Le vieux de la cabane

Le vieux de la cabane, tout le monde le connaît au pays. Le teint buriné par le soleil qu’il côtoie chaque jour occupé dans son potager, les cheveux blanchis par le temps que nul ne saurait compter, le corps sec et rempli de ce qu’il y a de plus juste dans la vie, et ses yeux. Des yeux purs, marron, reflétant toute la bonté du monde sous une robe de malice.

On rêve tous d’un vieux comme celui-ci, comme un grand-père qui nous aurait jugé et pris d’amitié. Celui qu’on viendrait voir lorsque les choses ne vont plus, un peu comme le mecano de notre âme. Ce vieux-là, il serait comme Dieu, tant on comprendrait que ce qu’il dit est juste, vrai. Ce vieux-là, il s’appelle Camille.

Et un matin, alors que le ciel annonçait une journée flamboyante dans la belle région de Banyuls, Camille rencontra la belle Fanny. Fanny, elle débarqua au bout du chemin qui menait à la bicoque de Camille, il était à peine 7 heures.

A cette heure où les citadins ont encore la tête soit dans leur oreiller, soit dans le fondement de leur personne ou d’une autre, nos deux compères étaient il faut l’avouer, debout depuis deux heures. L’avenir appartient à ceux qui se lèvent.

-Bonjour, lança joyeusement Fanny.
-Bonjour mademoiselle, répondit Camille. Puis il enchaîna avec un sourire taquin, « z’étés levé si tôt pour venir me voir » ?
Fanny ne se laissa pas démonter et surenchérit par un
« Ca dépend si votre café le fait ou pas ! »
Camille rit de bon cœur, et marcha vers cette étrange effrontée. Il lui prit son lourd sac à dos et l’invita à le suivre dans la maison encore fraîche.

-Je crois bien que si vos pas vous ont conduit jusque ici, c’est que votre coeur est bien plus lourd que votre sac, je me trompe ? émit Camille alors qu’il posait le sac de la jeune fille contre le mur de l’entrée. Il se retourna vers la jeune fille muette, l’observant, ou plutôt la scrutant dans le fond de l’âme. Elle ne répondit pas, ou alors quelques mots de femme maladroits.

Le vieux Camille lui servit du café.
Ecrit le  Dim 01 Août 2004, 22:16  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Le fils Pertin

Fanny logea dans une petite chambre proprette dont la fenêtre donnait sur le verger. Comme le voulait la coutume dans la maison de Camille, elle participait aux taches de la maison, et aidait le vieux à faire entrer l’argent dans la maison. En l’occurrence, Camille vivait de la vente de ses volailles, de ses primeurs et de ses aromates sur le marché. Ceci et quelques trocs avec les voisins lui permettaient de s’assurer un quotidien agréable, partagé entre le travail et l’échange avec ses hôtes. Car Camille, il était réputé le bougre, pour son immense sagesse. Et bien des gens étaient partis de chez lui, avec une autre voie qui se dessinait sous leurs pas. D’autres, comme Fanny, venaient simplement oublier à la campagne une vie qui leur faisait du mal.

- Alors Fanny ! apostropha malicieusement Camille
Fanny se retourna vers la porte d’où avait surgit Camille et sa candeur.
- Ce matin au marché, il y a le fils Pertin qui vous a fait de l’œil au stand. Il est joli garçon le fils Pertin, mais je crois que c’est pas un gars très bien pour vous.
Fanny rigola de bon cœur.
-Oui c’est vrai, il est resté longtemps à tourner autour des tomates et des poireaux. Et c’est vrai qu’il est mignon. Mais là je n’ai pas vraiment envie de rencontrer un garçon, je crois. Le fils Pertin devra se trouver une autre belle alors, finit-elle en rigolant.
-Oh, moi je crois bien qu’il se servira de sa main plutôt que d’aller chasser la belle, s’esclaffa Camille.

Fanny resta interdite devant cette réalité obscène. Le vieux Camille, il ne s’en laissait pas compter. Et Fanny, aurait l’occasion de s’en rendre compte plus souvent qu’elle ne le croyait.
Ecrit le  Mar 03 Août 2004, 20:41  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Les fleurs de Camille

Au fil de son séjour, la jeune Fanny prit ses repères dans le petit monde de Camille. Deux fois par semaines, ils allaient au marché pour vendre leurs primeurs, et bien souvent ils troquaient avec les etalages voisins des légumes contre d’autres denrées.

Ainsi, ils mangeait comme des princes, se delectant des légumes du jardins, de charcuteries echangées contre des pommes de terres, de fromage contre des choux fleurs . Ils buvaient des nectars que jamais un seul président ni un seul roi n’aurait la chance de gouter. Et de temps en temps, certainement en troquant un sourire, le vieux Camille ramenait un bouquet de fleurs à Fanny.

- Fanny, vous êtes une fleur, et une fleur il faut l’arroser hein. Alors, je vous arrose ... avec des fleurs, disait le vieux Camille en riant.

C’était toujours la même chose : Fanny était enchantée mais désemparée par cette attention pleine de gentillesse, elle ne savait pas trop quoi dire.

Et à chaque fois le vieux Camille, d’un regard plein de compréhension, rassurait Fanny dans ce silence entendu où la complicité aime à s’installer.

Le vieux Camille, il voyait plus loin que le son ne pouvait porter, et Fanny recommenca à faire confiance à quelqu’un.
Ecrit le  Sam 07 Août 2004, 11:38  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Au marché !

Ce matin là les avait trouvé tous les deux dans la cuisine à avaler une tasse de café avant de partir. Il était cinq heures. Comme d’habitude Fanny mettait un temps infini à émerger, cherchant on ne sait quelle solution dans son bol de café. Camille, frais et dispo lavait la vaisselle en sifflotant. Il avait déjà pris sa douche, ses cheveux étaient légèrement gominés, et portaient les traces ostentatoires du peigne. Il sentait bon l’eau de cologne.

-On y va ? demanda-t-il en se retournant avec un grand sourire.

Le sourire de Camille, il était magique. Chaque fois que Fanny regardait sourire Camille, son cœur retrouvait son l’allégresse de naguère. Elle resta un instant figé dans ses yeux, et sourit avec bonté devant ce véritable reveil-bonheur.

-C’est parti, dit-elle en se levant.

Elle alla vers l’évier et rinça soigneusement son bol de café. Lorsque elle l’eut posé sur l’égouttoir, elle fila en courrant vers le garage, ou Camille l’attendait dans la camionnette. Il avait pris la place passager, alors Fanny prit le volant. Selon les matins, des fois elle conduisait, des fois c’était Camille. Il n’y avait pas vraiment de règle, mais une souplesse complice.

-Chauffeur, au marché lança Camille en singeant un homme précieux.

-Comme il vous plaira, Monsieur, répondit Fanny en jouant le jeu.

La camionette petarada au démarrage, puis s’engagea cahin caha sur le sentier de terre de la maison de Camille, direction la place du village.
Ecrit le  Sam 14 Août 2004, 20:15  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Le prétendant

-« Excusez moi, je suis confondu ! » dit alors le jeune homme avec un grand sourire ironique et charmant.

Il se tenait devant l’étalage de Camille et de Fanny, attendant que celle-ci lui rende la monnaie, les yeux perdus … dans son décolleté. Certes, le décolleté de Fanny, il était beau à mourir. Et quand il faisait chaud, eh ben, on mourrait encore plus fort. C’est humain d’aimer les belles choses, et le jeune homme, il avait l’air d’un gars trés humain et qui était mort plus d’une fois, si vous voyez ce que je veux dire. Le souci était que Fanny, elle l’avait vu reluquer dans son décolleté, et que ça ne lui plaisait pas tant que ca. Elle avait ostensiblement rapproché les pans de sa chemise en jetant un regard antipathique au client qui se tenait en face d’elle.

-Je … je suis désolé... mais vous êtes si jolie aussi, dit il un peu emprunté qu’il en devint sympatique.

En voyant comment il assumait son indélicatesse, Fanny commença à lui pardonner. Elle lui sourit alors avec la malice que les femmes ont quand un garçon qui a l’heur de leur plaire tombe dans leur filet.

-Eh ben peuchère, si vous la trouvez jolie, invitez la à prendre un verre pour lui dire, au lieu de rester là planté comme un couillon, té.

Camille.

Camille qui avait observé la scène du coin de l’œil, était intervenu au moment fatidique ou les choses se font, ou se défont. Et Camille, il se disait que ça ferait pas de mal à Fanny de passer quelques petits moment « sympathiques » avec ce jeune gars, alors autant aider un peu les choses à se faire !

<Suite au prochain épisode>
Ecrit le  Mar 17 Août 2004, 20:24  par 
PetitPrince
, 0 commentaire
Commencer un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Montrer les textes depuis:   

Histoires d'amour

Histoires d'amour Ça peut être un conte, ça peut être une fable, un rêve, une nouvelle, mais ça doit surtout être une histoire, un bout de chemin que deux personnes font ensemble. Tant à dire, depuis les circonstances en passant par les moments forts, jusqu'à celui où tout bascule, et tout ça dans un style narratif plutôt que poétique.

Partagez, si vous aimez

Livres recommandables

Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
J'AI LU
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
CARNET DE RROSE
ALINA REYES
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred de MUSSET
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

Derniers textes

La citation d'amour

Un nouvel amour en remplace un ancien comme un clou chasse l'autre.

Cicéron.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 14 Juin 2024, 16:01
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 28 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite