L'antimèche

Le Mar 02 Juil 2013, 23:21  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Quel est ce feu qui brûle au-delà de la mèche ?
Quand celle-ci s’éteint, n’y a t’il plus de coeur ?

Quand le feu continue à courir sur le vide
Sans air à respirer, sans fil où se tenir,
Cette flamme glacée, de quoi est-elle faite ?

De ses moments passés qui ont vécu hors d’elle,
Qui l’ont fait vivre encore, malgré le froid mordant ?

De l’espoir de revoir, tout au bout du tunnel,
Un brasier prêt à prendre et qui l’attend, elle ?

Sans savoir le pourquoi, innocemment, elle danse...
Ignorant ce parfum qu’elle laisse derrière elle,
Parfum de larmes chaudes, odeur du temps brûlé...

Ulysse

Le Ven 22 Juin 2012, 17:15  sur Mille choses, 0 commentaire
Si je reviens demain, tout bleu et trop gonflé
Si mes poumons pleins d’eau ne peuvent respirer
Qui d’entre nous m’aura donc enfoncé
La tête et tout le corps dans l’eau glauque et glacée ?

Moi ? Bien-sûr, car je m’y suis jeté.
Elle ? aussi dans tes yeux m’y a un peu poussé.
Toi et tes barrières ? Ton refus d’avancer ?

Ulysse est de retour, mille et un yeux crevés,
Et encore aujourd’hui c’est Personne qui a tué.

Le dernier des bisounours

Le Sam 28 Avril 2012, 22:48  sur Mille choses, 0 commentaire
la vie était si simple avant qu’il ne survienne. nous étions nous : simples, vrais, nos deux faces exposées candidement au monde.
et il est arrivé dans nos vies, dans ma vie.
il était toujours au mieux avec chacun, car chacun se trouvait sur l’une de ses faces.
aucune rotondité, aucune continuité dans ce que nous pensions être l’âme unique : il était double, triple, ... multiple.
notre premier contact avec l’être humain ne fut pas sans douleur...
il était aussi volubile avec nos amis qu’avec nos ennemis. il semblait trouver des points communs dans des simplexes tout à fait opposés !
le premier à sentir cette différence fut celui qui causa notre perte. il accusa l’être humain de menteur.
mais qui dit mensonge dit vérité. et qui dit vérité dit réalité. et qui dit réalité a déjà compris qu’il a perdu.
car l’accès soudain à la différence unie en une personne, en une âme, nous fit comprendre que derrière nos yeux, loin derrière nos regards, siège le Réel.
jusqu’alors, pour tout simplexe que nous étions, le réel et la réalité ne faisait qu’un ! nous étions l’un, les autres voyaient l’autre et l’ensemble n’était qu’une seule et même valeur à la vue de chacun...
l’être humain nous amena à comprendre que nos jours étaient comptés. qu’un plan, même divisé par notre ancienne logique en une face pure et une face obscure, ne suffisait à l’avenir de la vie...
une nouvelle forme d’intelligence était née, et elle avait plus de deux faces.
les facettes étaient nées, l’être humain pouvait réclamer son dû : le monde.
il commença par établir une nouvelle règle. la règle du "peut-être".
bientôt cette règle se déclina en "sûrement", "peu probable", puis une multitude d’autres variantes sur le spectre de ces nouveaux possibles.
nos jours étaient comptés...
le problème avec cette division de la vérité, c’est qu’il est de plus en plus complexe de déterminer le vrai, le faux, le bon, le mauvais... tout devient réalité, et le Réel s’éloigne un peu plus encore...
si j’ose écrire ces lignes aujourd’hui, c’est que je suis la dernière des simplexes, et que je vais partir.
l’être humain est entré dans ma vie, je l’ai accueilli à bras ouverts, comme je l’ai toujours fait, et j’ai eu le malheur de croire en chacune de ses facettes, celles qu’il me permettait de voir.
je ne lui en veux pas, car j’ai enfin compris qu’il ne m’a jamais menti. chacun de ses reflets me renvoyait la vérité du moment.
mais je suis simplexe, et simplexe je demeure. impossible pour moi de montrer autre chose que cette globalité qui semble être mon âme. impossible... tant que j’ai les yeux ouverts.
dès qu’ils sont fermés, dès que je ne sais plus laquelle de mes deux faces je vois, je semble vivre de nouveau, atteindre cet état de grâce qui me fait presque toucher l’humanité.
presque.
car même les yeux fermés mon esprits illumine le fond de mes pensées et mes ramène à mon choi : bon ? mauvais ?
ce "presque" me tue doucement... je choisis donc de partir par le premier nuage, et laisser ce monde aux êtres humains qui se multiplient.
j’espère seulement qu’ils ne se perdront pas, qu’ils conserveront une base, celle-là même qu’ils tiennent de nous... une polarité pour chacune de leur facette qui leur donnera la direction du bien, du mal.
il ne leur reste que cela : une direction.
puissent-ils choisir la bonne.

Maux

Le Mar 24 Avril 2012, 19:34  sur Mille choses, 0 commentaire
Et la nuit loin de moi passe sans me voir.
Enfermé dans mes maux je ne peux savoir
Que le temps s’est enfui, qu’il est déjà trop tard
Que ce qui m’éblouit n’est qu’une clarté noire.

Je ne crois plus

Le Sam 12 Avril 2008, 17:01  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Et si le temps qui passe étouffe bien des cris
Il en oublie certains
Dont l’écho me revient...

J’avais mis de côté les questions inutiles
En espérant ainsi
Les pousser dans l’oubli.

Naïf que j’étais de la croire partie !
La laide vérité
Ne connait de passé.

Et un mot innocent peut nous offrir le fil
Qui si tiré dénoue
Ces noeuds cachés de nous.

Ah les voilà tombants, un à un les mensonges,
Ces excuses noyées
Une fois de trop croisées.

Et si je sens en moi l’angoisse qui me ronge
Si je pleure si noir,
C’est bien de ne plus croire.

Amour lové

Le Jeu 22 Fév 2007, 19:20  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Replié dans ton nid tu es bien loin encore
Des tracas de la vie et de ses mauvais sorts

Nous essaierons pour toi de garder sa douceur
L’attrait de ses richesses et son goût de bonheur

Sans voiler à tes yeux tout ce qui en est laid
Nous guiderons tes pas aussi droit que l’on sait



Bien au chaud dans ton nid ne pense pas à ça
Ta mère te porte encore et je t’aime déjà

Pensées perdues

Le Mer 26 Juil 2006, 08:59  sur Mille choses, 0 commentaire
La nuit s’endort tranquille
et mes mots s’entrelacent :
J’ai égaré le fil
de mes pensées fugaces.

Ma joie est en exil,
loin de toute menace
Et le goût de la bile
lui a ravi sa place

L'Amour

Le Jeu 13 Avril 2006, 13:09  sur Citations, 0 commentaire
L’Amour, cette chance qu’ont certains
De ne plus vivre que pour eux.

Notre océan

Le Ven 31 Mars 2006, 01:31  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Et me voilà encore devant ce beau clavier
A caresser ses touches par mes humeurs usées.
Tu es chez moi ce soir et moi je suis chez toi
A penser au passé, trop proche quelques fois.

Tu me disais hier manquer de ma présence,
Que mes baisers du soir sonnaient par leur absence,
Mais si je fouille un peu tes occupations d’alors
Je les vois devant moi réapparaître encore.

Ils sont là te portant de leurs yeux affamés,
Leurs mots comme un torrent ravinant tes idées.
Tu les invites alors par le courant guidée
Vers le delta suprême ô combien convoité.

Et là en moi revit l’instant de leur péché,
Cet instant où nos cœurs se sont égratignés.

Combien de temps attendre cette prochaine goutte
Qui mouillera ton cœur jusqu’à le rendre doute ?

Et pourtant je suis là croyant encore en nous
Naviguant sur des eaux encore chargées de boue.

Dilemme

Le Dim 26 Fév 2006, 16:32  sur La vie à deux, 0 commentaire
Une ombre vagabonde transperce mon esprit
M’en vais-je pour la suivre la traquer sans répis ?

Une fois attrapée et noyée de lumière
Que verrais-je en ses yeux : la vérité amère ?

Ne faut-il pas parfois laisser les ombres fuir
Et donner aux pensées leur chance de partir...
?

Joue pour moi

Le Jeu 23 Fév 2006, 15:01  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Je sais on ne peut pas
Je crois on ne doit pas
On ne peut on ne doit
Créer l’amour où il n’est pas.

J’ai osé espérer qu’un battement sur mille
Rien que celui-là
Ne batte que pour moi
Mais ton coeur joue pour toi
Le mien crie son exil.

Retours vers toi

Le Mar 14 Fév 2006, 19:29  sur La vie à deux, 0 commentaire
Après chaque arrivée, chaque retour vers toi
Nous rejoignons ensemble ce chemin trop étroit
Qui nous fait traverser des ombres et des silences
Et nous fait oublier les pas de notre danse.

On attend l’un de l’autre un geste ou un émoi
Pour à nouveau sourire, pour redevenir soi.
On se noie de questions de bien vilaine engeance
Qui nous font oublier le chemin de la chance.

Bouffant mutuellement nos énergies vitales,
Il ne reste de nous qu’un reflet sale et pâle.

Mais le déclic enfin survenant de nulle part
Nous rejoint doucement, fait renaître l’espoir.
Il chauffe nos envies, rehausse les couleurs
Des regards échangés jusque nos humeurs.

On ne voit plus en l’autre un reflet de miroir
Mais bien l’être choisi pour continuer l’histoire.
Marchons ensemble amour, et avançons sans peur
A trop penser pour l’autre c’est bien le Nous qui meurt.

Voyage aller

Le Mer 08 Fév 2006, 18:28  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Je traverse les cieux allant à ta rencontre
Je conte les nuages au soleil qui se montre.

L’envie de te revoir, de laisser mes caresses
Parcourir tout ton corps, et ta nuque, et tes fesses,
Cette envie, ces désirs m’étreignent tout entier
Et j’attends impatient de lâcher mes baisers.
Tels une lionne en cage ils tournent dans mon coeur
Mais leurs crocs sont de soie, leurs griffes de bonheur.

J’espère de mes lèvres caresser ton sourire
Et sentir ton étreinte répondre à mon plaisir.
Et je saurai alors si ce voyage aller
Mène vers l’avenir, ou bien vers le passé.

Egarement

Le Mer 08 Fév 2006, 18:23  sur La vie à deux, 0 commentaire
J’ai peur par mes actions de peu à peu m’enduire
De cette chappe de plomb qu’est mon geste de fuir
Dans ce mouvement sans fin celui de te séduire
Mouvement né du coeur qui pourtant peut détruire

J’agis sans y penser pour notre seul bien être
Sans rien y croire gagner envers moi je suis traître

Je n’aspire que le bon tant pour toi que pour nous
Même si par mes actes alors je donne tout
Un tout que tu reçois bien trop facilement
Là où je cherche histoire et quelques sentiments

Ne m’utilise pas malgré ce que je sème
Car je n’attends de toi qu’entendre un jour je t’aime.

Je vous ai vue

Le Mer 08 Fév 2006, 18:15  sur Mille choses, 0 commentaire
Je vous ai vue souvent, en maintes occasions,
Froid devant tous vos rires, glacé devant vos larmes.

Vous passez devant moi, ne regardant que vous.
J’écoute sans émoi vos délires les plus fous.

J’ai suivi vos humeurs et j’en parle aujourd’hui,
Témoin toutes ces heures de vos moindres envies.

Je vous ai vue sourire, dans vos plus beaux atours,
Savamment maquillée, parfumée pour l’amour
Et revenir heureuse, lorsque naissait le jour,
Débraillée mais riante, parfumée par l’amour.

Je vous ai vue pleurer, vos mains autour de moi
Déchirée de douleur, dans de longs cris sans voix.

Et vos pas malhabiles je les ai vus aussi,
Imbibés de l’alcool et par lui abrutis,
Vous injuriez l’image que vous voyiez en moi
Que je vous renvoyais sans que mon coeur saignât.

Si vous souhaitiez réponse il ne fallait pas choir
Devant mon être plat, devant votre miroir.
Page 1 sur 4 Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

l'homme de sable

Equitation - Rando - Plaisirs de la table ;o)

Tout à propos de l'homme de sable

Inscrit le:  30 Nov 2005
Messages:  53 [1.20% du total / 0.01 messages par jour]
Emploi:  DBA
Rang:  Plume d'amour
Plume d'amour

Activité

Forums Activité % Forum % total
L'amour en vrac 26 sur 813 3.2 % 49.06 %
Mille choses 10 sur 726 1.38 % 18.87 %
Un monde parfait 7 sur 247 2.83 % 13.21 %
La vie à deux 4 sur 185 2.16 % 7.55 %
Parler d'amour 2 sur 415 0.48 % 3.77 %
Histoires d'amour 1 sur 320 0.31 % 1.89 %
La première fois 1 sur 94 1.06 % 1.89 %
Citations 1 sur 609 0.16 % 1.89 %
Les liaisons sulfureuses 1 sur 274 0.36 % 1.89 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 18:13
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 23 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite