Car en oeuf...

Le Ven 28 Jan 2005, 16:56  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
16 : 49

... Galipettes pédestres
Au trop, souvent galop

L’absence séquestre
L’infini des maux

Ni plaintes, ni dépositions
Juste une amertume

Souvenir, nous te vouons
Une haine posthume

Galbe échancré
Promesse ébréchée
Sacrifice écrasé
D’un amouraché

... ...

Mi-nue, oui...

Le Mer 26 Jan 2005, 00:31  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
00 : 17

... Phéromones et non-sens
Palpitation d’hormones
Gargouillis d’essence

Fêtons l’imprévu
Misogynie infinie
De l’absence de vertu

Glaçons, Menthe à l’eau
Vanille-fraise dans ton dos

Mettre à l’aise le second
Pour ces cultes que nous vouons

... ...

Vint si...

Le Lun 24 Jan 2005, 19:35  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
19 : 35

… Quelques caresses
Du bout des lèvres
Parsèment les souffrances
D’un après hier

Deux de la même espèce
Cachés sous Sèvres
Brillante attirance
Au lit d’une rizière

Supplier sézig
D’abandonner le combat
Chercher dans ton minois
The way of nothing

… …

De heurts...

Le Lun 24 Jan 2005, 02:40  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
02 : 37

Sous la couette
Me voilà, chouette
Mais j’ai froid
Réchauffe moi

A cette heure
Prend ton bonheur
Pour que rien
Ne dise demain

Sous nos draps
Prend moi au pas
Etre une femme
Qui t’enflamme

... ...

Tuteur infernal...

Le Ven 21 Jan 2005, 22:38  sur Parler d'amour, 0 commentaire
Les intentions qui m’inspirent me firent la surprise de ce tuteur bien sérieux… Appréciation matérielle d’un bonheur sans nom qui se dresse loin dans la réalité inspirante…

Immanquables illusions...

Le Ven 21 Jan 2005, 20:41  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
A bout de souffle… Je m’étouffe et coule dans la masse grouillante d’un univers humanoïde qui m’agace…
A bout de nerfs… Je m’emporte et tente désespérément de survivre dans cette immensité terrestre qui chatoie et m’enrage…
A bout de rêve… Je cauchemarde et aspire le néant qui entoure l’aura qui guette à ma porte, maladivement sensitive...
A bout d’utopie… Je dépose la veste et baisse les bras de continuer ce branle bas de combat qui m’épuise sans changement…
A bout de réserve amicale… Je m’enfuis et sombre dans la hantise de la solitude, triste compagne aussi froide qu’est la mort...

J’ai besoin de toi… Envie de toi…
J’ai envie de caresses…
J’ai envie de tendresses…
J’ai besoin que tu m’aimes…

Avec l’aimable attention d’un Prince...

Leçon de trahison...

Le Sam 08 Jan 2005, 23:09  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Toutes ces mains sur ma peau… Qui se baladent, qui s’emballent…
Toutes ces envies dans ma tête… Qui me bousculent, qui m’emportent…
Toutes ces passions dans mon cœur… Qui s’éloignent… qui s’évadent…
Toutes ces pensées sur mon âme… Qui m’échappent… Qui s’exécutent…

En voilà, donc, un bête d’amour…

Toutes ces paroles… Qui blessent en caresses…
Toutes ces intentions… Qui prennent en haine…
Tous ces soupçons… Qui galvanisent et enlisent…
Tous ces rires… Qui t’exhortent de prendre la porte…

Ha, mes Hommes… Ho, mes jouets…

Sans ces rêves… Dans ma tête qui s’entêtent…
Sans ces souffles… Encore, encore sur mon corps…
Sans ces baisers… Jamais regretter, toujours suggérer…
Sans ces caresses… Univers futile sans hiers…

Rarement aimé toujours…

Sans ces serpents… Glissante, chancelante…
Sans ces requins… Acerbe la gerbe…
Sur ces musiques… Logique la chique…
Sur ces draps… Jouissantes d’attentes…

Ha, mes femmes… Ho, mes rouets…

Ne pas pleurer sur la tombe d’un idiot…
Ne pas laisser passé, nos actes pro…
Ne pas changer malgré les mots…

Et restée en hiver… Ce grand cœur aux cuisses chaudes…

Comme je vous querelle...

Le Mar 04 Jan 2005, 00:26  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Sable chaud de bon matin…
Rivière salée non accompagnée…
Pâté de soleil et joie dissimulée…

Brise de lune, chagrin…
Caresse échaudée sans prier…
Bain de minuit à l’année…

Crustacé s’en languit…
Carapace de bout d’espoir…
Passoire avenante…

Pêche aux merveilles…
Polissables sans écailles…
Pas son pareil… Pour tromper…

Elle lui glissa du bout des doigts, tant bien même une huître vous coule le long du gosier… Faisant sa place au chaud, toute gesticulante… Couverture de son amertume citronnée, et s’en presse, et se laisse différée sans faiblesse…

Il l’attrape et l’attache de sangles ardentes… Cinquième étage pour brûlure irréparable, il jure la fouetter, l’entacher… L’assassinera, la salira, la souillera… Tapis de pied pour rentrée boueuse du pas de porte au pas de sans Lys… S’enlise et s’y glisse, silhouette sans selle, serpette alléchante…

Coquine réserve sans détour effacée par l’oubli inadvertance de l’usure la plus pure… Présente passée au futur composé des antérieurs parfaits… Cassonade poivrée sur lit imagé… Accumulation anaphorique d’antagonismes lyriques…

Je lui aurais promit… Epine de Rose sur plateau d’argent… Champagne allant, Bourgogne cédant… Je lui aurais juré… Souvenir morose de ces soirs parfumés au bonheur de nos doigts sous la croupe des voix… Je lui avais dit… Bedeau tardif sous la nef ensorcelée de nos prières inachevées par les soupirs de nos âmes s’envolant loin en Enfer…

Je m’étais juré… Elle et Moi… Moi et Lui… Jamais Elle sans Lui… Toujours Lui sans Elle…

Trépas bleuté des couleurs de nos rêves soufreurs…

Je serais l’Œil…

Cinglante défaite des champs de blé brûlé par l’hiver abasourdit sur les tréteaux de l’été…

Je serais la Main…

Cuisse ardente, mouillé des milles désirs d’un esprit alourdit par la pauvreté d’une oreille riche en calomnies…

Je serais la Voix…

Je serais de Celles, qui toujours sur un drap de soie admire votre membrure à la loupe grossissante… Fidèle à mes chiens… Je serais carnassièrement opposée à ces débats de chères et de sels…

Je serais de Celles… Qui feront de vous un Paradis…

De vos cauchemars un suprême Délice…

Je suis donc Celle… Qui vous dit…

« Je t’aime »

...

Socialement déplacé...

Le Jeu 21 Oct 2004, 22:23  sur Un monde parfait, 0 commentaire
Elle en aura vu … Des hommes nus dans son lit… Elle en aura connu de soirées bien bourrues…

Elle restera aux yeux des Autres, comme la dépravée, la dévergondée…

Le passé est fini, disait-Il… A quoi bon juger les gens sur les actions finies ?

Elle pourra dire qu’elle connaît les jeux de l’amour, les jeux du mensonge, de la trahison…

Elle pourra se justifier par tous les moyens, la cocue, la gredine…

Elle aura beau l’exprimer de différentes manières…

Elle sera toujours, celle qui trompait ses copains… Celle qui jouait avec des amants…

Quel que soit son âge… Qu’importe le nombre d’années entre hier et demain…

Elle restera toujours cette amie conjugale… Jugée par ceux qui ne la connaissent pas, qui ne la comprennent pas…

Elle avait 15 ans… Elle aura toujours 15 ans, quand elle avouera ses crimes pour chercher la Rédemption…

Continuellement, elle brûlera… En enfer sur les fagots ardents…

J’serais toujours cette salope… Quels que soient mes actes…

Toujours, à vos yeux... Pas aux miens...

Appel d'eau...

Le Ven 15 Oct 2004, 22:35  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Je ne connais pas le nom,
De cet homme qui me cache ses colères…

Je vie au jour le jour,
De peur de perdre mon temps…

Parfois, je rêve d’amour
Avant d’avoir le cœur sourd…

Toi qui me comprends
Et qui suit mes lignes…
Regarde un peu en l’air
Mes ailes sacrifiées…

Je ne connais pas le nom…
De cet homme qui me cache ses joies…

Je survis à toute allure,
Avant que ma vie ne se trouble…

Souvent, je pense de haine
Par ce passé, bien, trop lourd…

Toi qui m’apprends
En chantant sous les nuages…
Creuse un peu sous terre
Chercher ma carcasse…

Je n’aurais pas un geste, pour le Père cet Enfer… Pas plus de geste pour la Mère cette Terre…
Je ne vous regarderais plus, batifolez, aimez…
Vous tendre Prince, qui de vos mots habitent mes sueurs…

Je ne connais point le nom,
De cet homme qui me cherche…
Je n’en connais, point, non,
Le sourire de ses caresses…

Vous mon amant…
Qui en perles, transforme mes larmes…
Vous Châtiment…
Qui de sel, rompt mon âme…

Si vous osiez, passez par-là pour m’Aimer…
Peut être, n’aurais-je attendu…

Parfois, l’on se jette…

De dures convalescence en repas froid...

Le Jeu 08 Juil 2004, 20:10  sur Amour internet, 0 commentaire
Graver sur un bout d’arbre… Les prières de votre havre…
Ecrit à la commissure de vos lèvres… Des paroles sorties de rêves…
Reflétant les histoires de nature… Les arbres se dressent lui faisant mur…

Une seconde encore, elle aurait raccroché… Une minute de plus, elle se serait mise à pleurer… Fallait-il qu’il l’appelle ce jour-là, fallait-il qu’elle soit celle qui le poussa à faire le pas…

Calmement énervée, énervement calmé… Elle l’écoutait, le consolait, le rassurait, sans secret, l’aimait. Elle du lui avouer, au détour d’un jour trop heureux, elle n’eu pu lui cacher plus des paroles qui les aurait transformer en « deux ».

Les licornes, pleine de magie, les fées, sous leurs guenilles, les lutins, par des tours de magie, les elfes, les ondins, musique et strapontins, lyriques pantins…

Elle s’allonge pour respirer, bien trop à l’étroit, elle se déshabilla… De cette main qui l’avait parcouru elle retrace la courbe de ses seins… Encore, provocante, elle se pose face au miroir. Plus fort, suivant la tangente, elle continue. En deux, partage la poire de ces gestes.

Sa jambe, elle remonte,
Quand de sa main, elle perd toute honte…

Son pied, dans le lit, elle plante,
Pour rappeler les esprits qui la hante…

La tête plongée dans les livres,
Les muscles tendus,
Le regard ivre,
La peau tremblante du pendu…

Elle se relève, attrape le téléphone, le regarde, jouant avec l’antenne du bout des doigts…

Le jette sur le mur, un cri de hyène déchire le jour, un hurlement démoniaque fini de lui prendre les tripes…

Un mois qu’elle n’avait de nouvelles… Quelques semaines pour faire naître sa haine… Certains jours, elle attendait réponse… Parfois une seconde, il réapparaissait, la tenaillait…

Ils avaient parcouru les quais à la poursuite d’un livre, s’enfoncèrent sous les portes cochères, laissaient glisser leur pied sous des tables de cafés, se jugeaient habillé, s’imaginant nu batifolant…

Elle l’aimait, il le savait… Il lui manquait, elle s’en doutait…
Elle, mais, lui… Attendra sur les quais…
Il, tait, elle… Patientera à son grès…

Une seconde, il leur fallu… Une minute, après, elle se mit en tête de l’appeler… Fallait-il qu’il se connecte cette fois ci, fallait-il qu’elle soit celle qui du se faire consoler pour une idiotie…

Qu’importe… Elle s’accrochera…

Féminine Icare, elle ne se brûlera les ailes… Méchamment Ariane, elle lui coupera le fil…

Elle devrait attendre, elle serait lui prendre… Qu’il ne lui fasse son petit air… Qu’elle ne prenne pas son air de princesse…

La vengeance est un plat qui se déguste froid… L’amour une blessure qu’elle ne s’infligera pas…

Faut-il toujours comprendre ?

Le Jeu 17 Juin 2004, 23:31  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Rire,
Sourire,
Vivre,
Mourir.

Que de choses à faire
Dans un monde où l’on manque d’air.

L’espoir d’une folie
Sur le perchoir de notre vie.

Je t’aime,
Tu l’aimes...

Et alors,
Tout n’ai d’or !

Promesse à accepter...

Le Jeu 17 Juin 2004, 23:08  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Main dans la main
Cœur contre cœur

Ferme la lumière,
_____ - Je ne suis plus celle des rumeurs d’hier -
Rejoint moi,
_____ - Tu auras bien moins froid -
Partager un moment de plaisir
_____ - Avant que l’on n’imagine le pire -

Enlace ce corps,
_____ - Je te laisserais être le plus fort -
Embrasse l’esprit,
_____ - Sinon je change d’avis -
Comble la femme,
_____ - Avant que parte le tout premier Tram -

Savoure,
Je m’enfuirais au petit jour…

Voir tes prunelles s’illuminer
Toucher ta peau clairsemée
Sentir cet air me frôler
Entendre les sons m’envelopper
Goûter aux plaisirs muets…

Devenir déesse de tes désirs,
Reine de chaques envies,
Humaine dans la nuit…

Et, rester moi-même
Pour te redonner l’espoir
Car, je ne suis là que pour un soir…

Tendre la perche...

Le Jeu 17 Juin 2004, 22:24  sur La vie à deux, 0 commentaire
Bourgeons d’amitié
Fleurs de l’amour

Peut-on prévoir
Ce que l’on se réserve ?

Serons-nous présents
Où nous laisserez-vous ?

Serons-nous comprendre
Et suivre vos cœurs ?

Serons-nous apprendre
Pour devenir fous ?

Serons-nous fringants
Sans que l’on vous écœure ?

Serez-vous aimez, comme nous l’avons toujours espéré ?
Suivrons-nous le flux vers les ciels inconnus ?

Peut-on savoir…

Les yeux appellent
Les paroles restent vagues

Serait ce un tour de nos délires tourmentés ?
L’appel d’un amour universel ?

Peut-on entrevoir
Ce que l’on attend de soi ?

Peut-on percevoir
Ce que l’autre cherche pour toi ?

Qui donc a les réponses
A ces questions postées en once ?

De longues victoires en dures convalescences...

Le Mar 15 Juin 2004, 23:38  sur Amour internet, 0 commentaire
Il y a de minuscules choses qui font les grandes faiblesses…

Elle n’avait un caractère facile, loin de là, elle le savait depuis longtemps. Depuis le commencement elle avait réussi à l’en préserver, cachant derrière un visage radieux des peurs naissantes, une trouillarde sur patte, voilà comment elle aurait du se qualifier.

Elle attendait depuis quelques jours… Il avait du travail, des amis à voir… Elle attendra encore, se disait-elle… Elle dormait toujours calmement, elle avait simplement un peu plus froid… Elle rêvait encore, les nuits étaient juste un peu plus sombres…

Elle ne comprit pas pourquoi il décida de la protéger ainsi… Les choses étaient claires entre eux, il n’y avait rien pour que puisse naître une relation. Mais, elle se vexa facilement quand il lui expliqua : comment put-il avouer qu’il la protégeait en ne lui disant rien ! Elle vit s’effondrer en elle une confiance naissante, elle lui en voulu, elle lui pardonna en quelques secondes. Il avait peut être raison mais il avait, aussi, forcément tort. Elle lui avait fait promettre de ne plus recommencer ce jeu, elle en souffrirait peut être, et alors…

Ce n’était pas la première fois que le temps lui jouait ce tour. Il l’avait déjà dépecé plus d’une fois, la laissant nue sur le béton de la vie. Mais là, il n’y avait de raisons puisqu’il n’y avait de règles dans ce jeu, du moins pour l’instant… Elle était bien décider à prendre en mains la voiture qui la guiderait sur la route de sa vie…

Bien sur qu’elle lui faisait quelques promesses, bien sur qu’elle se tenait à carreaux devant son assemblée «d’amis», bien sur qu’elle ne jouait pas – encore – avec le feu. Face à cela, il répondait par des sourires, des mots doux, des pensées, des amitiés. Elle était persuadée qu’il avait peur, malgré son grand âge, de sa vision, de ses attentes, de ses envies. Elle serait le rassurer, le bercer chaques nuits, l’attendrir pour une gâterie, et le punir. Elle ne comptait pas changer son caractère, elle pouvait s’adapter mais non se métamorphoser.

Il la faisait sortir de ses gonds quand il ne comprenait pourquoi elle n’exprimait pas sa jalousie. Fallait-il qu’elle le dise clairement pour qu’il le ressente, lui qui pouvait lire dans ses mots comme dans un livre ouvert. Elle en jouerait donc, un peu, juste un peu… vraiment très peu… Juste comme lui, déjà, osait !

Pire faiblesse, son âme timide… Elle s’en doutait et non elle ne s’amusait pas de cela… Au contraire, il la charmait à la confiner dans son rôle de petite fille. Les gestes ne pouvaient s’avérer indécents et, comme un grand frère, il la remettait en place quand elle «dépassait les bornes des limites ».

Souvent elle rêvait d’île déserte et de sable chaud, parfois elle tombait sur la grille, inerte après un mot de trop. Parfois elle sentait monter en elle un désir incalculable, souvent elle prenait sur elle pour ne pas en finir de son air insupportable…

Elle n’osait l’avouer en public mais je le su à son regard, à son sourire, à ses mains qui tremblaient, qu’elle venait de rechuter… Qu’elle venait de s’agenouiller devant le temple aux merveilles… A ce jour, je peux avouer qu’elle est amoureuse…
Page 1 sur 4 Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

Rose

Te dire que j'ai froid, faire en sorte que tu penses à moi, que tu me regardes, que tu m'aimes

Tout à propos de Rose

Inscrit le:  07 Avril 2004
Messages:  53 [1.20% du total / 0.01 messages par jour]
Emploi:  Je suis semblable a toutes le autres. Juste chosis moi, et je serai à toi, rien qu'à toi.
Rang:  Plume d'amour
Plume d'amour

Activité

Forums Activité % Forum % total
L'amour en vrac 15 sur 813 1.85 % 28.3 %
Citations 13 sur 609 2.13 % 24.53 %
Un monde parfait 9 sur 247 3.64 % 16.98 %
Les liaisons sulfureuses 4 sur 274 1.46 % 7.55 %
La vie à deux 4 sur 185 2.16 % 7.55 %
Amour internet 4 sur 128 3.13 % 7.55 %
La séduction 2 sur 210 0.95 % 3.77 %
La première fois 1 sur 94 1.06 % 1.89 %
Parler d'amour 1 sur 415 0.24 % 1.89 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 18:15
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 23 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite