"volare... "

Le Lun 09 Jan 2006, 14:14  sur Histoires d'amour, 0 commentaire
Elle était face à la mer. Face au large. Elle parcourut des yeux l’horizon. Elle était seule et la crique déserte l’invitait dans un souffle. Ses cheveux volaient doucement, une mèche de sa chevelure courte lui caressa le visage. Elle était nus pieds. Elle sourit. Elle s’assit et contempla les flots bleus. Infiniment. Le soleil se levait à peine et éclairait d’une lumière nacrée la mer, le ciel, le sable. Le lointain était perdu dans la clarté bleutée... Rien ne troublait ce silence que le souffle léger qui conviait à la paix. Un nouveau soupir plus profond du ventre vers la gorge et la bouche entrouverte jouait avec l’air salé. Elle goûta le sel déposé sur sa bouche. Elle s’allongea. Les yeux clos, elle laissait l’infini l’habiter... Ses doigts s’amusaient des grains dorés. Une éternité. Elle communia au beau. Elle eu envie de marcher vers les flots. Elle ôta un à un les vêtements qu’elle portait ce jour-là. En prenant le temps de goûter à l’instant qu’elle s’offrait. Un jean et chandail noir, ses dessous... Elle se redressa et senti la caresse du vent sur sa peau. Le sable sous ses pieds était tiède et elle appréciait ce massage nouveau. Lentement, elle marcha vers l’onde claire. Elle redouta le froid contact mais l’heure était à la douceur. L’eau tiède la fit frissonner. Les pieds. Elle respira plus vite... Imperceptiblement elle progressait, droite, sans raideur, les genoux, les hanches, la taille, et toujours cette indicible liberté... Elle se laissa glisser dans cette caresse liquide, sans effort et sans heurt. Puis, elle prit une grande inspiration et plongea... Une gerbe de lumière accueillit son sourire lorsqu’elle se décida à prolonger la nuit écourtée... Le ventre, les seins, le visage caressés par le soleil timide et doux... Une nouvelle fois, elle ferma les yeux.

Au volant de sa voiture, elle chantonnait et les oiseaux de mer emportaient vers le ciel des bribes de mélodie : « Volare, oh, oh, cantare, oh, oh, oh »...

De moi à toi ou de toi à moi.

Le Lun 09 Jan 2006, 11:27  sur La première fois, 0 commentaire
En moi il y a cette soif de vivre, cette joie d’être, en moi se trouve l’amour de moi, de toi, un pont en devenir.
Toi, je ne sais à quoi tu ressembles mais je sais ce qui t’habite.
Rien moins que la passion. Rien moins que ce que je porte et qui demande à vivre.
Aimer et puis à deux, devenirs créateurs. Pour construire quoi ? Je ne le sais pas encore ! Mais qu’importe ! Avec toi, à deux, je le saurai. Peut-être pas du premier coup, mais je le saurai. Tu m’y aideras. Et toi, tu auras le même désir de moi que moi de toi. Parfois, nous prolongerons le temps de l’absence pour mieux goûter la joie de nous retrouver. Ce sera délicieux pour nous deux. De toi, je ne sais ni le nom ni la vie, mais je sais que tu m’attends. Cette certitude me comble déjà ! Nous sommes différents et pourtant si proches. Je sais qu’il y aura des jours où il me semblera que tu tardes. Des jours où je te manquerai. Mais ce temps est nécessaire. Il est le temps de toucher à l’essentiel et puis, le temps de la confiance, en toi, en moi. Mais le jour où tu viendras à moi, il n’y aura plus que la joie qui m’habite déjà mais alors sans partage... M’abandonner à l’amour. Et de même pour toi. Oser le lâcher prise. Oser la confiance. C’est tout me direz-vous ? Voilà fort peu de chose ! Oui, mais pour ce peu là il faut du temps, car moins encore que pour l’amitié, il n’existe de marchand d’amour et voilà pourquoi le monde est si triste parfois, qui ne voit plus les roses. Et qu’importe ton nom mon coeur l’aime déjà.

Confidences d'un Créateur...

Le Dim 08 Jan 2006, 20:26  sur Citations, 0 commentaire
"L’amour c’est une parcelle d’espoir, le renouvellement perpétuel du monde, le chemin de la terre promise. J’ai créé la différence pour que l’humanité cultive l’intelligence : un monde homogène aurait été triste à mourir ! Et puis la mort n’est qu’un moment de la vie pour celui ou celle qui a su aimer et être aimé."

Marc Levy

Espace sacré

Le Sam 07 Jan 2006, 20:43  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Il y avait un lieu où le temps n’avait plus de prise. Un lieu très spécial dont seuls certains privilégiés connaissaient l’entrée. Pour y accéder, nul besoin d’intelligence, de savoir, de force, nul besoin de prestige ni d’argent... Pour y accéder, une seule clef, une flamme, qui embrasait tout, liant en un instant les contraires, parcourant l’être de la tête au pied, ce centre entre l’esprit et le corps, ce centre sacré, le cœur. Le coeur s’ouvrait mystérieusement sur l’amour qui transcendait toute chose. Dans l’univers de l’amour la douceur prédominait et avec elle, la tendresse, la complicité et l’abandon, les soeurs chéries de l’amour. La félicité et la joie emplissaient l’air d’effluves délicates révélant à sa vraie nature et fonction toutes choses... Les heureux visiteurs soupiraient d’aise... Un frisson de plaisir courait délicieusement le long de leur corps. C’est là, qu’ils s’étaient reconnus... Tout d’abord ils pensaient être seuls dans ce merveilleux univers et confusément ils ressentaient comme un vide intérieur... Puis, ils s’étaient trouvés face à face et leurs yeux avaient eu du mal à rompre le fil magique qui se tissait entre eux. Ils étaient surpris. Ils se sentaient enfin pleins et tout leur apparaissait dans sa perfection. Dès lors ils ne leur manquait plus rien. Ils étaient nus. En entrant, ils avaient posés toutes ces choses si nécessaires dans le monde ordinaire pour assurer leur protection, mais confusément, ils avaient compris que tout ce bagage les alourdiraient et qu’ici ils n’en avaient nul besoin, au contraire. Le sol était sacré, de même que l’air dont ils remplissaient leurs poumons et chaque chose alentour était porteuse de grâces. La lumière était délicieuse... La transparence des cieux semblait assurer que rien ne les séparerait de l’amour. Cet amour qui appelait l’amour et qui, en grandissant en eux-mêmes, accroissait leur joie d’être. Deux mondes dans l’univers voué à l’amour, à la félicité, à la vie...

7 jours pour une éternité

Le Sam 07 Jan 2006, 13:56  sur Citations, 0 commentaire
Chaque jour, chaque heure, tu te rassureras de tes résistances, de tes manières, de tes esquives, mais l’envie de sa présence sera bien plus forte qu’une drogue. Alors ne soies pas dupe de toi-même, c’est tout ce que je te demande. Il envahira ta tête, et rien ne pourra plus te délivrer du manque. Ni ta raison, ni même le temps qui sera devenu ton pire ennemi. Seule l’idée de le retrouver, tel que tu l’imagines, te fera vaincre la plus terrible des peurs : l’abandon... de lui, de toi-même. C’est le plus délicat des choix que la vie nous impose"

Marc Levy

Leçons pour les amants

Le Mar 03 Jan 2006, 12:55  sur Citations, 0 commentaire
Trois choses sont absolues et indestructibles :
La conscience, l’être et l’amour.
Vous serez amoureux quand vous saurez que vous êtes amour.
L’amour est l’impulsion de l’évolution qui accroît la vie.
Tout désir de croître suit le flux de l’amour.

Deepak Chopra "Le chemin vers l’amour"

A toi, petite âme tendre...

Le Mar 03 Jan 2006, 10:59  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Puisque tu me lis, laisse-moi te souhaiter pour cette année et celles qui suivent,
L’amour qui a conduit ta main puis tes yeux sur ces lignes.
L’amour qui te soutient et auquel tu aspires.
L’amour que tu liras dans ses yeux
Que l’autre lira dans les tiens sans que tu n’aies rien à dire.
Si tu pleures, songes que tu riras !
Si tu fais l’expérience de la solitude tu feras celle du cœur à cœur,
Si tu rêves à l’amour, tu le vivras !
Si tu as peur, tu t’abandonneras à l’amour comme on se jette à l’océan...
Et ton âme sera unie à la sienne tout simplement.
Mais quoiqu’il advienne n’oublie pas que l’amour que tu vivras est celui que tu feras grandir ou pas en toi.
Alors, du plus profond de mon cœur, laisse-moi te souhaiter une très douce,
bonne et tendre année 2006.

L'amour en cadeau...

Le Mer 28 Déc 2005, 10:14  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
L’âme ne s’achète pas : elle se donne, en communion,
Les corps sans âme sont comme un cœur qui se protège
de ressentir : ce ne sont que cuivres creux...
Il faut que ce soit vrai et non une vision.
Ô, mais que nos esprits se touchent, en un regard, s’unissent,
Que nos corps s’attirent au faîte du supplice
sans que le besoin n’intervienne en rien.
Que la passion libère de nos chaînes,
Et le rire et la joie accompagnant nos sens,
Que l’amour nous rende à nous-mêmes !
Juste émerveillés d’être, en harmonie suprême
Et nos lits sont profonds et parfumées nos lèvres,
Nos caresses, nos émois jusque dans nos mystères,
La joie et l’innocence et l’extase en cadeaux
Car c’est pour tout cela que nous naissons égaux...
Unis dans la confiance de se savoir aimés
non pour être parfaits mais tout simplement d’être...

Cantique des cantiques

Le Sam 24 Déc 2005, 14:01  sur Citations, 0 commentaire
Moi, l’amaryllis du Sharôn, le lotus des vallées.
Comme un lotus parmi les vinettiers, telle est ma compagne parmi les filles.
Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, tel est mon amant parmi les fils.
Je désirais son ombre, j’y habite; son fruit est doux à mon palais.
Il m’a fait venir à la maison du vin; son étendard sur moi, c’est l’amour.
Soutenez-moi d’éclairs, tapissez-moi de pommes: oui, je suis malade d’amour.
Sa gauche dessous ma tête, sa droite m’étreint.
Je vous adjure, filles de Ieroushalaîm, par les gazelles ou par les biches du champ, n’éveillez pas, ne réveillez pas l’amour avant qu’il le désire !

Barbara

Le Sam 24 Déc 2005, 13:55  sur Citations, 0 commentaire
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Epanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t’ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N’oublie pas
Un homme sous un porche s’abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t’es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m’en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j’aime
Même si je ne les ai vus qu’une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N’oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l’arsenal
Sur le bateau d’Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé
C’est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n’est même plus l’orage
De fer d’acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l’eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien

Jacques Prévert

Demain...

Le Lun 19 Déc 2005, 16:07  sur Mille choses, 0 commentaire
J’ai voulu t’oublier, j’ai cru pouvoir le faire, de multiples façons ; mais chacune m’a montré que c’était une erreur de vouloir y songer. A chaque tentative, quelque chose me montrait que ce n’était que l’ombre de l’amour, le pâle reflet de ce que j’espérais... Une vision déformée de nous deux. Juste un fanfasme, un espoir de renouveau et de vie. Rien qu’une chimère...
Avec toi, tout était si simple, tu étais heureux et moi, remplie de joie. Nous n’avions pas besoin de grand chose ; tout contribuait à notre félicité ! Tout faisait nos délices et nos regards plongeant dans ceux de l’autre aimaient se rencontrer...
Mon bien-aimé est pour moi et je suis à mon bien-aimé !
A quoi sert donc d’essayer un nouveau départ, il n’y a qu’à poursuivre la route, pas à pas et demain, demain, on verra... Avec toi j’ai franchi les sommets escarpés et je ne puis me résoudre à ces faux semblants d’éternité...
Les roses sont sur la route autant que les épines, je sais qu’un beau jour, tu reviendras vers moi, oui, ce jour viendra où mon coeur aura fini de saigner et mon corps de languir après toi... Et te chercher en vain.
Tu es celui que mon coeur aime, qu’il espère, tu portes la grâce et la vie toujours renouvellée, le rire et le chant du ruisseau, l’aube légère et l’espoir et l’oiseau.
Demain...

J’aime la vie...

Le Mar 13 Déc 2005, 20:23  sur Parler d'amour, 0 commentaire
La vie est un don merveilleux. J’ai choisi d’en faire un poème,
un hymne à la joie, un hymne à la vie... Qu’importe les naufrages toujours l’espoir survit. Et dans chaque moment, on est libre d’agir.
La beauté est un don que je veux protéger, et aussi voir grandir et lell vit en moi comme en ceux que je vois...
L’âme qui est en soi, a tout autant de droit : à chacun de choisir, l’élever et grandir, ou bien l’alternative s’abaisser, s’avilir... Lorsque l’on a choisi entre en haut ou en bas, il ne reste des lors qu’à affermir ses pas...
S’il existe en ce monde tout un tas de mirage, on apprend à les voir.
Mais il faut pour se faire ne pas s’illusionner sur ce que l’on est, l’on vit et nos limites aussi : s’aimer en vérité, ne pas se la jouer.
Parfois, à trop vouloir porter un costume de lumière, lorsque tombe le rideau, on n’est plus rien sur terre... Si dedans tout est faux...
Mais que la vie est belle, lorque l’on ne ment pas, chaque instant est à vivre comme une promesse de devenir et de félicité...

L'amour

Le Lun 12 Déc 2005, 18:33  sur Citations, 0 commentaire
Il n’y a que l’amour qui t’entraîne
A monter plus haut chaque fois

Yves duteil

Je t'ai croisé...

Le Lun 12 Déc 2005, 14:11  sur La première fois, 0 commentaire
La vie et très curieuse quand on aime la vie. Elle vous réserve des tours de sa fantaisie. D’abord tout ébloui on reconnaît en l’autre au détour d’un chemin, un fidèle, un ami, celui qui constamment marchait auprès de soi, mais silencieux et seul, on ne le voyait pas. D’abord, on se dit : "tiens !", et petit à petit, on reconnaît le lien qui nous avait surpris ; comme deux âmes soeurs s’étant longtemps cherchées, toutes deux reconnues, se contemplent, extasiées. Si tu savais le temps m’avait paru si long ! Je croyais que jamais je n’entendrais ton nom ! Mais enfin tu es là, mon coeur est plein de toi. Je le devine à peine sans trop savoir pourquoi. Qu’importe si la vie à nouveau nous sépare et que dès jourd’hui s’achève notre histoire... Nos âmes se connaissent, elles ne s’oublieront pas. Au plus doux au plus tendre de mon coeur tu es là et si la vie te frappe, ne crains pas : tu ne seras plus seul je marche sur ta route et quelles que soient tes peurs et quels que soient tes doutes tu sauras bien qu’ailleurs une âme prie pour toi...

Du bout des doigts.

Le Lun 12 Déc 2005, 10:28  sur Le grimoire d'amour, 0 commentaire
Je n’ai pas pu dormir... Cette nuit j’étais loin
Et par ailleurs si près de toi que je pouvais
Sentir sur moi ton souffle aux baisers emmêlés.
Hémistiches et césures, diérèses et synérèses
Jouaient à leur façon une étrange leçon
Sur mon corps enfiévré de multiples façons...
J’ai cherché le repos ; appelant une trêve,
Que je ne pus trouver jusqu’à l’aube amère...
En t’appelant en vain de manière pressante
Portant les attributs d’une parfaite amante.
Le réveil a sonné me laissant alanguie
N’ayant pas assouvi le désir qui jaillit
En ondes fulgurantes où je me découvrais
Tout à coup chancelante et vide de pensées...
Cet état délicieux me rappela tantôt
Des vers si malicieux : Choderlos de Laclos ;
A défaut d’écritoire, mon corps, comme un clavier,
Au rythme de tes doigts, mourait de volupté.
Page 23 sur 25 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 22, 23, 24, 25  Suivante

dolce vita

Amoureuse de la belle ouvrage, j'écris, je lis ou relis avec plaisir au gré de mes minutes vagabondes...

Tout à propos de dolce vita

Inscrit le:  10 Juil 2005
Messages:  368 [8.30% du total / 0.08 messages par jour]
Emploi:  communication
Rang:  Océan de plaisir
Océan de plaisir

Activité

Forums Activité % Forum % total
L'amour en vrac 67 sur 813 8.24 % 18.21 %
Mille choses 52 sur 726 7.16 % 14.13 %
Citations 50 sur 609 8.21 % 13.59 %
Histoires d'amour 36 sur 320 11.25 % 9.78 %
Un monde parfait 32 sur 247 12.96 % 8.7 %
Parler d'amour 30 sur 415 7.23 % 8.15 %
La vie à deux 24 sur 185 12.97 % 6.52 %
La première fois 13 sur 94 13.83 % 3.53 %
La déclaration d'amour 13 sur 132 9.85 % 3.53 %
La séduction 11 sur 210 5.24 % 2.99 %
Amour internet 11 sur 128 8.59 % 2.99 %
L’amour fantastique 9 sur 14 64.29 % 2.45 %
Annonces 7 sur 41 17.07 % 1.9 %
Les liaisons sulfureuses 6 sur 274 2.19 % 1.63 %
Le grimoire d'amour 4 sur 67 5.97 % 1.09 %
Articles 2 sur 36 5.56 % 0.54 %
Exercices de style 1 sur 22 4.55 % 0.27 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 10:52
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 13 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : Google
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite