Maternité

Le Lun 30 Jan 2006, 11:34  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Il n’y a pas d’amour plus grand que celui que peut connaître une femme lorsqu’un enfant se construit en elle.
La vie s’est chargée de me rappeler que j’étais une femme et qu’en conséquence, moi aussi, je pouvais vivre cet amour si fort.
Qu’il est doux de se sentir utile à une telle « construction », qu’il est doux aussi de sentir la vie prendre ainsi forme en soi.
Concrétisation d’un amour, pour sur, mais concrétisation d’une vie pour la vie.
Plus beau cadeau, il ne peut y avoir, d’autant plus, lorsque la vie s’est chargée d’écarter toute notion d’égoïsme dans le vouloir.
Début d’une nouvelle vie alors,
dans l’attente,
dans le regard que l’on a sur cette petite chose qui grandit en nous,
dans l’espoir que l’on a d’entendre le premier cri,
dans les rêves de l’avenir,
dans l’attente de chérir ce nouvel être.
Plus grand amour il ne peut y avoir, tant de plaisirs d’un coup qui s’abattent sur vous, tant d’attentes et d’espoirs, de jours colorés, acidulés, mielleux, pastellés.
Un enfant qui se construit en vous c’est un cadeau bien plus gros que tout autre cadeau. L’imaginer n’est pas suffisant, seul le fait de le vivre peut nous donner à nous rendre compte de ce que peut être ce plaisir et cet amour.
Aujourd’hui je vis pleinement le fait d’être une femme et de pouvoir ainsi vivre cet amour. Aujourd’hui je plaints les hommes de ne pouvoir connaître ce qu’est la maternité.

Quand nous ne serons plus peut-être....

Le Sam 03 Avril 2004, 15:49  sur Un monde parfait, 0 commentaire
QUAND LES HOMMES VIVRONT D’AMOUR

Quand les hommes vivront d’amour,
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous nous serons morts, mon frère

Quand les hommes vivront d’amour,
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours,
Mais nous nous serons morts, mon frère

Dans la grande chaîne de la vie,
Où il fallait que nous passions,
Où il fallait que nous soyons,
Nous aurons eu la mauvaise partie

Quand les hommes vivront d’amour,
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous nous serons morts, mon frère

Mais quand les hommes vivront d’amour,
Qu’il n’y aura plus de misère
Peut-être songeront-ils un jour
À nous qui serons morts, mon frère

Nous qui aurons aux mauvais jours,
Dans la haine et puis dans la guerre
Cherché la paix, cherché l’amour,
Qu’ils connaîtront alors mon frère

Dans la grande chaîne de la vie,
Pour qu’il y ait un meilleur temps
Il faut toujours quelques perdants,
De la sagesse ici-bas c’est le prix

Quand les hommes vivront d’amour,
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous serons morts, mon frère.

paroles et musique de Raymond Lévesque

osmose, si l'on savait...

Le Dim 28 Mars 2004, 15:47  sur La séduction, 0 commentaire
Ce qui peut me faire craquer, en fait c’est quelque chose qui n’est pas vraiment explicable, quelque chose que je n’ai encore jamais réussi à exprimer.

C’est comme la tourterelle sortant du chapeau du magicien, un petit truc magique qui se produit, à la fois incompréhensible et subjugant.

C’est une connexion qui se fait, de par les auras réciproques.
Un regard qui va lancer la machine, un sourire, un mot, des gestes.

S’en suit souvent un jeu de séduction, de part et d’autre, comme pour confirmer, affirmer cette connexion.

Des jeux de fuite, de rapprochement, qui échauffent les esprits, les corps.

Ne sachant l’expliquer, j’appelle cela, une osmose des sens, on ne peut y échapper lorsqu’on la croise, on ne peut s’y dérober, elle est là et immanquablement, en l’autre elle nous attire.

...noyons-nous alors...

Le Sam 27 Mars 2004, 21:01  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Les flots d’incertitudes des lendemains, qui nous inondent,
les flots d’imperfection du temps qui subjuguent l’inattendu, pourtant.
Et ce temps qui surfe sur les carresses et les baisers,
ce temps dans lequel nous rêverions de nous noyer.
Que les mers, les océans, d’amour nous emportent alors,
si de tant de passions nous devenons les esclaves.

errance... tu jour...

Le Sam 27 Mars 2004, 18:50  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Bains de mots passion, bains d’intenses perceptions,
de fortes brasses je prolonge le plongeon.
En une douce nage de cette eau se délecte mon corps,
eau tropicale qui berce mes sens de chaleur et de fraîcheur.

Bains de passions, bains de sensations,
les fonds de l’amour sont habités d’étoiles,
l’ange s’ébat de bonheur,
la sirène chante ses joies et ses plaisirs.

Bains de passions, bains d’amours,
les fonts connaissent l’infini,
d’eau nous ne nous nourrissons point,
nous ne serons jamais sûr de rien...

Errance sur les rives de l'incertitude

Le Sam 20 Mars 2004, 15:45  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
4h est loin encore,
demain c’est déjà aujourd’hui,
moins loin, mais encore si loin d’attendre encore un peu.
Le sommeil toujours fini par l’emporter,
et d’hier, aujourd’hui et demain
il ne fera plus qu’un.

4h est loin encore,
demain est déjà aujourd’hui,
d’incertitudes il demeure,
d’inattendu il aurait pu être.
Les cartes n’ont peut être pas de valeur identique
suivant qui les tient en main.

4h est loin encore,
si proche pourtant,
mais si inconnu, si insondable.
4h et Paris dormira encore un peu,
au loin, si loin de tout autre destination.

4h c’est bientôt,
1h, 60mn, 3600 secondes,
et de temps au détail s’agrandit alors sa distance,
d’interrogation sans réponse,
de pourquoi et de non.
4h c’est du rêve,
4h n’est peut être pas réalité,
4h sera peut être éphémère de ce jour.

4h et toujours 4h, qui,
telle une horloge de ses tic tac,
éloigne obsessionnellement le sommeil.
4h et le temps qui passe,
4h et la fuite peut être,
4h et les je veux,
mais les pourquoi aussi qui agressent.

4h et ce sera l’instant alors,
d’affronter ou de sombrer.

4h et s’il n’est pas trop tôt,
il pourrait être trop tard.

4h et je ne sais plus,
4h s’il l’était déjà,
4h de temps écoulé,
4h de temps perdu,
4h de rapprochement,
4h aussi l’éloignement.
4h le risque se paie
4h ne vaincra pas pour autant.

4h, 4h, 4h,
un chiffre,
une lettre,
et tout semble tenir à ce fil.

4h, 4h, 4h,
telle une montagne à gravir,
et d’une falaise à plonger.

4h, 4h, 4h,
pourquoi pas,
soyons fous et osons.

4h, 4h, 4h,
le temps s’égraine encore et toujours,
irrémédiablement.

4h, et le sommeil l’emporte,
4h, si proche du temps,
4h, la peur au ventre,
4h, la fuite en avant,
4h, affronter est trop dur,
4h, le doute sera-t-il alors vainqueur?

4h, je vous quitte,
tous les dormeurs ne seront pas présents,
sur les heures qui s’en suivront,
les distances glisseront,
le temps s’ecoulera encore,
et les questions s’envoleront.

4h, Paris dort encore,
4h, je m’endors.

Cet univers...

Le Jeu 04 Mars 2004, 22:29  sur Citations, 0 commentaire
Le fond du coeur,
peut-être sont-ce les autres qui déterminent où sont ses limites...
Mais, le fond du coeur,
peut-être sont-ce nos craintes qui en limitent les profondeurs...
    Le fond du coeur,
    peut-être de grands espaces est-il infini?
    Et, le fond du coeur,
    peut-être d’aimer aimer, ne verra-t-il jamais son fond?

Peut-être de passions se nourissant, toujours repoussera-t-il ses frontières,
le fond du coeur...
    De guerres non lasses alors, il se verra toujours être conquérant de guerres d’amour,
    le fond du coeur, c’est unis vers.

L'éternité, cet instant qui....

Le Jeu 26 Fév 2004, 20:21  sur Citations, 0 commentaire
Loyd a écrit:
...
Enfin je me permettrais de faire une proposition sortant de notre guerre pour arriver au point inverse: La Passion! Sa beauté, son exagération, sa folie... Tout ce qui fait par Amour... Jusqu’au point d’en perdre la tête...


je me lance alors dans la guerre de la passion qui me sied bien mieux

Gustave FLAUBERT a écrit:
Un infini de passions peut tenir dans une minute.





d’instants d’éternité ma vie est faite.
pas de doute sur ce que ceux ci peuvent alors être,
pas de certitudes non plus, le temps, les choses y perdant leurs valeurs,
pendant que les sens y découvrent les leurs...

Sagesse lorsque je t'apprends...

Le Jeu 26 Fév 2004, 18:40  sur Citations, 0 commentaire
Tahar Ben Jelloun a écrit:
Quand il y a des certitudes, il n’y a plus d’amour.


Après avoir débattu bien longtemps sur le sujet du doute, j’ai révisé ma copie. Le doute n’est pas le pire ennemi de l’homme, il faut juste savoir faire la difference et

Roger MERLE a écrit:
Douter, ce n’est pas s’installer dans l’incertitude; c’est nourrir, l’une après l’autre, deux certitudes contradictoires.



être ou paraitre?
tel est ma question...

En retrait...

Le Jeu 26 Fév 2004, 07:03  sur Citations, 0 commentaire
la marquise de sade a écrit:
...

La marquise.. s’il n’en reste qu’une, je serai celle-là !

sur ce point là, tu ne crois pas si bien dire,
je suis consciente de ce que valent les uns et les autres,
et mes préférences relationnelles en tous genres vont à la gente masculine.

A toutes ces citations qui peuvent être considérées machistes je m’accorde en grande partie, je ne suis pas dupe de l’image que peut laisser entrevoir la gente féminine.
Elle pourrait ETRE, mais elle ne se donne pas les moyens d’ETRE, autre que ce qu’elle laisse PARAITRE.

De plus, ce combat machisme contre féminisme et vice versa, ainsi mené me semble bien loin de ce que peut être la séduction par elle même, même si parfois dans la provocation l’on peut entrevoir la séduction...
A trop vouloir provoquer l’on peut s’y perdre.
A trop jouer le jeu de la provocation, on peut en oublier celui de la séduction.

Aussi, Dame Marquise et Damoiseaux, ce combat je vous laisse vous livrer,
il n’est pas mien, et en rien je n’aurai de plaisirs à le poursuivre.



Trop sage peut être suis-je...
de posséder une rose éclose, ne suis-je pas plus riche que d’avoir en main une cagnotte débordante des pétales d’une rose morte?

nous pouvons les aimer...

Le Mer 25 Fév 2004, 01:40  sur Citations, 0 commentaire
cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont LA PERFECTION....

d’ailleurs, dans leurs imperfections, ne sont ce pas les hommes qui en parlent le mieux ?

Francis BLANCHE a écrit:

Plus je connais les hommes, plus j’aime les femmes.
    Extrait du recueil de poèmes Mon oursin et moi


Jean ROSTAND a écrit:

On peut imaginer une humanité composée exclusivement de femmes ; on n’en saurait imaginer une qui ne comptât que des hommes.
    Extrait de Maternité et biologie


Gandhi a écrit:
Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes.
    Extrait de Tous les hommes sont frères


La sagesse de la femme est de reconnaître qu’elle ne pourrait pas se passer de l’homme,
celle propre à l’homme est de vouloir se persuader encore que la femme est son fardeau.



Rose qui perd pétale, garnit ma cagnotte...

...à dresser...

Le Mar 24 Fév 2004, 23:47  sur Citations, 0 commentaire
Voltaire a écrit:

Dieu n’a créé les femmes que pour apprivoiser les hommes.


N’était-il pas apte, Dieu, à lui tout seul, de se charger de cette lourde tache? ....


...
une pétale, vaut mieux qu’un sou...

pour rétablir l'égalité peut-être...

Le Mar 24 Fév 2004, 18:51  sur Citations, 0 commentaire
Jean de la Bruyère a écrit:

Il arrive quelquefois qu’une femme cache à un homme toute la passion qu’elle sent pour lui, pendant que de son côté il feint pour elle toute celle qu’il ne sent pas.

    Extrait "des Caractères"


Ne soyons pas dupes, l’un vaut-il mieux que l’autre?

Mais s’il le faut, pour le cas où ces Messieurs n’auraient pas la courtoisie de reconnaître qu’il en est effectivement ainsi, j’userai peut-être alors d’armes identiques...





Une pétale de rose dans ma cagnotte

Re: le jeu de la vérité : question 4 ...

Le Sam 14 Fév 2004, 22:51  sur La séduction, 0 commentaire
la marquise de sade a écrit:

"Qu’est-ce qui chez vous peut déclencher un élan de tendresse que vous ne pouvez réfreiner?"


Que d’attendrissement dans le regard d’un enfant triste, lui sourire, des yeux, du cœur. Peut-être ces quelques secondes où l’on croise son regard, de tendresse à retransmettre lui faire oublier qu’il était triste. Que renaisse alors sur son visage ce sourire si attendrissant qu’il donne envie de le prendre dans vos bras et le dévorer de baisers.

Que d’attendrissement face aux multitudes de spectacles féerique que dame nature nous donne à apprécier.

Que d’attendrissement face au regard malicieux de mon aimé, face à ses sourires provocateurs, face à ce qu’il est et qui fait qu’il est mon aimé.

Que d’attendrissement face à la maladie, l’envie de protéger, de rassurer, de soutenir, d’aider à ne pas se laisser sombrer devant la douleur.

Que d’attendrissement dont est pleine cette vie, l’envie de la vivre, l’envie de ne pas oublier que tout n’y est pas moche, l’envie d’y croire. S’attendrir de tout et de rien, aimer cet attendrissement, de le donner mais aussi de le recevoir de la vie.

Parlons "chiffons"

Le Jeu 05 Fév 2004, 21:08  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Question à ces Messieurs qui ne sont pas bien nombreux ici d’ailleurs pour donner leur avis, mais avec le temps…..

Tout d’abord, touche return sur la télécommande jusqu’à la scène concernée du film :

Le lieu :
un pub
dans le 1er arrondissement
pas trop mal famé
fréquentation costards cravates, crânes rasés, nanas de comptoir un peu décrépies qui chassent le gigolo, «les» qui n’ont l’air de rien mais qui assurent malgré tout, les anglo-américano-irlandais, les piliers de bars, les potes , …, une faune, en quelque sorte, assez disparates.

Les circonstances :
inauguration de la réouverture du dit pub par un copain,
conséquence, les potos se retrouvent tous, avec les potos des potos en grande, très grande partie

Zoom sur les personnages concernés :
1 nana
3 mecs

La situation par elle même :
au coin du bar, un des quatres personnage légèrement éméché (j’ai bien dit UN et non UNE), mais pas saoul, en pleine discussion super sérieuse sur les dessous de la dite nana.

La dérive :
elle n’allait pas se laisser faire comme ça non plus, le jeu est vite détourné, bien que la gente masculine soit en majorité, la discussion se poursuit sur le sujet des dessous MASCULINS, hé oui! finaudes les nanas quand elles s’y mettent!!!!
et ces messieurs tout attentionnés à l’intérêt qu’à l’air de leur porte la dame, sans se rendre compte de la ruse, se dévoilent et racontent.....

Alors messieurs,
nous direz vous, à votre tour, quels sont vos dessous?
Et surtout, à votre avis, quels sont les dessous masculins que nous, les femmes, préférons ?

Peut-être que nous vous avouerons nous de même nos préférences, sur vos dessous bien sûr.
Page 1 sur 4 Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

Ri1kedesBêtises

beaucoup trop certainement

Tout à propos de Ri1kedesBêtises

Inscrit le:  11 Oct 2003
Messages:  47 [1.06% du total / 0.01 messages par jour]
Emploi:   
Rang:  Fleur bleue
Fleur bleue

Activité

Forums Activité % Forum % total
Citations 17 sur 609 2.79 % 36.17 %
La séduction 15 sur 210 7.14 % 31.91 %
L'amour en vrac 7 sur 813 0.86 % 14.89 %
La première fois 3 sur 94 3.19 % 6.38 %
Amour internet 2 sur 128 1.56 % 4.26 %
Un monde parfait 2 sur 247 0.81 % 4.26 %
Le grimoire d'amour 1 sur 67 1.49 % 2.13 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 18:10
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 24 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite