seules parmi les fruits êtes dotées d’un cœur pitoyable, ho consolatrice des veuves et des solitaires.
En entrant dans ma chambre je me précipitais pour couper la climatisation.
Je voulais sentir la chaleur de la nuit, par la fenêtre entre ouverte une odeur d’orchidée mouillée faisait naître en moi un désir trouble.
J’avais dîné dans une petite échoppe de quelques nems et de canard laqué le tout arrosé de la bière du tigre.
Mes vêtements étaient imprégnés de cette odeur sourde, odeur que j’aime, qui imprègne les grands cheveux noirs des asiatiques, odeur un peu sure qui peu gêner le matin au réveil, mais qui met en émoi mes sens si par hasard la rue m’apporte en effluve le souvenir de la nuit.
Les bananes étaient sur la table enroulée dans ce papier journal aux caractères chinois.
Comme une pesanteur se faisait sentir dans mes reins !
La lumière de la chambre éteinte, les rideaux largement ouverts permettaient à des milliers de fenêtres de plonger dans mon lit, que j’avais ouvert largement.
L’atmosphère était idéale pour mon intimité.
Je sortis l’ananas du frigidaire, en le posant sur la table près des bananes devant le miroir celui-ci se couvrit de buée.
J’avais là devant moi les fruits de ma passion d’un soir.
Comme par pudeur je me déshabillais dans la salle de bain !
En voyant mon érection je suis sûr que l’ananas et la banane furent fiers d’eux.
Je m’allonge au travers du lit, prenant entre mes mains le fruit jaune l’amenant vers mon sexe comme on tire la tête d’une femme vers son sexe pour qu’elle l’engloutisse.
Mon gland poussa l’opercule vers le fond de ce vagin parfaitement adapté à mon sexe plus je le pénétrais plus je sentais la fraîcheur du plaisir. La rigidité de mon sexe maintenait le fruit droit comme une tête entre mes jambes.
Doucement je glissais la banane en moi plus elle me pénétrait plus mon sexe gonflait, les spasmes commencèrent à me secouer, la jouissance fut terrible. Mon sperme empli le fruit que mes doigts écrasaient.
C’est la fraîcheur du matin qui me réveilla, le spectacle était un peu triste, mais l’odeur plus forte que l’odeur d’une "escorte".

Vous

Le Mar 04 Jan 2011, 00:19  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Et si c’était vous ?
Si c’était vous qui anime mes sens ?
Venant comme une vague nouvelle effacer la trace de mes souvenirs.
Vous apportez le flux qui donne la puissance à la vague pour porter le surfer.
Il va pouvoir courir sur le sommet des vagues, plonger entre elles comme entre vos seins que j’effleure du doigt pour ne pas perdre l’équilibre.
Sublime extase entrer dans le tube de la vague comme dans l’œil du cyclone, alors là pour un instant c’est le calme absolu. Je vois mon sperme couler entre vos seins lourdement, la vague me prend et me jette sur le sable comme mort.

Stylo

Le Mar 04 Jan 2011, 00:18  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
J’aimerais vous offrir un stylo a encre de modèle que l’on appelait à pompe, pour que vous puissiez écrire votre poème sur une grande feuille de format aigle.
Lorsque vous prendrez le stylo dans vos doigts il sera brûlant, dans votre tête vos mots seront prêts, et lorsque le stylo touchera le papier, pleins et déliés se couvriront de l’encre blanche et chaude qui coulera du bonheur de vos mots, le réservoir sera vite a sec et il faudra se reprendre en plusieurs fois pour couvrir cet aigle du bonheur de vos écrits.

Oisillon

Le Mar 04 Jan 2011, 00:17  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Je me sens créatrice si au jeu du plaisir je crée le plaisir.
Je referme doucement mes doigts ils effleurent son coup son duvet ainsi ni l’eau, ni l’alizé du capricorne ne sont plus doux, et je m’évade dans mes songes.
A la tendresse que je mets à réchauffer entre mes mains l’oisillon tombé du nid il me récompense à se blottir dans mon nid. Je referme doucement les jambes, il effleure ma peau, mon duvet.
Picore ma chatte, bois à ma source.
Chante heureux dans ton nid, chante à perdre le souffle, chante à faire s’ouvrir le lotus
Chante ma chatte sous mes doigts chante à faire s’ouvrir le lotus que je m’évade dans mes songes.

Noel

Le Mar 04 Jan 2011, 00:16  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Le chant des anges annonçait la naissance du christ,
La porte a double battant nous avait plongé dans le noir.
Sous la coupole d’immense personnages nous observaient
Je marchais a la recherche d’une découverte
Vous m’avez rappelé ma pénitence
Protégé par votre manteau je m’exécutais
Une fois encore vous m’apportiez le bonheur.

Encre

Le Dim 02 Jan 2011, 22:55  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Une voix qui se voile
Un aller puis un retour
Encore
Une montée puis une descente
Vite ? non doucement
Comme cela !
Voilà doucement
Une descente et une montée
Plus longue
La descente plus lente
La montée plus longue
Le retour trop court
Plus profond le retour
L’aller au-delà
Loin au-delà
Non juste là
Comme cela
Voilà lentement
Lentement la descente
Non doucement la descente
La montée apporte
La descente, la dernière
La montée est là
La descente glisse doucement
L’encre blanche coule
Doucement
Grâce à elle de nouveau mots apparaissent
Musique tenue en mesure
Grâce à l’encre blanche.
Page 1 sur 1

antoine

Cet utilisateur n'a pas encore rédigé sa présentation. Vous pouvez lui suggerer de le faire.

Tout à propos de antoine

Inscrit le:  02 Jan 2011
Messages:  6 [0.13% du total / 0.00 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Tendre lecteur
Tendre lecteur

Activité

Forums Activité % Forum % total
Les liaisons sulfureuses 6 sur 276 2.17 % 100 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 20 Juin 2024, 21:16
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 37 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 37 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite