Auto-psy

Le Lun 14 Fév 2011, 00:00  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Il m’éclipse ce soir,
il se planque sans me voir ..
son absence me mord,
dors, dors, dors ..
tout ou rien a été dit
les promesses,
les dénis,
Il vit,
je dévies,
il se relève,
j’ai bu mon rêve,
il m’achève,
crève, crève, crève ..
des ronces plein le coeur,
inapte au bonheur,
meurs, meurs, meurs ..
il a fait de moi
son éternel hématome ..
il se dit homme,
animal à sang froid,
cyclothymique
panique, panique, panique ...
hypnotique
j’abdique ..

sur la pointe de mon coeur...

Rien bordélique

Le Jeu 13 Jan 2011, 23:53  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Je me dis tu ...

putain, t’es là à crever dans ton espace,
à pas pouvoir crier ta douleur,
alors tu l’écris ici,
pour la poser,
pour rien,
pour personne,
juste parce que tu ne sais plus quoi en faire,
elle t’étouffe, tu suffoques ..
et l’acide de tes larmes ébauche le labyrinthe de l’histoire ...

y’a des gens autour de toi qui s’aiment,
y’a ceux qui baisent comme des pauvres,
sans amour,
y’a tous les semblanteux de la vie ...
qui sourient à à un ersatz d’happyness
alors, fonce toi aussi
frime en t’inventant une vie,
fais "l’atypique" ,
le monde webien tout entier l’est tu sais,
du coup t’en deviens si banal ,

Clopes, sex and drug sur le net

les blogs et autres sites d’écriture ou de rencontres sont un bordel phénoménal

qui veut faire Mme Claude ?

Le Cac claque en crac

et toi, tu prends un risque ...
celui de crever de cet amour,
personne pour te couvrir...

t’as mal, t’en peux plus et tu dois la fermer ...
alors tais toi ..
Même si tu crèves de son souvenir
tu t’épuises à rêver son regard
Il voit pas ta souffrance lui,
il s’en tape de ta douleur ..
et t’es là avec ton envie de chialer latente
tu te prends à espérer bêtement
tu veux y croire encore mais jamais ...

T’as pas tout lu ?

ça m’étonne pas, dans la vie, personne n’écoute personne,
sur le net, personne ne lit personne ..
c’est la loi du CPSG

Chaos

Le Dim 24 Oct 2010, 23:55  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
un nouveau lundi se lève, sous le grisou d’octobre ..

y’a du gris dans le ciel, du gris dans la vie, du gris dans les coeurs ..

mais pas du gris pastel, non, un gris acier tout froid.

Et puis on se dit que c’est pas ou plus la peine, que rien n’est assez fiable pour qu’on y croit encore ..

on attend, c’est inexorable, un miracle ou n’importe quoi qui y ressemblerait..

on se pose la question de savoir ce qui est important, et on regarde son relevé bancaire ...

à découvert ? on s’en fout, on est habitué ..

on regarde alors son le contenu du frigidaire : pas grand chose d’appétissant, on s’en fout aussi, il manque justement l’appétit pour le remplir à nouveau ..

et puis on regarde derrière, et on détourne vite le regard, la boite à souvenirs n’est pas encore suffisamment rangée ..

on jette un oeil en avant, et ça fait peur, tout ce vide qui nous attend :

tous ces soirs à s’endormir seuls, ces matins à s’éveiller seuls, ces ptitdèj’ en face en face avec soi-même, cette douche où machinalement on se lave seul, nos pas que personne n’accompagne plus, nos mains qui ne savent plus la douceur d’une autre main, nos pupilles délavées de tant pleurer sur le néant qu’elles sont condamnées à fixer, toutes ces télécommandes de vie qu’on actionne seul, ces bouquins qu’on ne raconte plus, cette musique qu’on finit par écouter dans un casque, en solitaire, ces balades qu’on ne veut plus faire..

et puis la peau qui crie au secours, qui se dessèche, en manque de se frotter à une autre peau ..

et le rire qui s’étrangle de ne pas trouver son écho ..

et la voix qui faiblit de ne plus être écoutée ..

on regarde ce qu’il nous reste ..

le devenu d’une vie, des mots tapés sur un clavier, faute de pouvoir les hurler ou les chuchoter, les maux qui nous crament l’intérieur ..

un seul quelqu’un suffit à abîmer une vie ..

Je voudrais que demain finisse enfin .

Adieu d'amour...

Le Dim 25 Avril 2010, 19:03  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
Telle une âme trop sensible
Je ne vise pas, me laisse glisser
Vers ma paresse, caresse
Le cri de son regard inaudible

Laisse le me dévorer
Aide moi à me délirer
Contrains le à me libérer

Mon pauvre coeur s’affolant
Sans Amour Fixe, précaire
Solitaire, suicidaire
Un as du voulant

Perdu au premier détour..
Je quête un pur désamour
Un aller simple, sans retour..

Alors, je prie n’importe quoi, n’importe qui
pour que l’impie que je suis
trouve une infime énergie,
pas celle du désespoir, non,
juste une désenvie,
te désaimer vite, y’a urgence, samurage même !
vas ... sors de mon moi,
reste loin, tout loin de mon émoi ...
Adieu mon tendre et doux zamour,
Je ne pense qu’à toi, jamais, pour toujours,
Mon Amour déchiré.

Début d'une fin annoncée

Le Dim 01 Juin 2008, 19:04  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Bruit revêche de ta voix qui raccroche
Kleenex humide vite remis dans ma poche...
Dernier adieu idiot qu’on ne sait pas dire,
Dernier regard qui n’a su te retenir...
Affres qui doucement me bouffe l’estomac,
Sanglot saccadé qui muettize la voix....
C’est ainsi qu’est ma douleur, mon malaise,
Ce sont tes regards qui jamais ne se taisent
Fourmillement humide qui abreuve mes yeux,
C’était y’a pas longtemps, on était heureux...

Mon cœur qui entre dans la démesure,
Vide et froid au fond de moi, une déchirure....
Conte et décompte maintes et moultes séparations,
Jamais définitives, certaines sans aucun pardon...
Extraction brutale, telle une auto-amputation,
"Je ne pense pas revenir" torture mes émotions...
Sentiments déjà vus, trop souvent vécus,
Absence de toi à qui j’aurais pu, j’aurais même voulu
Comme si ça pouvait suffire, te dire "ne t’en va plus"...
Mais voilà, je suis sûrement trop conne, j’ai tout pris au sérieux
Pourtant de toi à je, il aurait fallu une simple prise au jeu..
Ouste tourment indocile qui démasque mes larmes,
Sale arme qui me damne, je me désarme...

Mots-Roses

Le Mar 16 Oct 2007, 23:09  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Mes ombres ont peur des hurlements,
cris, vociférations…
Mon monde s’écoute en chuchotements,
Doucement susurrés …
Je me démêle en colis,
Le fou désordonné m’attire.
Tes coups-leurres ne présentent plus aucun secret,
Tes doux-leurres se terrent dans le réseau tortueux de mon cœur,
Ton amour aura été l’ultime rang dans lequel j’ai accepté de m’intégrer …
Fais moi encore la démo de tous ces maux, des mots-dés,
Afin que le velours de la main du peintre des rêves
A jamais m’y enferme ,
Piégée dans une toile, d’Art et Niais …
Ma lucidité s’effrite en bribes dérisoires,
Evocation narquoise encrée dans ma mémoire,
Qui, lâche, s’enfuit à l’approche du soir
Et se cache dans les recoins de mon âme,
Où se joue subrepticement notre histoire …
Les réminiscences du passé constituent désormais mon grimoire,
Dont le sens obscurci fusionne dans un douloureux vouloir.
J’enfouis mes désillusions aux spectres grimaçants
Dans un déferlement sauvage de sentiments vexatoires…
Allons ... aux portes du sommeil,
Je dois accepter d’estomper
Les images mots-roses de mon cœur ravagé,
Qui sombre, épuisé, à l’aube du silence …

Absence minée-râle...

Le Jeu 27 Sep 2007, 21:20  sur Mille choses, 0 commentaire
Y’a des journuits comme ça, où je voudrais être statique,
me cacher derrière une ombre sans faille,
personne pour me trouver,
respirer le parfum un peu suave de l’oubli complet ...
Je ferme les yeux, je laisse mon corps s’alourdir,
j’enferme mon esprit pour ne bientôt plus rien sentir ni ressentir.
Sourde, aveugle, insensible à tout.
Je deviens une absence minérale.
Je veux être une pierre,
pas penser...
pas sentir...
pas aimer...
pas haïr...
pas parler...
pas bien...
pas mal...
pas mourir.
Une pierre...
insensible, inconsciente, froide :
c’est bon de ne rien sentir, de ne rien vouloir, ne rien croire, ne rien attendre...
L’inconscience toute proche, qui me guette, qui me gagne.
Bientôt, me promet-elle, tu n’y verras plus rien.
Une pierre...
J’attends.
Je laisse venir.
Je veux devenir une pierre...
perdue ou lunaire pour ne pas être ramassée,
ne pas être touchée ni même regardée,
ne pas être jetée...
Je m’applique.
J’oublie.
Je m’en fous

Une vie ... solitaire à deux

Le Mar 02 Jan 2007, 15:58  sur Histoires d'amour, 0 commentaire
Touchée ..
Même si au fond, les mois et années passant, cette nouvelle vie "inventée" devient plus réelle, le sucre et le miel n’ont plus peur de s’amertumiser, on se dévoile enfin, tous nus ..
ça passe ou ça lasse, c’est selon ..

Www.comme.com

Le Mer 19 Avril 2006, 23:28  sur Mille choses, 0 commentaire
Il me vient comme une envie de métamorphée
Comme on dit, comédie,
Comme on pleure, comme la pluie…

Comme ça, comme si,
Comme quoi , comme qui,
Comme on dit, comme lui,
Comme la vie…

Comme vous, comme nous,
Comme tout, comme fous…

Comme un son, commençons,
Comme on sent, connaissances...
Comme on nie, conneries
Comme on meurt, comme la peur

Comme on luit, comme on fuit,
Comme on nuit, comme ennuis,
Comme lui, comme et puis...

Comme toi, comme moi, comme nous,
Comme on joue et c’est tout…

Et pourtant, comme avant,
Comme souvent,
Comme partout,
Comme ailleurs,
Comme c’est bien, comme un rien...
Comme un commun...
Commémore comme mort,
Comestible comme estime...
Commotion, comme émotion
Connexion, conne action...

No comment...

Come back...That’s All

Alex et Elle

Le Lun 13 Mars 2006, 22:10  sur Amour internet, 0 commentaire
Et puis non, la rencontre n’aura jamais lieu... C’était si fort d’y croire, trop fort probablement...
Les hésitations auront fini par vaincre les certitudes (servitudes ?),
les rivières amères ruissèlent sans vouloir tarir, brûlantes, tremblantes, elles n’apaisent rien, ne soulagent pas ces millions de morceaux de verre qui déchirent mon coeur en éclats...
I l devrait être interdit de se sentir aussi fragile, je n’ai pas pensé au papier-bulle..
Il ne reste rien de cette histoire, sinon une détresse et un silence si pesants...
Un Amour fou, un doux leurre, des maux impossibles à écrire, un Amour flou ..

Zazou meurt...

Ne pas parler d'amour

Le Jeu 02 Mars 2006, 00:39  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Quand le coeur se muettise,
pour ne pas dire,
pour ne pas crier
pour se faire tout discret ...
C’est si mal de dire Je t’aime..
Alors il pleure en silence,
il signe son amour d’un tout petit souffle..
Le sourd, lui, ne le voit pas,
Il est aveugle,
Il ne veut pas,
Il dit qu’il ne sait pas..
Je pose le doigt devant ma bouche,
Je voile les images de cet amour fou..
J’écoute les palpitations de son silence..
Je mets mon amour dans sa cachette,
Je vais en faire un secret..
C’est si mal de dire Je t’aime ...

Sans .. non sens

Le Dim 26 Fév 2006, 22:43  sur Mille choses, 0 commentaire
À l’absurde de la vie
Bercée d’autant de doutes,
De tant de blessures,
De toutes ces déchirures...
Quand gorgée de cette orgie
De douleurs qui me shootent
Je m’inflige sans répit
Toute cette turbulence
Sans limite, sans conscience..

Puis les maux s’éteignent,
Prennent enfin de la distance,
Les brûlures doucement se pansent...
Autant que je me souvienne,
A l’absurde de la vie,
Bercée d’autant de doutes,
De tant de douceur,
De tous ces coups au coeur
Je m’inflige alors sans délit
Cette enivrante effluence
Qui m’envole à contresens

Je suis, donc je contredis ...

Zazou et Lui

Le Mar 21 Fév 2006, 23:45  sur Amour internet, 0 commentaire
Un jour de neige voici déjà deux ans, je surfais pour la première fois sur Internet, découvrant toute la magie de ce fabuleux outil de... recherche dans un premier temps...
On se promet tous en prenant un fournisseur d’accès, de n’utiliser le Web qu’à bon escient, culturel il va de soi.
Et puis, un jour, en créant une adresse email, un petit mot s’affiche sur la page : "quizz" ..
Curieuse invétérée, je suis donc les informations données pour arriver sur un salon de quizz, où je fus accueillie de mille kisssssssss et bisouuus ... En bonne newbie que j’étais, j’ai mis un certain temps avant de comprendre les arcanes des salons de quizz_tchat...
Et quel bonheur chaque soir en rentrant du travail, de se connecter pour retrouver tous ces gens cultivés, de jouer avec eux..
Et puis, inévitablement, on finit par ressentir des affinités un peu plus poussées avec certains. On passe des heures à se raconter nos vies, à rire, à se séduire aussi, à se raisonner lorsqu’il faut se quitter.
Et moi, si sceptique auparavant lorsque les médias relataient les histoires d’amour Internet, moi qui étais persuadée qu’il était impossible de tomber amoureux de quelqu’un sans le voir, le toucher, l’entendre.. Moi surtout, qui me refusais à l’amour pour rester aussi libre que le vent ..
Tout de suite, j’ai eu envie de passer énormément de temps avec lui, de plus en plus de temps, au point de rogner sur le sommeil, les amis "réels", les sorties ..
Le premier "tu me manques" m’a bouleversée, lui aussi ..
Il est si difficile d’avouer et de s’avouer que oui, on est bel et bien amoureux, intensément... c’est difficile et ça effraie aussi... L’amour cérébral est si puissant, plus de barrières (physique, âge).
En prenant conscience de cet amour naissant, nous avons décidé tous les deux de le "zapper" quelques temps, de ne plus s’écrire, nous ne nous sommes pas communiqués nos numéros de téléphone pour ne pas passer du côté du réel, nous avons voulu nous persuader que nous avions simplement créé une habitude, qu’il nous suffisait de nous déconnecter pour nous oublier et ainsi ne jamais nous blesser ..
Alors, nous sommes partis en vacances, tous les deux en même temps.
Et ces semaines de vacances ont été un calvaire, j’avais le coeur gros de lui, il avait perdu le sommeil. Et chaque seconde sans lui me paraissait une éternité.
Quand nous sommes rentrés, nous nous sommes virtuellement jetés l’un sur l’autre, nous jurant de ne jamais retenter l’expérience, de prendre l’amour comme il venait, au jour le jour.
Et puis, les mois ont passé, renforçant nos sentiments, nous imposant des tortures terribles, la jalousie à distance est épouvantable. Nous nous sommes téléphonés enfin, l’entendre est pour moi un pur bonheur.
A la communion des esprits est venue s’ajouter la passion des corps, des désirs physiques comme ni lui ni moi ne croyait cela possible.
Et nous voilà condamnés à se faire un amour virtuel, intense, violent et si doux à la fois.
Nous ne nous sommes toujours pas rencontrés, il est à mille kilomètres de moi, plus jeune aussi. Nous en mourons d’envie, mais nous repoussons toujours l’échéance de peur de briser la magie de cet amour... Et puis, au fil des mois, nous avons osé nous avouer tous nos défauts, puis nous avons quand même échangé nos photos, avec la peur au ventre, peur que l’autre découvrant enfin un visage ne se dise : "j’ai fait une erreur, désolé". Et puis non, l’amour est toujours là, la douceur et la douleur se mêlent, l’envie, l’angoisse, le manque, la joie de se retrouver, le chagrin de se quitter, le désir qui atteint son paroxysme quelques fois au point de s’évanouir...
J’ai envie de lui, à en mourir, de le respirer, de le sentir, de le toucher, le regarder, de manger boire et dormir avec lui. J’ai mal de tout ça...
C’est peut-être le plus grand paradoxe de la vie, la douceur et le bonheur de l’amour et ses affres aussi.
La rencontre est plus que jamais d’actualité... quand ??

Jeux de regards

Le Lun 20 Fév 2006, 01:45  sur Mille choses, 0 commentaire
Il est des regards obséquieux, obsédants..
Un regard troublant, un regard qui me sourit,
Un regard que la raison trahit,
Le pire est le faux-semblant, le faux-fuyant..
Ce regard blafard, hagard
Qui défie ma colère, fait trembler ma rage
Ce regard con_descendant
Je le toise de ma prunelle glacée_glaciale
Mon iris vert vire au noir
Le violente en silence pour ne pas céder..
Qu’il ose se poser une seconde
Sur la douceur de l’amour de ma vie
Qu’il essaie juste un instant de le scruter ..
Et je lui darde une oeillade fulgurante ..
Puis, les yeux bandés,
Je finis par loucher ma jalousie,
Bourreau de ma vie, sans répit..
Tu me fais les yeux doux,
Voulant te faire mon garde_fou
Je voudrais tant m’y noyer,
Sans douleur, sans pudeur,
Sans paroles,
Juste ton regard dans le mien,
Ma main dans la tienne..
Joue moi nos coeurs à quatre yeux,
Le mien ne bat que pour essayer d’y croire,
Fais vite, il lutte, il s’essouffle.

Doux_leurre...

Le Jeu 16 Fév 2006, 00:25  sur Mille choses, 0 commentaire
Il pose une goutte de lune dans mon coeur,
J’ai mal fermé le robinet de mes pleurs..
Une mare de lune sous mon corps
La lune agonise, elle coule, goût d’encore
Une flaque de lune qui se couche , toute mauve
Qui se fond dans un viol et se sauve..
La lune se noie dans son lac de peur,
Et là-haut, tout-là haut,
Il en manque un morceau :
C’est que la lune se meurt ...

Je suis là, perdue à l’ombre de la lune..
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

Luna_Lou

Attention, fragile ...

Tout à propos de Luna_Lou

Inscrit le:  27 Jan 2006
Messages:  21 [0.47% du total / 0.00 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Fleur bleue
Fleur bleue

Activité

Forums Activité % Forum % total
L'amour en vrac 7 sur 813 0.86 % 33.33 %
Mille choses 6 sur 731 0.82 % 28.57 %
Histoires d'amour 3 sur 320 0.94 % 14.29 %
Amour internet 2 sur 128 1.56 % 9.52 %
Citations 1 sur 609 0.16 % 4.76 %
La déclaration d'amour 1 sur 132 0.76 % 4.76 %
Parler d'amour 1 sur 415 0.24 % 4.76 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mar 26 Jan 2021, 16:59
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 25 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite