Ces divins voyous de l'amour

Le Sam 22 Avril 2006, 09:12  sur Citations, 0 commentaire
"Depuis le petit coeur impatient de mon enfance jusqu’à ce vieux coeur meurtri, pantelant, essoufflé, mais toujours plus avide de lumière, je n’ai pas eu d’autre ambition que celle d’être accueilli et reçu comme un poète, de pouvoir me compter un jour au nombre saint de ces divins voyous de l’amour. Je n’ai jamais voulu rien d’autre, et je crois bien n’avoir perdu pas un unique instant d’entre tous ceux qu’il m’a été donné de vivre, en détournant les yeux de ce seul objectif jamais atteint, sans doute, mais visé toujours mieux et avec une passion de jour en jour plus sûre d’elle."

Armel Guerne

Te lever dans mes yeux

Le Ven 21 Avril 2006, 12:06  sur Parler d'amour, 0 commentaire
mais si tu m’aimes déjà
je ne fais que rêver
je ne sais si tu es
celle que je sais déjà

je veux seulement t’aimer
te lever dans mes yeux

aussi poser un doigt
sur le bout de ton nez
un geste sur tes lèvres
et puis encore t’aimer
j’ai le temps et bien plus

et ce n’est que pour toi

mais ne viens pas
si tu n’es pas l’été
si tu n’as pas
ta robe de marée

ton regard si clair
me trouve si discret
ta bouche est dans la lune
à moitié

intimidée
quand tu me croises

heureuse
quand je te rends l’autre moitié

je ne sais si c’est pour rien
mais pour nous deux
c’est un soleil
qui s’est levé

à rendre aux oubliés

Le Mer 19 Avril 2006, 08:29  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Jour de Paix ! La Nuit est passée,
l’Orage aussi, le Ciel est clair.
La violence des larmes s’est tue,
la tristesse m’a abandonnée,
je ne suis plus au regret,
tendre inconnue,
de ne pouvoir t’aimer.
Que m’est-il arrivé,
quelle Folie me voulait ?
Tu pouvais être l’Amie,
celle qui me consolait,
celle que j’aurais guérie,
à force de mots vrais,
pour qui Ciel et Terre se soudaient
— Éternité réinventée.
Et ce n’est rien.
Voici que mon cœur s’est retourné,
j’ai fini de pleurer, et je reviens
sur la rive du monde,
et je dirais ce qu’il en est
— de la Mer étalée.
Suis donc ton chemin,
la pente douce de ta vie,
et je suivrai, quant à nous, le mien ;
les fleurs, les vives et les fanées ;
et légère, ton absence sous mes pas ;
et tranquille, l’impossible espoir,
sans un regret ;
et heureux, l’horizon
à nouveau déployé.
Qu’à présent je puisse
simplement ramasser
ces pierres lourdes au fond de moi,
qui ont ruiné mes illusions,
et les reprendre et les changer.
Perles de Vie à rendre aux oubliés,
comme ce nouveau goût d’aimer
— cette Rosée.
Voici que l’Aube n’est plus très loin,
les plus avancés l’ont déjà rejointe.
C’est un Ciel irisé,
un Appel que l’on entend,
la douce Musique qui s’élève
et qui vient
— l’Amour sans lien.

Marie tu passes…

Le Dim 16 Avril 2006, 21:14  sur Un monde parfait, 0 commentaire
(A la passeuse du bonheur, en hommage à Pierre Ronsard)

Oui mais Marie
Marie tu passes
En tous rivages
Et surpasses
De ta grâce
D’un rien
D’une trace
De paix
Toute douleur d’aimer

D’autant que l’agneau dont on faisait
Ta gloire
Est agile et sauvage
Et même aime danser
Aime boire

Je ne dis pas pourtant que la rose à ta place
Ne sente bon
Ni que le rire des jeunes filles ne soit plaisant
Je ne nie pas
La caresse au passage
Mais je sais ton ivresse
Qui ne sait décevoir

Te voici et la beauté pâlit
Ou bien l’on voit que c’est par toi
Que la Lune reluit

Jamais tant ne s’éprend ma vie
Que d’Une
La servant
Passant où je demeure

Pour un Oui ou pour un Non

Le Mar 11 Avril 2006, 13:07  sur La première fois, 0 commentaire
Est-ce bon signe ? Si près de te revoir, j’ai envie de mourir.
Je ne suis que le courage parmi les éboulis, avec des signes de faiblesse. Á vrai dire je n’en peux plus.
Oh, que je sache, : un « oui », un « non », ne serait-ce qu’en te détournant, quoi qu’il en soit, je prends le large.
Je vais tenir, de mes deux mains, jusqu’à demain, après tant pis.
Dans l’intervalle, je te remets ma vie, je tiens en suspension, jusqu’à ton point final.
Oui : la mer se soulève
Non : je pars à marée basse, plutôt l’enfer, mais emportant le paradis.
Oui : c’est toi plus toi.
Non : alors tant pis, je m’ouvre à d’autres.
Oui : la vie est Vie.
Non : je vis de ma vie morte, comme un ressuscité.
Oui : Oui.
Non : Non.
J’ai pris le temps, je t’ai choisie.
Et toi aussi, tu dois le faire, oui ou non, je t’en prie, il serait temps de nous aimer.
C’est dans mon ventre que je prie, de là que je t’écris.

Ses yeux d’amante douce

Le Lun 27 Mars 2006, 08:10  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Parlant d’amour à voix muette
Elle disait
Un sillage qui se perd
Les traces brouillées
D’un passage au soleil
Un nuage égaré
La flaque dans le ciel

De ses yeux mouillés
Elle chantait sa tristesse
Son amant oublié
Un échec en beauté
Et rêvait
De deux pas qui avancent
Vers un silence aimé

Hier je l’ai vue passer
Illuminée des jours anciens
Des mots à ses lèvres
Enlacés

Entre ses yeux
D’amante douce
La vue tremblait

Je la suivrai

Je veux savoir
Quel soleil elle avait déplié
Quelles larmes ont couru
Habiller son visage

Qu’elle m’apparaisse
Toute d’amour vêtue
Pour qu’en ses yeux émus
Les nouveaux jours m’appellent

La déclaration

Le Ven 17 Mars 2006, 12:35  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Madame,

Comment me regardez-vous ?
Voudriez-vous vous approcher de moi ?
Je vais vous dire : cela fait des années que je prépare en moi le prochain amour.
Je ne sais si c’est vous : vous y ressemblez.
Je sais de quoi il est fait ; c’est de brûler que je l’ai fait ; c’est en brûlant qu’il m’a refait.
Ne reste en moi que la flamme pure.
Je ne sais si une seulement s’en approchera. Vous me convenez.
Je lis très bien les yeux des filles ; et donc je sais très bien le feu qu’elles voient, quand elles se risquent aux miens. Je sais leur émoi ; j’admets leurs fuites.
Où je suis pour aimer, j’ignore si je serai rejoint, mais c’est Amour que j’ai rejoint, en me mêlant à ses Marées.
Vous me lirez peut-être, alors vous saurez d’où je viens, et mon île.
J’habite au-dessus du volcan et je l’ouvre aux éclairs, à une autre fusion, et tout autour une autre Mer veille à la terre comme au ciel, et elle est d’un bleu sans fond.
Je serai peut-être seul pour faire ce que j’ai à faire, mais vous semblez me deviner, je crois comprendre votre attrait.
Pouvons-nous en parler, avant que l’attrait ne devienne blessure ?
Ne cherchez pas de ruse ; afin que seule l’innocence nous habille, et vous verrez comme elle va bien aux hommes.
Je ne sais rien de plus sincère que le cœur qui m’a refait.
Laissez-moi vous parler, vous sentirez peut-être quelque chose d’autre dans mes mains, une fois j’en ai vibré tout entier, flamme matière entre l’eau et le ciel, immobile en mon lieu d’origine, sur un petit pont de bois.
Puissiez-vous être près et proche de moi. Vous ajustez en moi de votre pas léger le plus doux rythme qui soit, je vous l’expliquerai.
Je vous ouvrirai ma voix d’éternité.

Je ne sais pas encore si je vais vous remettre cette lettre ; j’ai besoin d’abord de vous revoir ; la flèche que vous avez plantée en moi la dernière fois a bien atteint son but. Je dois revoir vos yeux, vos lèvres ; et si je peux, y verser l’envie nue, telle qu’elle se lève.
Peut-être n’est-ce qu’un jeu pour vous, tous nos regards qui se sourient, et vos sourires qui me regardent.
Dans ce cas, ce n’est rien, d’ailleurs qui suis-je ?
Aussi infirme qu’infime, je veille à l’infini, cela doit me suffire.

Mais nos sourires à venir et ces larmes sans pleurs que déjà je connais ; en avez-vous la place ?

Je vous salue Madame

Couronne de pureté

Le Dim 12 Mars 2006, 11:15  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Tant pis, je serai peut-être déçu, mais je me tiens ouvert, j’offre mon cœur à ce beau rêve.
Tu viens et je t’accueille en moi sur cette plage où tout a commencé, cette Chambre d’Amour où j’ai mêlé, trente ans auparavant, mon être au sable et à la mer, je n’en savais plus rien, j’ai glissé sous le sommeil, j’avais roulé jusqu’à tes pieds, vague solaire.
A deux jours de te revoir, mon cœur s’émeut ; et amoureux, j’ai peur de l’être.
J’ai tant besoin de tes yeux, ou bien vivre sous terre, où j’ai creusé sa voie à l’eau céleste, et j’attendrai sa remontée, tout le long de mes veines.
Je sais très bien la danse que je veux.
Tu es, femme, la première dame comme en mon vœu, libre et belle, douce et claire, cœur spirale auprès du ciel, où t’attendent des boucles de lumière, pour se mêler à tes cheveux, un air que dansera aussi ta tête, quand ton corps sera deux.
Je te veux et n’ai qu’un doigt à poser sur le bout de ton nez, qui est fort beau, puisqu’il m’émeut, si tu voulais.
Je n’en suis pas si sûr, le filet est léger, si je tombe d’être amoureux. Mais je saurai me relever, une liane est lancée, monte là-haut jusqu’au repère, l’abri des dieux et des déesses ; et si j’en pleure trop, j’en ferai encore une autre mer, encore plus belle encore, et je serai radeau, le salut des sourires amoureux, blessure radieuse que la houle promène auprès des cieux, je n’ai pas peur de ça, ni de mourir une autre fois, mais tu es celle que j’espère, du rêve millénaire.
Tu es, femme, la première dame selon mon vœu, ni fille ni drame, mais signe clair, couronne de pureté, ai-je appris hier.
Ô Ciel, t’amuses-tu ?
Je voudrais rire avec toi, ravir tes éclats, prendre part à l’éclair.
Mon cœur a remonté ma vie, et c’est pour l’homme qui t’espère, enfin debout, enfin heureux.
J’ai aimé de nouveau comme on aime toujours.
J’ai aimé en enfant, j’ai aimé sous la mer. Et j’ai aimé aimer, en t’attendant, un rien, la forme seule d’une prière, juste une goutte d’eau.
Pour me refaire, pur et sincère, savoir te couronner.
Alors donc je suis prêt !
Même tes yeux me l’ont dit, même l’hiver.
Je ne sais rien de ce que la pluie me réserve, mais pourvu que ce soit toi, mon toit le plus ouvert.
J’ai esquivé d’autres promesses, gentiment écarté de doux rêves, je n’ai pas relevé ces yeux d’aveu qui hier encore me retenaient, pour toi, pour t’être clair, qu’ils te reviennent, les miens si bleus, qu’on y voit à travers, et la mer et le ciel, et leurs jeux.
Amoureux, j’ai peur de l’être, tant pis, j’y vais quand même, c’est en femme que tu m’émeus, et de l’enfant en moi jusqu’à la lourde pierre, c’est en homme que je te veux, défais de tous les sortilèges, et s’il n’en reste qu’un, pour toi, je saurai l’être.
Alors je te prendrai dans mes bras sans trembler, sans faillir, sans dévier ; qu’en ton sein se soulève, furieuse, la haute mer qu’on croyait asséchée, radieuse sa première marée, vibrante, l’envolée qui touche Terre, et y mêle les cieux.
Qu’en ces nouveaux visages, la vie y soit réserve, un refuge intégral, ce volcan oublié où paissent les oiseaux, près des gazelles aux ailes paresseuses, pour qu’après nous les amants plus jamais ne se perdent.
Qu’ils voient de leurs yeux clairs, au-dessus d’eux et pour la Terre entière, descendre du repaire l’aigle amoureux, portant dans ses serres la couronne de pureté, qu’avec toi de tes yeux j’ai tressée.
Et qu’elle soit pour mille ans notre arche de beauté.

Les Séparés

Le Mar 07 Mars 2006, 13:29  sur Citations, 0 commentaire
N’écris pas - Je suis triste et je voudrais m’éteindre
Les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre,
Et frapper à mon coeur, c’est frapper au tombeau
N’écris pas !

N’écris pas - N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes
Ne demande qu’à Dieu ... qu’à toi, si je t’aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais
N’écris pas !

N’écris pas - Je te crains; j’ai peur de ma mémoire;
Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent
Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire
Une chère écriture est un portrait vivant
N’écris pas !

N’écris pas ces mots doux que je n’ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon coeur;
Et que je les voix brûler à travers ton sourire;
Il semble qu’un baiser les empreint sur mon coeur
N’écris pas !

Marceline Desbordes-Valmore
Chantée par Julien Clerc

Je n’ose vous les dire

Le Mar 07 Mars 2006, 09:41  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Certains mots me paraissent plus beaux
Que ceux qui sont écrits
Mais je n’ose vous les dire

Se forment en moi des poésies tout enfantines
Venues du fond des âges avec des yeux de fiancées

Dentelles d’eau
Sur la peau du langage

Énigmes de la fontaine
Où je me suis baigné

Y regardant de près
Ma vie a ralenti
Mais en accéléré

Ne pouvant plus la devancer
— Je m’y suis assis

Je n’avais jamais vécu tant de beauté
L’amour en pluie sur le pavé
La plage abandonnée
Au pied de mes amours

Me voici amoureux
Comme on revit
L’air me suffit
Le rayon bleu

Je ne sais encore de qui
Pourtant son nom est tout trouvé

Mais je n’ose vous le dire

Une mouche

Le Lun 06 Mars 2006, 11:32  sur Mille choses, 0 commentaire
Quand je suis seul
Abandonné
C’est une mouche
Toute petite
Qui me touche
Et qui me plaît
Pour qui j’évite
De faire ces bruits
Qui effarouchent
Plus un geste
De fuite
Quand elle se pose
Et qu’elle ne bouge
Plus de ma vie
Et qu’elle ose
Laisser ses ailes
Ici
Et s’y repose
Si je souris
Et applaudit
Si je m’envole

Nuit en pluie

Le Ven 03 Mars 2006, 11:53  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Nuit en pluie

Il pleut passionnément dirait-on
Les écluses sont ouvertes
Comme amoureusement
Le ciel dévale le vent
Des flaques tombent
Ça fait du bruit
Et des ondes
Par terre
Et un cri

Le clapotis
Hèle la mer

éros et les anges

Le Mer 01 Mars 2006, 16:28  sur Parler d'amour, 0 commentaire
éros et les anges

il me semble que la terre la plus profonde est comme le ciel le plus lointain
en nous
et que la pure ivresse des sens
en reflets absolus
touche aussi la lumière
de nos corps nus

A dieu, la fleur

Le Mar 28 Fév 2006, 11:48  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Petite fleur sauvage
Sais-tu ce que tu as fait dans mon cœur
Ô oui tu peux le deviner
Tu es fine sensible n’est-ce pas ô oui
De loin tu m’as aperçu
Je t’ai bien vue venir
Et j’avais juste le temps de m’éloigner.
Ta timidité n’a d’égale que la mienne
Devant tant de fragilité.

Si tu savais petite fleur
Comment ce que j’aime de toi
M’étreint encore

Je ne te voulais presque rien
Mais c’est toi qui as raison
Que faire de ce garçon
En trop dans ma vie
Et qui n’en est plus un

Si tu savais petite fleur
Comme tu me touches encore
Même de loin
Ô oui
Ne crois pas que je t’invente
Telle que tu es
Et tout ce que ta silhouette dessine
Dans ma mémoire

Sais-tu ce que je te voulais
Ô oui tu le sais
J’avais des mots pour toi
Des mots nés en moi à cause de toi
Et toute ma vie retournée

Ce ne sont pas des mots

En une heure tu aurais compris
Et ton sourire m’aurait suffi

Petite fleur
Tu ne pourras jamais faner en moi

Si j’étais fille
Je serais toi

Marin des mots

Le Mar 28 Fév 2006, 01:01  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
La longue houle

Roule

Et se brise

Blanche d’écume

Sur le corail



Au loin mon âme

Passe

Puis glisse

Voile légère

Sur l’amertume



Un dauphin plonge

L’ombre

Me suit

Douce et longue

Et ronde

Et rejaillit



Mille couleurs

M’éclaboussent

Et son sourire

Est dans ma trace



Ce que je vis

J’en fait des mots

Comme des nœuds

Marins

Corde qui chante

Entre mes mains



Je suis la houle

Et le dauphin

Le vent qui pousse

La barque au loin

Au loin



Et la vivante mer

D’où jamais ne revient

L’homme marin

Marin d’amour

Aux mots d’embruns
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

Iris

Cet utilisateur n'a pas encore rédigé sa présentation. Vous pouvez lui suggerer de le faire.

Tout à propos de Iris

Inscrit le:  14 Fév 2006
Messages:  26 [0.59% du total / 0.00 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Fleur bleue
Fleur bleue

Activité

Forums Activité % Forum % total
Parler d'amour 8 sur 415 1.93 % 30.77 %
L'amour en vrac 7 sur 813 0.86 % 26.92 %
Un monde parfait 6 sur 247 2.43 % 23.08 %
Citations 2 sur 609 0.33 % 7.69 %
La première fois 2 sur 94 2.13 % 7.69 %
Mille choses 1 sur 731 0.14 % 3.85 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 23 Avril 2021, 18:45
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 36 Invités et 2 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN (2)
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite