Revue littéraire : appel aux participants

Le Ven 13 Mars 2009, 16:35  sur Annonces, 0 commentaire
Bonjour tous,

Ca fait longtemps que je n’étais plus venue trainer mes guêtres par ici, surtout par manque de temps.

Depuis quelques semaines, j’ai pris en main la création d’une revue artistique avec quelques compagnons de connexion.

Pulp.com est un mag qui a pour objectif de mettre en avant des internautes bourrés de talents et bien trop ignorés du circuit habituel de l’édition en leur offrant quelques pages pour publier leurs travaux. Nouvelles, poésies, articles, photographies, dessins, critiques, ... le mag se veut volontairement hétéroclite pour ressembler un maximum de personnes dans un nombre - hélas - limité de pages.
C’est une revue bimestrielle. Le premier numéro vient de sortir il y a quelques jours et n’a reçu pour l’instant que des avis plutôt positifs, ainsi que quelques conseils pour s’améliorer.

Faite par des internautes-artistes-amateurs, Pulp.com est destiné à des internautes, à des artistes et à tous les amateurs d’art.




Nous commençons déjà à préparer le numéro 2 et c’est peut-être là que ça devient le plus intéressant pour vous.
Vous aimez écrire, vous êtes photographes amateurs, dessinateurs, graphistes, poètes, nouvellistes ? Il y a de la place pour vous. Envoyez votre travail, nous le lirons et nous essayerons de le publier dans un prochain numéro.

Il n’y a rien à payer pour vous, c’est gratuit bien entendu. Vous nous prêtez une œuvre le temps d’un numéro, nous vous le rendons dans le même état juste après !
La revue se vend au prix de 4euros ce qui couvre uniquement le coût de l’impression et des frais d’envoi. Vous, vous la recevez gratuitement si vous y avez participé. Échange de bons procédés.

Faites passer le message autour de vous, si vous connaissez des artistes amateurs, tentez votre chance si vos textes prennent la poussière.

Vous trouverez d’autres informations sur la revue sur le blog : http://pulpcom.canalblog.com/


Et puis pour les amateurs de concours, il y en a un dans chaque numéro.
Le gagnant sera publié dans la revue suivante.

Le sujet de ce premier concours est "Une balle de trop".

(le règlement de Pulp.com est ici)

Le mail de la revue pour envoyer vos propositions : pulp.comcontact@gmail.com



A bientôt
sans doute

Pigeon voyageur

Le Dim 28 Oct 2007, 21:01  sur La vie à deux, 0 commentaire
11h17.
Pour la quatorzième fois ce matin je composai le numéro de chez moi.
Pour la quatorzième fois aujourd’hui, une voix préenregistrée me répondit « Il n’y a plus d’abonné au numéro demandé »
Putain mais qu’est-ce qu’elle foutait cette conne ! Pourquoi est-ce que mon téléphone ne répondait pas, pourquoi cette idiote n’était pas chez nous à cirer les parquets comme tous les mardis depuis presque dix-huit ans maintenant ? Pourquoi elle ne décrochait pas ?

Je consultai la liste de mes clients.
11h30 – 145 rue Foch, appartement 2 – Madame Ribley – digicode : 14A5B
Je sortis de ma voiture, ajustai ma cravate, défroissai le bas de mon veston et remis en place la mèche qui me tombait sur le front.
Elle va me le payer cette conne. Elle a intérêt à avoir une bonne explication sinon je lui fais manger sa cire d’abeille moi.

L’immeuble de la rue Foch puait le pigeon à plein nez, de ceux qui vous font votre part de commission pour l’année entière en une seule vente. Des appartements à vieux cons friqués qui sont prêts à se vendre leurs dents en or pour offrir un coussin pur peau de tigre du Bengale à leur Yorkshire qui dilapidera l’héritage en boîte de caviar russe au grand dam des héritiers légaux qui se mangeront des petits pois en conserve en maudissant leur salope de mère. Celle de l’appartement 2 ne dérogeait pas à la règle, en un peu moins vieille malgré tout. A peine m’étais-je présenté, que son sourire décoré d’une rouge à lèvre naviguant entre l’orange et le rose bonbon me promettait déjà un bon de commande en trois exemplaires parfaitement rempli et son numéro de carte bleue.
L’immonde bestiole ne la lâchait pas d’une semelle d’escarpin. Ces aboiements stridents m’avaient répondu dès mon coup de sonnette. Sa découverte avait été au-delà de tous mes espoirs. Un ruban bleu en soie lui faisait une fontaine au dessus de la tête. Sa gueule aussi enfarinée que celle de sa maîtresse sortait d’un toilettage tout frais, et c’est tout juste s’il ne m’avait pas arraché la moitié de la main quand j’avais voulu le caresser en m’extasiant sur ce magniiiiiiiiiiiiifique bébé ! Mon pied dans ton fion ! C’est tout ce que tu mériterais mocheté ! Même un coup de bite pour l’hygiène je n’aurais pas pu ! Pourtant j’en avais testé du molosse. Des grosses chiennes poilues, la langue pendante, aussi haletantes que leur maîtresse friquée. Faut pas avoir peur de se salir les mains et la bite quand on veut être le vendeur du mois et gratifié d’une augmentation substantielle.
La vieille et son maquillage de carnaval me firent entrer dans le salon. A peine assis sur le canapé, son horreur me sauta dessus et me flaira les roustons.
« Ho ho, petite coquine, dis donc, dis-je de mon sourire Clark Gable en caressant la bête dans le cou, tu es vraiment une très jolie fifille toi. Ta maîtresse a bien de la chance d’avoir un compagnon aussi parfait que toi. »
Ca y était, la culotte mouillait. La vieille était ferrée, je pouvais lui sortir tout l’attirail, elle signait les yeux fermés. La collection printemps-été, les chaussons en cuir faits dans les ateliers italiens (une pièce unique, un peu chère, c’est vrai, mais votre enfant ne mérite-t-elle pas ce qu’il y a de mieux pour protéger ses petites papattes ? Tenez, signez ici, là, et là aussi), le collier 18 carats, incrusté de petits diamants importés directement d’Anvers (nous avons notre vendeur attitré, il nous fait des prix exceptionnels parce que lui aussi à cet amour si souvent incompris par les gens qui n’ont pas d’animaux, mais chut, ne dites rien, c’est un petit secret entre nous chère madame). Elle pissait de joie, elle gloussait comme une vieille dinde qui croit que les décorations de Noël sont là pour faire joli alors que le fermier l’appelle avec un couteau planqué dans le dos. Elle me proposa un thé que j’acceptai volontiers, très chère madame, je suis certain que vous êtes la reine du thé.
Pendant qu’elle s’excitait sur son eau chaude en cuisine, je fis un tour d’horizon du salon. Des toiles de maître - des reproductions ? – des vases de porcelaine, des statuettes en bronze, un tapis d’orient accroché au mur – pour cacher un coffre ? – la photo du mari sans doute décédé.
Et cette chienne excitée qui ne me lâche pas les couilles. C’est terrible comme ces petites choses sont sensibles aux odeurs. C’est vrai que je n’avais pas eu le temps de prendre une douche avant de quitter la cliente précédente, mais quand même ! Je repensai à ma femme, à mon numéro inaccessible. J’étais parti de la maison dimanche soir, comme chaque semaine. Quand on est représentant de commerce, on passe plus de nuits à l’hôtel que dans sa propre chambre, c’est une vie de voyageur, mais j’aimais ça. Puis faut dire aussi qu’au bout de 18 ans de mariage, j’avais d’autres envies que de me coucher à côté des bourrelets de ma femme ou de me réveiller à l’aube avec les cris des mômes qui se disputent pour voir Bob l’éponge à la télé.
Madame Ribley revint dans le salon avec un plateau de thé et des biscuits. Elle en avait profité pour remettre une couche de rouge à lèvre. Elle espérait quoi ? Entourer ma bite d’un cercle orange-rose bonbon en me suçant ?
Elle s’assit à côté de moi dans le divan, me donna ma tasse et commença sa tirade. Je les connaissais par cœur ses mots. La solitude, son pauvre mari mort trop tôt, le bébé qui lui donne tout l’amour qu’elle ne peut plus avoir autrement. Je comprenais, je comprends madame, vous êtes si jeune encore pour être seule.
Les vieilles bourges coincées, tu parles. J’avais à peine eu le temps de finir ma phrase que déjà sa main était sur ma braguette. C’était ça aussi l’avantage des représentants de commerce. Tu n’avais plus besoin de payer. Avec l’expérience, quelques mots pleins de compassion étaient plus efficaces que des billets posés sur la table de chevet.
Trente minutes plus tard, je quittais le 145 de la rue Foch, un contrat d’un montant de 7500 euros en main, et un pourboire de 200 dans la poche. Je téléphonai au bureau. Magali valida le contrat et le numéro de carte bleue, tout était ok.
« Ta femme a laissé un message pour toi ce matin. Ce serait bien que tu rentres chez toi le plus rapidement possible… je crois qu’il y a un petit problème … »

La maison était vide. Il ne restait rien. Pas un meuble, pas un objet. Elle avait tout emporté la pute. Tout exceptés mes fringues et ma collection de médailles de pongiste. Une odeur bizarre me rappela certaines de mes clientes. Ca puait le chien. La pisse de chien plus exactement. Le dernier cabot qu’on avait eu, je l’avais dézingué au fond du jardin un week-end pendant qu’elle emmenait les gosses à la piscine et j’avais joué au maître éploré en collant des affichettes sur tous les platanes de la rue pendant une semaine. C’était mes fringues qui puaient. De larges auréoles séchées recouvraient la plupart de mes pantalons. La salope, elle avait fait pisser un chien dessus, j’y croyais à peine !
Sur le dessus de la pile de vêtements, je vis quelques papiers bleus. Des papiers bleus que je reconnus très vite. C’était des bons de commande, comme ceux que je laisse dans chaque appartement que je visite. Six. Un de ces arnaqueurs de voyageurs de commerce était venu six fois chez moi. Dans ma maison à moi, vendre des arnaques à ma femme à moi. « C’est dur vous savez, mon mari est absent toute la semaine, dix-huit ans de mariage, les enfants, tout ça tout ça. Mais oui, madame je vous comprends, et vous êtes si jeune encore … »

J’empochai les bons de commande avec mon numéro de carte bleue et la signature de ma femme en dessous et je repris la route. Je suis un voyageur.
Un pigeon voyageur.

De tulle et de dentelle

Le Jeu 27 Juil 2006, 12:41  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Vêtue d’une robe de transparence
Je reprends le chemin des ruelles
Les yeux crevés comme le coeur
Des tâches plein la tête
Une éclaboussure sur le bas de ton pantalon
Que tu frottes pour effacer
Une éclaboussure sur ton trottoire
Qui n’a jamais existée
Des mots qui n’existent plus
Ou que nous ne voulons plus entendre
Au fond de ma gorge qui s’étouffent
J’étouffe
Je suffoque

Vêtue de ma robe de transparence
J’attends qu’on me dise que je suis belle
Pour une dernière danse

Chère Dolce Vita

Le Sam 10 Juin 2006, 21:44  sur Un monde parfait, 0 commentaire
C’est avec un peu de retard que je découvre votre prière
Et vos mots délicats me touchent en mon secret repère
Le temps m’attache souvent à des ports moins doux
Que les lignes des âmes tendres où j’ai semé tant de cailloux
De belles histoires, des larmes amères ou mes passions enivrantes.
Je vous lis néanmoins, avec autant de candeurs innoncentes
Quand je découvre les plumes exquises se livrer sans gêne
Aux partages de l’amour et des plaisirs suprêmes...

Je ne suis jamais bien loin
Entre deux courants d’air
Deux coups de reins
Je reprends ici mon souffle
Et mes souvenirs en cas de tempète



La marquise ...

Il n'avait jamais dit à personne ce qu'il avait vu

Le Sam 07 Jan 2006, 15:29  sur Histoires d'amour, 0 commentaire
Il n’avait jamais dit à personne ce qu’il avait vu ce soir-là devant le moulin, il n’avait jamais brisé le silence. Jamais brisé le silence d’Emma.
Il était aujourd’hui allongé sur ce lit, son dernier univers, l’ultime repos avant le face-à-face avec son dernier ennemi. Ses mains ridées par le temps, son visage flétri par la haine, ses pensées noircies par la colère, il était à l’aube d’affronter le dernier de ses salauds, le sixième, le Tout Puissant dont ils chantaient le nom. Il revoyait ses souvenirs défiler sur les murs de sa chambre, sur la tapisserie aux grosses tulipes rouges qu’aimait tant Emma.

Emma venait d’entrer dans la chambre, la tête basse comme toujours. Elle lui apportait un peu de café sucré, comme toujours. Elle passa sa main sous sa tête, la leva lentement et porta le bol à ses lèvres. Comme depuis toujours. Depuis au moins 20 ans en tout cas. Depuis ce matin où il avait porté un peu d’eau à ses lèvres et quelques onguents à ses plaies.
Elle se déplaçait telle une ombre, enveloppée dans son silence depuis 20 ans. Ses pas étaient silence, ses gestes étaient silence, son regard était silence. Emma avait abandonné sa voix ce soir là, entre leurs mains et leurs rires.

Ils étaient 5. Vêtus de longs manteaux gris, comme leur visage. Le jugement avait été court et sans appel.
Coupable.
Coupable de la beauté du diable,
coupable de la douceur du jour,
coupable du rire de l’innocence,
coupable de la fragilité de l’enfance.
Ils étaient 5. Cinq juges sans conscience, sans pitié, sans âme. Cinq rires qui résonnaient dans la nuit au son de ses derniers cris. Leurs mains avaient saisi les rivières rousses qui entouraient son visage, ils les avaient lavés dans le feu. Leurs ongles avaient déchiré ses vêtements et meurtri sa peau blanche. Leur lame avait entaillé ses lignes aussi belles que l’horizon. Ils avaient récité des psaumes et des incantations quand leurs corps avaient lavé le sien de leur semence, ils avaient chanté la gloire du Puissant quand leurs rires avaient volé sa voix.

Il n’avait jamais dit à personne ce qu’il avait vu ce soir-là devant le moulin, il n’avait jamais brisé le silence. Jamais brisé le silence d’Emma.

Il l’avait portée jusqu’à sa cabane, allongée sur sa couche et soignée. De longues nuits, de longs jours, toute une vie n’avait pas suffit à guérir ses blessures. Il avait cherché dans leurs suppliques la voix d’Emma, cherché lequel avait emporté avec lui son sourire, fouillé leurs entrailles pour retrouver celui qui lui avait volé son regard. Comme des porcs au service d’une religion où la liberté est un pacte avec le diable, il les avait égorgés, saignés, vidés, pour venger celle qu’ils appelaient la sorcière.
Cette nuit, il partirait affronter le dernier, le sixième, celui qui a laissé faire ce soir là derrière le moulin.
Coupable.
Il regarda Emma et lui sourit.
"Demain tous les coupables seront punis, et toi, tu retrouveras ta beauté du diable, ton rire de l’innocence, ta fragilité de l’enfance."
"Oui, demain… ", lui répondit son silence.

Seance du dimanche

Le Mer 26 Oct 2005, 15:29  sur Mille choses, 0 commentaire
Je me suis allongée dans l’herbe
sur le ventre
Je l’ai choisie la plus douce
sans caillou ou branches cassées
Elle sent bon
Comme à la maison quand j’étais petite
Une odeur un peu sure
humide et chaude en même temps
Je cherche le monde qui y grouille
Personne. Pas même une fourmi

Travelling arrière sur le bruit
Des moteurs au loin
Des grues avec des conducteurs torse nu
transpirant dans les échappements

Autour
Des oiseaux.
Des chants que je n’ai jamais su identifier
Des chants qui me réveillent aussi le matin
Plein de chants d’oiseaux, qui se draguent

Gros plan
Les voix du monde qui grouille
Des sons incompréhensibles qui se mêlent
Que je devine dans leur bouche de marionnettes
Un rire de vieille avec son petit-fils
Un jeune black avec un dos de fille en tee-shirt rose
qui lui raconte qu’elle n’en peut plus de ses parents
Le gravier sous les roues d’un couple-poussette
qui passe devant un vieux couple. Silence.

Trois filles à côté de moi, avec leur portable
Qui rigolent des textos qu’elles reçoivent
Puis chuchottent
Puis en envoient un autre
Puis rient
Et moi j’attends le tien

Je me couche la joue contre l’herbe
Elle est douce et chaude
La tête contre ta peau

Si je te dis...

Le Mer 19 Oct 2005, 21:36  sur Mille choses, 0 commentaire
Si je te dis que certains soirs
Là haut
Au top tout là haut
J’ai le vertige
J’ai la peur du vide
J’ai le mal de l’air

Des trop
Des pleins
Des biens
Des extras
Qui m’effrayent

Si je te dis que certains soirs
Perchée là haut
Au top tout en haut
Je voudrais redescendre
Tomber, m’allonger, pleurer
Tu me croiras?

Avis de passage

Le Ven 14 Oct 2005, 12:27  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
12.7cm sur 17.5.
Enveloppe blanche, papier cartonné, brillant
Ecriture au feutre épais, noir
Lettres rondes, spontanées, droites, les t ressemblent à des v
Fermeture renforcée par un scotch que je décolle lentement.

Je suis rentrée de la poste en tenant mon enveloppe devant moi dans la rue. A regarder mon nom et mon adresse, épaisse, au feutre noir.
Port payé France.
J’ai coincé l’enveloppe entre mes dents, le temps de fouiller mon sac pour trouver mes clés, ouvert la porte et balancé mes souliers au hasard, tout en refermant la porte.
Je suis assise dans le divan, l’enveloppe posée sur la table basse, je regarde le scotch décollé. Attendant qu’il me livre son secret. Vas-y, dis-moi...
Il se tord stupidement sur le rebord de la languette de l’enveloppe, muet.

J’étale le contenu sur la table.
Une feuille de papier grisée, pliée en 4
Un emballage Bibendum bleu foncé, un papier brillant, comme pour un cadeau de Noël
Une clé

J’allume une cigarette et je me couche dans le divan, regardant l’équation à trois inconnues étalée sur ma table. J’ai toujours été nulle en devinette. Je préfère les poser, je n’ai pas la patience de chercher.
Je me force.
Je tâte le cadeau Bibendum, tout ficelé dans son bleu nuit. Il est tout mou, tout moelleux, pas très grand, à peine un carré de 10 sur 10.
Je rigole en pensant à une allusion que quelqu’un m’a faite. Il va t’envoyer son sperme dans un petit pot, tu auras le résultat de tes textes à la con. Tu pourras même le goûter ! Ou alors, il va se castrer pour toi. Un ptit bout de queue tout ensanglanté, tout mou. Ca te changera des queues qui bandent dans tes doigts.
Non, rien de tout ça.
Un petit mystère de 10 sur 10,
moelleux,
emballé dans un papier brillant
bleu.

Je prends la clé et la pose sur l’emballage. C’est juste une clé. Une clé pour une porte.

Je déplie la lettre.
Elle est vide, pas un seul mot, pas un trait, rien. Pas une odeur non plus.
Je cherche un parfum, une odeur de peau.
Rien.




Je sais que tu me lis, j’en suis certaine.
Guettant la chaleur de ma peau au frôlement de mes lettres
La moiteur de mon sexe sous les caresses de cette dentelle graphique.
Je sais que tu es là.


Et je n’ai pas ouvert l’emballage.





Encore.

Avis de passage

Le Ven 14 Oct 2005, 12:26  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Chaque matin, je relevais mes mails avec impatience. Cherchant un numéro en expéditeur. Rien, rien ne venait. J’avais effacé l’image, ne me restait que le souvenir. Le souvenir de la surprise, de la découverte, de l’angoisse d’avoir été prise dans mes jeux amoureux.
Le temps continuait de défiler, je poursuivais ma quête pour lutter contre l’ennui des minutes et des heures, inventais de nouveaux lieux pour mon amoureux et moi, des amours surprises pour qu’il ne s’endorme pas. Ce matin, je me souvins que je n’avais pas relevé mon courrier depuis trois jours. Les journaux débordaient de la boîte, poussant au fond du rectangle métallique les rappels de paiement que je pousserais à mon tour au fond de ma mémoire.
-Semaine des prix foux au GB - Promotion sur la Playstation chez Art et Music - Nouvel arrivage de décorations d’hallowen à la FoireFouille - Facture téléphone- Belgique loisir - Electrabel - Editions Bayard - Avis de passage - ...


Avis de passage?

Monsieur

Le Mar 27 Sep 2005, 13:10  sur La première fois, 0 commentaire
Monsieur, vous m’aviez enlevée à cette soirée de feux d’artifice dans laquelle je m’ennuyais. Je vous avais demandé de m’emmener ailleurs, là où les bruits et les verres qui s’entrechoquent se tairaient. Vous m’aviez proposé d’un peu nous balader dans votre vieille voiture et pourquoi pas même d’aller écouter les silences de la lune au bord de l’eau. J’avais accepté impatiente de rester quelques instants loin de la surveillance de mon frère, votre ami.

En cette nuit de juillet, Monsieur, les fenêtres ouvertes, roulant sur les chemins sinueux, nous parlions de tout et de rien. Vous vouliez savoir le nom de mes professeurs, mes matières préférées, mes idoles, mes jeux de petite fille pas encore vraiment une femme. Je vous racontais mes petits amis, vous me répondiez que je n’étais pas sage, vous plaisantiez sur mes premiers émois d’adolescente, je crois que j’en étais un peu fachée. J’aurais voulu que vous me voyez déjà grande, au moins de votre âge. Je vous connaissais depuis toujours, vous m’aviez vu grandir au sein de ma famille, chaque semaine quand vous passiez à la maison.

Sur les berges du lac, debout sur cette plage de pelouse, vous m’avez raconté, Monsieur, quelques journées mémorables, quelques pique-niques arrosés, quelques jeux de ballon entre amis. J’ai voulu que nous nous allongions pour regarder le ciel et chercher comme deux enfants, des noms aux étoiles. Vous m’avez proposé un bain improvisé et pour cacher ma gêne de me présenter nue devant vous, de me vêtir de votre T-shirt comme d’un maillot. Je me souviens de ce premier corps d’homme que je regardais du coin de l’oeil, cachant dans mes paroles, ma curiosité. Sous la nuit, nous avons comme un frère, une soeur joué dans l’eau. Nous mesurions notre temps de plongée sans respirer, faisions des poiriers entre les remous, nous éclaboussions en rigolant. Je ne voulais pas que vous sentiez les vibrations qui me parcouraient quand le hasard que je guidais, me laissait toucher votre torse. Je n’aurais pensé que vous êtiez si beau avec vos boucles blondes humides croisant les cils de vos yeux verts. Je vous avais rêvé parfois, dans le secret de ma chambre d’adolescente entre les posters du Che et les personnages de contes de fées, quand mes mains me rejoignaient indiscrètes sous la chaleur des couvertures.

Je n’avais pas imaginé que mon corps mouillé accueillant le reflet de la lune vous aurait inspiré, Monsieur. Je n’avais osé espérer que vous pourriez dépasser les barrières de la morale pour m’apprendre à être une femme. Vous m’avez oté votre T-shirt trop grand pour me réchauffer entre vos bras halés. Vos mains, grandes, ont écarté les cheveux collés contre mes joues pour y déposer un chaste baiser. Est-ce là que nos lèvres ont glissé pour se rencontrer ? Est-ce à ce moment que vous avez oublié qu’il y a un âge autorisé?

Votre stature, Monsieur, dépassait la mienne et du ciel, je n’en voyais que le souvenir quand doucement vous me souriiez. Vous m’avez livré toute votre douceur et votre tendresse, quand du bout de vos doigts vous m’avez frôlée. Vous aviez peur de me froisser, votre bouche avait la légèreté d’une goutte de rosée et le moelleux d’une figue trop mûre. Vous m’avez appris le plaisir du baiser, la gourmandise des langues qui dansent sur une même mélodie. Lentement, comme si vous déballiez un cadeau, vos mains ont glissé le long de mes seins naissants. Vos yeux cherchant sous l’éclairage de minuit si je vous autorisais à franchir le passage.

Quand un peu tremblant vous êtes entré en moi, Monsieur, c’est la terre qui se déroba sous moi. Quinze années à attendre d’être celle-là, à imaginer des plaisirs que l’on ne nomme pas, à penser à ce que l’on ne peut pas. Votre regard parlait bien plus que votre voix, s’inquiétant de mes envies, vous auriez peut-être voulu que je mette le holà, vous rappelant que vous ne deviez pas m’initier à ces jeux d’adulte. Vous n’y avez rencontré que de l’espoir, qu’encore plus vous m’appreniez, l’attente que plus longtemps encore vous me preniez, le désir que cette plage soit notre infini.

J’ai oublié, Monsieur, si vous avez joui. Je ne garde en moi que ce souvenir si tendre de ces corps qui s’échangent, de cette fraternité avec laquelle vous m’avez baisée, de ces caresses qui avaient peur de me casser, de ces yeux verts qui ont trahi votre désir, Monsieur.

Le journal d'une séductrice

Le Dim 25 Sep 2005, 12:47  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Le numéro d’envoi n’était pas le sien.
Il ne l’avait pas fait, mais j’avais reçu un courrier.
Déboussolée, j’ai enlevé le message, supprimé, effacé.
Le jeu avait été compris, les règles étaient établies, mais pas avec le bon partenaire. Je me faisais piéger.
Il avait lu le journal d’une séductrice et trouvé le jeu à son goût.

Je le regarde encore, j’essaye de reconnaître.
Le gland est découvert, brillant, rond, tentant. Son sexe droit, sans courbe, légèrement veiné.
J’essaye de me souvenir de cette description entre ma bouche, les images se reflètent sur ma langue.
Brillant, rond, tentant
Droit, sans courbe, légèrement veiné
Je le laisse descendre entre mes lèvres au fil de mes pensées.
Je zoome sur l’image
Un goût sucré, une légère amertume, il s’est parfumé.

Le pouce, l’index et le majeur tiennent l’ordre envoyé. Les ongles manucurés, la peau cuivrée, des mains jeunes encore, larges, des doigts moyens, pas très fins.
Les mains qui passent sur mes hanches, les frissons de l’image passent sur ma peau.
Des ongles manucurés, une peau cuivrée, jeune, une paume large. Quelques centimètres de chaleur qui caressent mon corps, lentement, j’hésite. Les mains sont trop grandes ou trop petites, trop longues ou trop courtes.
Son bracelet montre griffe mes seins quand il les palpe, je me contracte sous le métal froid, j’entends le tic tac à côté de mes tempes quand il se redresse en moi. 17h34 selon l’heure que je vois sur la photo.
A 17h34, un inconnu a bandé pour moi.

Je fouille dans ma mémoire, je retourne le passé, je laboure mon esprit, je pénètre mes souvenirs
Comme ce sexe qui s’offre à mes yeux, ce sexe passé qui revient entre mes reins me retourner.
Me faire trembler.
M’obéir. Par surprise.

Le journal d'une séductrice

Le Jeu 22 Sep 2005, 12:40  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Il avait du recevoir la missive ce jour.
L’ordre premier, l’ordre à exécuter pour continuer.

Le jeu était lancé. Une petite angoisse me traversait ; l’accepterait-il? Oserait-il transgressé la morale pour s’exécuter. Jusqu’où irait-il pour me plaire. La missive attendait patiemment dans la boîte qu’il la lise. Mon ordre était clair, je voulais le voir en érection. Le connaître par le détail, caché dans une toilette à l’affut des bruits qui le feraient débander.
J’ai imaginé son hésitation en écrivant, entre colère et excitation peut-être.
Je ne pouvais pas faire les choses simplement.
Le laisser tranquille,
l’oublier,
nous oublier.
Je ne pouvais pas être comme toutes.
Demander des choses possibles
normales.

Je veux...
Que tu te glisses jusqu’aux toilettes
Que tu te caresses
Et m’envois ton sexe en érection par MMS

Fais-le.

Fais-le, sinon... qu’est-ce que je ferais sinon?
J’hésitais. Jusqu’où pousser le vice? Jusqu’à quel danger le mener? Aux bords de quel précipice le conduire...
Je voulais frôler les limites de la séduction, le conduire à des souvenirs qui ne s’éteignent jamais, dans ces histoires dont on savoure chaque minute le plaisir qu’elles aient un jour existées. Dans les passions qui brûlent, dans les passions qui rendent vivant

au-delà de la mort.

A vous pour une fois encore...

Le Mar 31 Août 2004, 13:16  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Sur une dernière mélodie, dans un dernier cri
Un petit tour de piste, un salut et merci
Dans un monde trop parfait, dans la fenêtre de mon âme
Je vous lis, souris et verse une larme
Sur tant de jolies choses qui se sont écrites
Sur tant de doux messages qui s’y abritent.

Comme un adieu à un ami,
Comme un départ que l’on maudit
Je ferme mon puit de jouvence
Qui allégeait mes souffrances
Je vous abandonne mes blessures
Faites-en peu de mesure
Je vous offre mes passions
Qu’elles éclairent les mortes saisons

Comme dans une vieille maison
Vous y laissez une part de votre raison
Dans cette alcôve des ames tendres
J’ai laissé mon coeur se fendre
Prenez soin de ce coin de douceur
Il sera peut-être un jour votre sauveur...


La marquise... un petit tour et puis...

La vie à trois

Le Mar 31 Août 2004, 13:00  sur La vie à deux, 0 commentaire
Chaque matin, une pensée pour elle
Dans les rues, tout lui rapelle son sourire
Sur ses lèvres, le souvenir de ses baisers d’une nuit
Dans son coeur, ses mots qui résonnent

Je t’aime prononcé quand il l’appelle
Tu me manques murmuré dans un soupir
Quand viens-tu demandé avec envie
A demain en raccrochant le téléphone

Chaque jour, il construit leur archipel
Dans un message, il l’a fait rire
Dans un espoir, il l’a séduit
Elle ne résiste pas et frissonne

Chaque soir, un espoir s’éveille
D’encore quelques minutes embellir
Avant d’oublier le délit
Retrouver celle à qui il se donne

Chaque nuit, dans ces rêves de merveilles
Il cherche ses baisers pour jouir
Il entend qu’elle gémit
C’est à une autre qu’il s’abandonne

L'unique

Le Mar 31 Août 2004, 11:45  sur La séduction, 0 commentaire
Une fois de plus nous entrons en conflit joli prince...

Mes propos ne traduisaient pas de l’amertume, qui suggéreraient que je garde une certaine colère. Or, point de colère, juste une déception, un regret. Le regret que l’écoute qu’il pouvait montrer, il ait fini par ne plus se l’accorder qu’à lui, que les soins qu’il pouvait prodiguer, il se les prodigua finalement à lui, et ainsi de suite. Je n’ai aucune rencoeur contre lui, à la limite je pourrais le plaindre. Le plaindre de passer à côté de tant de choses, et bien souvent à côté de lui même quand la carte du paraître prend la place du soi profond. De tels comportements, chez un homme, une femme, moi, et peut-être toi aussi, sont souvent liés à l’impression que l’on veut donner de soi aux autres. Non pas réellement à celui que l’on veut séduire, mais au "monde". Il est bien, MAIS ce n’est pas moi qui suis séduite, c’est lui. Je me sens bien avec lui, MAIS il ne peut se passer de moi. Tentant de cacher toutes nos faiblesses, de garder des remparts, de prévenir toutes souffrances avant même qu’elles ne se présentent.


Bien evidemment, et je te soupçonne de me provoquer, je ne pouvais pas ne pas réagir sur la séduction chasse... c’est cela la qui laisse cette amertume dont tu parles. Celle où il y a forcément un perdant et un gagnant, comme dans tout jeu, un gibier qui sera mis à mort, comme dans toute chasse, un trophée accroché quelque part. Je te laisse ce type de séduction, et espère que tu ne seras jamais la proie d’un de tes semblables alors. La séduction est un art, parce qu’elle ne doit comporter que des choses jolies, parce que chaque nouvelle séduction débouche sur une nouveauté, une nouvelle découverte. Elle ne doit laisser personne étendu sur le sol après son passage, juste quelques belles images, quelques tendres souvenirs qui embellissent deux vies. Aucun de mes amants, aucun de mes amours ne pourra me reprocher d’avoir joué un jeu avec lui. Je les ai tous aimés, passionément, pour 1h seulement pour 10 ans parfois. Je les aime encore d’une certaine façon, même celui qui ne sait plus écouter, qui ne sait plus m’émouvoir, qui ne sait plus me faire rêver.

Cette séduction que tu décris, tout le monde peut effectivement la pratiquer, des plus stupides aux plus intelligents, même si je doute de l’intelligence réelle de ses adeptes. Tu ne comprends pas plus comment j’aime que d’autres devant qui tu as un jour pris ma défense. Il aurait fallu que je fasse de toi mon amant, que tu vois qu’en quelques heures, on peut donner plus de douceur qu’en une vie entière, parfois même uniquement à travers un seul baiser, un seul regard.

Si je les avais "chasser" comme tu sembles faire, sans doute que lorsque nous nous rencontrons, je ne pourrais pas lire en eux tous ces instants uniques qui n’appartiennent qu’à nous, que je ne reproduirai sur aucun autre tableau, que je ne regarderai jamais avec ces mêmes yeux.

Me comprends-tu maintenant?
Page 1 sur 13 Aller à la page 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivante

la marquise de sade

rêver, aimer, écrire, ... à moins que ce soit aimer rêver d'ecrire... ou écrire que je rêve d'aimer... ou que j'écris que j'aime rever.. au choix

Tout à propos de la marquise de sade

Inscrit le:  02 Nov 2003
Messages:  187 [4.22% du total / 0.04 messages par jour]
Emploi:  marquise !
Rang:  Torrent de bonheur
Torrent de bonheur

Activité

Forums Activité % Forum % total
Citations 47 sur 609 7.72 % 25.13 %
L'amour en vrac 23 sur 813 2.83 % 12.3 %
La séduction 23 sur 210 10.95 % 12.3 %
Les liaisons sulfureuses 21 sur 274 7.66 % 11.23 %
Amour internet 16 sur 128 12.5 % 8.56 %
Un monde parfait 15 sur 247 6.07 % 8.02 %
Le grimoire d'amour 11 sur 67 16.42 % 5.88 %
La vie à deux 11 sur 185 5.95 % 5.88 %
La première fois 8 sur 94 8.51 % 4.28 %
Articles 4 sur 36 11.11 % 2.14 %
Exercices de style 3 sur 22 13.64 % 1.6 %
Mille choses 2 sur 726 0.28 % 1.07 %
Annonces 1 sur 41 2.44 % 0.53 %
Histoires d'amour 1 sur 320 0.31 % 0.53 %
Messages d'accueil 1 sur 9 11.11 % 0.53 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018, 06:58
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 27 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 26 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite