La Folie du Papillon

Ces textes sont tirés d’une histoire vraie, d’une descente aux Enfers de l’amour lorsque celui-ci vous taraude les trippes et vous vrille le cerveau. Torture de l’esprit qui s’interroge, qui tourne en rond et qui finalement s’égare, me laissant ( les yeux hagards), effondré et pantelant (sur le sol du hangar).

Aujourd’hui j’en ris, mais à l’époque, lorsque je commençai à tomber éperdument amoureux d’une femme avec laquelle je travaillais, je n’en menais pas large …
Ecrit le  Mer 04 Fév 2004, 10:54  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

La machine à café

J’ai été cherché mon café, et l’ai aperçu, convergente.
J’ai fait semblant,le temps du trajet de chercher ma monnaie, absorbé,les yeux baissés.
J’ai dit bonjour ("Salut toi"),la gorge un peu nouée.
Elle à dit bonjour("bonjour").
Je ne sais pas si j’ai souri.
Ecrit le  Mer 04 Fév 2004, 10:56  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Retour au bureau

Si je la vois le matin, c’est irrémédiable: la journée est foutue.

C’est idiot, je pourrais faire semblant, utiliser un ton social impersonnel, lui demander comment ça va sans en avoir rien à faire, et tout ça et tout ça. Mais non ça ne passe pas.

Je lui dit bonjour et son éclat me brûle, mon cœur s’emballe et il faut que je donne le change, si possible en essayant de faire progresser les choses où d’en prendre la mesure. Je suis à peine capable de lui dire bonjour…

Ce sentiment d’échec me mine, non pas parce que je ne gagne pas, mais parce que je suis peut-être en train de perdre. Je me dis qu’au moins je fais passer un message bien malgré moi. Ma gène ne doit pas être invisible surtout aux yeux d’une femme, qui, à mon sens, doit savoir repérer ça. C’est amusant, je me doutais qu’après cette soirée, où finalement on s’est un peu rencontré, nos bonjours seraient emprunts de cette même gène qui se dégageait quand on se rencontrait dans les couloirs. Comme j’aurais préféré avoir tort. Comme j’aurais préféré. Je me dis que si à ce stade, il fallait se dévoiler, ce serait quasi impossible. Trop violent. Il manque cette multitude de petits repères qui permettent de prendre la mesure de l’autre, de savoir où il en est dans ses émotions et de faire ou dire ce qu’il faut pour rester dans son sillage. Je veux quand même croire qu’il n’est nul besoin de petits repères pour savoir que chacun de nous à localisé l’autre sur son petit radar affectif. Je ne dis pas ici que nous convergeons vers une hypothétique liaison, mais plutôt que je sais qu’elle sait. Ce que je ne sais pas, c’est si elle veut.

Et c’est ça qui m’empêche de dormir et c’est ça qui est bon. Ce doute, que finalement je ne veux pas lever violemment que je veux supposer stupide comme tous ces doutes d’amoureux, ce doute je veux que nous le dissipions ensemble. Que main dans la main, nous nous attelions à cette tâche, de la façon la plus belle qu’il soit. En somme, c’est mon impatience qui me rend malheureux, pas elle. Sera-t-elle s’en servir, mais surtout voudra-t-elle le voir ? Fasse que si elle le veuille, elle comprenne les milliards d’erreurs que je vais faire. Et pour comprendre il faut connaître. Mais pourquoi est ce qu’on ne prend pas des jours de vacances qu’on se concocte un petit programme en tout bien tout honneur. Juste pour se connaître. Ca serait doux. Si ça colle pas on s’en rendrait compte doucement et ça ne ferait pas mal. Et si ça colle, on éclairerait tout doucement les zones d’ombre à la flamme de notre désir.

Ca, c’est un rêve. La réalité est toute autre. Se connaître sera possible par le biais de rencontres informellements organisées. Ce genre de soirée ou on vient pour un motif qui est totalement différent de celui qui nous anime. Un motif derrière lequel on peut se cacher, se protéger. A ce moment il faut peut-être utiliser un vocabulaire ambigu, au milieu de gens dont on veut cacher notre réelle motivation. Quel paradoxe ! Etre obligé de cacher ce que l’on voudrait voir éclater au grand jour. Et vu comment je suis volubile quand je l’ai devant moi, c’est pas gagné du tout. Je me suis rendu compte que mes extrapolations me menaient sur des sentiers hasardeux, où l’illusion se jouait de moi, me prenait dans ses bras, pour me rendre à cette réalité trop froide ensuite. Alors je ne veux plus espérer, ça fait mal. Je veux juste rêver. Juste imaginer ce que pourrait générer la satisfaction du besoin qui me ronge.

Si auparavant mes erreurs me la faisaient percevoir comme promise, mon recalage me la fait voir comme possible.

Et mon cœur s’emballe de la même façon.
Ecrit le  Mer 04 Fév 2004, 10:57  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Sursaut ...

Rahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !
Aujourd’hui God of the sun (Hélios). Je suis beau. Je suis le plus beau.
Je suis super-extra-beau-top-le-mec-il-faut-se-le-faire-vite-vite-vite-sinon-je-salis-la-moquette.
Ouais.

Hier soir, je me suis dit "Demain, je serai sex ou je ne serai pas" !!!
Sortir les chemises de l’armoire, regarder la plus belle qui n’est pas repassée et se dire qu’on va pas se prendre le chou, qu’on en mettra une autre. Ce matin, après quelques essais, j’ai finalement mis
la plus belle (pas repassée, mais ça se voit pas et puis il y a midi !)

J’arrive au travail ( en retard),le cœur jouasse, je ne retire que mon super manteau top-je-suis-sex-dedans et garde ma petite veste celui-là-il-va-me-rendre-folle pour aller à la machine à café. Sous le prétexte mental fallacieux d’aller voir si une installation s’est bien faite dans une salle voisine de l’antre de mon "Papillon", j’avance grand, beau, et fort. Faut qu’elle me voit comme ça, merde (c’est super con un mec, j’adore).

Le type que je m’attendais à trouver dans la salle n’est pas là, je fais demi-tour. Dans l’élan du départ, je l’aperçois sortir, et là elle me fait un grand sourire et "Bonjour", puis "ça va".
J’ai failli oublier de répondre au "ça va", mais je me suis rattrapé in extremis.
Elle avait l’air d’avoir soigné sa tenue et son maquillage. Ce soir c’est le pot du CE suivi d’une petite sauterie pour la fête de son amie.
Ca se "prépare" ce genre de chose...

Hier soir, j’ai exprimé toute mon agressivité à la piscine. Il doit plus rester grand chose, si le contexte s’y prête je vais pouvoir être détendu et faire mon charmeur de base. Ouais.
Ecrit le  Mer 04 Fév 2004, 12:55  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

En route pour le doute

Samsonite va me faire un procès pour le modèle que j’exhibe sous mes yeux et qu’ils n’ont pas à leur catalogue !

Une absence prolongée et pas vraiment justifiée m’a malheureusement contraint à explorer toutes les interprétations possibles. Certaines sont douloureuses. Très. Quelle que soit la raison, il est nécessaire que je prenne du recul, que je me mette d’autres sujets de préoccupation à l’esprit. Ca me permettra d’y voir plus clair.

Je crois qu’il faut se rendre à l’évidence : je suis amoureux.

J’ai peur, j’ai horriblement peur. Je viens de m’en apercevoir juste maintenant !
La dernière qui m’a rendu amoureux, elle à tout cassé, tout brûlé. Il a fallu des années pour tout reconstruire et c’est encore de guingois.
Mon Papillon ne m’a rien réellement donné, mais quand je l’aperçois, j’ai l’estomac qui se noue et une grosse douleur mélancolique s’empare furtivement de moi. J’ai envie de la faire progresser, de la protéger, de l’entraîner dans des plaisirs sans nom, j’ai envie qu’elle s’occupe de moi, qu’elle m’aime aussi. Et je n’ai pas envie d’utiliser toute cette panoplie d’artifice, ceux de la séduction, de la manipulation sentimentale pour arriver à mes fins.

J’ai peur de l’intelligence qui brille dans son regard et qui pourrait servir de bien mauvaises intentions. Je ne comprends pas son manque de volonté, de curiosité. Je ne comprends pas cette manie de tout cacher, de ne rien dire, ne rien montrer. Tout ce que je sens c’est qu’elle a peur, constamment, de tout. La peur engendre la haine, inhibe l’action selon, Mr Laborit. Mais sans indication, comment la rassurer. Je suis capable de la rassurer, je le sais. Mais ça demande l’énergie de son amour. Impasse.

Je suis tombé amoureux d’un potentiel, d’un éclat que j’ai vu briller un furtif instant. Choisir de l’aimer et de m’engager dans une vie qui ne me satisfasse pas, parce que je n’ai aucun élément pour estimer tout ça. Juste pour cet éclat ? Voilà le genre de pari dont je suis tout à fait capable.
Et qui m’a déjà détruit plusieurs fois dans le passé.

Le passé, le passé. Celui qui a modelé notre désir et façonné nos peurs, celui là qui nous permet de rêver et d’appréhender ce patrimoine fantastique et lourd, ce sac à main où cette valise, cette gloire, cette honte, cette énergie, ce frein ... Son passé l’a blessée aussi.

Avec un ami, on disait qu’à tomber amoureux on prend des risques. Ca c’est quand on se fait surprendre. Aujourd’hui, la question est :"veux-je prendre ce risque ?" Enfin peut-être. Peut-être suis-je simplement en manque affectif, peut-être me suis-je fait manipuler. Peut-être aussi que ce n’est pas une fille, que dis-je, une femme pour moi. Je manque cruellement de discernement au moment où j’en aurais le plus besoin. Le calcul et la raison se retrouvent les bras ballants, estomaqués par le cri étourdissant de ces sentiments fatiguants. Mais mon coeur ne m’a jamais trompé, pourtant.

Il faut que je prenne du recul que je cesse de ressasser. Si seulement je savais méditer ! Où ils sont tous ces beaux concepts Zen qui ont fait la gloire de ma spiritualité. Les ai-je déjà oubliés, moi qui quelques temps avant de la rencontrer les mettaient en pratique à ma plus grande surprise. La force et la solution sont en moi.
Ecrit le  Mer 04 Fév 2004, 13:02  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Amer est l'amour

Qu’il est douloureux d’aimer sans retour.

Cela fait trois mois que je fréquente une douce compagne, dont je suis vraisemblablement tombé amoureux. Bien que notre démarrage dans cette histoire fut d’une indélicatesse presque violente, il me semblait possible et espiègle de reporter l’étape de séduction après confirmation de notre attirance. Nos rapports avaient d’ailleurs l’ air de progresser dans ce sens durant les premières semaines de notre union. Jusqu’à un samedi matin, où pour ma part résolu à laisser le temps s’écouler selon nos désirs, elle s’est brusquement braquée, a repris ses clics et ses clacs pour retrouver le confort douillet de son petit appartement. Il était question dans la journée même de se faire un cinéma en compagnie d’une de ses copines, à qui je dois finalement le plaisir de notre rencontre, pour ensuite prendre notre dîner dans un fameux petit restaurant. Et bien entendu, il était question de dormir dans mon lit et l’idée d’une folle nuit d’amour me semblait tout-à-fait à propos après ce petit restaurant. J’ai dormi tout seul, savourant les larmes de ma déception jusqu’alors contenues sur les lignes de métro.

Il est légitime, je pense, de rester interrogatif sur ce comportement, qui s’il caractérise un manque de respect peut néanmoins trouver une explication dans une raison sensée. Il est tout aussi légitime d’envisager que la raison sensée a de fortes chances d’être laide à mon cœur, en se caractérisant par un manque de sentiment, voire la présence d’un rival…

La simple idée d’une duperie ne me rend pas agressif, mais simplement plus méfiant qu’un troupeau de lionnes protégeant leurs lionceaux. L’observation attentive de tout ce qui est dit, ou non dit d’ailleurs, fait ou non fait est mis en regard de ma suspicion. L’objectif étant bien entendu de trouver l’incohérence réfutant toute l’abracadabrante théorie, sâchant que ce qui ne réfute pas alimente.

Et aujourd’hui, je ne suis pas plus avancé. Suite à ce regrettable incident, son travail la solicita intensément. Durant cette période nos échanges furent purement téléphoniques, ayant décidé d’un commun accord qu’il était préférable de la laisser tranquille durant cette phase délicate. J’espérais en silence que cette douloureuse concession se verrait récompensée dans de tendres et chaleureuses retrouvailles. Peut-être n’a-t-elle jamais compris à quel point sa présence me manquait en ce début d’aventure. Néanmoins, son attitude était des plus sympathique, car malgré une difficulté certaine à exprimer ses sentiments, elle me gratifiait souvent d’un coup de téléphone en fin de journée. Etant moi même sollicité dans la soirée, je retrouvai ses messages maladroits et notai ce que je supposai être un effort constructif avec un optimisme grandissant. Je reconnais ici une erreur probable de ma part, en ayant volontairement omis de la rappeler à la suite d’un message complètement désinvolte, prononcé avec une lassitude extrême, et en mâchant un bonbon ! Ce deuxième manque de respect devait être désapprouvé sur le champs. Mon absence de réponse fut bien entendu expliqué le lendemain même.

Fuyant une soirée à laquelle je n’étais pas autorisé à prendre son bras et à laquelle elle ne désirait pas aller non plus, je pris quelques jours de vacances à Rennes, chez mes amis qui m’ont donné l’affection dont j’avais tant besoin. Je concoctai cependant des retrouvailles à la gare, romantique moment s’il en est, quand on désire le vivre. Quand arrivé au bout du quai, je ne la vis pas, je pensais avec tristesse que cette histoire partait complètement a vollo. Elle était juste en retard et semblait complètement contrariée d’être là. Bon. Elle me confirma que la soirée était nulle, mais qu’elle s’était quand même bien amusée, et qu’elle avait dansé. Pour quelqu’un qui n’avait pas envie d’y aller, je trouvais ce revirement d’opinion des plus suspects. Etait-ce de la manipulation, de l’inconscience, du mensonge ? Le doute en amour est plus cruel qu’un enfant.

Sur la fin de cette période, alors que nous ne nous étions toujours pas revu, je me pris de lui donner mon point de vue sur une affaire qui la préoccupait, empiétant en fait sur la zone ô combien sacrée de son expérience et de sa compétence. Ce désir d’aide de ma part, associé à ce profond paternalisme qui me caractérise, se vit rejeté avec une violence inouïe lors d’une conversation téléphonique. Il s’en suivit une semaine de silence radio. D’un coté, j’en avais assez d’attendre et de me faire toujours envoyer paître, et d’un autre je me disais qu’il valait mieux laisser couler un peu d’eau sur cette histoire. Et depuis les rapports se dégradent, l’incompréhension s’est installée, le doute grossit, fait mal.
Ecrit le  Mer 04 Fév 2004, 13:06  par 
PetitPrince
, 0 commentaire

Epilogue

Je n’ai jamais plus eu l’occasion de reparler à mon "Papillon".
Quelques années plus tard, je l’ai croisée à l’entrée d’un supermarché. Le temps avait fait son oeuvre et errodé les pics tranchants de ma sensibilité.

Les années ont passé et aujourd’hui j’ai retrouvé tous les textes que j’écrivais pour exterioriser cet amour. Si j’ai livré ici les plus intéressants, ceux que j’ai omis ont malgré tout lors de leur lecture, dardé leur aiguillon. Beaucoup m’ont fait soulever ces cris de ma part : "Mais quel débile tu faisais mon pauvre" !

J’ai touché du doigt la folie en aimant ce Papillon. Je me rappelle avoir sombré dans une misére sans nom, un désaroi horrible, que je souhaite ne jamais plus revivre.
Ecrit le  Mer 04 Fév 2004, 13:16  par 
PetitPrince
, 0 commentaire
Commencer un nouveau sujet Répondre au sujet

Montrer les textes depuis:   

L'amour en vrac

L'amour en vrac Un titre clin d'œil pour regrouper tous les textes qui ne pourraient rentrer dans les autres sujets. états d’âme, poèmes d'amour, poésies, etc.

Partagez, si vous aimez

Livres recommandables

L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
L'eau à la bouche
Anne Bert
Pocket
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
Extases de femmes
Collectif
Pocket
Proposition perverse
Guillaume Perrotte
Pocket
La femme de papier
Françoise Rey
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

Derniers textes

La citation d'amour

Aimer, c'est jouir, tandis que ce n'est pas jouir que d'être aimé.

Aristote.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 27 Nov 2020, 15:41
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 29 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite