Des carences....

Le Mer 23 Nov 2011, 14:37  sur Mille choses, 0 commentaire
La vieille peau nous parle de mirages
dans sa jeunesse qu’elle s’est inventée
elle tente de dérider son vieil âge
elle tente d’inventer sa vie rêvée

Elle entre sur scène sous les projecteurs
du régisseur
le seul qui lui donne des couleurs
à sa monotone heure.

Elle repense à la vie à deux
lorsqu’elle était mariée
avant de ne plus se sentir heureux
et de divorcer.

Depuis la solitude la ronge,
elle a beau se maquiller,
sa peau reste terne, et éponge
ses larmes de crocodile râté.

Elle voudrait croire en ses fantasmes,
qu’elle n’ose avouer,
elle voudrait se sentir femme,
et pas à moitié.

Dans son petit appartement,
elle sen sent en isolement,
et jalouse les Marilyn,
celles que les hommes animent...

Elle aussi se voudrait réanimée,
par un pompier,
mais aigrie, elle ne fait que regarder
les autres s’aimer.

Elle cherche la faille, le jardin secret,
elle cherche: où l’ont-ils caché?
elle ne sait....
ce que ce couple fait...

Elle imagine le silence de l’invisible,
quant elle écrit, elle se sent émergée...
elle voudrait plonger dans l’immergé,
voir ce qu’elle ne peut regarder...

Ses quarante deux ans
l’ont achevés,
elle ne peut acheter
des jeunes talents.

Elle repense à sa vie sans solitude,
à ces images qui l’ont bercées,
pour maintenant l’abandonner,
dans son inexactitude.

Depuis elle ment comme elle respire
elle ment comme elle s’inspire,
comme elle expire,
elle se construit son désir.

En grand mère déguisée,
elle reste voilée,
cachée, désappointée,
tel un loup manqué.

Sa maladie elle l’exhibe,
elle la vend, s’en inhibe,
puis elle finit par rentrer
dans sa prison organisée.

Ici c’est le même mur,
les mêmes armures,
qui l’ont à l’usure,
elle se tait de ses blessures.

Elle voudrait que la tristesse
soit notre détresse
pour mieux gérer son stress,
elle se voulait princesse.

Lorsqu’elle la voit l’embrasser,
elle voudrait mourir, tétanisée,
elle ne veut pas voir les gens s’aimer,
ça lui renvoie ce qu’elle a manqué.

Notre première fois

Le Ven 18 Nov 2011, 03:00  sur La première fois, 0 commentaire
Je voudrais qu’après notre première fois,
tu te sentes apaisé,
et que tu ne sois plus fatigué mais satisfait.

Tout à l’heure tu étais trop beau comme un coeur charmant et craquant.

Pourquoi notre timidité est-elle si violente?

En régie, c’est pas de la scène, c’est du vécu.
Et toi je te vis.

Je voulais que tu restes plus longtemps encore, je ne voulais plus que tu partes, je ne voulais pas que tu partes.
Je voulais tout te dire et en même temps ne plus parler pour te coller et t’avoir dans la peau autant que je t’ai dans le coeur.
Je voulais me baisser ramasser avec toi ce que tu fais tomber.
Comme je tombe d’amour pour toi.


Je suis en train de devenir folle d’amour de toi,
comment te dire je t’aime, mes yeux t’aiment, tu donnes des frissons à mon corps, je te ressens, tu rentres en moi et tu n’en sors plus.
Je te sens et je te veux heureux, près de moi, je veux rayer de notre dictionnaire le mot "fin".
Ta sensibilité, ton intérieur, enfin tout ce que tu dégages, ces valeurs qui ne s’achètent pas.
Tu es beau, de plus en plus, à chaque fois que mon regard se pose sur toi.
Je voudrais être tous les soirs avec toi.
Tous les jours comme le soleil est toujours là même invisible.
Le soleil n’existe pas que lorsqu’on le voit, et pour moi tu existeras toujours.
Tu es là, sur cette feuille, sur mes lèvres, partout où je vais je te prends avec moi dans mon esprit.
DANS MON COEUR aime aime aime aime aime aime aime aime aime aime aime aime

Je t'aime

Le Ven 18 Nov 2011, 00:16  sur La première fois, 0 commentaire
J’ai besoin de t’écrire ce soir en ce jour plein de soleil. Je voudrais te dire combien tu comptes, et que je t’aime vraiment.

http://www.youtube.com/watch?v=7lEVN0Db-uE

à toi!!!

Le Mer 02 Nov 2011, 12:59  sur Mille choses, 0 commentaire
http://www.youtube.com/watch?v=r-QpaFBD6nE&feature=feedrec_grec_index

juste cette chanson dont le texte est magnifique!

Je n'ai plus

Le Dim 30 Oct 2011, 21:41  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
Je n’ai plus peur du danger
sans être téméraire
je ne pleure plus à la pitié
depuis qu’on enterre
les regrets
sur cette terre

Je n’ai plus que l’appétit
si il faut je boirais la pluie
pour être digne comme un chêne
mais sans chaîne
depuis que je bois de l’eau
y’a du coca dans le frigo
y’a de l’excitant
et puis du chaud
appétissant

T’es séduisant
ça ne me rend pas volage
ça me rend
tellement trop sage
que j’envisage
ton visage
et nos massages
dans mon paysage
non poétique
non onirique
mais véridique

Dans mon réel,
dans ma réalité non virtuelle
mon amour, mon ami, mon ciel

Quand je te lis
quand tu me lis
on se lie
et moi je voudrais aussi
dormir dans ton lit
avec toi en mari
banalement extraverti
au quotidien
au café du matin
à la routine du lendemain

Je voudrais m’ennuyer
non de toi mais de tes côtés
je voudrais tes défauts, tes qualités
je voudrais tout partager

Je voudrais me lasser,
de te voir me réveiller
chaque jour passé,
je voudrais nous voir se rider
ensemble, vieillir liés
je voudrais te regarder t’endormir
quand tu es fatigué
et puis sur toi veiller
en ravivant tes désirs

Je n’ai plus peur du danger
depuis que je t’ai croisé
depuis que je t’ai rencontré
je n’ai plus la nausée

Mon amour si tu m’aimes
comme tu le dis
viens sur cette plage
où le seul paradis
est dans mon corsage
je t’ai déjà dit oui
pour notre mariage
viens murmurer à mon oreille
ce que mon petit doigt dit
viens caresser mes cheveux
respirer ma peau
embrasser mes lèvres
réaliser tous tes voeux
ce qui te rend si beau
quand tu es fier

Quand tu es fort
et que tu t’accomplis
même dans l’effort
où tu jouis
tu es beau et fier
quand je me laisse faire
quand ton corps m’opère
et me rend fièvre

Ne reste pas fébrile
même en hiver
l’été c’est une idylle
si on manie les vers
si on marie les verres
avec pour seul alcool
nos parfums
et pour seul vin
nos nuits folles

Je n’ai plus peur de rien
quand tu prends ma main

Lorsque tu vis

Le Dim 30 Oct 2011, 21:03  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Je ne suis plus triste
et je n’ai plus de sort
depuis que t’es artiste
depuis que t’es dans mon corps
je n’ai plus peur de la piste
je n’ai plus peur de la mort
je ne suis ni autiste
ni je n’ai tous les torts

Je n’ai plus non plus de raison
je ne cherche pas à me justifier
je ne cherche pas de poison
ni comment on peut s’antidoter
je ne cherche plus pourquoi
j’ai même troqué mes émois
j’ai vendu ma peine
contre un peu de toi
j’ai vendu ta laine
contre un peu de moi
je t’aime nu en moi
tel un manteau contre le froid
comment? torride sans effroi

Je ne veux plus, ce en quoi on croit
ni ce que l’on voit
je veux toucher, sans gant,
à m’en salir les mains,
tu sais bien que dedans
tu n’y crains rien
tu sais bien que ta peur ne vaut rien
que ta douleur ne veut rien
tu sais bien
mes câlins
sont ton seul remède
ton seul sein
ton seul actifed

ce destin
sur ton chemin

là où tes yeux te mènent

où ta main te guide

où tes rêves traînent

où tu es plein sans avide

celui où tu te vides

où tu t’enivres

le seul où tu sâches vivre.

Je m'incline!

Le Mer 26 Oct 2011, 00:07  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Mon âme est étreinte, car mon corps manque de ce rythme qui me comblerait. Cet acte: celui où tu me prends. Tu poses tes mains sur mes hanches, et me surprends, comme je succombe à cet instant. Je m’incline, au bord du précipice dans lequel je tombe d’amour. Je me penche.
Je me baisse, tu te dresses. Tu m’apprivoises et j’agonise du désir où mon rêve meurt mais tend à se réaliser. Je me soumets à toi, et toi tu enjambes ce qu’il reste de moi. Ce qu’il reste de moi? Un instinct comme animal, une envie de ton sang dans le mien. Il ne reste plus qu’une pulsion: celle où je me sens vivre pleinement, celle où tu donnes vie à l’orgasme. Celle où l’on culmine de plaisir, au cœur de la réalité. Une envie sans artificiel, une envie naturelle, une envie de toi qui me rend folle. Je m’incline car je t’aime et ça me rend folle de sexe avec toi. Faudrait-il une raison? La raison, la Passion. Je revis quand je vois ton sourire, même lorsque ton sourire ne me suffit plus. Je revis, quand je lis entre les lignes, et que je vois ton visage se dessiner sur le sable où tu écris mon nom. Je revis, quand mon téléphone indique un sms venant de toi, et ce avant de le lire. Je revis comme une enfant, qui t’éprouve. J’apprends, à te connaître, il faut du temps, mais au limite du besoin, mon fantasme se fait pressant. Ma patience a atteint ses limites, et je me languis, malgré les précautions. Doucement mais sûrement, je visualise la scène: comme si nous l’avions fait! Bande sans discontinu, film interdit au moins de 16 ans, ma vision est génitale! Et toi, tu es génial, tu es fantasque, tu es distingué et élégant. Tu m’apaises, et me soutiens. Tu m’écoutes et tu me fais rire. Tu es si intelligent, et très intéressant intellectuellement. Moi ça stimule mon cerveau de sucer des neurones de qualité! Tu me portes bienveillant, et je m’envole au septième ciel. Au 69ième étage, tu me conduis, dans les nuages. Mon regard est brûlant comme le soleil, pétillant, comme ton cœur qui pétille, effervescent, lorsque je te vois. Tu es l’air où je respire, des souffles de renouveau, tel un espoir qui vous caresse, une main qui vous frôle et vous tente. Une envie qui vous démange, une pensée qui vous ronge délicatement. Un jour noir de pluie et de froid, dans l’absence. Une nuit blanche, un présent, qui illumine, ensoleillant. Un rêve diurne, une lueur dans mon cœur qui allume les flammes de l’ardeur. Un élan, voilà tout ce que je suis lorsque tu me pénètres profondément. Lorsque tu touches au plus profond de moi, lorsque tu rentres à l’intérieur et que tu pénètres mon intimité. Lorsque tes mains m’entourent et font le tour de ma taille, lorsqu’elles se promènent comme dans un jardin, et que je me fais fleur. Lorsqu’à ma peau, tes doigts glissent, et dérapent au bon endroit, au bon moment. Lorsque je me fais victime volontaire de tes assauts répétés, et de tout ce "va et vient". Tu bouges comme je vibre, tu me chamboules, tu me secoues, sauvage mais avenant. Mon corps accuse réception, il te reçoit cinq sur cinq, il s’ouvre. Mon corps s’écarte, puis c’est le trou noir: mes yeux se ferment. Je m’évanouis de plénitude, et quand j’ouvre les yeux, tu me donnes un baiser. Ma langue goûte à toi, mes mots coulent, je prends le risque: je me mouille. Je me jette à l’eau, je me noie dans tes yeux, je m’endors dans ton lit. Voilà, tout ce que je suis, lorsque nos deux corps se confondent en un seul, en fusion. Je ne suis plus qu’un être qui ne contrôle plus rien si ce n’est le cheminement de notre voyage en suivant ta voie lactée. Je ne suis plus qu’un être d’émotions que mon corps verbalise et interprète. Je n’ai plus qu’un langage: le corporel. Je n’ai plus qu’une lubie: faire l’amour avec toi.

Transcendance

Le Mer 26 Oct 2011, 00:01  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
J’aime quand tu te retiens, mais pas trop.
J’aime quand je sens monter en toi un désir toujours plus fort, jusqu’à ce qu’il te submerge.
J’aime quand l’immergé émerge.
J’aime quand j’expire de toi, quand tu m’inspires.
J’aime quand je t’inspire, quand tu craques, et lâches "prise".
J’aime quand tu perds le contrôle de tes mots, comme un flot qui gicle et éclabousse!
J’aime jouer avec toi, m’amuser de tes atouts comme tu me taquines.
J’aime, ce que tu as, que je n’ai pas!
J’aime, ce qui me complète...
ce que tu es que je ne suis pas:
tout ce que tu es;
tout ce que je ne suis pas.

Que serais-je sans toi....
qui viens à ma rencontre?
que serais-je sans toi?
Une moitié, pire une montre...
Tu reconnais la chanson,
tu reconnais mon son...

Je voudrais entendre ta voix
me chuchoter tout bas
à l’oreille "je suis là".
Quant est-ce qu’on se revoit?
dis moi, parle moi,
dis moi que c’est bien toi,
qui soulage mon émoi.

J’aime quand tu te laisses aller,
quand tu ne résistes plus,
lorsque la jouissance transcende la résistance.
J’aime quand ton rêve devient désir,
quand ton désir devient réalité,
quand ta réalité devient amour,
et quand ton amour m’atteint,
puis me touche de ses mains.

http://www.youtube.com/watch?v=I1lqm5g4RsA

Je voudrais

Le Mar 25 Oct 2011, 21:07  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
Comment te décrire? Tu es l’être que j’attendais, sans ne plus l’espérer. Je ne t’attendais pas, je ne m’attendais plus, et ce fut impromptu.
Comment t’écrire Je t’aime sans le chanter? je voudrais danser, contre ton torse, la tête posée; tout près m’approcher. En musique, te dire, viens m’embrasser! Je voudrais que tu décides et que tu me guides avec tes bras limpides de clarté, sans vide... Je voudrais que tu me serres fort, jusqu’à me voir soumise à ton corps... Ton nom, qui se fait tant désirer, oui je voudrais le porter, le garder, l’adopter, puis surtout le partager. Je voudrais obéir à tes mains en ayant qu’un seul maître: mon coeur, je voudrais mélanger nos odeurs, dans la sueur du bonheur. Tu m’inspires un demain où nous irons à Rome, par tous chemins, un seul homme: me manque, et tout mon coeur est dépeuplé. Oui tu es parfait, un peu plus chaque fois que je peux te découvrir, pardonne moi, de te dévêtir.
Comment me retenir? Ai-je le droit de te recouvrir de moi? Si tu étais une pierre, tu serais précieuse, tu serais un diamant, recherché, rare, fier, digne, un aimant m’attirant, amoureuse. Un éclat, tu es sublime: brillant. T’admirant, bien plus je t’estime énormément. Je te respecte, tendrement, aveuglément, éblouie et muette, discrètement, je t’attends. Je te regarde, avec tendresse, et attachement, comme une princesse guette son prince charmant. Tu es si beau car tu dégages la beauté intégrale, car ton intérieur et ton corps débordent de charmes, car un peu plus chaque jour mes yeux t’avalent, car tu sais faire de moi la plus heureuse des femmes. J’aime ce film qu’on regarde, notre scénario, j’aime quand tu montes tout en haut, tu es droit, ferme et doux quant il faut, tu es pour moi de tous, le plus beau! Celui que je veux, que je voudrais, tu es tout ce que je voulais! tout ce que je veux! tout ce que j’aimerais. Tout ce que j’aimerai. Je t’aimerai toujours. Car, comment à présent, t’enlever de moi? où tu es entré, mon Amour. Mon présent. mon toujours.

Cristallisation

Le Mar 25 Oct 2011, 20:10  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
? timide

ça me fait penser à ça...

Le Mar 25 Oct 2011, 20:10  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
http://www.youtube.com/watch?v=RIoHUMFt8zI&feature=fvst

Danser, du regard et des mains apprivoiser
Une proposition, un pour parler, une invitation à tout oublier

Tanguer, comme les radeaux dérivent, les canoës
Comme le vin enivre, se griser, comme un tango, tanguer se renverser

Tomber, comme l’oiseau porté par les grands vents
Comme le bateau au fond de l’océan, comment choisir de vivre le néant

Aime-moi (ou ou) aime-moi (ou ou ou ou)
Aime-moi (ou ou yeah) aime-moi (ou ou)

Danser, fermer les yeux ne surtout plus penser
Du bout des doigts te toucher te troubler
Dire que je danse, mais t’apprivoiser

Tomber, dans cet orage mourir foudroyé
Dans ce volcan, me perdre et m’y brûler
Mourir d’amour et en ressusciter

(Aime-moi)
Comme une parenthèse, une pose une trêve, un vide où je me noie
(Aime-moi)
Comme l’amour en rêve sans interdit sans règle ne plus penser qu’à ça
(Aime-moi)
Et comme un sacrilège assouvir le cortège de mes désirs de toi
(Aime-moi)
Et j’arrête le temps respire à contre temps ne respire presque pas

Aime-moi
(Je trace le chemin de la bouche de mes mains te dessine la voie)
Aime-moi
(Et c’est moi qui décide qui t’emmène et te guide et dispose de toi)
Aime-moi
(Te manger comme une pomme qu’on croque et abandonne te prendre comme un homme)
Aime-moi
(Je connais la manière et comment il faut faire pour trouver la lumière)

Aime-moi (ou ou) aime-moi (ou ou ou ou)
Aime-moi (ou ou yeah) aime-moi (ou ou)
Aime-moi (ou ou) aime-moi (ou ou ou ou)
Aime-moi (ou ou yeah) aime-moi (ou ou) aime aime aime aime aime aime aime aime aime aime aimec’est que ton texte est beau en effet et INSPIRANT
Page 7 sur 8 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante

inlove

Cet utilisateur n'a pas encore rédigé sa présentation. Vous pouvez lui suggerer de le faire.

Tout à propos de inlove

Inscrit le:  21 Oct 2011
Messages:  115 [2.59% du total / 0.05 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Rivière de charme
Rivière de charme

Activité

Forums Activité % Forum % total
Citations 21 sur 609 3.45 % 18.26 %
La déclaration d'amour 19 sur 132 14.39 % 16.52 %
L'amour en vrac 17 sur 813 2.09 % 14.78 %
Histoires d'amour 16 sur 320 5 % 13.91 %
Mille choses 10 sur 726 1.38 % 8.7 %
Parler d'amour 7 sur 415 1.69 % 6.09 %
La première fois 6 sur 94 6.38 % 5.22 %
La vie à deux 5 sur 185 2.7 % 4.35 %
Les liaisons sulfureuses 4 sur 274 1.46 % 3.48 %
Articles 3 sur 36 8.33 % 2.61 %
Amour internet 2 sur 128 1.56 % 1.74 %
Un monde parfait 1 sur 247 0.4 % 0.87 %
La séduction 1 sur 210 0.48 % 0.87 %
Annonces 1 sur 41 2.44 % 0.87 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Lun 20 Nov 2017, 10:25
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 20 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 19 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite