Pizzeria La Roma, bonsoir! ... suite

Le Sam 24 Jan 2004, 03:15  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Je suivis donc mon bel italien, non sans jeter un regard à la tablée de mes amis. Ceux-ci déjà blaguaient et riaient de cette situation, surtout de celle de me voir partir ainsi suivant celui qui, ils avaient déjà compris, m’avait charmée.
D’un haussement d’épaule, je leur envoyai alors un baiser de connivence et suivi mon hidalgo.
Où donc m’emmenait-il d’un pas si pressé ?
Nous arrivâmes dans les cuisines, tout y était bien rangé, propre et calme, les lumières étaient presque toutes éteintes. Une fois devant l’évier, il s’arrêta, de son regard enjôleur il me regarda, ce même regard qui descendit sur ma jupe, il me dit :
- Il n’y a pas trente six solutions ?
- C’est la machine assurément qui résoudra au mieux le problème.
- Enlève ta jupe, je vais la passer sous l’eau très chaude, sans la tremper complètement pour que tu puisses la remettre.
Sans donner l’impression d’être surprise, je descendis la fermeture éclair qui maintenait ma jupe sur mes hanches et laissais glisser le bout de tissu le long de mes jambes nues.
De ses yeux il suivit tout le cheminement de celle-ci. Je me retrouvais ainsi, presque nu au bout milieu de la cuisine, avec mon seul string dernier rempart de ma féminité.
Il se baissa, la ramassa, et soigneusement passa un jet d’eau qui semblait très chaud sur la tâche qui semblait partir. Il la déposa sur le bord de l’évier en aluminium, se retourna, me toisa de haut en bas, me pris par la main et m’emmena vers une porte au fond de la cuisine. Sans hésitation, sans crainte je le suivis, trop curieuse et impatiente de ce qui pourrait alors suivre.
Derrière la porte se trouvait un espèce de cagibi réserve alimentaire. Il éclaira la pièce, et me fit rentrer.
D’un geste doux il s’est alors collé à moi, et ses mains vinrent alors visiter mon corps. Je ne pouvais faire autrement que sentir son envie sur mon ventre, son sexe était dur et j’aimais sentir l’envie que je pouvais générer alors.
Il prit mes poignets dans ses mains, désireux semblait-il de vouloir garder la maîtrise de la situation, les dirigea au dessus de ma tête. Il embrassa mon cou, me lécha les oreilles, revint vers ma bouche pour me caresser de ses lèvres, de sa langue puis m’embrassa d’un baiser langoureux. M’étant laissée aller au plaisir de ces caresses buccales, j’avais fermé mes yeux que je rouvris pour constater que ses yeux ne perdaient rien du plaisir qui montait en moi. Une de ses mains descendit alors de mon poignet, sur ma poitrine au travers du tissu de ma chemise, sur mon ventre, sur ma fleur encore cachée. Entre mes jambes sa main vint se glisser, légère, effleurant à peine mon string, ce fut délicieux de recevoir ses gestes sans précipitation, de tendresse et de sensualité, je brûlais déjà au-dedans de mon ventre et je pouvais sentir mon sexe se libérer de sa sève d’excitation. Un doigt s’égara légèrement sous le tissu, ses yeux toujours dans mes yeux il avait l’air d’épier chacune de mes réactions, les sensations que je pouvais ressentir sous ses caresses. Ce doigt m’électrisa, doucement il l’appliqua sur ma vulve, la caressa, puis l’ôta pour le porter à sa bouche et le lécha, nos regards ne se lâchaient pas comme si en cet instant nous n’étions déjà plus qu’un, son plaisir devenait déjà mien et le mien sien. Il s’empara de ma bouche non sans s’être collé suffisamment à moi pour me faire ressentir à nouveau son excitation, s’écarta et amena une de mes mains sur son sexe. Tout en la tenant il me fit le caresser, toujours avec autant de douceur, je le vis se raidir de tout son corps, sentir son sexe tressauter sous cette caresse qu’il dirigeait pourtant. Il me lâcha et me dit :
- On y retourne ?
Bien qu’abasourdie de cette réaction si directe, je lui répondis «oui» .
Nous avons alors récupéré ma jupe, il ferma lui-même la fermeture dans mon dos, pour finir d’une caresse sur mes fesses et nous retournâmes dans la salle rejoindre la table de mes amis.
Il me laissa m’asseoir et repris, à mon bout de table la même place que celle de l’apéritif, mais cette fois ci plus directement, il vint coller sa jambe à la mienne et glisser sa main sur ma cuisse juste sous le tissu de ma jupe.

Pizzeria La Roma, bonsoir!

Le Mar 20 Jan 2004, 23:11  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Un soir d’été, nous nous sommes retrouvés entre amis pour sortir. Nous avons entamé la soirée par un apéritif bien arrosé, à rire au bord de la piscine, à danser un peu, à discuter de choses et d’autres.
Nous étions vraiment une fine équipe.
Mais à force de faire les « cons » nous avions oublié que nous n’avions pas prévu de quoi manger, il nous fallut alors songer à trouver un restaurant qui accepterait à cette heure avancé de province, un groupe de 10 personnes turbulentes sous les effets de quelques verres d’alcool.
Des uns et des autres vinrent des avis diversifiés, nous appelâmes quelques restaurants, essuyant malheureusement, des refus à chaque fois.
Je pris le téléphone et appelais un pizzeria sans grande réputation c’est sûr, mais qui nous accepterait peut être.
Tout le monde d’un air moqueur me disait :
«Vas y use de ta voie sensuelle, amadoue les, sois langoureuse, ils ne vont pas pouvoir te refuser».
Je n’avais pas besoin d’adapter ma voie, elle est, a ce qu’il m’a été dit à mainte reprise, craquante naturellement, merci Maman et Papa de m’avoir donner cette voie qui semble plaire à tout le monde, je reconnais que cela m’a été utile à plus d’une reprise.

- Pizzeria La Roma, bonsoir !
- Bonsoir, je désirais savoir si vous accepteriez un groupe malgré l’heure avancée de la soirée ?
- Combien de personnes êtes vous, me répondit mon correspondant, d’une voie charmante avec un léger accent italien ?
- Heu ! Nous sommes 10 personnes ! S’il vous plait ne nous refusez pas, nous n’avons trouver aucun restaurant pour nous accueillir !
- Il est effectivement un peu tard, en pleine semaine nous fermons assez tôt, le restaurant est presque vide. Vous patientez, je vais demander à mon cuisinier s’il accepte de rester encore un peu ?
- Vous êtes adorable, je ne quitte pas.

Mes amis, en face se moquaient de moi rapport au cinéma que je venais de faire à mon correspondant.
- Si vous arrivez tout de suite, mon cuisiniez reste, mais venez vraiment rapidement.
- Le temps de prendre nos voitures et nous sommes là, merci, vraiment merci ! Je maintiens, vous êtes vraiment adorable !

Aussitôt dit, aussitôt fait, le temps de nous engouffrer dans les voitures, un quart d’heure après nous étions arrivés à la Pizzeria.
A la queue leu leu nous sommes entrés, accueillis gentiment par celui qui semblait être le patron, ma fois pas laid du tout cet homme, tout du moins ce que je pouvais en voir d’où j’étais, la dernière de la queue. En m’approchant, je pouvais progressivement percevoir sa voie, je commençais à me rendre compte qu’il s’agissait de mon correspondant. Une charmante voie, avec un doux accent italien, et bel homme, hmmm quelle chance qu’il ait accepter de nous recevoir, me dis-je.
- Bonsoir, Mademoiselle ! me dit-il en prenant ma main qu’il porta à ses lèvres pour y déposer un baiser.
- Suis-je toujours aussi ‘adorable’ ? me lança-t-il ?

Que répondre ? Comment échapper alors à cette attaque de front, ses yeux dans mes yeux, ma main encore dans sa main, je sentais une bouffée de chaleur monter en moi, mes joues alors devaient être bien rosies face à une telle audace.
Sans me démonter pour autant, gardant mes yeux dans ses yeux je lui décrochait mon plus doux sourire, serrant sa main je l’attirais à moi, sur sa joue je lui déposait un baiser et lui susurrais à l’oreille un remercie en lui demandant de venir trinquer avec nous pour l’apéritif. Ce qu’il accepta avec ce qui semblait être un air de plaisir.
J’eu alors l’impression que la soirée ne faisait que commencer.
Lorsque j’eu rejoins mes amis à la table, je fus, il va de soi, le sujet des railleries :
- Tu tapes à l’oreille plutôt qu’à l’œil toi! me lança l’un.
- Egale à toi-même ! me lança l’autre.
- Vas y ma poule, profite de la vie!
- Veinarde! les copines me dirent.

Il est vrai que ce charmant avait, de prime abords, tout ce qu’il fallait pour m’attirer, le regard chaud méditerranéen, avec cet air de vous déshabiller de haut en bas; ce teint mat qui attire l’œil de toute les femmes, surtout lorsque de belle dents blanches scintillent en contraste au moindre sourire; un contact de peau, de ses mains, doux; un contact de ses lèvres, déjà un doux souvenir de celles-ci effleurant la peau de ma main; et un corps…. Tout pour plaire cet homme.
Je me retrouvais alors assise contre le mur, face au restaurant comme en première place face à une scène, et je pouvais déjà me rendre compte qu’il ne cessait de m’épier de son regard tueur.
Oui, la soirée ne faisait que commencer.

Il vint alors vers nous pour prendre la commande des apéritifs, se plantant juste au bout de la table où je me trouvais. Il aurait pu aller à l’autre bout, mais non c’est précisément là ou je me trouvais qu’il a choisi de venir, aurait il eu aussi un déclic? Tout semblait déjà le laisser entendre. Alors mon joli, sans problème, à nous deux.

Une fois nos commande notées, celle de nos repas de même pour libérer le cuisinier, il allait s’en aller s’occuper de tout, je l’ai attrapé par sa chemise :
- mais vous trinquez avec nous, vous me l’avez promis?
- oui, j’arriverais en même temps que vos apéritifs, sans aucun problème.
Il continua son chemin et je pus, de dos qu’il était, admirer son fessier. Sous son pantalon, je pouvais me rendre compte qu’il était bien musclé, que cela devait être bon de le tenir dans ses mains… calme tes ardeurs ma belle, rien n’est encore joué, même si son regard te parle déjà, peut être a-t-il femme et enfants qui attendent son retour au foyer….
Occupée que j’étais à la discussion avec mes amis, je ne pouvais m’empêcher de le regarder du coin de l’œil, tout comme lui avait l’air de le faire à mon attention. Il arrivait vers nous avec son plateau chargé de nos verres d’apéritifs. Il commença à servir à l’autre bout de la table pour finir avec mon verre qu’il me tendit avec un grand sourire. Il posa le plateau sur la table voisine, pris le dernier verre restant dessus, le sien, une chaise et vint s’asseoir à mon bout de table, seul le pied de celle-ci était entre nous. Nous trinquâmes tous, lorsque vint notre tour, c’est, yeux dans les yeux, que nous le fîmes, je portais le verre à ma bouche légèrement entrouverte et pris une légère lampée de martini, enlevant mon verre, sous son regard accroché à moi, de ma langue je me mis à lécher mes lèvres appréciant la sensation du sucre.
Les discussions entre les uns et les autres se poursuivaient, je ne les entendais plus que vaguement, j’étais ailleurs, à imaginer d’autres choses, et j’avais en cet instant la certitude que je n’étais pas la seule.
Il fallait maintenant lancer la machine, ne pas laisser la banalité prendre place, je m’approchais plus de la table, les fesses au bord de ma chaise, ainsi mes jambes croisées ont pu vaincre la barrière du pied de la table, et sa jambe gauche se retrouva collée à la mienne. A ce contact, je sentis qu’il n’y mit aucune résistance, bien au contraire, il accentua le contact. Tout au long de l’apéritif, nous sommes restés ainsi, avec quelques mouvements de caresses parfois entre nos deux jambes, j’aimais déjà ce contact malgré son pantalon qui était ainsi la dernière barrière entre nos peaux.

Mes amis, n’étant pas là que pour rire, commencèrent à manifester une légère impatience quant à leur faim. Il est vrai qu’avec seulement quelques alcools ingurgités depuis le début de la soirée, les estomacs devaient commencer à crier famine, de manger les calmerait un peu aussi.
Mon beau patron s’est alors levé, profitant de cet instant, sa main au rebord de sa chaise il caressa mon genoux, ce fut un coup d’électricité qui me parcouru tant il était inattendu, et, dans mon ventre, de cette caresse je ressentis les effets accentués.

Je me suis alors levée pour aller au toilettes, non sans, au passage lancer un regard à mon bel italien.
Je me suis rafraîchie le visage, histoire de calmer la chaleur qui m’envahissait lorsque j’entendis la porte s’ouvrir. Dans la glace je le vis rentrer et se diriger vers moi, je me suis retourner et contre moi il s’est collé, de sa bouche il s’empara de ma bouche, il pris mes hanches entre ses mains, et me plaqua contre son ventre. Je sentis son envie contre moi, sa langue fouillant ma bouche, ses mains sur ma poitrine. L’instant était fou, pas une seconde pour réfléchir à la situation cocasse, juste prendre cette fougue et s’y laisser aller le temps qu’elle durera.
Il quitta ma bouche, plongea son regard dans le mien et de sa charmante voie, avec toujours cet accent bien italien, il me dit :
- Je ne regrette pas de vous avoir dit oui. Tu es vraiment très belle, la soirée ne fait que commencer.
Il tourna les talons et disparu comme il était apparu, me laissant là toute chaude, toute humide qu’il m’avait rendue entre mes jambes, toute excitée que je pouvais l’être alors.

Comme ça, mon bel hidalgo, avait la même impression que moi…. et il n’avait pas tort. J’étais d’un coup sur une autre planète. De retour à la table, certains de mes amis me regardaient interrogateurs. Ils me connaissent bien et savent que je ne me retiendrais pas d’aller au bout de mes plaisirs. J’aime séduire, j’aime la séduction, ce jeu qui fait monter le feu. Dans le respect des uns et des autres, ils savent ce dont je suis capable, mais pas de les abandonnés pour un bel homme, quel qu’il soit, je tisse ma toile tranquillement, tout en restant présente auprès d’eux, et toujours à la fin de nos soirées, mes jeux de séduction arrivant la plupart du temps à leur fin, je les laisse rentrer et m’attarde sans jamais de faux prétextes. Ils avaient là, bien compris que cette soirée se finirait des plus agréablement pour moi, et je savais que demain mon téléphone sonnerait non stop des appels de tous ces vilains curieux de vouloir connaître l’aboutissement.
Sourires complices, rires, et railleries, nous attaquions notre repas.
Etant donné le nombre d’assiettes à servir, les plats chauds arrivant, le cuisinier ayant fini ainsi son travail, vint donner un coup de main à mon bel italien pour le service. Lorsqu’il servit ma voisine de table, je ne sais comment il s’y pris, mais de l’assiette tout le contenu tomba, une partie sur la table, une autre par terre, et ma jupe n’y échappa pas. Les rires fusèrent tant que mon italien arriva aussitôt avec un regard d’interrogation devant l’air pantois de son cuisinier.
Et moi je n’arrêtais plus de rire, de ce rire nerveux face à une situation à la fois délicate, bête, gênante, comme lorsque l’on tombe dans la rue et que tout le monde vous regarde. Je ne pouvais interrompre ce rire qui devint communicatif, il se mit de même à rire à pleines dents. Mais il repris son rôle de patron et se dirigea vers le comptoir pour prendre un torchon qu’il passa sous l’eau chaude, revint et me le donna. Cela ne suffit pas à faire disparaître le résultat de cet arrosage alimentaire. Il s’en rendit compte, me pris par la main, et m’emmena je ne savais encore où, se retournant pour dire à son cuisinier qu’il pouvait s’en aller.

Le voyageur routinier

Le Ven 16 Jan 2004, 00:59  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
J’étais dans le métro, aux heures de pointes et comme d’habitude il était bondé à craquer, je me suis donc retrouvée debout comme un très grand nombre de voyageurs, les uns serrés contre les autres.
A la station suivante de celle où je suis montée, peu sont descendus en compensation de ceux qui sont montés, nous étions alors très serrés les uns contre les autres. Chacun essayait de garder ses distances des personnes proches de soi, comme c’est souvent le cas dans un métro bondé.
J’étais alors plongée dans mes pensées, à juger la gêne apparente des uns et des autres dans cette proximité. J’ai senti mon sac à main glisser de mon épaule, en tentant de le rattraper j’ai effleuré la personne se trouvant au plus près de moi.
J’étais tellement occupée à jauger les réactions des occupants de ce wagon, que je n’avais pas remarqué cet homme, si proche de moi et si mignon. J’aurais presque pu entendre sa respiration tant il était proche, mais gardant malgré tout une certaine distance comme tous les voyageurs.
Mon sac ayant tant et si bien glissé, je ne pouvais plus faire autrement qu’attendre, peut être la station suivante pour le glisser à nouveau sur mon épaule, mais la situation d’un coup m’apparut cocasse et plaisante.
Le poids de mon sac avait aidé à ce que ma main se retrouve en position osée, le long de la braguette de mon voisin voyageur, et progressivement, je me suis rendue compte que cet attouchement ne le laissait pas indifférent.
Avec un tout petit peu d’hésitation j’ai donné un léger coup de balancier à mon sac, immanquablement ma main suivi ce mouvement, il était question là de doser l’effet réel sur l’intimité de mon voisin et surtout sa réaction.
J’ai tourné légèrement ma tête afin de me rendre compte si des signes apparaissaient sur son visage. Nos regards se sont croisés, il m’a sourit et m’a prise par la taille pour se coller à moi.
Ma main restée entre nous deux, je sentais qu’il bandait vraiment très fort, je pouvais même le sentir tressauter sous l’excitation. Cette même excitation que je commençais à sentir au bas de mon ventre m’envahit alors de bouffées de chaleur.
Je me suis demandée qui des deux allait descendre du wagon le premier?
La main sous ma veste il me serrait la taille, je sentais cette pression comme des mots me disant "nous ne pouvons en rester là".
Deux stations plus loin, il m’a alors attrapée par la main et nous sommes sortis de la rame de métro.
Sans un mot prononcé, nous sommes sortis vers l’extérieur, il s’est dirigé vers un hôtel, il a réglé une chambre, l’hôtelier nous regardait avec un sourire en coin.
Il a repris ma main, et m’a emmenée vers l’ascenseur. Une fois à l’intérieur, il m’a plaquée contre la paroi et s’est mis à me caresser partout, s’attardant un peu plus sur ma poitrine.
Arrivés à l’étage, a peine rentrés dans la chambre, sans prendre le temps de quoi que ce soit, il m’a à nouveau plaquée contre le mur, tout en m’embrassant il a relevé ma jupe, et a fait glissé mon string. Une de ses mains caressait avidement mes seins, l’autre commençait à caresser mon sexe.
J’aimais cette précipitation, je commençais à y prendre beaucoup de plaisir, sans savoir ce qui allait suivre j’avais hâte de découvrir tout ce qu’il semblait vouloir donner et prendre de plaisir.
Il s’est laissé glisser contre moi, a relevé une de mes jambes et est venu avec sa bouche sur mon sexe. Je ne maîtrisais plus du tout la situation, j’étais devenue sa chose, ouverte à ses envies.
Il léchait merveilleusement bien, je sentais sa langue sur mon clitoris, sur ma vulve, ses doigts me fouillaient.
Il s’est relevé, a enlevé son pantalon, maintenant ma jambe soulevée, d’un coup brusque, comme s’il ne pouvait plus attendre, il m’a pénétrée.
J’ai cru que j’allais explosée, la jouissance est venue d’un coup tellement mon excitation était à son comble.
Je sentais qu’il en était tout autant pour lui, il allait et venait en moi par grands à-coups, puis plus doucement, juste son gland sur ma vulve. Il s’est alors retiré m’a demandé de me retourner il voulait me prendre par derrière.
Je voulais le voir, lui, mais aussi son excitation et son plaisir. Je l’ai emmené dans la salle de bain j’ai pris appui sur le lavabo, les yeux droits dans la glace je l’ai regardé tout excité me caresser les fesses, ma vulve avec son sexe.
Il a posé son sexe sur mes fesses et tout doucement, par petites pressions il est entré en moi, il était doux dans ses gestes, précautionneux, j’aimais aussi cette attitude à ne pas vouloir rendre la situation trop brutale. Entièrement en moi il s’est collé à moi a pris mes seins dans ses mains et s’est mis à aller et venir doucement me regardant dans la glace.
J’aime les regards lorsque je fais l’amour le sien me plaisait, il me donnait tout le plaisir qu’il ressentait.
Il est resté un temps à aller et venir entre mes fesses, lentement puis un peu plus rapidement, puis s’est retiré pour venir de nouveau pénétrer mon sexe, j’ai serré mes muscles de toutes mes forces pour qu’il sente cette pression sur sa verge, il n’a pas pu entrer en moi d’un coup, ses gémissements, ses mains sur mes hanches me signifiaient qu’il aimait cette résistance volontaire. Lorsqu’il a été tout en moi, il a accentué sa présence par de grands coups de reins, je le sentais au fond de mon ventre je ne voulais plus qu’il bouge, juste mon ventre et mes muscles l’enserrant, le libérant un peu et l’emprisonnant de nouveau. Il a crié d’un coup, il ne pouvait plus se retenir, son envie de jouir était devenue trop forte. Je l’ai senti se vider en moi, tout en s’agrippant de ses mains sur mes hanches et en mordant mon épaule légèrement dénudée.
Nous sommes allés nous allonger, nous avons fumé une cigarette. Il a pris mon menton dans sa main, a fondu son regard dans le mien et m’a dit :
"MERCI", m’a embrassée, et nous avons recommencé.
Ce jour là, jour heureux de ma jeunesse, j’ai dévergondé un homme qui n’avait pas imaginé que la routine pouvait être déviée.
Page 1 sur 1

Nébuleuse

l'être et le non être

Tout à propos de Nébuleuse

Inscrit le:  29 Nov 2003
Messages:  3 [0.07% du total / 0.00 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Tendre lecteur
Tendre lecteur

Activité

Forums Activité % Forum % total
Les liaisons sulfureuses 3 sur 276 1.09 % 100 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mar 26 Jan 2021, 15:15
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 24 Invités et 2 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN (2)
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite