La biche et l'homme

J’avais acheté un terrain "sauvage", enfin si on pouvait appeler cela un terrain. Personne ne le connaissait, car il était impossible d’y pénétrer, mais il possédait une propriété, avec un moulin à eau, entouré d’orties, de fleurs champêtres, de ronces et d’un bois recouvert de fougères. J’avais besoin d’un endroit comme cela pour y vivre en paix et méditer. Je vivais de mes rentes et je n’avais nul besoin de travailler. J’étais toujours occupé et je ne connaissais pas l’ennui, car j’étais un solitaire. Dans un vieux four qui marchait encore très bien je faisais mon pain, je prenais plaisir à lire à la lueur d’une bougie, bien que j’avais fait installé l’électricité. Je possédais un garde-manger rempli de légumes et la chance d’être entouré d’arbres fruitiers. J’aimais beaucoup lire et dévorais une quantité de livres ahurissante, parfois je jouais du piano.
Je ne possédais pas de téléviseur, ni de "radio", à croire que j’étais un vrai sauvage ! Je me réveillais chaque matin fenêtre ouverte, avec le bruit d’une rivière dont l’eau s’écoulait lentement : un pur moment de bonheur. Un matin, j’avais décidé de prendre ma serpe, et d’aller voir ce qui se passait de l’autre coté, mon sac à dos, quelques provisions et je parti... Je traversai des endroits très boisés et marécageux. Une biche s’était empêtrée dans cette boue et elle n’arrivait pas à en sortir. Elle ne semblait pas avoir peur de moi, lorsque je m’approchai. Je n’étais pas chaussé pour y aller, mais tant pis ; mes chaussures de marche feraient l’affaire.
J’entrai dans ce marécage boueux, elle ne se débattit pas et se laissa faire. Ses yeux semblaient m’implorer en disant "sauvez-moi".
Elle ne prit pas la fuite, même si je lui dis de partir. Je continuais mon chemin, sans me retourner. Elle me suivait. Je ne pouvais pas l’empêcher et je sentais sa présence. Je m’assis sur un talus et sortis mon repas. Elle avait cette audace légère de s’approcher de moi avec son museau et sa petite langue, je voyais bien qu’elle avait faim. Elle fit honneur au maigre repas que je partageais avec elle. La nuit commençait à tomber et je me résignais à faire demi-tour. Elle me suivait toujours et cela jusqu’à chez moi.
Je refermais ma porte, mais soudain, plein de remords, je lui permis de s’installer dans la petite remise d’à côté ; sans me retourner, j’allais me coucher...
La nuit était bien entamée et quelques chose était sur le point de changer. La belle créature était en train de se transformer en une magnifique femme, à la chevelure couleur de braise et ses yeux étaient bordés de longs cils dont la pupille était d’un bel iris noisette. Nue comme un ver, se tenant debout. Elle avait décidé d’aller explorer cet endroit magnifique et elle en fit le tour. Puis, elle alla rejoindre son "maître", l’homme qui l’avait sauvée. Elle l’observa sans faire de bruit et tous les soirs elle recommença, recommença... Les mêmes images qu’elle connaissait par cœur, ce corps qui dormait paisiblement, sur le dos, son sourire, à quoi rêvait-il ? Son odeur aussi qu’elle connaissait, "sa couche" avec ses draps en coton qui sentaient bon la lavande.
La journée, il vaquait à ses occupations et la biche le suivait partout. Il s’habituait à elle et elle à lui...
Mais une nuit, il se réveilla trempé de sueur, il avait encore fait ce rêve étrange ; il décida d’aller boire un grand verre de jus de fruit et en ouvrant la porte du frigidaire, un reflet s’imposa à lui. Il se frotta les yeux et il se dit :"ce n’est pas possible, je suis en train de rêver !" Il se retourna si vite qu’elle n’eut pas le temps de disparaître, surprise de voir son regard fixé sur elle.
"Qui était donc cette femme?" Et d’où elle venait?"
Je ne savais pas quoi lui dire, alors elle me parla la première. Il fallait que je m’assois...
Après son récit, je n’avais même pas vu qu’elle était nue, tellement j’étais plongé dans son histoire, et là, j’étais vraiment gêné, je me levais soudainement, mal à l’aise et j’allais chercher de quoi la vêtir. Avec des gestes un peu rapide, à savoir que je ne possédais pas de vêtement vraiment appropriés. Elle était si menue et ils étaient trop grands pour elle. Un grand tee-shirt ferait l’affaire...
Je revins, mais elle avait disparu. Où était-elle passée? Je suis allé dans la remise, mais elle n’était pas là. Je n’avais pas pensé à ma chambre, je "tournais" encore et encore. Il ne restait donc plus que cette pièce et je la vis endormie dans mon lit.
Mon cœur se mit soudain à palpiter, je ne connaissais pas cette émotion et cela me fit peur. Je ressentais des choses à travers mon corps et dans mon cœur, dans mon âme. Je m’avançais, près d’elle sans faire de bruit, je la regardais. Elle était sublime, magnifique, j’avais envie de la protéger, de la chérir et de l’aimer.
J’avais subitement des doutes, car cet amour qui grandissait, jour après jour, n’était pas peut-être pas réciproque. On passait beaucoup de temps ensemble, sans même se toucher, juste quelques regards qui devenaient de plus en plus brûlants, de plus en plus intenses. Une envie de goûter à ses lèvres, si douces, si sucrées, si rouges comme le fruit de la cerise....
Elle le sentit, d’elle même, elle s’approcha de ma bouche et "cueillit" mes lèvres d’un baiser si doux. Elle recommença, mais cette fois-ci elle chercha ma langue, et l’aspira ce qui me donna l’envie d’aller plus loin... Je la sentais fragile, je n’avais jamais été aussi patient. Pour elle je le serais, car je l’aimais comme un fou. On se côtoyait de plus en plus, mais sans aller plus loin que des baisers ; cependant, elle devait bien sentir mon ardeur à travers mon pantalon, car je la serrais dans mes bras. La journée elle se retrouvait en créature (la biche) ; qui me tenait compagnie, j’attendais avec impatience, qu’elle retrouve sa forme humaine...
De bon matin, alors que je péchais, elle se pencha pour voir le joli spectacle qui se passait sous l’eau ; émerveillée de voir les petits poissons danser pour essayer d’attraper mon appât. En se penchant trop, elle tomba.
Je lâchai subitement ma canne à pêche, car elle ne savait pas nager, j’entendis son cri perçant raisonner si fort à mes oreilles...
C’est à son moment-là que nous avons fait l’amour pour la première fois. Ce n’était pas vraiment banal, pour une première. Le tee-shirt lui collait à la peau, je voyais sa poitrine se dessiner sous l’étoffe, l’aréole était couleur café au lait et le bout rose. Je titillai les tétons qui durcirent et elle se mit a gémir ; je pris un sein dans ma bouche, tout en effleurant l’autre du bout des doigts. Puis, j’enlevai son tee-shirt collant et l’attrapais par la taille, en soulevant ses hanches, j’ôtai mon pantalon et sa petite culotte. Je posais une main sur son ventre juste au dessus de la toison dorée. Elle desserra les jambes, et je pus glisser mes doigts entre ses plis intimes. Elle était déjà humide de désir, prête pour l’amour...
Mais je voulais l’exciter d’avantage. Elle se cambra, ma main caressa son bouton rose dans l’ultime but de la faire jouir, j’y parvins facilement. Puis elle prit mon sexe dans sa main et le guida dans son "trésor". J’étais au bord de l’explosion, mais je me retins, j’avais envie de la lécher, de poser ma bouche sur ses lèvres au goût de miel...
Je faisais aller et venir ma langue sur son sexe, elle soupira, haleta...
Gémissante, en criant de plus belle, elle s’abandonna à l’orgasme avec une ferveur qui me surprit, puis, à son tour, elle s’empala sur mon sexe et ondula ses hanches pulpeuses, je ne mis pas longtemps à jouir.
Puis je la pris dans mes bras et l’emmenai chez nous. Depuis, je ne l’ai plus jamais laissée repartir.

caressedesyeux
Ecrit le  Mar 02 Mars 2010, 07:06  par 
caressedesyeux
, 0 commentaire
Commencer un nouveau sujet Répondre au sujet

Montrer les textes depuis:   

L’amour fantastique

L’amour fantastique De Chrétien de Troyes qui célèbre l’amour courtois à grand renfort d’un merveilleux prenant place en la mythique Brocéliande à Audrey Niffenegger (The Time Traveler’s Wife), en passant par tous les Avatar de James Cameron, l’amour vous transporte parfois d’un quotidien désenchanté aux pays des merveilles. En clair, le fantastique est à portée de vos cœurs. Laissez couler le récit de ces histoires d’amour à en perdre le sommeil.
Un forum dirigé par Dolce Vita

Partagez, si vous aimez

Livres recommandables

Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
EAU A LA BOUCHE
ANNE BERT
Pocket
Écrire - un plaisir à la portée de tous: 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Eyrolles
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Extases de femmes
COLLECTIF
Pocket
PROPOSITION PERVERSE
GUILLAUME PERROTTE
Pocket
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred de MUSSET
Pocket
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

Derniers textes

Dans les nuages

    La citation d'amour

    L'amour voit les roses sans épines.

    Proverbe allemand.

    Qui est en ligne ?

    • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    • La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017, 15:13
    • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
      Nous avons 1232 membres enregistrés
      L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
    • Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 17 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
    • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
    • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
      Bots : MSN
    • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
      Connexion
    Nom d'utilisateur:
    Mot de passe:
    Se connecter automatiquement à chaque visite