Pastiche...

Le Mer 04 Mai 2011, 18:18  sur Citations, 0 commentaire
Pas vraiment une citation, mais je me suis essayé à l’exercice qui consiste à pasticher (gentiment) une œuvre connue, pour en faire un texte un peu fou...

Je vous livre évidemment la version originale en premier, qui reste la seule à avoir une vraie valeur littéraire... clin



d’après L’albatros , de Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

La version originale :

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

et ma version pastiche :

Souvent, pour s’amuser, des hommes de passage
Draguent des travelos, glabres zozos amers,
Qui rodent, insolents souteneurs de l’outrage,
Dans les allées du bois, tous venus d’outre-mer.

A peine ont-ils posé les mains sur leurs hanches,
Que ces rois du bitume, à cet endroit nombreux,
Se font piteusement trousser comme des manches
Par ceux-là mêmes qui vont se moquer d’eux.

Ces sots dragueurs zélés, comme ils sont moches et veules !
Eux, naguère si hauts, qu’ils se sont rabaissés !
L’un menace bien haut de leur casser la gueule,
L’autre mime, ondulant, leur façon de marcher !

Le macho est ainsi de grandeur dénué
Qui chante la bébête et se rit de la raie ;
L’esprit au ras du sol et l’humour embué,
Le zèle de son gland l’empêche de penser.

A toi, qui m'excites tant...

Le Dim 01 Mai 2011, 19:11  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
J’ai envie de toi... Je te sens si chaude entre mes mains, je voudrais te prendre là, sur la table de la cuisine.

Ou peut-être attendre un peu pour encore laisser monter ce désir, puis te prendre sur le canapé. Tous les endroits possibles...

Tu es si douce, je ne peux résister. J’approche mes lèvres et hume ton odeur qui m’excite encore plus. Je ne peux plus me passer de toi : déjà hier c’était pareil. A quel jeu jouons nous tous les deux ? Je deviens dépendant de toi, complètement « accro ».

Mais c’est si bon de se laisser aller avec toi. Je ferme les yeux pour mieux te sentir entre mes mains, je n’en peux plus... J’approche mes lèvres, je t’aspire vers ma langue, j’aime ton goût dans ma bouche... Toi, ma petite tasse de café.

Trahisons

Le Lun 29 Nov 2010, 23:27  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Deux amis s’éloignent doucement
Sans avoir le courage de le dire vraiment
Comme s’ils avaient préféré s’imaginer
Qu’en restant silencieux je les oublierais…

Oui, même pour cette relation épistolaire
Mon sentiment était des plus sincères…
Libertins vous disiez, mais n’étiez que futiles
Et blâmer quiconque serait inutile.

Si nos chemins devaient donc ici se séparer
Mon cœur n’a de raison d’être désemparé.
Je ne vous en veux pas d’avoir été légers,
Puisque j’avais si mal placé mon amitié.

Pas de regrets, peut être une simple leçon
Que chaque jour la vie nous apporte.
Regarder au-delà de toutes mes déceptions
Et espérer que mon cœur encore me transporte.

D’autres amis viendront effacer la blessure.
Je continuerai d’aimer, c’est chose sure,
Pour ne pas laisser mon âme se dessécher
Et ne jamais voir mon cœur s’étioler.

Triste novembre...

Le Mar 23 Nov 2010, 09:05  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Nous avions rendez vous à Alma Marceau, pour aller ensemble visiter une exposition au Musée d’Art Moderne de Paris (*). J’étais très en avance et m’étais installé dans une brasserie ; tu es arrivée derrière moi, ravissante et divine surprise. J’ai plus savouré ton regard que le vin chaud que j’avais pris pour effacer un peu la pluie froide qui tombait. Nous avons bavardé… tes soucis professionnels, mes prochains déplacements. Cela aurait pu paraitre banalités, mais la douceur de tes yeux m’aurait bien fait prolonger ce moment de partage à l’infini…
Quelques centaines de mètres le long de l’avenue du Président Wilson. Le trajet me parut si court malgré la pluie : tenir ta main dans la mienne et glisser un baiser furtif dans ton cou auraient mérité plus de temps… Encore tenir ta main pour monter les quelques marches, puis la lâcher quand l’assistance se fit plus dense…

Nous passons brutalement de cette obscurité froide, mais si douce en ta présence, à cette entrée immense, surchauffée et éclatante de lumière. Le temps de recevoir un plan de l’exposition, et nous voilà parti dans l’exploration de la vie de cet artiste … que nous découvrons ensemble.

Dès les premiers tableaux (le terme de toile serait parfois inadapté), je ressens une sorte de malaise intérieur devant le caractère torturé de l’œuvre. L’hôtesse qui accompagne notre petit groupe commente la vie de cet artiste, qui fut placée sous le signe des drogues dures. J’ai pourtant du mal à « entrer » dans le sujet. Pourquoi ces corps torturés, quand le corps exprime pour moi chaleur et douceur ? Pourquoi cette morbidité qui se dégage, quand le corps doit exprimer la vie ?

J’essaie au moins de profiter de ta présence, faute de bien comprendre le sens de cette œuvre titanesque par le nombre de tableaux qu’il a produit. Et je commence le plus doux jeu que je puisse imaginer malgré ces quelques dizaines de spectateurs inconnus : croiser ton regard, glisser ma main dans la tienne, ou voler un baiser dans ton cou sans attirer l’attention…

Parfois, la chaleur des couleurs d’une toile vient trancher un peu avec la noirceur générale qui imprègne l’œuvre. Je quitte alors ton regard pour plonger le mien dans cette peinture. Mais bien souvent, le sort réservé aux corps humains par cet artiste semble tout droit sorti de l’écorché d’un traité d’anatomie, et me ramène ainsi à ce malaise qui ne me lâche plus. J’ai du mal à comprendre ces corps mutilés, cette souffrance qui sort de l’œuvre.

Le labyrinthe chronologique des œuvres s’achève… 1988 ; 28 ans donc pour cet artiste torturé qui se détruisit par les drogues et mourut solitaire. Un frisson parcourut mon dos… J’aurais presque pu reprendre à mon compte la phrase biblique de Siméon « Un glaive te transpercera le cœur ».

Sur le chemin du retour, j’ai voulu renouer avec la douceur : je t’ai prise dans mes bras, j’ai fait de mes baisers un collier pour goûter à la douceur de ton cou. Mais je t’ai sentie si distante, je n’ai pas insisté… Nous avons à peine échangé quelques banalités pendant le trajet en voiture, alors que j’avais tant à te dire. Un petit geste d’adieu en te déposant au pied de ton immeuble, et me voilà de retour dans cette obscurité froide et humide, un peu à l’image de mon âme...

Triste Novembre, qui m’aura arraché tout ce qui me réconfortait, tout ce qui me rassurait, tout ce que j’avais de plus précieux.


(*) Exposition Basquiat, jusqu’au 30 janvier 2011 pour ceux qui apprécient...

Présence, absence

Le Dim 06 Juin 2010, 11:07  sur La vie à deux, 0 commentaire
Tu es dans mon cœur, et c’est toi qui le fais battre.
Tu es dans mes pensées et tu les illumines.
C’est à travers tes yeux que je vois le monde,
Et tu lui as donné de nouvelles couleurs…

Mais il manque à mes lèvres le velours de ta peau,
Il manque à ma peau la douceur de ton corps,
Il manque à mon corps la caresse de tes mains,
Et il ne manque à mes mains que de pouvoir t’étreindre…

J’aimais te sentir frissonner sous mes baisers
Sentir ton souffle, goûter ta chaleur, et vibrer contre toi
Dois-je ne plus vivre qu’avec le souvenir de ce bonheur ?
Ou dois-je espérer, Magali, que tu reviennes un jour ?

Qui suis-je donc ?

Le Sam 20 Mars 2010, 11:06  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Mais qui suis-je donc, moi que tu as invité ce soir pour si un délicieux rendez-vous?

Tu étais tendue, stressée par ta journée de travail, et tu as voulu que je te délasse…Je t’ai entourée, je t’ai enveloppée de douceur. J’ai caressé tes jambes, tes longues jambes fatiguées. Tu as commencé tout doucement à te détendre un peu.

Alors je me suis enhardi : avec une infinie douceur, je me suis laissé glisser sur tes cuisses, j’ai caressé le galbe de tes fesses…

Mais qui suis-je donc, pour que tu t’abandonnes ainsi à moi, pour que tu me confies tous tes désirs ?

Je n’ai plus hésité un instant : La chaleur de ton ventre, la courbe de tes seins, la douceur de ton intimité n’ont maintenant plus de secret pour moi. Tu t’es abandonnée totalement, renversant ta tête en arrière et fermant tes yeux. Tu m’as laissé t’entourer de mon infinie tendresse, tu étais maintenant parfaitement délassée. Tu as voulu prolonger ce moment, immobile, silencieuse, savourant maintenant cette sérénité revenue. J’ai partagé avec toi tes pensées, j’ai écouté tes confidences. Tu sais qu’elles resteront un secret entre nous…

Mais qui suis-je donc,
pour mériter le don de ton corps sublime,
pour partager avec toi des moments si intimes ?

Et puis, l’heure de se séparer est finalement venue : j’ai lu sur ton visage que ce moment n’avait pas assez duré. Mais je sais que, dès que tu en ressentiras l’envie, tu m’inviteras à nouveau. Je sais que la nuit qui va venir maintenant, même si elle nous sépare, va être belle pour toi, débarrassée pour un soir de tes soucis, de ta fatigue, de ta tension. Et je sais que je serai là, pour renouveler cette communion de tendresse.

Je serai toujours là pour toi, à chaque fois que tu me désireras…

Je suis… Je suis… Je suis la mousse de ton bain

Tes mains

Le Dim 28 Fév 2010, 14:33  sur Parler d'amour, 0 commentaire
J’aime tes mains… Elles qui savent, sur mon corps, tracer les routes du bonheur… elles qui m’ont révélé des secrets enfouis que j’ignorais.

J’aime sentir leur douceur satinée caresser ma peau, fermer les yeux et m’abandonner sous leur ballet. Un jour, il m’est même venu à l’esprit pourquoi, dans leur sagesse, les populations asiatiques avaient choisi des divinités féminines pour leur offrir six mains…

Bien des expressions me reviennent aussi pendant ces moments là : « Être dans de bonnes mains »… « Avoir le cœur sur la main »… « Prendre les choses en main »… « Avoir la main heureuse»…

Tiens, peut être même « demander la main de quelqu’un » a-t-il quelque chose à voir avec les caresses qu’elle prodigue?

Elles connaissent tous les secrets de mon corps et chaque parcelle de ma peau… A chaque rencontre, c’est un plaisir infini que de les sentir se glisser doucement sur moi. Je n’ai alors qu’un désir, celui de m’abandonner pour mieux les laisser faire. J’aime fermer les yeux pour mieux savourer la sensualité de leurs caresses…

Tes mains te ressemblent, Magali. Douces, elles savent parfaitement où elles veulent aller. A elles comme à toi, on ne peut que rêver de l’abandon le plus total, dans une confiance absolue. J’aime leur chaleur sur ma peau, j’aime les frissons qu’elles y provoquent, j’aime ces moments privilégiés où le temps semble s’arrêter, un peu comme si elles avaient le pouvoir de me transporter sur une autre planète.

Alors, je voudrais plus souvent pouvoir les prendre… entre mes mains !

Escapade d'été

Le Mar 16 Fév 2010, 18:08  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
Le murmure de l’océan, ce soir d’été,
Sur la dune qui nous avait accueillis
M’avait fait entendre la mélancolie
D’un tendre moment qui finissait.

Notre si douce complicité,
Si étonnante puisque le fruit
D’une rencontre que l’on crût folie,
Pour moi valait l’éternité.

Mes lèvres ont savouré ta peau salée,
Mes mains t’ont doucement massée ;
J’aurais voulu que le temps s’arrête là
Lui qui m’apprit que mon bonheur, c’est toi.

La brise qui maintenant nous caressait
Ton corps soudain fit frissonner ;
D’émoi, ta peau dorée avait pali
Quand je murmurai : « Je t’aime, Magali ».

Cette nuit, j’ai rêvé…

Le Lun 15 Fév 2010, 20:58  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Cette nuit, j’ai rêvé…

Ton visage s’était réfugié dans le creux de mon épaule, et le contact soyeux de ta chevelure contre mon cou était délicieux. Mais j’ai senti une larme chaude glisser sur ma peau. J’ai préféré ne rien te demander, respecter ta douleur, pensant que qu’il valait mieux le silence pour que ta peine se vide un peu. J’étais partagé entre le bonheur de te sentir près de moi, en confiance absolue, et mon impuissance à trouver les bons mots pour te consoler.
Mais après tout, les attendais tu ces mots ?
Pourquoi vouloir tout consoler, il faut que les peines de la vie passent leur chemin… fût-ce à travers tes larmes…
Pourquoi vouloir tout contrôler, y compris les émotions…

Alors je t’ai tenu ainsi, longtemps, sans rien dire, alors que mes lèvres caressaient ton oreille.
Je t’ai bercé contre mon cœur, infiniment.
Jusqu’au moment où je me suis réveillé, seul… tout seul, mon oreiller mouillé de mes propres larmes. Je n’ai pas cherché à interpréter ce rêve, je ne crois pas trop à cette « science », mais j’en garderai longtemps le mystère dans ma mémoire.

Bérénice ?

Le Sam 13 Fév 2010, 20:48  sur La déclaration d'amour, 0 commentaire
Saint Valentin pour Magali, qui saura décoder…


De mon corps engourdi tu fus libératrice,
De tes mains tu fis naître de tendres frissons,
Dans mon regard naquirent de nouveaux horizons,
C’est grâce à toi qui en fus la seule créatrice.

De mon passé, tu apaisas bien des cicatrices
Et dans mes veines mis cette vie nouvelle ;
C’est pour ton sourire que je la voudrais éternelle,
Car de mes jours tu es le sel, de ma vie tu es l’épice.

Et si notre rencontre nous a rendus complices
C’est bien ta généreuse amitié qui l’illumina
Quand, bonne fée, tu posas tes lèvres sur moi
Le crapaud que j’étais se transforma avec délice.

De l’amour, de l’amitié, tu es l’ambassadrice
Je connais ma chance de t’avoir rencontrée
Et voudrais à nouveau bientôt contre moi te serrer
Car il est doux de murmurer ton prénom, Bérénice.

Le parc des buttes chaumont

Le Mar 09 Fév 2010, 22:26  sur L’amour fantastique , 1 commentaire
Par cette belle matinée de début août, ils s’étaient donné rendez-vous de très bonne heure à l’entrée du parc des Buttes Chaumont. L’air était encore frais, mais la journée promettait d’être simplement… une très douce journée d’été !

Il était arrivé bien en avance, tout surpris de voir avec quelle facilité il avait traversé un Paris presque désert et avait même pu garer sa voiture à deux pas des grilles d’entrée. Il avait hésité à pénétrer dans ce parc qu’il ne connaissait pas encore : non pas par appréhension, mais il avait tant imaginé avec quel plaisir Elle le guiderait, qu’il souhaitait ne pas déflorer cette découverte pour mieux préserver la saveur de le faire en sa présence.

Il préféra donc faire un tour dans le quartier, repérant au passage un petit restaurant dont la terrasse en étage serait sans doute fort agréable dans quelques heures. Il réserva, à tout hasard, car craignait qu’un afflux de touristes vienne anéantir le projet qu’il s’était fait de l’inviter ici.

En l’attendant, il se remémora l’histoire de leur rencontre, si curieuse, si inattendue. Rien ne les faisait a priori se ressembler : lui provincial devenu parisien un peu par hasard, marié, père de famille. Pourquoi donc avoir accepté le premier rendez-vous ? D’un côté, cela ne lui ressemblait pas, il n’avait en rien, ni ne revendiquait en rien le profil d’un « coureur », bien au contraire. Avec plus de vingt ans de fidélité conjugale, il n’aurait jamais imaginé, quelques mois auparavant, une telle situation.

Et pourtant, il y trouvait un plaisir infini, un plaisir simple et sain. Car c’était d’abord l’histoire d’une très belle amitié qui les liait : ils avaient pris l’habitude de partager leurs secrets, leurs joies et peines. Il avait trouvé à la fois une écoute et un être délicat qu’il aimait à serrer contre lui. Il se plaisait à penser que c’était réciproque.
Et surtout, quelle évolution depuis leur rencontre ! Leur histoire si différente l’avait enrichi, lui avait ouvert les yeux et agrandi le cœur. Il se sentait débuter une nouvelle vie intérieure, mais qui rayonnait dans sa vie de tous les jours. A y réfléchir, il se disait que le destin avait bien fait les choses, puisque arrivé à cette période de la vie qu’il croyait une simple croisière, un souffle nouveau avait totalement ranimé son être. Et c’était justement leurs différences qui lui donnaient cette énergie nouvelle. Il en était parfaitement conscient et heureux. C’était une nouvelle sérénité qui s’était installée en lui.

Elle arriva, il put la reconnaître de loin dans sa robe d’été légère, claire, fraîche. Il se plut à croire qu’Elle avait choisi à dessein cette robe, puisqu’il avait eu l’occasion de la féliciter pour son élégance lors de leur précédent rendez-vous. Elle portait en bandoulière son grand sac, dans lequel seules les femmes ont le secret de ranger tout ce qui leur sera utile dans la journée.

Elle marchait d’un pas agile à l’ombre des platanes qui longent le parc. En la voyant approcher, il eut pourtant la curieuse sensation de quelque chose d’irréel… Mais quoi ?

Ils entrèrent dans le parc, main dans la main. Le premier choc qu’il ressentit fut ce brusque changement d’atmosphère, passée en quelques secondes du brouhaha de la rue aux cris et rires d’enfants sur les manèges, les poneys. Bien des jeunes mères de famille venaient profiter de cette belle journée avec leurs enfants, leurs poussettes. Il se dégageait une atmosphère de paix qui les fit se rapprocher un peu plus l’un de l’autre. Ils échangèrent peu de mots pendant les premières centaines de mètres, car l’un comme l’autre sentaient que la proximité de leurs corps suffisait dans un premier temps à initier une sorte de communion. Ils s’apprêtaient tous deux à savourer en gourmets les quelques heures qu’ils s’étaient réservées l’un pour l’autre…
Ils avaient commencé le tour du lac. Férue d’histoire, de cinéma aussi et surtout Parisienne jusqu’au bout des ongles, Elle lui parlait de l’histoire du Parc, des scènes de cinéma qui y furent tournées. Leur marche fut à peine troublée par les quelques travaux en cours, qui barraient certains sentiers du parc. Un banc les accueillit un moment ; il avait passé son bras sur ses épaules. Le vent d’été qui s’été levé releva un peu la robe légère et lui souffla quelques idées qui le surprirent. Mais il n’osa pas lui en parler.

Et puis, toujours ce sentiment bizarre de quelque chose d’irréel, qu’il n’arrivait pas à cerner.

Elle s’était levée, continuant leur marche. Après une visite à la cascade sous la grotte, ils gagnèrent d’autres allées. Lui était surpris des déclivités, du relief de ce parc. Elle riait de cette surprise !

« Viens, je veux profiter un peu du soleil » avait-elle glissé à son oreille, avec, toujours, son immense sourire.
Surpris, il la suivit sans protester. Elle semblait connaître ce parc comme sa poche : c’est vrai qu’enfant, Elle y jouait… Quelques pas derrière les buissons, puis une butte engazonnée à franchir, et ils se retrouvèrent seuls. La configuration du terrain était telle que personne ne pouvait les voir, hormis évidemment… quelqu’un qui aurait eu la même idée !

Elle ouvrit son sac et en tira une grande toile de coton qu’elle étendit avant de s’y asseoir en tailleur, et Elle l’invita d’un sourire… Surpris d’une telle prévoyance, il ne protesta pas pour s’allonger sur cette couche improvisée. Les odeurs des buissons, des arbres lui rappelaient la campagne où il avait passé son enfance et les bruits le la ville parvenaient, assourdis, rappelant qu’Elle avait choisi Paris. Quel mélange troublant, reflet de leur différence, et réunis pour célébrer leur rencontre...
S’abandonnant au soleil, Elle avait déjà déboutonné sa belle robe d’été, et il vit alors qu’elle ne portait, ce jour là, que ce seul vêtement… Il fut presque surpris de ne pas l’avoir remarqué avant, quand il l’avait serrée tout contre lui. Elle aimait le soleil et ne voulait pas s’en priver. Allongé près d’elle, il ferma les yeux, autant pour savourer sa présence que pour se protéger du soleil qui était maintenant devenu plus piquant.

Et toujours ce sentiment curieux de quelque chose d’irréel, qui l’obsédait depuis le début de la matinée…
Ils se parlaient à peine, leurs gestes ayant maintenant remplacé les mots. Il caressait doucement cette peau réchauffée de soleil… Elle avait commencé une exploration douce sous sa chemise… sans aucune précipitation, savourant ces instants délicieux, Il avait très discrètement dégrafé sa ceinture et son pantalon… Discrètement pour ne pas risquer de la brusquer, mais le désir qu’il avait maintenant ne pouvait plus passer inaperçu.

Il se tourna sur le côté, et ouvrit les yeux pour la contempler. Sa peau claire et lisse se gorgeait avec avidité de soleil. Les caresses douces qu’il lui avait prodiguées avaient déjà fait leur œuvre : la pointe de ses seins dressés vers le soleil, son souffle s’était fait plus court. Un peu de rose aux joues, et ce bassin qui se cambre un peu. Sans qu’il soit un expert en la matière, il lui était impossible de penser qu’elle ne partageait pas son désir. Curieusement, le fait qu’il soit dans un lieu public ne le dérangeait maintenant plus du tout. Il avait toujours cette sensation d’irréel, qui lui faisait oublier interdit.

« Viens », glissa-t-elle à son oreille. Il n’avait ni l’envie, ni la force de résister. Il sentait bien que cette amitié infaillible qu’il lui vouait était en train de prendre une tournure bien plus passionnée. Même la peur d’être maladroit, dans cette circonstance si particulière, ne l’effleurait plus. Il avait maintenant basculé sur Elle… Elle l’avait accueilli si doucement, si amoureusement dans son intimité.
Le temps s’était arrêté, rendant tout encore plus irréel. Leurs souffles s’étaient mêlés, leurs peaux brûlantes de soleil s’étaient collées, ils ne faisaient plus qu’un au fond de cette petite déclivité qui les protégeait du monde. Tout les réunissait maintenant, eux si différents. Leurs bouches unies, leur peau collée par la sueur, leurs sexes ne faisaient plus qu’un. Il n’avait jamais ressenti une pareille communion dans leur jouissance et ce sentiment nouveau lui procura bien plus que du plaisir : c’était bien là le bonheur qu’il avait enfin trouvé. Ils restèrent un long moment ainsi, savourant le côté irréel de la situation.

Soudain, il sentit nettement une main sur son épaule… Il avait toujours les yeux fermés et n’osait les ouvrir ! Qui avait pu les suivre, les rejoindre ici ? Comment allait-il expliquer cette situation ? Comment allaient-ils s’en sortir ?

Ces idées s’emmêlaient dans sa tête, quand une voix familière lui demanda :
« Chéri, ça ne va pas ? »

Il lui fallut de longues secondes pour réaliser, pour enfin oser ouvrir les yeux… Et s’apercevoir que le paysage qui l’entourait lui était familier. Il était chez lui, allongé sous le tilleul. Il se rappelait maintenant s’y être étendu pour ce qui devait être une petite sieste, mais qui se transforma en long voyage hors du temps. Le temps… Le temps… Il regarda sa montre, trois heures de l’après midi.

« Oui, ça va, j’ai dormi. Mais quel jour sommes-nous ? »
« Dimanche ! Tu es bien sur que ça va ? »

Dimanche… Mais alors, pourquoi avait-il déjà rêvé de ce rendez-vous qui était fixé au vendredi suivant ? Pourquoi des images aussi précises d’un parc qu’il n’avait encore jamais visité ? Il se plut à croire que ce fameux destin, qui les avait fait se rencontrer, n’était pas près de les abandonner en si bon chemin. Et jamais attente d’un rendez-vous ne lui fut si douce.

Un réveil...

Le Jeu 04 Fév 2010, 22:03  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Le réveil venait juste de sonner, je l’avais arrêté à tâtons. C’était un de ces petits matins où l’on n’a pas vraiment envie de se lever. On entendait la pluie, on la devinait froide et l’on préférait savourer la tiédeur d’un lit qui nous avait accueillis pour cette nuit de tendresse. L’épaisseur des couettes, la chaleur de nos corps en avaient fait un nid douillet.


Mes mains avaient, tout doucement, frôlé tout ton corps, faisant frissonner ta peau. Je prenais du plaisir à te réveiller ainsi, très doucement, à voir ton corps s’étirer délicieusement. Cette nuit, c’est de mes lèvres que j’avais fait ce parcours sur toute ta peau, et c’était bien plus que des frissons qu’elles y avaient fait naitre ! J’avais encore le gout de ton corps sur ma bouche et m’en délectait.

Puis j’ai pris beaucoup de plaisir à accompagner de tout mon corps les étirements du tien, un peu comme un ballet immobile, comme la pose prise par deux danseurs qui seraient parfaitement à l’unisson.

Nos jambes se sont mélangées, nos torses se sont plaqués l’un contre l’autre. Même dans l’obscurité, je devinais ainsi la pointe de tes seins, tendus contre ma poitrine. Il a fallu bien des baisers dans ton cou pour déclencher ta première parole : « quelle heure est-il ? » De mon côté, j’avais largement dépassé ce stade, en glissant au creux de ton oreille tous les mots doux, ceux que nous avions échangés hier au soir, avant de s’endormir, éreintés…


Ton corps semblait brûlant contre le mien : était ce le résultat de nos ébats, ou plus simplement celui des deux couettes que tu affectionnais de prendre sur toi ? Mais cette chaleur douce qui émanait de ton corps était un si beau début à cette froide journée de novembre… J’avais l’impression d’y recharger mes batteries, pour une journée qui s’annonçait difficile.

Que s’est il passé alors ? Pourquoi ce réveil, que j’étais sur d’avoir arrêté, reprenait il sa sonnerie qui tranchait autant avec la douceur de ce moment ?


Je l’arrêtais à nouveau, puis me retournai vers toi… Plus rien, ta place vide et froide, le sentiment de vacuité d’un cœur que l’on m’arrache… les esprits me revenaient : bien sûr, je t’avais raccompagnée hier au soir… Je ne savais plus si je devais maudire ce rêve qui se terminait si mal, ou au contraire le bénir pour avoir prolongé un peu cette soirée trop courte pour la grandeur de notre amour.

Alors, mes pensées se sont portées vers une idée bien plus concrète : cette touche « snooze », il fallait que je la rebaptise « bon pour un dernier rêve »…

Et si un fabriquant de réveille-matin me lit, je lui fais cadeau de cette idée... Pour que d’autres amoureux puissent rêver!

S'accepter...

Le Lun 11 Jan 2010, 09:19  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Oui, je crois qu’il faut arriver à "s’aimer soi-même" pour être capable d’aimer les autres...

Aimer soi-même ne veut pas dire être égoïste ou égocentrique, cela veut simplement dire s’accepter, avec ses qualités et ses défauts.

Nous sommes tous imparfaits : l’admettre est déjà un premier pas vers la guérison.

Accepter ses propres défauts ne veut pas non plus dire les cultiver, mais simplement les connaître pour en limiter les conséquences.

Bonne année à toi, Pierre...

Signé: un autre Pierre, dit Titeuf.

La boulangerie...

Le Dim 03 Jan 2010, 23:18  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Madame Carraba avançait sur le trottoir, suivie de sa petite chienne qu’elle appelait « sa fille » . Elle s’était installée dans ce petit village du Sud-Ouest quelques années auparavant, et ses habitudes vestimentaires, même si l’élégance n’en était pas absente, faisaient un peu « tâche » dans cette paisible bourgade : On l’aurait beaucoup mieux imaginée dans un salon de thé du 16ème arrondissement parisien… Beaucoup, au village l’avaient baptisée « La Rose », mais personne ne savait si c’était à cause de la broche qu‘elle portait au revers de sa veste, ou au contraire à cause de ses remarques toujours acerbes qui évoquaient les épines de cette belle fleur.

Les enfants, plus directs, l’avaient baptisée « la fée Carabosse » tant son sale caractère était devenu légendaire dans le village.

Elle poussa la porte de la boulangerie, faisant tinter la cloche antédiluvienne fixée au-dessus. Malgré l’écriteau « nos amis les animaux restent dehors », la petite chienne la suivit… Fidèle à son habitude, elle ne crut pas vraiment utile de glisser le moindre « bonjour » au mitron, qui s’affairait derrière le comptoir. « Ces gens là », comme elle les appelait parfois, n’étaient pas de sa classe…

« Deux baguettes, et pas trop cuites » grinça t’elle sèchement, en posant sa monnaie déjà préparée sur le comptoir. Les formules de politesse ne l’encombraient pas vraiment, mais les habitants en avaient pris leur parti…

Curieusement, le mitron parut gêné, et la boulangère, dans l’arrière boutique, éclata de rire… Il est vrai que, ce matin là, les baguettes rangées contre le mur avaient l’air d’avoir pris un sérieux coup de chaud, et en trouver deux « pas trop cuites » comme l’exigeait la petite vieille acariâtre aurait été un exploit !

Le mitron, qui était devenu tout rouge, dût bien admettre cette évidence, et ne savait trop que répondre à cette cliente toujours cassante… La boulangère vit cette gêne, et vint à son secours :
« Madame Carraba, la prochaine fournée sera prête dans un petit quart d’heure et sera moins cuite, repassez donc en revenant de l’épicerie, je vous en mettrai deux de côté »

Mais pour bien comprendre l’atmosphère si particulière qui régnait dans la boulangerie par ce beau matin d’août, il fallait remonter un peu en arrière…

Alain, le mitron…. Né au village, il y avait grandi. Ses parents cultivaient la terre, mais lui s’était pris de passion pour les pâtes feuilletées.... Alors, quand à la fin de sa formation en alternance, il avait pu obtenir un stage auprès de la boulangerie de son propre village, il n’avait pas hésité un instant. D’autant que le patron lui avait clairement laissé entendre qu’il l’embaucherait ensuite.

Il vivait heureux dans son village, et y était parfaitement intégré… Bien bâti, il faisait partie de l’équipe de rugby locale, ainsi que de l’équipe de sapeurs pompiers volontaires. Il était aussi la coqueluche des filles du coin, et avait une petite amie depuis quelques mois dans une ferme non loin de là. Comme tout se sait dans ces petits villages, beaucoup d’habitants le « plaisantaient » un peu là dessus, mais cela restait de bon ton, car tous deux étaient appréciés…

Magali, la boulangère… Le geste vif, la quarantaine pétillante, la bonne humeur personnifiée…Toujours un sourire, un clin d’œil, un mot gentil, elle était très aimée de tous. Je crois que même s’il n’y avait pas eu de pain, les villageois seraient quand même venus partager la bonne humeur qu’elle entretenait dans sa boulangerie…

Son mari était parti en Alsace la veille, pour récupérer leurs enfants qui avaient débuté les vacances chez leurs grands-parents. Mais comme les petits commerces de village ne peuvent fermer, il avait été décidé qu’il irait seul, et y resterait quelques jours pour visiter sa famille si lointaine. Magali était parfaitement à l’aise dans sa boulangerie, et Alain, le jeune mitron, avait maintenant le métier bien en main : juste un bon « coup de collier » à donner pendant quelques jours. Mais la fierté d’avoir la confiance de son patron venait largement le récompenser de cet effort.

Ce matin là, il était donc arrivé de très bonne heure, plein d’énergie. En effet, si le pétrissage de la pâte était mécanisé, toutes les autres opérations étaient restées manuelles dans cette petite boulangerie de village. Cela ne l’effrayait pas : il était fort physiquement, et il aimait ce contact sensuel avec la pâte.

Malgré l’heure matinale, il régnait déjà une chaleur torride dans le fournil. La température extérieure, d’abord, était caniculaire en ce début août. Mais il avait fallu allumer bien à l’avance le feu de bois. Et il s’affairait à préparer les pâtons pendant que le four montait en température. Torse nu, comme à son habitude, il ruisselait de sueur ; le boulanger avait aménagé une douche au fond du local, qui lui permettrait d’assurer plus tard le service au magasin, dans une fraîcheur acceptable…

Il était à l’heure sur le plan de marche qu’il s’était fixé, la première fournée allait pouvoir être lancée dans quelques minutes…

Etait-ce la canicule ? ou le souci de voir si tout allait bien ? Magali, elle, s’était levée de bonne heure, et était descendue très discrètement au fournil. Affairé, Alain ne l’avait même pas remarquée… Elle s’était installée dans un vieux fauteuil posé là, et observait dans l’immobilité la plus parfaite. La lumière du feu faisait luire ce torse, ce torse musclé et ruisselant qu’elle admirait en silence…

D’un côté, elle avait beaucoup d’affection pour ce garçon fort sympathique qui n’était finalement guère plus âgé que son fils aîné… et pourtant, la vue de ce corps souple et musclé la troublait de plus en plus, elle ressentait jusque dans son ventre ce désir qui montait inexorablement en elle…

Alain s’était maintenant arrêté un instant, pour se désaltérer avant d’enfourner la première série de pâtons… Aussi, fut-il surpris d’entendre un « je vais vous aider » d’une voix chantante qui lui était familière… Il se retourna, vit le sourire de Magali qui avait déjà empoigné le chariot qui servait à cette manœuvre…

A deux, l’opération fut donc vite faite… Magali s’était rapprochée de lui, et commençait à lui masser les épaules ruisselantes de transpiration. Prévenante, elle s’était placée derrière lui, pour qu’il n’ait pas à croiser son regard immédiatement car elle devinait sa gêne. Elle aimait sentir cette musculature puissante sous ses mains, et l’odeur de cette sueur saine ne la dérangeait pas, contribuait peut-être même à l’excitation du moment… Ses mains avaient très vite glissé dans son dos, puis entouré son torse et caressaient maintenant sa poitrine…

Lui n’osait pas bouger… Non pas qu’il ne ressentit rien, bien au contraire, mais cette situation était inattendue, et même si Magali était une femme douce, splendide et rayonnante, c’était quand même « la patronne »…

Elle, toujours derrière lui, avait laissé glisser au sol la robe de chambre qu’elle portait comme seul vêtement, et avait maintenant collé sa peau contre la sienne, comme pour partager sa transpiration qui avait redoublé. Elle appréciait cette sensation des peaux qui s’unissent, qui glissent ainsi l’une sur l’autre. Elle prenait du plaisir à écraser sa belle poitrine contre son dos, pendant qu’elle caressait de ses mains tout le torse et le bas ventre d’Alain. Lui n’en pouvait plus : il avait de lui-même déboutonné son pantalon, devenu bien trop serré, pour ouvrir largement la route aux mains expertes qui le parcouraient… Même les douces caresses qu’ils se prodiguaient avec sa petite amie étaient loin de la fougue qu’il découvrait maintenant…

Le pantalon ayant rejoint au sol la robe de chambre, Magali entreprit, sans jamais cesser les caresses, de l’orienter vers la réserve ou s’empilent les sacs de farine. Délicatement, sans la moindre brusquerie, elle le fit basculer vers l’avant, la face contre des sacs qui étaient au sol. Elle comprit son émoi et voulut le rassurer. « Laisse toi faire, tu es fatigué » dit-elle ; il ne protesta pas…Abandonné sur son sac de farine, il avait légèrement écarté les jambes… Magali lui massait délicieusement les cuisses et fesses, et y prenait manifestement beaucoup de plaisir… Petit à petit, ses pouces se rapprochaient du sillon fessier, commençaient très doucement à l’entrouvrir… et lorsque les deux mains se rejoignirent, bien au centre, il eut un gémissement… Il n’avait visiblement rien connu de si délicieux.

Elle avait ensuite entrepris de le masser avec sa poitrine, faisant glisser ses seins ronds sur ses fesses et son dos inondé de sueur… Elle l’avait enlacé de ses bras, de ses jambes, prenant plaisir à onduler contre lui, avec lui, toujours collés par leur sueur…

Dans ce simulacre de lutte, ils avaient maintenant glissé au sol. Alain était sur le dos, son ventre et ses cuisses blanchis de la farine que la sueur avait collée… et cette magnifique colonne de chair, tournée vers le ciel, donna un frisson à Magali…

Mais si elle était bien décidée à offrir et prendre du plaisir avec lui, elle comprenait aussi la gêne qu’il pouvait ressentir. A la fois parce qu’Alain avait une petite amie, mais aussi parce que, étant « la patronne », elle pensait qu’aller trop loin aurait été abuser de cette position… Elle était joyeuse, joueuse, sensuelle, un peu délurée sans doute mais en rien perverse, et ne voulait donc pas mettre Alain dans une situation trop embarrassante pour lui, qu’il n’aurait peut être pas su gérer. Elle se résolut donc à ne pas aller jusqu’à une pénétration, qui aurait peut-être été « le pas de trop », qu’elle aurait pourtant pu faire sans peine tant il semblait s’abandonner… Bien plus expérimentée, elle considérait que c’était à elle de conduire les opérations, ce qu’Alain aurait été bien en peine de lui contester. Elle savait donc bien où aller, où ne pas aller…

Alors elle redoubla ses caresses, laissa glisser sa chevelure le long de ce torse d’athlète, qui frissonna… sans lâcher de ses mains la base de son membre, ses lèvres, sa langue avaient maintenant entrepris d’en caresser l’autre extrémité… elle dosait méticuleusement tous ses gestes, tous ses baisers pour prolonger ce moment si intense. En ressentant les spasmes puissants de ses abdominaux, elle perçut que, manifestement, Alain était maintenant à bout… Elle entoura alors son sexe dressé de ses seins d’albâtre, l’enserrant ainsi dans un étui chaud et douillet, puis rythma ses gestes pour bien accompagner son plaisir… Jusqu’à une longue explosion qui inonda leurs corps. Ils durent rester ainsi unis quelques longues minutes, sans dire un mot, sans bouger. Leurs corps maintenant apaisés étaient maculés de sueur, de farine et de sa semence abondante… Ils se dirigèrent jusqu’à la douche, où il se laissa délicieusement savonner, masser, rincer, essuyer. Il savourait les gestes experts de sa patronne…

Elle souriait toujours ; lui semblait un encore un peu gêné mais s’était enhardi à la regarder dans les yeux et à lui rendre un sourire. Il aurait même volontiers prolongé cette douche partagée, bienfaitrice et rafraîchissante, quand les sept coups du clocher de l’église le ramenèrent brutalement à la réalité : la fournée ! Nu, il se précipita vers le four, l’air catastrophé… Elle le suivit, de son pas toujours rapide et gracieux, plus belle encore dans sa nudité…

Ils retirèrent très vite le chariot d’enfournage… Les pains, sans être brûlés, avaient tout de même pris un sérieux coup de chaud… Il contemplait ce qu’il considérait être une catastrophe ; elle l’avait maintenant entouré de ses bras presque maternellement : « Ne t’inquiète pas, Alain…C’est le métier qui rentre » lui dit-elle avec douceur, sans jamais lâcher un instant sa bonne humeur…Elle déposa même un baiser dans son cou, comme pour le consoler

Juste le temps de laisser un peu refroidir cette première fournée, préparer la suivante et transporter les pains jusqu’à la boutique, et il serait temps d’ouvrir. Et il savait bien que certains clients, comme madame Carraba, arrivent dès l’ouverture et n’aiment pas attendre… Magali l’aida dans cette tache, afin de le mettre plus à l’aise…


Alors, maintenant, vous comprendrez mieux l’émoi d’Alain et l’éclat de rire de Magali quand madame Carraba désirait, avec son air pincé, ses baguettes « pas trop cuites »…

Et vous comprendrez aussi pourquoi, quand je rentre dans une boulangerie où la patronne est avenante, je jette toujours un coup d’œil à la couleur du pain !

Le cockpit d'un airbus...

Le Mer 23 Déc 2009, 05:58  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
L’Airbus A 340 avait maintenant atteint depuis plus d’une heure son premier niveau de croisière. Sur ce Francfort – San Francisco nocturne, le personnel de cabine avait déjà desservi les plateaux repas et préparé la cabine pour cette longue nuit. L’Atlantique était au dessous, la lumière céleste s’y réfléchissait car le ciel était parfaitement dégagé. Il y avait bien longtemps que Karl, pilote aux commandes, avait enclenché le pilote automatique, réglé l’altitude de croisière et asservi la trajectoire sur le FMS, « Flight management System », qui calcule et optimise en permanence la route de l’avion. Sa clearance transocéanique affichée, il avait calculé qu’il y en avait encore pour au moins une heure avant qu’il puisse, par allègement de l’avion, demander au contrôle un niveau de croisière supérieur.

Pilote confirmé sur « court courrier », Karl avait depuis un an été qualifié sur cette belle machine destinée aux vols à grande distance, et appréciait ces moments de calme et de solitude. Les instruments réglés à leur luminosité minimale, il contemplait la double immensité qui lui faisait face : celle de l’océan au dessous, et la voute céleste au dessus. Ce spectacle lui procurait un plaisir dont il ne se lassait pas. Il se sentait à la fois tout petit face à cette immensité, et puissant car il avait entre les mains la vie de plusieurs centaines de passagers. Il se disait qu’il avait vraiment choisi le plus beau métier qui soit, il aimait d’ailleurs dire en plaisantant qu’il avait « le plus beau bureau du monde »…

Son commandant de bord, sur le siège à côté, s’était assoupi. Les règles de la compagnie étaient claires : sur ces vols « long range », trois pilotes étaient embarqués, l’un étant allongé sur une couchette séparée, les deux autres à leur poste de pilotage. Mais dans ces phases de croisières nocturnes longues, lorsque que la météo est excellente, il n’était pas si rare que l’un des deux pilotes aux commandes reculât son siège, en inclinât le dossier, pour s’assoupir quelques instants. Pas vraiment dans les règles, mais l’autre pilote sanglé sur son siège, le pilote automatique enclenché… Pour la circonstance, il avait même gardé son casque sur les oreilles pour limiter le bruit pourtant feutré qui régnait dans le cockpit
Les deux hommes se connaissaient bien, se respectaient et se faisaient une confiance absolue. Karl avait bien noté l’assoupissement profond de son compagnon, mais tout allait bien, la machine ronronnait de ses quatre réacteurs… Pour être sur de ne pas s’endormir, il avait demandé à une hôtesse de lui apporter un café, qui n’allait sans doute pas tarder. Il n’avait évidemment plus le droit d’ôter les sangles de son siège : en effet, une turbulence brusque pourrait alors mettre l’avion dans une situation difficile, si le seul pilote éveillé se retrouve collé au plafond…

Et effectivement, l’hôtesse se signala bientôt, car les portes blindées des cockpits ne s’ouvrent que sur validation de l’équipage. Après avoir préparé les cabines pour la nuit, les hôtesses aimaient à venir partager un instant l’atmosphère si particulière d’un cockpit en vol de nuit. La compagnie n’y voyait d’ailleurs pas d’inconvénient, car pendant ces phases de croisières, favorables à l’assoupissement des pilotes, la présence d’une autre personne permet une meilleure vigilance.
Karl avait déployé la tablette centrale (luxe suprême des Airbus qui, par leur mini-manche latéral, dégagent cette place en face du pilote…) et posé sa tasse devant lui. Elle était restée, assise sur la banquette latérale, à contempler le paysage extérieur, d’une beauté sublime malgré la monotonie de la mer. Il avait des notions d’astronomie, et commençait à lui expliquer les principales constellations visibles… Elle écoutait, autant sous le charme de sa voix, que sous celui de sa chevelure blonde à peine éclairée par les instruments de bord…

Elle s’était maintenant placée derrière son siège, de manière à mieux voir la direction que lui montrait son bras… Orion, Cassiopée : il avait du plaisir à les reconnaitre et les nommer… Mais elle pensait déjà à autre chose… Sa longue chevelure, qu’elle avait maintenant dénouée, frôla ainsi la joue du pilote qui se tût… Sans un seul mot, ils avaient tous deux compris l’attirance exercée chez l’autre, sans doute exacerbée par cette situation, presque seuls dans le cockpit, la porte blindée refermée derrière eux…

La situation était rendue encore plus particulière, car lui ne pouvait pas prendre le risque de se détacher son harnais… Et elle comprit vite qu’il était ainsi à sa merci, sans doute tout aussi excité de ne pouvoir, ni vouloir, bouger de son siège. Elle joua quelques minutes à frôler sa joue avec la sienne, puis déposa quelques baisers dans son cou. Sa main s’enhardit à ouvrir sa chemisette et caresser son torse, entre les deux sangles formant les bretelles de son harnais… Sans dire un mot, sans même vraiment se distinguer dans la pénombre du cockpit, ils s’étaient communiqué un désir farouche de faire l’amour… ce qui lui était déjà arrivé dans la couchette de repos, mais jamais encore dans un cockpit…

Leurs gestes suffirent à se comprendre sans un seul mot : elle desservit la tasse de la tablette, Karl replia cet accessoire sous le tableau de bord. Il recula très légèrement le siège, de manière à dégager un peu plus de place devant lui, tout en gardant un accès aux commandes… Elle sentit ce mouvement du siège et comprit immédiatement ses intentions. Un coup d’œil sur la silhouette du Commandant de bord qui dormait maintenant comme un nouveau-né… Et elle eu tôt fait de faire glisser sa jupe stricte d’hôtesse, dévoilant ainsi un string dont la blancheur, éclairée par les instruments de bord, accrocha le regard de Karl. Furtivement d’ailleurs, car ce dernier vêtement eut vite fait de rejoindre la jupe sur la banquette latérale. Souple comme une liane, elle fut en deux mouvements à califourchon sur ses genoux, ses mains habiles à ouvrir un pantalon bien qu’il fut sous le harnais… Il faut dire que Karl, sans se détacher, avait bien accompagné ce mouvement….
Jamais elle n’avait ressenti cette excitation… les circonstances, bien sur… mais finalement « dominer » ainsi un pilote, qui reste pour beaucoup d’hôtesses un homme d’un statut particulier…
Et lui-même se plaisait, dans ce rôle contraint à la passivité… avec le harnais comme bonne excuse, et toujours le magnifique spectacle de la voute céleste en toile de fond !

Leur excitation avait atteint un tel niveau qu’elle n’eut aucun mal à s’empaler sur sa chair tendue, lui ayant posé les mains sur ses reins pour mieux la guider dans ses mouvements… Elle se cambra, ce qui amena la froide boucle du harnais contre son pubis lisse… Curieusement, ce contact froid et métallique redoubla encore son plaisir. Leur excitation s’était tellement amplifiée pendant qu’ils se mettaient silencieusement en place, qu’ils partagèrent un orgasme presque simultané, violent… Après quoi elle se laissa retomber sur lui… reprenant ses esprits, il jeta rapidement un coup d’œil aux instruments : rien à signaler…

Après quelques petites minutes d’apaisement, l’hôtesse entreprit de quitter cette position qu’elle trouvait maintenant un peu dérangeante, une fois l’excitation retombée. Pendant qu’elle retrouvait ses vêtements dans la pénombre, lui rajusta rapidement son pantalon, puis la position du siège. Un autre coup d’œil aux instruments : il allait être temps de recontacter le contrôle pour demander le changement de niveau, et préférait réveiller son commandant de bord pour cela. Il attendit donc que l’hôtesse ait évacué le cockpit, avec la tasse vide.

Une fois la manœuvre effectuée, les deux hommes maintenant réveillés entamèrent un dialogue paisible pendant une dizaine de minutes, quand le commandant dit à Karl sur un air entendu :
- Elle est bien, hein ?
- Euh.. je ne comprends pas…
- Ne te fatigue pas… Je dormais effectivement, et quand je me suis réveillé j’ai compris la situation…
- Euh…
- Tu vois, j’ai toujours rêvé que cela m’arrive un jour. Je pars en retraite dans un an, cela ne se produira sans doute jamais… Alors, j’ai jeté un coup d’œil aux instruments, vu que tout allait bien et continué de faire semblant de dormir… Au moins, toi, tu l’auras vécu, et moi un tout petit peu « par procuration »…

Les deux hommes éclatèrent de rire, simplement interrompus par un message radio qui leur demandait de changer d’organisme de contrôle : ils étaient presque au milieu de l’Atlantique.
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

piertiteuf

J'adore l'écriture, jouer avec les mots, traduire en mots mes sentiments...

Tout à propos de piertiteuf

Inscrit le:  14 Déc 2009
Messages:  17 [0.38% du total / 0.01 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Petite chose délicate

Activité

Forums Activité % Forum % total
L'amour en vrac 7 sur 813 0.86 % 41.18 %
La déclaration d'amour 4 sur 132 3.03 % 23.53 %
Les liaisons sulfureuses 2 sur 274 0.73 % 11.76 %
L’amour fantastique 1 sur 14 7.14 % 5.88 %
Citations 1 sur 609 0.16 % 5.88 %
La vie à deux 1 sur 185 0.54 % 5.88 %
Parler d'amour 1 sur 415 0.24 % 5.88 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 24 Nov 2017, 08:34
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 6 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite