Souvenirs

Le Jeu 21 Juin 2007, 11:02  sur La vie à deux, 0 commentaire
Nadia et Horacio évoquent un temps tout proche
Assis sur le canapé, dans leur bungalow.
Les amants combatifs, sans peur et sans brioche,
Ecoutent leur chanson fétiche à la radio.

Horacio

Ma source de grenadine pétillante,
Te souviens-tu de notre première vraie rencontre ?

Nadia

Comme disait le Cid, mon doux puits d’eau à la menthe,
A quatre pas d’ici, je te le démontre.

Horacio

J’allais m’élancer du plongeoir de la plage,
Faire le saut du dauphin, puis cent mètres à la nage,
Mais j’ai dû mal viser, ou la marée fut instable,
J’ai atterri sur toi, qui bronzait sur le sable.

Nadia

Un instant, on s’est regardés en chiens de faïence.
Je t’ai dit : Quand on sait pas plonger, on plonge pas.
Tu m’as dit : Quand on sait pas bronzer, on bronze pas.
On s’est battus, et ainsi, on a fait connaissance.

Horacio

Je m’étais souvent bagarré,
Mais encore jamais avec une jolie femme.
J’admirais ton bikini rayé
Pendant qu’on échangeait nos Bim et nos Bam.

Nadia

Quand la bataille a pris fin,
Quand on a rangé nos poings,
On était fatigués mais heureux,
Et pas très loin d’être amoureux.

Horacio

Avant toi, pas de nanas qui me plaisent,
Pas de filles qui me mettaient à l’aise.
Je me suis soudain senti inspiré.
Appuyé sur mon coude, je t’ai murmuré :
Quand on se bagarre avec toi,
Les étoiles qu’on voit après le pugilat,
On croirait que c’est toi, mon hirondelle,
Qui les a dessinées dans le ciel.

Nadia

Je me rappelle tous ces détails.
Je lis dans ton sourire canaille
Et dans tes yeux, je vois des images
Qui m’invitent à un bel orage.

Prends ça, et toi, ça… Ah, tu cherches la bagarre…
Ecoutez ces deux oiseaux rares
Qui s’adonnent à la lutte et au rire
Quand ils ravivent leurs souvenirs.

Y a un truc !

Le Dim 17 Juin 2007, 08:23  sur La vie à deux, 0 commentaire
Mandrex, le fameux prestidigitateur des îles,
Présente ses joyeux tours au public de la plage.
Il narre une histoire de magie, et, volubile,
Sort de son chapeau un toucan au beau plumage.

Une voix s’écrie : C’est du chiqué, y a un truc !
Mandrex bondit. Qui ose dire une telle chose ?
C’est Nadia ! Horacio répond : Mon bombyx en sucre,
On va voir de près ce chapeau à éléphants roses.

Le couple s’approche du chapeau de magicien.
Un lièvre en sort, leur tire la langue, l’impoli !
Nadia s’écrie : Tu cherches la bagarre, lapin ?
Elle veut l’attraper, mais le chapeau l’engloutit.

Horacio est soudain très inquiet pour son amie.
Dans quelle dimension Nadia est-elle partie ?
Mandrex, l’homme de l’art, a un sourire étrange.
Horacio secoue le chapeau : Où es-tu, mésange ?

Tout à coup, c’est une sorte d’œuf de dinosaure
Qui tombe du gibus dix fois plus petit que lui.
La coquille se fracasse au sol, Nadia en sort,
Ahurie, hébétée, et toute abasourdie.

J’y comprends plus rien, j’étais dans ce chapeau claque
Comme dans une grosse baraque à trente pièces.
Pendant qu’elle s’interroge, voilà qu’un macaque
Sort du gibus et, sournois, lui botte les fesses.

Le singe rentre dans le chapeau, et Nadia
Plonge à son tour dedans ; le haut-de-forme s’agite.
Entre la Belle et la Bête, on sent que ça se bat.
Pour aider Nadia, Horacio plonge bien vite.

Chapeau déformé, cabossé… Quelle bagarre !
De cette échauffourée s’échappe un gros canard
Qui dormait paisiblement dans ce chapeau de mage
Mais qui ne supporte pas ce remue-ménage.

Le public applaudit, multiplie les bravos.
Le magicien se dit que Nadia et Horacio
L’ont bien aidé à enrichir son numéro.
Il avait besoin d’assistants originaux.

La bataille touche à sa fin. Un lapin hagard
Emerge du chapeau, avec l’œil au beurre noir.
Nadia et Horacio, triomphants, ressurgissent.
Mandrex leur dit : Merci, vous m’avez rendu service.

Y avait-il bien un truc, dans ce chapeau sans fin ?
Certainement, mais lequel ? J’avoue, j’en sais rien.

On se tient tête

Le Dim 27 Mai 2007, 00:26  sur La vie à deux, 0 commentaire
Nadia

On se tient tête sans se prendre la tête.
Ne jamais être d’accord, c’est chouette.
Un argument logique ou même bêbête
Vient en contrer un autre, et c’est la fête.

Horacio

On se tient tête, chacun n’en fait qu’à sa tête.
Je suis un vrai fauve, tu es une vraie peste.
On joue à celui qui, dans la tempête,
Aura le dernier mot ou le dernier geste.

Nadia

Je te tiens tête, et tant pis si ça t’embête.
Pas question pour moi de te donner raison.
Bien souvent, je gagne d’une courte tête.
Range ta massue, mon guerrier cromagnon.

Horacio

On se tient tête sans avoir la grosse tête.
On ne se prend pas au sérieux dans nos débats.
Quand on est fatigué de la lutte, on s’arrête
Et on passe à l’amour, ma mouette de combat.



Qu’est-ce que c’est ? Un tourbillon, une comète ?
Non, c’est Nadia et Horacio qui se battent.
Ce couple bagarreur passe du tête à tête
Au corps à corps avec un talent qui m’épate.

Nadia la Polymorphe

Le Lun 21 Mai 2007, 23:20  sur La vie à deux, 0 commentaire
Nadia

Mon Horacio, quelle femme aimes-tu en moi ?
Celle qui te fait courir les expositions,
Qui glorifie l’art suisse et les contes chinois,
Et qui admire toutes les grandes créations ?

Horacio

Nadia, ma douce esthète, c’est pour ça que je t’aime.
Parce que tu sais la valeur de la culture.
Pour toi, une fortune ne vaut pas un poème.
J’adore ton coup d’œil et ton jugement sûr.

Nadia

Mon grand python royal, ne préfères-tu pas
La Nadia qui sent le soufre luciférien,
Qui t’électrocute à minuit vingt, sous les draps,
Puis qui s’endort, K.O., jusqu’au petit matin ?

Horacio

Quand la nuit vient, j’aime assez avoir des nouvelles
De cette Nadia qui est mon garde du corps.
Elle en connaît tous les ressorts et manivelles.
Entre ses mains, la fusée prend bien son essor.

Nadia

Mon Flash Gordon des îles, aimes-tu ta Nadia
Quand se réveille en elle l’écolo impulsive,
Et quand elle ressent le besoin immédiat
D’exalter la nature… et qui l’aime me suive !

Horacio

Ma belle orchidée, j’admire sans réserves
La fougue qui t’enflamme quand tu défends tes causes.
J’applaudis quand tu exiges que l’on préserve
Les arbres et les fleurs de toutes ecchymoses.

Nadia

Voudrais-tu que parfois, je calme mes ardeurs
Quand je me jette dans une belle bagarre ?
Quand je laisse parler mes instincts batailleurs,
Dans ma féminité, ai-je l’air de déchoir ?

Horacio

Ma lionne à crinière, je suis, bien au contraire,
Heureux que tu sois cette tornade indomptable.
Je te chéris aussi pour ton fort caractère.
Quand nous nous battons, je te trouve formidable.

Nadia

C’est la magie de l’être humain, nous sommes tous
Des hydres de Lerne aux innombrables visages.
Et maintenant, dis-moi, mon Caius Brutus,
Quelle Nadia veux-tu, ce soir, prendre en otage ?

Horacio

L’esthète pour me dire des vers romantiques,
La bagarreuse pour jouer au mufle et à la peste,
L’écolo pour choisir un cadre bucolique,
Et la luciférienne pour s’occuper du reste.

Effets spéciaux

Le Sam 12 Mai 2007, 22:10  sur La vie à deux, 0 commentaire
Dès que l’aurore pointe,
Nadia et Horacio
Se lancent de jolies pointes,
Epigrammes et bons mots.

Les petites vacheries
Sont leur manie, leur coutume.
Au p’tit-déj’, ils se charrient,
S’entartent et s’enclument.

Ils n’ont qu’à contempler
Leurs T-shirts de cartoon
Pour aussitôt s’appeler
Cunégonde et Bille de Clown.

Sur celui de Nadia,
Vil Coyote a l’air idiot.
Charlie Brown est béat
Sur celui d’Horacio.

Déclic, suite humoristique.
C’est l’effet T-shirt BD
Qui provoque, automatique,
Leurs délires débridés.

Ils se mettent au travail,
Horacio veille aux baignades,
Et Nadia ravitaille
Le bar en citronnades.

A la fin du service,
L’esprit dans les nuages,
Ils se promènent, complices,
Main dans la main, sur la plage.

Nadia, les épaules nues,
Fredonne une mélodie,
Osant des mots saugrenus,
Mots frondeurs de parodie.

Tifao les rejoint là.
C’est le guide pour touristes,
Frère de lait de Nadia.
Leur trio, c’est pas triste.

Horacio et son beau-frère,
En deux ou trois minutes,
Se mettent le torse à l’air
Et commencent une lutte.

Déclic pugilistique.
C’est l’effet torse nu
Qui déclenche, magique,
La bataille attendue.

Nadia regarde, amusée,
Ce beau combat du soir.
Ses épaules dénudées
Remuent, rythmant la bagarre.

Mais la belle a aussi
Des choses à exprimer.
Elle plonge, et voici
Qu’ils sont trois à cogner.

La nuit, sur leur lit mutin,
Dans le plus simple appareil,
A une heure du matin,
Nadia et Horacio veillent.

Sans chemise et sans futal,
Sans short et sans bustier,
Longs soupirs de cristal,
Grincements de sommier.

Déclic, suite érotique.
C’est l’effet nudité
Qui allume, féerique,
L’ardente vivacité.

Rire, se battre, s’aimer,
C’est la vie des deux loustics.
Sont pas près de se calmer
Dans leurs effets artistiques.

Rêveries sous-marines

Le Dim 22 Avril 2007, 14:00  sur La vie à deux, 0 commentaire
Qui n’a jamais rêvé au peuple des Atlantes,
Aux sirènes, tritons, magiciens de la mer
Ou voulu côtoyer tout ce monde qui hante
Les profondes abysses des flots glauques et verts.

Nadia et Horacio, dont l’eau est la frangine,
Se laissent emporter par ce songe de brume.
Assis sous le soleil, voilà qu’ils s’imaginent
Rencontrer ou croiser ces êtres de l’écume.

Nadia se voit déjà entourée d’hommes-pieuvres
Qui la saluent, courtois, d’un tentacule affable.
Horacio, le frimeur macho, se met à l’œuvre.
Les sirènes l’admirent, c’est leur dieu ineffable.

Un généreux Atlante aux talents hypnotiques
Magnétise un banc d’huîtres et les force à s’ouvrir.
Les ostréidés bâillent en un accord magique,
Montrant leurs perles que Nadia se voit offrir.

Se réfugiant derrière le trône de Neptune,
De timides ondines se cachent d’Horacio.
Mais le roi de la mer est absent, et chacune
Se fait pincer la joue par le fier hidalgo.

Peu à peu, les sirènes aux beaux yeux de diamant,
Les doux hommes-poissons au sourire de bulles
S’effacent et s’estompent. Le rêve d’un instant
Quitte l’esprit coquin du couple qui fabule.

Horacio

Mon anémone de mer, je t’ai vue.
Tu t’es bien laissée courtiser par les Atlantes.


Nadia

Et toi, mon corail carnivore,
Tes mains se sont gênées pour caresser les côtes
Des jolies sirènes qui passaient à ta portée ?!


Horacio

Tu me cherches, ma fleur de cumin ?

Nadia

Je te trouve, mon arbre au tronc mat !

Toujours si amoureux, toujours si chamailleurs,
Sur la plage, ils se battent comme des espadons.
Après cette bagarre, ils s’en iront ailleurs,
Sous leurs draps, se livrer au charnel abandon.

La logique du remerciement

Le Sam 14 Avril 2007, 10:39  sur La vie à deux, 0 commentaire
Le savoir-vivre selon Nadia et Horacio

Nadia

Je discute avec mon Horacio sauvage
D’un fait de société qui finit par m’étonner.
Quand on y réfléchit, à quoi rime cet usage
De dire merci quand on vous rend la monnaie ?

Suis bien mon raisonnement, mon prince des lagunes :
L’interjection Merci traduit la gratitude.
Or, quelle alternative a-t-on dans ce cas ? Aucune !
Pourquoi remercier d’une banale attitude ?

Au bar, certains clients exhibent leur fortune,
Paient en grosses coupures par habitude.
Je rends la mitraille sans questions inopportunes,
Et j’en suis remerciée ; je m’en sens toute gertrude.

Horacio

Je comprends tout à fait, ma sarcelle bien-aimée.
Cette reconnaissance est sans cause ni raison.
On pourrait presque penser qu’ils te croient animée
D’un désir fluctuant de garder leurs biftons.

Nadia

Mon serpent à plumes, tu me coupes le souffle.
Je n’y avais pas pensé, mais c’est bien vu.
Si on voulait raisonner comme des pantoufles,
On en arriverait à ce délire incongru.

Mon patron du bar, qui n’est pas le mauvais cheval,
Rigolerait bien s’il nous entendait divaguer.
Sa barmaid, une voleuse congénitale
Qu’il faut remercier quand elle oublie de chouraver…

Horacio

On peut même aller plus loin dans l’ineptie
Si on veut emprunter d’autres sentiers.
Par exemple, ceux de l’étymologie :
Au départ, merci veut dire pitié.

Nadia

Oh, c’est le comble, le pinacle, c’est dingue !
Une scène de Mel Brooks, je vois ça d’ici !
Pour leur piquer leur fric, je les braque avec un flingue,
Et eux, tremblant de trouille, crient Merci, Merci !

Mon drolatique Horacio, je te dis merci,
Et là, c’est un merci qui prend tout son sens,
Pour ce moment de fou-rire qui me réjouit.
Chez nous, l’humour colore et embellit l’existence.


Ce soir, au bar, le maire prend une bière fraise.
Il me paie en billets, je lui rends ses pièces.
Il me dit : Merci bien… Je l’assomme avec la chaise.
Sans blague, il n’a pas à me traiter de gangsteresse.

Nadia et Horacio

Le Dim 08 Avril 2007, 09:32  sur La vie à deux, 0 commentaire
Ile ensoleillée.
Décor de série télé.
Allez-vous zapper ?

La belle Nadia,
Serveuse au bar des Tadornes,
Boit sa menthe à l’eau.
Elle a les épaules nues,
C’est sa tenue favorite.

Ensuite, elle rejoint
Son aimé, son Horacio,
Le bouillant maître nageur.

Horacio l’attend,
Torse nu, comme souvent,
Dans son boxer short.

Il se précipite
Vers Nadia, qui le repousse :
Arrière, mon Belzébuth !

Voyez, mains aux hanches,
L’amazone qui provoque
Le fier étalon.

Nadia

Viens donc si tu l’oses,
Mon Apollon d’archipel,
Mon Clyde Barrow.


Horacio

Ma rose panthère,
Ton côté Felix the Cat
Est émoustillant.


Horacio s’approche.
Son sourire un peu macho
Amuse et agace
Nadia qui s’approche aussi,
Remuant les poings.

Défi réciproque,
Amoureuse invitation
Au ring sur la plage.

Tous les deux sont prêts
Pour une belle bagarre.
Ils reculent, avancent.
C’est : je t’aime, moi non plus ?
Non : je t’aime, viens te battre !

Nuage de poussière
Sur le sable fin et chaud.
Les poings, les pieds valsent.
Et les étoiles jaillissent.
A la fois tendresse et fight.

Nadia s’écrie : Aïe !
Elle fronce les sourcils
D’un air combatif.

Horacio crie : Au secours !
Puis replonge dans la lutte.
Aucun des deux ne se rend.

Comme ils se régalent !
Ils avaient faim de bataille.
Quel appétit d’ogre !

Après dix minutes,
Le nuage de poussière
Se dissipe enfin.

Les deux tourtereaux
Emergent de la fumée,
Riant aux éclats,
Et, se tenant par la taille,
Regagnent leur bungalow.

Nadia

Ah, quelle bagarre !
Je vais me boire un lait-fraise,
Mon Martin Mystère !


Horacio

Ma Wonder Woman,
Je me sens d’attaque pour
Un tout autre sport.


Nadia

Football ? Volley ? Badminton ?

Horacio

Fausse candeur que j’adore !

Humble bande-annonce
Pour vous présenter déjà
Les deux lousticos.

La jolie Nadia,
Fonceuse et garçon manqué,
Mais très féminine.

Et son Horacio,
Un tigre dans le moteur,
Neveu de Tarzan.
On les reverra parfois.
Du moins, si ça vous agrée.

Bonjour.

Le Dim 08 Avril 2007, 09:29  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. (Lamartine)
Page 1 sur 1

Nadia et Horacio

Cet utilisateur n'a pas encore rédigé sa présentation. Vous pouvez lui suggerer de le faire.

Tout à propos de Nadia et Horacio

Inscrit le:  07 Avril 2007
Messages:  9 [0.20% du total / 0.00 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Tendre lecteur
Tendre lecteur

Activité

Forums Activité % Forum % total
La vie à deux 8 sur 185 4.32 % 88.89 %
Parler d'amour 1 sur 415 0.24 % 11.11 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Mai 2024, 01:06
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 41 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 41 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite