Grâce

Le Dim 07 Déc 2008, 11:50  sur La vie à deux, 0 commentaire
Tes propos me semblent bien agressifs et condescendants pour quelqu’un qui prône la tolérance et l’amour de l’autre.
Je ne suis pas parfait, je le sais bien. J’ai juste la prétention d’être cohérent avec ce que je suis et d’aligner mes actes avec mes paroles.
Par respect pour les lecteurs et le maître du site, merci de ne pas utiliser un forum public pour lancer des attaques personnelles, et de plus insultantes.

Hosanna

Le Mer 03 Déc 2008, 00:09  sur La vie à deux, 0 commentaire
voilà c’est ça...Aleluia !gloire à dieu au plus haut des cieux, etc etc ...

Dans mes plus beaux moments

Le Jeu 09 Sep 2004, 21:14  sur La séduction, 0 commentaire
J’ai trouvé un moyen…
Un moyen de te faire sourire
Je crois que j’ai vu un sourire,
Un sourire dans tes yeux ce matin

Dans mes plus beaux moments…
Je compte tes cils, en secret
Avec chacun d’eux, je jure que je t’aime
Je te laisse dormir
Je sais que tes yeux fermés me regardent
Et me voient en train de sourire

Dans mes plus beaux moments…
J’enregistre tes messages
Juste pour entendre ta voix
Tu parles toujours avec attention, marques le rythme
Tu dis toujours ton nom, comme si je ne savais pas que c’est toi,
Et derrière tes paroles je devine un sourire

Dans mes plus beaux moments…
Je lis tes mots, ta poésie
Juste pour voir le fond de ton cœur
Je t’imagine écrire
Je sais que ton esprit, même endormi
Cherche des rimes à sourire

Tu as trouvé un moyen…
Un moyen de me faire sourire
Je crois que j’ai vu un sourire,
Un sourire dans mon miroir ce matin

Le triste écrivain

Le Mar 31 Août 2004, 21:39  sur La séduction, 0 commentaire
Si nous parlons d’amour, chers lecteurs,
Alors je dois vous dire, que je ne suis pas sûr,
D’où je viens et où je vais…
Je m’y suis perdu si souvent
Je me suis réveillé tellement saoul,
Le visage écrasé sur le sol

Qui peut prétendre avoir raison ?

Qui peut savoir plus qu’un autre,
Ce qu’il convient pour réussir d’aimer ?
Qui peut oser croire qu’il sait,
Aimer mieux, plus et longtemps ?
Qui peut imaginer que des êtres si différents
Peuvent aimer de la même façon ?
Qui peut imaginer qu’on peut aimer pareil
Des corps et des esprits si différents ?

Qui peut prétendre qu’il aimera
Demain plus qu’aujourd’hui ?
…et pourquoi pas moins ?
Qui peut savoir dès l’aurore
Si l’émoi durera…
Un jour, un mois ou une vie ?
Qui peut savoir, dans dix ans
lequel des deux partira,
Moi le salaud, moi la victime ?

Qui peut oser croire que l’amour
Est histoire de méthodes ?
De recettes bien appliquées
Pour espérer trouver la clé ?
De tactiques longtemps étudiées
Pour forcer l’attrait ?
Qui peut affirmer que sa façon d’aimer
Convient à tous les hommes ?
Qui peut juger que le bonheur est atteint
Par un seul et même chemin ?

…Qui sait ce qu’est l’amour ?

En tout cas pas un jugement de valeur
Ou l’expression de sa rancœur.

Chers lecteurs, mes excuses
Je divague hors de mon sommeil
Les longs silences, les tragédies de l’amour,
Les seuls sujets sur lesquels on peut dire
Tout et n’importe quoi…
Sans avoir raison ni se tromper
Car chaque coeur est unique
Et chaque histoire sans réplique

Obsession

Le Dim 01 Août 2004, 22:13  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Des fraises à l’étalage
Brillent comme un hommage
Une tasse de chocolat
Pas aussi bon que chez toi
Une baguette de pain
Ce si beau lendemain
Une gorgée de bière
Comme si c’était hier
Des biscuits dans du lait
Je sais que ça te plait
Même un café corsé
Pour me garder éveillé

Tout, de ma vie, me ramène vers toi

Un ciel d’été gris
Marchons sous la pluie
De grands murs blancs
Un peu ton appartement
Ma chemise noire
Tes cheveux, mon espoir
Mon tee-shirt rouge
Ce canapé où tu bouges
Des photos un peu sombres
Tu marches dans mon ombre
Le teint de ma peau
…le teint de ta peau

Tout, ici, n’est qu’une copie de toi

La douceur de ta voix
Me renvoit mon émoi
La moiteur d’une nuit
De ta chaleur j’ai envie
Une odeur d’inconnu
Ton parfum revenu
Un rayon de soleil
Ton sourire au réveil
Un baiser par hasard observé
Tes lèvres au goût sucré
Deux yeux trop jolis
Ton regard qui m’envahit

Tout, même si loin, te fait vivre en moi

« …oh mon amour, oh mon amour,
oh mon amour je crève de ne pouvoir te toucher… »

à la manière de... Raphaël - poste restante

Le Ven 23 Juil 2004, 22:13  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Post vacances

Je vous envoie mes sentiments, post vacances, et puis tout ça
Juré à mes maux qu’ils ne me reverront pas
Je ne veux plus rien voir, je ne veux plus rien croire

Là où je suis c’est la campagne, un pauvre coin paumé
Et je joue à l’amour en ligne avec une amie timbrée
Je comprends tout ce qu’elle me dit, on s’entend très bien

Qu’il est loin ton pays et que mon cœur gronde

J’te donne de mes nouvelles dans des messages à la con
Sorti de mon esprit, le temps semble moins long
J’t’envoie des fleurs pour que chez toi ça sente bon

J’ai rencontré une âme sœur qui vaut vraiment le coup
Elle m’a mis une balle en plein cœur
Sûr que j’étais à bout
Et elle et moi on fait des choses
Et elle me sourit beaucoup

Qu’il est loin ton pays et que mon cœur gronde

Ici y a rien à faire que rêver ma main dans tes cheveux
Et cette nuit toute entière repasse sous mes yeux
Comme c’était un mystère
On n’y a vu qu’du feu

Tu m’donnes des nouvelles de tes jours d’été
Et tes lèvres me manquent du temps où je les embrassais
Je les revois encore mais ne peux plus les frôler

Qu’il est loin ton pays et que mon cœur gronde
S’il y a de l’espérance alors toi seule le sait
Qu’il est loin ton pays, j’ai envie de te rejoindre

Ici c’est la campagne, un pauvre coin fleuri
Et je joue à l’amour en ligne avec ma plus belle amie
Même si je comprends rien à ce que je fais ici…

Feu d'artifice...

Le Mar 20 Juil 2004, 22:12  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Dans le ciel de l’amour...
Les trois coups grondent, la fusion s’annonce
Ses yeux s’illuminent, le feu éclate
Son sourire scintille, mon coeur se consume
Ses mains s’envolent, ma bouche fond
Sa peau me brûle, mon corps explose
...pour l’amour du ciel !

Mois contre moi

Le Mer 14 Juil 2004, 17:42  sur Amour internet, 0 commentaire
Jamais je n’aurais pensé en arriver là
Aimer quelqu’un de qui j’éloigne mes pas.
Nier les évidences et fuir les apparences
Voilà pourquoi ma vie frôle l’indécence
Il faudra bien que ces sentiments je consume
Et que mes faiblesses intérieures j’assume
Rancune, aigreur et jalousie font mon amertume

Fut-il dur à supporter, le temps passe
Et toujours ces sentiments qui me dépassent
Vrai pourtant qu’il faut qu’ils trépassent
Remède ou poison rien ne semble efficace
Ignorer les appels de mon cœur de glace
Et toutes ces lignes de ma vie que j’efface
Retour retard des souffrances en pleine face

Moi qui voulait tout maîtriser par le raisonnement
Avachi là, perdu dans l’avalanche des sentiments
Résigné face à l’amour et son acharnement
Sourire à la vie serait tellement plus évident

Vide mes poches de regrets d’hiver et cours avec moi vers demain

Arrive une nouvelle saison, aimer d’une autre façon ?
Vincent saura-t-il enfin faire éclore sa raison
Refroidie par les frimas d’un hiver sans passion ?
Il veut retrouver l’émoi de chairs en fusion
Laissons le combattre ses éternelles obsessions.

Mai est là, mes sentiments je n’ai pu étouffé
Ainsi va ma vie , de désir en manque
Immense…à ne plus voir le fond de ma raison

J’attends toujours le déclic qui me ferait avancer
Un sourire te suffirait pour me désarmer
Il est loin le temps où je faisais le désintéressé
Nuit la plus courte à rêver ta chaleur mouillée

Prends ma bouche d’un baiser de printemps et chasse les démons qui envahissent mon esprit

Je veux du soleil au cœur et à l’âme
Un petit rayon pour rallumer la flamme
Illusion de chaleur dans une vie sans cœur
Laissons les étoiles rapprocher leurs lueurs
La morale pourra dire que c’est une erreur
Et alors ? l’amour n’accepte pas de blâmes
Toute envie n’a de maître que celui qui réclame

A quand les coups d’amour, brûleurs de peau
Ou devrais-je me contenter de me glacer les os ?
Utopie, quand j’aime, est le premier de mes mots
Tout bonheur je m’interdis, trop beau, trop chaud

Soirée de fin d’été à réviser mes pensées
Et si demain tout ça venait à s’arrêter ?
Peut-il d’ailleurs en être autrement
Tout ici n’est à la vie qu’un pansement
Et quand ce petit monde viendra à s’écrouler
Mes jours ne trouveront plus le refuge secret
Bien sur comme d’autres fois, je survivrai
Restera la saveur douce-amère d’un baiser percé
Et les moments partagés figés dans l’éternité

Hors de moi, hors de l’amour, hors saison, le temps ne me sera pas rendu

Oublier les nuages et le ciel au regard malsain
Continuer à écrire ensemble une histoire sans fin
Tels devraient les idéaux des combattants du destin
Observer les émotions sans imaginer leur déclin.
Bien mal m’a pris d’avoir attrapé le béguin,
Refoulé mes angoisses et joué au maître libertin,
En sachant que mes sentiments resteraient souverains.

Nos liens se renforcent dans ce diffus virtuel
Osmose, agrafe sentimentale et désir charnel
Virevoltent dans nos têtes les rires et les mots
Ensemble nous partageons tout, de bas en hauts
Malaise quand nos fiels amènent les sanglots
Bien être et tendresse, échanges les plus beaux
Réfugiés derrière l’écran, nous vivons le passionnel
Enroulé autour de mon être, ton charme est réel

Déjà la fin de l’année et toujours rien de changé
Exorcisme et magie noire n’ont pas fonctionné
Contre des ressentis en moi ancrés et cimentés
Espérer pour libération l’asphyxie de l’âme damné
Mois contre moi, mes rêves dont je ne suis plus sur
Braver les frustrations, vivre dans l’intense et le pur
Rentrer dans la carapace dans les moments plus durs
Et entendre ton rire qui lézarde les murs…

Les rêves sont comme les anges. Ils ont besoin d’ailes pour s’envoler. J’ai besoin d’elle pour m’enivrer.

Un fou et une folle...

Le Mer 14 Juil 2004, 17:29  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Il est fou, c’est sûr, c’est lui même qui le dit.
Elle est folle…c’est aussi lui qui le dit.

Le fou un jour a décidé de rencontrer la folle. Quand il a pris cette décision il ne savait pas qu’elle était folle. Il ne savait même pas s’il avait envie de la rencontrer. Il s’était surtout fixé un défi. Trouver le courage de rencontrer cet être. Celle qui le rendait fou. Il voulait juste savoir pour qui ses sentiments explosaient. Il voulait juste voir en face si sa folie était justifiée.

Le fou a fait sa part de chemin. Il s’est rapproché tout près de la folle. Il voit maintenant son regard et son sourire et se dit qu’il a bien fait d’être fou. De loin ou de près, tout finalement semble identique. Le fou se sent moins fou d’avoir découvert la raison de sa folie. Il ne sait toujours pas que la folle est folle. Il sait juste qu’il a bien fait de parcourir le chemin.

La folle a fait une part de chemin aussi, plus courte mais tellement plus difficile. Elle a surpassé les murailles autour du fou. Sans les briser. Elle a juste trouvé l’ouverture où se glisser, sans que le fou n’ait eu envie de la repousser. Elle a fait ce que personne n’avait jamais osé faire. C’est pour ça que le fou dit que la folle est folle.

Le fou en sait un peu plus de la vie aujourd’hui. Il comprend mieux ce que douceur et tendresse veulent dire. C’est la folle qui lui a appris.

à la manière de...

Le Mar 22 Juin 2004, 14:26  sur Un monde parfait, 0 commentaire
J’march’ tout seul sur la toile du réseau d’enfer
Dans ma tête je ne sais plus quoi faire
J’donne des coups dans un virtuel adversaire
Dans ma tête y a rien à faire
J’suis mal dans mon corps et mal dans ma tête
Peut être un p’tit peu trop bête

Allo maman bobo
Maman comment tu m’as fait j’suis pas beau

Je crains d’aimer, j’me retrouve encore seul
J’ai vomi toutes mes liqueurs
Fêt’, nuits foll’s, avec les gens qu’ont du bol
Maint’nant qu’j’fais du paper wall
J’suis mal dans ma tête et mal dans mon corps
Peut être un peu trop dans le décor

Allo maman bobo
Maman comment tu m’as fait j’suis pas beau

Moi j’voulais des ballades au bord de l’eau
La nuit toucher ta peau
Moi les bons mots, mes faux airs et le masque de clown
La bell’ Isy du salon
J’suis mal en homme dur
Et mal en beau parleur
Peut être un p’tit peu trop rêveur

Allo maman bobo
Maman comment tu m’as fait j’suis pas beau

J’march tout seul le long de ma vie cet enfer
Dans ma tête y a que des mystères
J’donne des coups mais c’est moi qui tombe à terre
Dans ma tête y a rien à faire
J’suis pas ce que je voudrais être et mal en ce que je suis
Peut être un p’tit peu trop détruit...

Ode à l'idiot

Le Mar 15 Juin 2004, 23:50  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Droit comme la pluie, l’idiot en moi est revenu
Celui qui prétend que rien n’est important
Cent fois rêvé, cent fois renié
J’ai oublié quand tout ça a commencé

Perdu dans les machines adolescentes, les visages oubliés et les amours fanées
Un diamant caché que je ne retrouve pas, une étoile secrète qui ne brille plus
Je ne peux plus vivre sans laisser derrière moi un morceau de jeunesse
Intoxiqué par ma folie, je suis amoureux de ma tristesse

Ma réflexion, sale miroir, l’idiot en moi est revenu
Celui qui prétend que je ne serai plus le même
Cent fois rêvé, cent fois renié
J’ai oublié d’oublier que tout est important

C’est drôle comme on prétend qu’on est encore des enfants
Le coeur déposé dans le tronc creux d’un chêne centenaire
J’ai peur que ma vie soit ordinaire, celle de tout le monde
M’allonger ici-bas et mourir parmi les regrets

Enfant aux yeux sauvages, l’idiot en moi est revenu
Celui qui prétend que plus on change, moins on ressent
Cent fois rêvé, cent fois renié
J’ai oublié d’oublier que tu voyais que tout est important pour moi

Détruis mon esprit, détruis mon corps, mais tu ne détruiras pas mon coeur
Tu me demandes si je suis toujours celui que je suis supposé être
Je ne renie pas mes peines, je ne renie pas mes changements
Est-ce que toi aussi un jour tu t’en iras ?

Cicatrices de l’écorché vif, l’idiot en moi est revenu
Celui qui prétendait que la vie était une douce désillusion
Cent fois rêvé, cent fois renié
Je t’ai enfin oublié

Mes pensées secrètes prennent vie sans me soucier du monde et de ses alibis
Les nuits solitaires qui me brisaient je les dirige avec l’ironie de ma paix intérieure
La noirceur de mes rêves et les tragédies cachées en toi sont terminées
Personne n’avait ressenti que l’amour serait ton suicide

le conseiller matrimonial

Le Dim 06 Juin 2004, 00:23  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Tu viens d’avoir 20 ans.Ton visage s’illumine souvent du sourire de celles qui n’ont pas encore souffert par amour. Ton regard ne porte pas les stigmates de l’indifférence et de la trahison. Tu découvres la séduction et ses jeux, l’amour et ses enjeux. Tu t’ouvres à ta vie de femme. tu cherches en chaque homme un goût différent, une saveur insoupçonnée. Tu batifoles, tu butines, tu vas de peaux en peaux. Vite lassée, jamais rassasiée, tu agaces beaucoup de tes congénères, sans doute jalouses et aigries. Certainement envieuses de la facilité avec laquelle tu appâtes ces messieurs, qu’elles jugent alors béta et sans consistance.

Ce soir nous nous sommes retrouvés dans cette boîte où nos habitudes laissent peu de place à la découverte. Tu es accompagnée de ton petit ami, le dernier, enfin le nouveau...bref pas le même que la semaine dernière ni que le prochain de la semaine à venir. Avec lui tu sirotes un verre autour d’une table minuscule installée dans un coin obscur. Tu ne sembles pas très intéressée par votre conversation. Tu jettes un regard à droite, à gauche, comme si tu attendais quelqu’un.

Tu viens de temps en temps vers moi. Accoudés au comptoir, nous échangeons quelques mots...je sens que tu as envie de parler, mais, comme toujours, je ne jouerai pas le jeu, je sourirai pour acquieser, j’économiserai mes mots pour leur donner plus de valeur. Tu me parles de toi, de lui, de vous deux ensemble. De ce qu’il est par rapport à tes anciennes conquêtes, de ce qu’il n’est pas vis à vis de tes envies et espérances du futur.

Tu repars vers lui, l’embrasses, passes une main dans ses cheveux...puis silences et regards vides. Retour à moi.
Tu ne l’aimes pas...enfin tu n’es pas très sure...tu te demandes si tu dois le quitter demain ou dans 3 jours...mais tu l’aimes quand même un peu finalement. Tu ne sais plus...tu n’as jamais su, tu veux mon avis.

Ainsi s’avance la soirée, tu sautilles de lui à moi, de moi à lui. Je suis un peu géné. Il doit se demander qui je suis. Tu le délaisses presque, passes toujours plus de temps avec moi. Tu t’épanches, tu te livres, tu te confies.
Avec tendresse et affection, et en même temps si froid et chirurgical, je vais te poser deux ou trois questions sur toi, sur lui aussi un peu, sur la façon dont tu vois l’amour surtout. Je dépose ici et là quelques banalités sur les rapports hommes-femmes, la séduction et le désir. Tes grands yeux de chatte s’ouvrent ronds comme des billes, surpris par la découverte. Tu dévoiles un sourire géné, regardes le bout de tes chaussures...et si moi "le vieux" j’avais un peu raison ?
J’avale un dernier verre, je te laisse.

Une semaine plus tard, tu m’apprendras que tu as quitté ton petit ami à la fin de cette soirée. Tu as l’air plutôt contente de toi. Depuis ce jour, tu me surnommes ton "conseiller matrimonial".
Tu dis que de l’amour je parle comme un livre.
Que de tes doutes sur le sujet je te délivre.
Si tu savais...


La tulipe

une journée comme une autre...

Le Sam 05 Juin 2004, 10:54  sur Amour internet, 0 commentaire
Arrivée au travail, bisou aux aurores,
à la fenêtre de nos âmes
Un bon café chaud, debout mes trésors
vite avant de rater la rame !


Pas de pause, putain de turbin,
attendre midi et sa caresse
Petit break au boulot, bisou de refrain
quelques vers de matinale tendresse


Après midi, toujours pas de répit
attendre le soir et l’ivresse
Journée finie, rentrer dans son nid
attendre le soir et la confesse


Soirée à la chaleur de la cyberie
profiter de ses mots en douceur
Soirée à lutter contre l’indéfini
l’aider à surmonter ses peurs


Tombée de la nuit, bisou de sommeil,
à la fenêtre d’un texto
Bonne nuit les petits, fini le soleil
dans l’appartement tout en haut


Réveil dans la nuit, la douleur qui pointe,
cri dans la messagerie
Réveil matin, lu la plaie qui suinte
pansement dans l’e-pharmacie


La vie à deux..en solitaire sur l’écran noir de nos nuits blanches

La tulipe

with or without you

Le Sam 22 Mai 2004, 20:51  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Regarde la tristesse dans mes yeux
Ces pierres qui pleurent dans les cieux
La recherche du bonheur, un voeu pieux
Pour celui dont le coeur sonne creux
Regarde dans le miroir de mes yeux
Tu y verras un monde monstrueux
Les aigreurs d’un homme déja vieux
Qui de toute sa vie est devenu honteux

Je ne peux pas vivre...avec ou sans toi

Ecoute ma voix qui s’asphyxie
Quand à mes beaux sentiments décrépis
J’impose un rythme tout en ralenti
Pour accorder à mon âme le répit
Ecoute la voix de l’insoumis
Celui qui préfère renier ses envies
Plutôt que vivre pleinement une vie
Quitte à faire une ou deux conneries

Je ne peux pas vivre...avec ou sans toi

Lis mes écrits sur les murs gravés
Des mots posés là pour exorciser
Des maux impossibles à évaporer
Les poids que la nature a accroché
Lis mes écrits doucement exprimer
Les errances d’une bête traquée
Qui sait qu’une fois perdu et oublié
Le temps jamais ne peut se rattraper

Je ne peux pas vivre...avec ou sans toi
Quel que soit mon moyen d’expression
j’arrive toujours à la même conclusion
Celui là va à celle que je laisse derrière moi...

La tulipe...en minuscule

Amour élastique

Le Mar 18 Mai 2004, 22:17  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Ta chaleur
Ton rire
Tes soupirs
Tes mots
Ta tendresse...

L’élastic claque entre mes doigts
D’amour je l’allonge vers toi

La distance
Nos différences
Ma méfiance
Nos absences
La souffrance...

L’élastic résiste malgré moi
Contre l’amour m’éloigne de toi

Tes yeux
Ta bouche
Ton ventre
Tes seins
Tes reins...

L’élastic me revient en pleine face
Impossible de rester de glace

Mon corps
Mes yeux
Ma bouche
Mes maux
Ma tête...

L’élastic chaque jour me fait une farce
Celle des sentiments qui refont surface

La tulipe
Page 1 sur 5 Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

la_tulipe_noire

Cet utilisateur n'a pas encore rédigé sa présentation. Vous pouvez lui suggerer de le faire.

Tout à propos de la_tulipe_noire

Inscrit le:  28 Nov 2003
Messages:  63 [1.42% du total / 0.01 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Plume d'amour
Plume d'amour

Activité

Forums Activité % Forum % total
Citations 16 sur 609 2.63 % 25.4 %
L'amour en vrac 13 sur 813 1.6 % 20.63 %
La vie à deux 7 sur 185 3.78 % 11.11 %
Les liaisons sulfureuses 7 sur 274 2.55 % 11.11 %
Amour internet 7 sur 128 5.47 % 11.11 %
Un monde parfait 6 sur 247 2.43 % 9.52 %
La séduction 4 sur 210 1.9 % 6.35 %
La première fois 2 sur 94 2.13 % 3.17 %
Messages d'accueil 1 sur 9 11.11 % 1.59 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 18:12
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 21 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite