A supprimer

Le Jeu 18 Déc 2014, 20:35  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
♥♥♥

Le perce-neige

Le Dim 14 Déc 2014, 19:14  sur L'amour en vrac, 0 commentaire


L’hiver n’est pas encore de rigueur,
Mais je pointe déjà le bout de mon nez
Parmi toutes ces ravissantes fleurs
Qui embellissent votre petit jardinet
Où s’épanouissent violettes et primevères.
Et toute une floraison printanière,
Odorante et parfumée
Qui perdure de vives couleurs;
À ébaudir votre pensée.

Moi, je ne suis qu’une fleur de passage
Le modeste perce-neige si éphémère
Qui pousse là que pour délivrer un édit
Si petit, si blanc, si gentil
D’une beauté si pure
Mais qui, hélas, ne perdure
Tant je viens vous annoncer la fin de l’hiver,
Lorsque je me sens si triste de vous quitter
Car je fais partie de ces fleurs rares
Que l’on n’effleure pas pour aimer
Et qui de parfum odorant est avare
Puisque je niche sur les sols enneigés
Je suis de celles qu’on oublie facilement.
Comment puis-je vous tenter de me ramasser de me cueillir
Vous qui ne me voyez pas, je passe si rapidement
Pourtant je voudrais bien vous appartenir
Mais tout cela n’est qu’un beau rêve
Qui ne se produit que parfois
Et je retourne vite auprès de ma mère,
Car ma vie, près de vous, est hélas si brève
Que je m’en retourne fané et flétri
Vers ma belle, riche et si nourrissante terre,
Qui prend si bien soin de moi.
Pour que je puisse réapparaître,
Dans quelque mois, lorsque la neige reviendra.

Suite de feuilles d'automne par jime

Le Dim 07 Déc 2014, 06:12  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
bravo;j en reste scotchée!♥♥♥

Feuilles d 'automne

Le Sam 22 Nov 2014, 16:09  sur L'amour en vrac, 0 commentaire


Je ramasserai toutes ces feuilles trainant par terre,
Une à une car, pour moi elles ont chacune,
Une signification personnelle particulière:
Une tendre réminiscence qui perdure,commune
A toutes ces images qui s’accumulent,au fil des jours
Chargées de ces souvenirs qui ne peuvent s’effacer...
Toutes ces merveilleux moments que je ne veux pas oublier
Car ils sont désormais, ma seule raison de vivre...
Je m’en nourris,aujourd’hui bien trop souvent
Quand mon état se languit d’une douce mélancolie
Ils m’aident à redevenir quelque peu euphorique.
La feuille de ton incroyable sourire ravageur
Qui est plus beau que le soleil éclatant du matin
Et qui me laissera encore et toujours,divinement rêveur
La feuille de ton prodigieux regard, pétillant et coquin,
Qui te donne cet air étrange,si charmant et impudique.

Une autre de ta tendresse et douceur à mon égard
Je me surprend à être si fier, lorsque je suis avec toi,
Tu es délicieuse comme la liqueur du sirop d’érable
Que je laisse couler sur tes belles formes généreuses.
Une feuille pour rappeler l’odeur de cette peau cuivrée
Sur laquelle mes doigts jouèrent une tendre mélodie
Et celle de ce petit ticket de toison,couleur charbon,
Où mes lèvres enfiévrées se déposèrent avec passion.
Une feuille pour ces inoubliables baisers torrides,
Que je déposai avec entrain sur tes lèvres humides
Et que nous échangeâmes avec une fougue intrépide,
Que tu accueillis, avec une adorable émotion, timide
Et dont je sens encore la fervente ardeur sur ma bouche.
Une feuille,exauçant ce vœu que je fais matin et soir
De te retrouver,encore une fois, dans ma couche
Pour que je puisse dissiper cette peur que tu as du noir
une feuille pour la clarté de ce splendide crépuscule
Qui viendra nous envelopper tout doucement,
Tel l’immense rideau d’un moment incrédule
Qui nous recouvrira d’étoiles entièrement.

Et j’ornerai ce magnifique grand voile
De la sublime beauté de ton merveilleux minois
En te dessinant délicatement sur ma toile
Belle, ainsi que mon cœur te voit
Afin que tous mes langoureux désirs reprennent vie.
Une feuille sur laquelle j’aimerai écrire cette douce folie,
Pour la vivre,jour et nuit, avec insistance...
L’un contre l’autre,les yeux dans les yeux
Afin de voir resplendir ton regard merveilleux
Jusqu’ à la fin de mon existence .

Eperdument ( duo caressedesyeux/jean baisse

Le Lun 10 Nov 2014, 17:18  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
merci in love d’avoir lu et aimé fleur fleur

A chaque virgule

Le Lun 10 Nov 2014, 17:16  sur Mille choses, 0 commentaire
♥♥♥

Faire le deuil

Le Dim 19 Oct 2014, 18:12  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Faire le deuil

Mon corps est la,
Mais pas mon esprit
Je n’arrive toujours pas
À surmonter notre histoire
Notre idylle fut courte
Très courte
Mais a laissé une profonde cicatrice
À jamais ouverte dans mon cœur.

Tous ces mots que j’ai prononcés,
Je les ai dits et pensés,
Avec sincérité.
Qui aurait pu croire que pour nous
Cela aurait l’effet illusoire
D’un monde qui ne serait pas réel
Ou nous pourrions facilement lâcher des mots
Sans les penser finalement
Et se dire que c’est si facile
De les dire comme ça
Pris dans l’ambiance,
En nous procurant cette merveilleuse émotion,
Dont le cœur s’affole à chaque fois

Ne pas trop penser qu’un beau jour
Cela puisse nous tomber dessus
Et en garder des tourments tout le temps;
Mon physique est toujours la
Mais mon mental est ailleurs
Tu as osé pudiquement me dire je t’aime
Et je t’ai appelé mon amour

Mais tu en aimes déjà une autre...
Et je n’arrive pas à faire ce deuil
Mon cœur a trop mal d’y avoir cru.

Un souvenir (duo caressedesyeux/jean)

Le Sam 04 Oct 2014, 20:59  sur L'amour en vrac, 0 commentaire

Je ne suis qu’une image,
D’une ancienne carte postale
De ces années d’un passé lointain.
Que tu as retrouvé dans un carton,
Au fond de ton grenier.
Je date de l’époque des années folles
Où les beaux marins,
Naviguaient sur leurs bateaux,
Et me dévoraient des yeux. (caressedesyeux)
Jadis, j’étais si belle.
Rappelle-toi de moi,
Quand tu venais me voir
Toi beau matelot brun,
Danser au cabaret.
Mais ce temps est passé
Et tu m’as oubliée
Je vais pouvoir m’en aller,
Et retourner au fond
De mon grenier.

J’ai gardé en moi ton image
Ce souvenir encore sauvage
Toutes ces farandoles de baisers
Je n’étais qu’homme à tes pieds

Même si j’avais épousé la mer
Beau matelot déjà trop fier
A tes pas je n’étais plus moi
Juste un homme tombé dans tes bras. ( jean)

A la décadence d’une danse
Je te revois encore en transe
Dans une bouteille de rhum loin de France
L’homme regrette cette romance

Juste cette nuit m’a suffit
Pour garder le sucre de ce fruit
Toute une vie à en mépriser l’ennui
De ne pas être l’homme au chaud dans ton lit .

Éperdument... ( duo caressedesyeux/ jean baisse)

Le Jeu 17 Juil 2014, 17:21  sur L'amour en vrac, 0 commentaire


Éperdument,
Je succombe à tes baisers,
Doux regards enfiévrés,
Quand tes mains encerclent ma taille
A ta peau , la mienne défaille,
A ton parfum qui m’ensorcelle.

Éperdument,
A tes larmes de rires qui étincellent.
Quand tu plonges en mes yeux si bleus
J’entends un message venu des cieux
Un appel à mon cou de se caler contre toi"
J’ y suis si bien, reste encore près de moi.

Éperdument,
Je te perdrais dans mes bras,
Que tu ne retrouves plus d’autres chemins,
Que tu te guides sur mes pas,
Qu’on poursuive un lendemain

Éperdument,
Nous tracerions cet horizon,
Peuplé de mille fleurs de couleurs,
A la chaleur de notre cœur,
Douces particules en fusion.

Éperdument,
Je ne cesserais de chercher ce sourire sur ton visage
Le plaisir de voir s’épanouir une fleur dans tes yeux
La douceur qui donnerait à ce paysage
La chaleur de s’assoir à deux autour d’un feu.

Éperdument,
Je serai l’ombre sur ton corps,
Je viendrai frotter ma peau pour trouver ces accords
De ces effluves aux senteurs méditerranéennes
S’évaporant aux soleil brulant, pour que la tienne s’en souvienne.

Éperdument
Je chercherais à fleur de peau
Ces codes à lettres sans mots,
Digital à la pointe de mes doigts,
Capital pour que tu n’ai plus froid.

Éperdument
Je succomberai une fois de plus à ta voracité
Haletante de tes fougueux baisers
Et non rassasiée comme un soleil d’été
Je m’appliquerai à les faire durer.

Éperdument
J’ouvrirais ces chambres secrètes
Qui donnent à l’amour un regard moins discret,
Cueillerais bouquets de violettes,
Pousserais d’autres portes si j’osais.

Éperdument,
Mon regard se fixera à ton cœur
Fusion de ce que seront ces heures
Fiction d’un rêve que je fais à genoux
D’être celle qui se pendra à ton cou.

Éperdument,
’Écouter les souffles à ta bouche
Chaque fois que je trouve une touche,
Pour me glisser aussi ton cou,
Te baiser à l’oreille de mes mots si doux.

Ses yeux d'amoureuse (duo caressedesyeux /jean baisse)

Le Ven 04 Juil 2014, 20:05  sur Mille choses, 0 commentaire
Fait moi encore tes yeux d’amoureuse
Ma belle précieuse
Poser mes lèvres en doux baisers sur tes épaules dénudées
Je remonte,jusqu’au lobe de ton oreille..
J’entends soudain tes faibles gémissements...
Tes pupilles,changent de couleur
Tu es soudain bien loin,et ailleurs...
Tu tends l’autre épaule,et je recommence
Te revoilà soudainement en transe...
Je sens ton cœur cogner contre mon torse
Tu mords tes lèvres,pour ne pas hurler
Ta tête enfoui dans mon cou...
Je te calme ,en te donnant de doux "bisous"....

Tes mains se font moites,
Ta bouche moins étroite
Laissant passer ce souffle court,
Cet appel au secours
Tes sens soudain s’affolent
Quand de mes doigts , je cajole
Tes seins dressés de ces caresses
Je sens en moi monter l’ivresse.
Ta respiration s’accélère,
Je sens planer dans l’air
Le plaisir monter en toi
Ce désir de descendre plus bas...

La fille de juin(duo)

Le Sam 10 Mai 2014, 12:16  sur Mille choses, 0 commentaire
La fille de juin

La fille de juin vient d’un pays lointain où le soleil est toujours présent. C’est ce dernier qui l’a saupoudré de taches de rousseur en forme de pleine lune. Elle pense à son ami Pierrot qu’elle trouve rigolo.
Pas de temps à perdre, elle s’en va réveiller toute sa troupe. Lorsque tout le monde est réuni c’est l’embarquement dans la cosmique soucoupe, direction la planète Hula Hoop !
Pierrot doit la rejoindre pour assister à quelques numéros bien particuliers. La malicieuse sait qu’il va bien s’amuser.
Allez… une répétition de plus ! Celle-ci sera la dernière avant le grand show, sous l’immense chapiteau. Structure perchée sur un nuage propriété des mages créateurs de mirages dont ils sont les seuls à mesurer les pouvoirs.
La fille de juin donne ses directives. Après plusieurs tentatives les pingouins se mettent en files indiennes faisant sortir de leurs becs crochus des glaçons couleur de fruit de la passion. Ils sculptent avec leurs pattes palmées, un arbre dont les branches seront décorées de bulles de bananes soufflées par des babouins y mettant beaucoup d’entrain.
Pierrot arrivé un peu en avance est fasciné. Il se dit qu’il aimerait bien y participer pour avoir une chance d’épater la fille de juin. Elle lui tendrait peut être ensuite la main pour s’envoler encore plus loin…

Pierre se réveille cette fois un peu plus tôt. C’est encore ce rêve étrange qui le tire du lit. Ce songe à comme un aspect de réalité, comme un message qui lui serait adressé. Tout ça est bien trop construit, bien trop de détails pour émaner simplement de son esprit d’ordinaire si peu imaginatif. Il commence à se persuader que l’on tente d’une manière pour le moins incroyable de lui dire quelque chose.
Ce n’est pas la peine d’en faire part à qui que ce soit, on ne le croirait pas…
Une connexion d’esprit à esprit, quelle absurdité ! Il entend d’ici les réactions condescendantes.
Toujours plongé dans ses réflexions, Pierre se lève, va s’asseoir à son bureau et s’empare de son carnet. Lui est venue l’idée de coucher ce rêve par écrit le plus fidèlement possible sur le papier avant que son souvenir s’estompe. Il s’agit d’en faire quelque chose de plus où moins cohérent pour un lecteur et de publier le tout sur la toile. Il ne sait pourquoi, mais il sent qu’une bienveillante araignée s’y cache. Avec un peu de patience et de perspicacité il devrait arriver à la démasquer.

caressedesyeux/patrick Arnoux

L'enfant de la fille de mai... (duo )

Le Dim 27 Avril 2014, 16:28  sur Mille choses, 0 commentaire


L’enfant de la Fille de Mai... (Duo caressedesyeux/Patrick Arnoux)

La Fille de Mai se met à courir en rond dans son palais, impatiente de retrouver son séduisant laquais. Celui qui ressemble à un farfadet, toujours vêtu de cet étonnant costume couleur de bitume. Floqué de quelques ronds lumineux comme la lune, parfois argentés. Le malicieux arbore en permanence cet étonnant chapeau à clochettes qu’elle trouve si drôle.
Le voilà d’ailleurs qui s’avance dans la salle pour finir par une élégante courbette en son honneur. Mouvement qui fait s’agiter les clochettes, un sourire amusé se forme alors sur le visage de la Fille de Mai aux yeux si délicieusement bridés.
Décidément ce galopin improvise chaque fois pour elle des tours qui en valent le détour. Ces pitreries vont encore provoquer chez elle une avalanche de fous rires !
Le voilà qui fait apparaître toute une volée d’oiseaux suivis de tasses volantes d’où coule un chocolat bien chaud au parfum alléchant. Un des volatiles explose pour devenirs une pluie de fleurs, de brioches au sirop d’érable, de brins de muguets se transformant aussitôt en boules de gommes. Un chapelet de bulle l’entoure comme en suspension. Des bulles où elle aimerait plonger pour retrouver l’ancien temps.
Voilà maintenant que Farfadet lui temps la main . Une bulle s’approche d’eux, c’est merveilleux, elle a un goût de caramel salé. C’est le moment, il va falloir y aller.

Du haut de la plus haute poutre, le freux observe d’un œil avisé les deux tourtereaux.
Voici donc le moment de l’appariement entre l’habit de lune et la robe de soleil.
L’oracle du hibou sans âge est sur le point de se réaliser, avec les conséquences annoncées.
L’alliance du jour et de la nuit pourtant impossible sur le fond, prend forme. L’enfant à venir de ce couple atypique sera forcément hors caste. Une entité moitié diurne, moitié nocturne, donc chrono-floue. Un être doté de pouvoirs que ce monde n’a encore jamais connu, le résultat d’une osmose parfaite entre la féminité de la nuit et la masculinité du jour, créature univers à elle seule, la FilleFils du temps.

Quelques mètres plus bas, les deux amants ont échappé à la vue du freux. Ils sont maintenant réfugiés derrière le voile du grand lit à baldaquins.
L’oiseau s’envole pour aller se poser au sommet du hêtre millénaire.
Du haut de l’arbre il entame pour le reste du monde la mélodie du changement d’ère.

Cueille- moi des violettes

Le Jeu 24 Avril 2014, 08:47  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Cueille- moi des violettes

Si vous voulez me faire plaisir, cueillez -moi des violettes,
Ce sont les plus humbles de toutes ces pauvrettes
Et ce sont celles que de loin je préfère
Il ne m’en faut pas beaucoup pour être contente
et si tu vas m’en cueillir un petit bouquet
Je pourrais, pour le coup,afin de te remercier
Te décocher mon plus beau sourire,
celui qui ne me quittera jamais
Tant que tu resteras près de moi
Donne-moi ta main, n’aies pas peur
Je la garderai tout contre mon cœur
Bien serrée contre ton sein
Et je me sentirais si bien
Que tu pourras alors essayer de m’embrasser;

Vole-moi un baiser, avec discrétion
Puis donne-moi-s-en, un deuxième avec émotion
Parce que c’est ainsi que je les aime:
Chauds, humides et passionnés
Fais, mon cœur, doucement chavirer
Juste par ces quelques petites tendresses
Surprends-moi par d’innovants stratagèmes
Des gestes doux, d’aimables gentillesses
Découvre au fond de moi ces choses que j’aime
Donne -moi à manger des cerises, du raisin
Ou bien à boire,de l’eau, au creux de tes mains
Ce n’est pas grande chose mais, pour moi, "quel festin"!
Ou alors tu pourrais, pourquoi pas?
M’offrir quelques petites douceurs
Comme un petit carré de chocolat!
Mais ce que je préfère ce sont les fleurs
C’est ce qui comble mes envies par-dessus tout
Bien que souvent mon esprit le propose
Je m’émerveille de toutes ces petites choses
Qui semblent anodines et qui n’ont d’éclat
Que si je peux les faire avec toi...
Si tu veux bien de moi...

Nul besoin de m’offrir des diamants ou des roses
Je ne ne suis pas ce genre de fille-là
Qui ne succombe qu’à l’argent et à la pose
Qui ne pense qu’aux bijoux ,et aux toilettes
Je me contente que de quelques fleurettes,
Un présent que je ne résiste pas
Alors viens! Dépêche -toi !
Partons à la cueillette de ces jolies violettes

La fille d'avril ( duo caressedesyeux /arnoux patrick)

Le Mar 22 Avril 2014, 20:02  sur Mille choses, 0 commentaire
La fille d’avril

La fille d’avril a de biens jolis sourcils, gracile, la voilà perchée sur un fil regardant le temps qui défile. En bas les rangées de livres s’empilent...
Judicieusement elle touche du bout de ses doigts les pages où les images pas si sages viendront coloré ce ciel si foncé.
Chaque feuille est dessinée et colorée...
Quelques beaux pétales rouge coquelicot, loin d’être des idiots, effleurent discrètement les bleuets qui sont aux aguets. Les pissenlits rebelles n’iront pas à la queue leu leu, persiste la peur qu’on les mange en salade, en marmelade où écrasés en tapenade...
Les coccinelles porteront sur leurs ailes, les effluves de miel avec les abeilles pour escorte...

Le bouffon des rayonnages sourit. Voilà donc le pouvoir de la fille d’avril . Elle s’est endormi comme un bébé après avoir ouvert le livre qui contient la clé ; la clé des rêves défragmentés.
Il était temps, la bibliothèque allait être fermée définitivement. L’enchanteur avait donc raison, c’était l’ultime solution. Chercher et trouver l’esprit catalyseur capable de recréer la réalité.
Ça n’a pas été facile de dénicher la bonne personne. Tout l’hiver et une partie du printemps
à errer dans la mégapole vêtu passe-partout, décodant les visages. Des milliers de fois l’espoir puis la désillusion. Soudain cet après midi, cette fille les yeux rougis, seule, attablée dans ce triste fast-food. Dès le premier regard il a su, en elle ce grain d’énergie résiduelle des premiers temps.
En prenant l’aspect de ce vieil ami, l’entraîner vers la bibliothèque puis lui présenter le livre ne fût qu’une formalité. Le grimoire a fait le reste. Dès la première page le miracle s’est opéré... Connexion dite d’avril... Prophétie dormant depuis la veille de l’an mil...
Le songe de l’âme clé ouvre une faille dans le continuum. La vieille bibliothèque est aspirée de l’autre côté, vers l’ailleurs coloré. L’espace d’un instant les lois de la mécanique quantique sont oubliées.
Dans un hors temps incertain la fille d’avril va se réveiller. Son retour à la conscience va redonner la stabilité qui manquait depuis si longtemps au monde damier.

Alice enfin exfiltrée de l’Absurde...

Le bouffon va pouvoir enfin prendre du repos.
Page 3 sur 28 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 26, 27, 28  Suivante

caressedesyeux

Cet utilisateur n'a pas encore rédigé sa présentation. Vous pouvez lui suggerer de le faire.

Tout à propos de caressedesyeux

Inscrit le:  06 Fév 2010
Messages:  415 [9.34% du total / 0.11 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Océan de plaisir
Océan de plaisir

Activité

Forums Activité % Forum % total
Mille choses 200 sur 731 27.36 % 48.19 %
L'amour en vrac 138 sur 813 16.97 % 33.25 %
Histoires d'amour 23 sur 320 7.19 % 5.54 %
Les liaisons sulfureuses 17 sur 276 6.16 % 4.1 %
La séduction 10 sur 210 4.76 % 2.41 %
Parler d'amour 9 sur 415 2.17 % 2.17 %
La déclaration d'amour 7 sur 132 5.3 % 1.69 %
Annonces 4 sur 41 9.76 % 0.96 %
La première fois 2 sur 94 2.13 % 0.48 %
Exercices de style 1 sur 22 4.55 % 0.24 %
L’amour fantastique 1 sur 14 7.14 % 0.24 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Lun 21 Sep 2020, 19:02
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 39 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 39 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite