Bienvenue sur le forum d'écriture des âmes tendres !

Bonjour et bienvenue sur ce site d’écriture.

Je me présente, PetitPrince, ton hôte. C’est la curiosité ou le hasard qui a guidé tes clics jusqu’ici ; alors, histoire que tu ne sois pas perdu, je vais t’expliquer ce qui s’y passe hihi.

Grosso modo, on s’amuse à poster des petits textes, autour des sujets ayant trait à l’amour, tout ça, tout ça. Séduction, amours épistolaires, récits érotiques : les sujets sont assez variés. Quelques petites discussions s’ouvrent aussi en réaction à un texte. C’est assez sympa blabla .

Dès qu’un membre poste dans l’un des sujets, et bien, son texte se retrouve propulsé sur le devant de la scène : la page d’accueil amen.
Voilà. Bien que ça ait l’air d’un forum, il faut plus penser ici à présenter tes textes comme des "œuvres littéraires". Le but du jeu est donc d’écrire de très jolies choses, faites pour le plaisir de la lecture amuse.

Alors si tu te sens l’âme d’un scribouillard, d’un écriveron, ou d’un joyeux chroniqueur, viens donc nous faire partager ton talent, en publiant sur le site d’écriture des âmes tendres clin !

Points de vue (2ème partie)

A peine dépassé l’antique clôture, l’intrépide, protégée par la luxuriante végétation de ces lieux originels, devenait invisible aux regards de la ville. Derrière un bosquet de fusains, elle découvrit un chemin finement dessiné par un artiste de génie. Il était le jardinier de Giverny mais alors, plus secret, cultivant la féérie, s’appliquant à faire disparaître toute trace de sa divine main… Les teintes chaudes répondaient aux froides à merveille, c’était une invitation de tous les sens et elle n’était pas femme à bouder son plaisir. Elle prit le temps, tantôt humant un parfum subtil tantôt enivrée par une fragrance capiteuse. La tête lui tournait délicieusement. Puis, sans s’y attendre, au détour d’un couloir de bambous, elle se retrouva face à la maison de pierre blanche qui brillait doucement sous la boule de feu.
Elle vit la grande terrasse, la porte fenêtre ouverte, les rideaux mollement bercés par la brise. Une musique discrète parvenait jusqu’à elle, d’où s’échappait-elle ? Du cœur sensible de la maison, cela à n’en pas douter. Elle s’enhardit jusqu’à gravir les degrés, parcourir les pierres palpitant sous la caresse de l’astre. Elle posa le pied jusqu’au seuil de la grand-salle, vaste, spacieuse, aux meubles de miel, aux étoffes brochées, au luxe non ostentatoire, des brassées de fleurs baignant dans une lumière exquise, la douceur de vivre et le plaisir des yeux. Un souffle sur la nuque. Venez...
Elle sentait les coussins moelleux et les divans profonds. Elle sourit à l’évocation du poème resurgi de sa mémoire tel un phénix. Mon enfant, ma soeur, songe à la douceur... L’invitation la transperça. Un murmure intime. Viens. Elle ouvrit la porte et se trouva dans un hall habillé de miroirs en pieds qui se renvoyaient les mille visages d’un patio andalou. Au centre, un bassin mauresque. Viens. Elle suivait sa jupe légère, calice dansant sur les jambes libérées des lourdes étoffes hivernales, les yeux grands ouverts pour ne rien perdre de cette fantaisie délectable. Deux gemmes, deux saphirs. Deux papillons. Son cœur battait doucement et lui-aussi les miroirs se le renvoyaient ainsi que la bouche, découvrant des perles de nacre et les bras s’ouvrant sur des doigts écartés…
La musique ; elle pouvait palper la musique. Ooooh, ces notes (!) suaves, pétillantes et tendres rythmaient son cœur affolé. Elle frissonna. Une porte. Entrebâillée. Elle vit. Un piano à queue. Un fauteuil. Lourd. Ni de dos, ni de face, il reposait, la tête inclinée vers un tableau dont elle percevait le cadre, trop absorbée par le mystérieux personnage pour chercher à en deviner le motif, secondaire. Elle avait posé sa main sur la poignée de porte pour éviter qu’elle ne grince et n’osait plus bouger de crainte de ne trahir sa présence. Le buste penché en avant, les jambes droites, elle était toute absorbée par sa contemplation, en équilibre. Témoin indiscret d’une scène intime et tendre. L’homme ne semblait pas soupçonner sa présence. Ses regards se perdaient dans la contemplation de la toile. Il portait, selon elle, une chemise en soie pongée, de teinte pâle, qui aurait très bien pu s’ouvrir sur un torse au modelé accueillant. Cela, elle n’aurait pu en jurer. Elle le savait, c’était tout. Elle voyait le col souple sur l’épaule. Le bras puissant descendant sur la main aux doigts longs. Ah, ces doigts ! Ils allaient et venaient sur la partie tendre de l’inconnu. Et quel membre ! Une éloge à la virilité ! Ils caressaient et se faisaient gourmands, précis, experts… Elle sentait en elle la naissance confuse d’une femme fontaine, du plus profond au plus épidermique, elle répondait avec délice aux caresses muettes. Viens. Elle mordit doucement ses lèvres pour ne pas laisser échapper un cri. Elle était troublée, elle sentait des regards langoureux sur son dos cambré tel un effleurement et sa jupe se relever sans qu’aucune main ne l’y invite. Elle restait figée, voyeuse et objet de contemplation. En proie à un désir sauvage…Pourtant, elle en était certaine, il n’y avait personne dans le hall lorsqu’elle l’avait traversé. Viens.
Le Sam 07 Mai 2011, 06:55 par dolce vita sur L’amour fantastique

Qui suis-je donc ?

Mais qui suis-je donc, moi que tu as invité ce soir pour si un délicieux rendez-vous?

Tu étais tendue, stressée par ta journée de travail, et tu as voulu que je te délasse…Je t’ai entourée, je t’ai enveloppée de douceur. J’ai caressé tes jambes, tes longues jambes fatiguées. Tu as commencé tout doucement à te détendre un peu.

Alors je me suis enhardi : avec une infinie douceur, je me suis laissé glisser sur tes cuisses, j’ai caressé le galbe de tes fesses…

Mais qui suis-je donc, pour que tu t’abandonnes ainsi à moi, pour que tu me confies tous tes désirs ?

Je n’ai plus hésité un instant : La chaleur de ton ventre, la courbe de tes seins, la douceur de ton intimité n’ont maintenant plus de secret pour moi. Tu t’es abandonnée totalement, renversant ta tête en arrière et fermant tes yeux. Tu m’as laissé t’entourer de mon infinie tendresse, tu étais maintenant parfaitement délassée. Tu as voulu prolonger ce moment, immobile, silencieuse, savourant maintenant cette sérénité revenue. J’ai partagé avec toi tes pensées, j’ai écouté tes confidences. Tu sais qu’elles resteront un secret entre nous…

Mais qui suis-je donc,
pour mériter le don de ton corps sublime,
pour partager avec toi des moments si intimes ?

Et puis, l’heure de se séparer est finalement venue : j’ai lu sur ton visage que ce moment n’avait pas assez duré. Mais je sais que, dès que tu en ressentiras l’envie, tu m’inviteras à nouveau. Je sais que la nuit qui va venir maintenant, même si elle nous sépare, va être belle pour toi, débarrassée pour un soir de tes soucis, de ta fatigue, de ta tension. Et je sais que je serai là, pour renouveler cette communion de tendresse.

Je serai toujours là pour toi, à chaque fois que tu me désireras…

Je suis… Je suis… Je suis la mousse de ton bain
Le Sam 20 Mars 2010, 11:06 par piertiteuf sur L'amour en vrac

Le style...

Par son récit, concernant l’exposition de calligraphies,
il a éveillé ma curiosité à propos de cet art.
Alors, je me suis informée au sujet de ces sobres
inscriptions qui peuvent, parfois, évoquer l’Amour.
Ainsi, je me suis promenée le long
de quelques galeries...Jusqu’à la découverte
d’un magnifique tableau, très coloré.
Sensible à cette peinture, j’ai souhaité apercevoir
d’autres oeuvres réalisées par le même artiste.
Intriguée, émue par son style inimitable,
je me suis interrogée à propos de l’esthète.
Pourrait-il être celui qui m’a conduit jusqu’à...
cette galerie d’art ?
Le Ven 15 Jan 2010, 01:53 par évènement sur La déclaration d'amour

Mensonges

Pardonner les mensonges d’une femme, c’est le devoir d’un homme...

Sanji
Le Lun 24 Déc 2007, 17:54 par Loyd sur Citations

Le jardin des souvenirs

Un jardin,
Un banc.

A la rosée du matin, je m’assieds sur mon banc
Pour y trouver un semblant de sérénité.
Je contemple les fleurs
Qui parsèment mon jardin.

Ces fleurs, je les ai semées de mes mains
Elles font partie de ma vie.
Quand le soleil brille,
Je lève les yeux vers le ciel
Pour profiter de la chaleur
Des rayons de soleil
Qui réchauffent mon coeur.

J’ai froid...

A chaque évènement de ma vie
J’ai planté des fleurs de multitudes de couleurs,
Fleurs de vie.
De chaque fleur
Se dégage un parfum unique
Comme de ces évènements que l’on ne vit qu’une fois.
Tous ces dégradés de couleurs me rappellent
Les joies et les peines de ma vie,
Ces nuances
Qui réchauffent mon coeur.

J’ai froid...


Toutes ces fleurs, souvenirs de ma vie
Alors... oui...
Je me recueille souvent dans mon jardin
Le jardin des souvenirs...


Marie
Le Mar 12 Juin 2007, 14:18 par Satine sur Histoires d'amour

Caresses à partager

Assis devant mon ordi, des chaussettes au pied, les pied dans mes sandales, un slip noir avec une bordure grise descendu à mi-cuisses, je me laisse aller à ma vue et mon ressenti.
Mes boules rasées, le pourtour de mon sexe rasé également depuis quelques jours, je regarde les premiers poils courts qui viennent colorer ma peau d’un léger noir. Mes boules reposant sur mes cuisses serrées, mon pénis au repos avec mon gland décaloté attend qu’une main vienne le réveiller. Je le prends dans mes mains, le secoue doucement et le sort de son sommeil. Quelques caresses et le voilà fièrement dressé vers un désir, vers ce bien être d’être touché et carssé. Douceur de mon prépuce et chaleur en même temps qui voudrait rencontrer une langue ou une bouche pour se faire engloutir
J’écarte un peu les jambes et lentement je laisse glisser ma main le long de mon sexe dans un mouvement de va et vient. Nageant dans le bien être de cette félicitée, je reste à la frontière de la jouissance.

Plaisir d’une caresse
Le Lun 19 Fév 2007, 15:52 par cinq sur Amour internet

Magique

Salut à toi et à vous tous,

Laisser parler nos coeurs, pourquoi pas?

Comme il est doux le moment ou l’on attend rien, mais sans vraiment y croire, on sait toujours qu’à un moment saint valentin ou pas il va se passer quelque chose de rare.

Un regard, un sourire (et quel sourire) et la journée prend une autre couleur.

Alors à tout ceux qui sont amoureux, je souhaite de doux instants et autres, ceux qui ne le sont pas encore je souhaite plein de moments rares qui ilumineront leur journée.

Alors laissons la saint-valentin où elle est et savourons tout au long de l’année ces moments magiques qui nous font vibrer.

Claude aime
Le Mer 14 Fév 2007, 09:04 par CLAUDE sur Annonces

L M

L M comme on respire
L M l’amour
L M la vie
L M l’autre
Certains collectionnent les honneurs,
Les rangs, les titres, les savoirs
Qu’ils engrangent et font fructifier
Ils sont jaloux de leurs richesses
D’autres se donnent, partagent, s’oublient au profit de l’autre
Elle ? Elle se désencombre, se dépouille, se simplifie,
A l’extrême et au delà
L M
Elle y met son coeur sa vie
L M la beauté,
L M les rires
L M les partages
L M la joie
L M l’amour
L M la tendresse
L M la différence
L M comme une vague comme un envol comme un soupir
Comme un oiseau de mer épousant l’océan
Le Mer 03 Jan 2007, 20:47 par dolce vita sur Parler d'amour

L' appartement

Je visite un appartement, c’est le premier, et ... le coup de foudre.

L’homme qui me le fait visiter me touche, mais, sans plus... pourtant, je le trouve attirant.

- " Mais qui? " me dit Delphine... je la regarde, elle me connait... je décide toujours.

Quelques semaines plus tard, l’ appart est mon Home, je revois l’homme ... et, bizarrement, me sens toute chose... (Pas facile à admettre pour une femme qui reprend enfin sa liberté!)... Quoique...

Il habite dans ma rue; à cette époque, je ne veux penser qu’à moi, ..., mais, le sais déjà là.

Je me " bats ", l’entend me demander " pourquoi as tu peur de moi ??? " ,
...................... ma voix intérieure :

" je ne vais quand même pas te dire à l’ instant que tu n’es pas celui qui m’aimera pour notre moment. "

Mais il m’invite. Et, comme une femme qui croit décider, je laisse flancher ma nuque contre son torse avant de lui dire " au revoir "... si seulement je n’avais pas ressenti ce qu’il avait en lui!!!... belle âme!

Nous nous sommes un peu rencontrés, à partir de cet instant.
Je n’ai que rarement vécu un rapport aussi libre, sans frontière, rencontre de son regard, quand il aimait je ne sais qui de par sa muse, tout en m’emmenant dans mes contrées qu’ils ne pouvait soupçonner. Le sentir endormi, près de moi, l’aimer. Et être réveillée en plein sommeil par des mains caressantes, un corps brûlant mouvant, un homme qui veut me faire l’amour, sans qu’il en ai conscience...

Cet espèce d’Olibrius est à tomber par terre, ... , blindé de défauts, mais si honnête; généreux avant tout parce que capable de paroles sincères, même si elles ne sont pas tendres, il veut être ce qu’ il veut bien donner ... à une connaissance, une maîtresse, son amour.

J’ai dormi quelques nuits dans ses draps, souvenirs aussi perçants dans le plaisir et la force de mes sentiments, que pourraient être mes sourires en retour, ou mes regards durs lorsqu’ il est en danger dans la rue de Draveil.

Et là... Je ne le regarde pas tendrement.
Le Jeu 12 Oct 2006, 23:31 par Chogokinette sur Le grimoire d'amour

Liberté

Ecrire "liberté" sur le bord d’une plage,
c’est déjà avoir la liberté de l’écrire.
Même si la mer efface ce mot : la liberté demeure.

Jean-Michel Wyl

Extrait de " Québec Banana State "
Le Lun 29 Mai 2006, 21:07 par Satine sur Mille choses

Entre nous...

Que de jours loin de toi, que de jours à t’aimer !
Mais qui es-tu, ma foi, si loin de mes pensées ?
Tu t’effaces en moi, sans doute, as-tu changé ?
Et ton cœur et ta voix, mon âme en est privée.

Comme je t’ai attendu ! Comme je t’ai espéré !
Parfois n’y croyant plus, souvent désabusée ;
Mais mon cœur tant et plus, ne s’est jamais lassé
Au calice il a bu, il n’en a rien laissé.

A présent, dans le soir, un cri soudain s’élève,
Il fait nuit, sombre et noir, mon nom, dit-on, est « Eve »
Elle veut tout laisser choir, abandonner son rêve,
Non pas par désespoir mais vidée de sa sève.

Sur la berge endormie, je me suis retrouvée,
Je t’ai pleuré, ami, dans les bras de Morphée,
Tu me disais « s’Il vit » et je te souriais,
Dans mon rêve joli, l’Amour nous unissait.
Le Jeu 16 Mars 2006, 22:16 par dolce vita sur La vie à deux

Maternité

Il n’y a pas d’amour plus grand que celui que peut connaître une femme lorsqu’un enfant se construit en elle.
La vie s’est chargée de me rappeler que j’étais une femme et qu’en conséquence, moi aussi, je pouvais vivre cet amour si fort.
Qu’il est doux de se sentir utile à une telle « construction », qu’il est doux aussi de sentir la vie prendre ainsi forme en soi.
Concrétisation d’un amour, pour sur, mais concrétisation d’une vie pour la vie.
Plus beau cadeau, il ne peut y avoir, d’autant plus, lorsque la vie s’est chargée d’écarter toute notion d’égoïsme dans le vouloir.
Début d’une nouvelle vie alors,
dans l’attente,
dans le regard que l’on a sur cette petite chose qui grandit en nous,
dans l’espoir que l’on a d’entendre le premier cri,
dans les rêves de l’avenir,
dans l’attente de chérir ce nouvel être.
Plus grand amour il ne peut y avoir, tant de plaisirs d’un coup qui s’abattent sur vous, tant d’attentes et d’espoirs, de jours colorés, acidulés, mielleux, pastellés.
Un enfant qui se construit en vous c’est un cadeau bien plus gros que tout autre cadeau. L’imaginer n’est pas suffisant, seul le fait de le vivre peut nous donner à nous rendre compte de ce que peut être ce plaisir et cet amour.
Aujourd’hui je vis pleinement le fait d’être une femme et de pouvoir ainsi vivre cet amour. Aujourd’hui je plaints les hommes de ne pouvoir connaître ce qu’est la maternité.
Le Lun 30 Jan 2006, 11:34 par Ri1kedesBêtises sur Un monde parfait

Monsieur

Monsieur, vous m’aviez enlevée à cette soirée de feux d’artifice dans laquelle je m’ennuyais. Je vous avais demandé de m’emmener ailleurs, là où les bruits et les verres qui s’entrechoquent se tairaient. Vous m’aviez proposé d’un peu nous balader dans votre vieille voiture et pourquoi pas même d’aller écouter les silences de la lune au bord de l’eau. J’avais accepté impatiente de rester quelques instants loin de la surveillance de mon frère, votre ami.

En cette nuit de juillet, Monsieur, les fenêtres ouvertes, roulant sur les chemins sinueux, nous parlions de tout et de rien. Vous vouliez savoir le nom de mes professeurs, mes matières préférées, mes idoles, mes jeux de petite fille pas encore vraiment une femme. Je vous racontais mes petits amis, vous me répondiez que je n’étais pas sage, vous plaisantiez sur mes premiers émois d’adolescente, je crois que j’en étais un peu fachée. J’aurais voulu que vous me voyez déjà grande, au moins de votre âge. Je vous connaissais depuis toujours, vous m’aviez vu grandir au sein de ma famille, chaque semaine quand vous passiez à la maison.

Sur les berges du lac, debout sur cette plage de pelouse, vous m’avez raconté, Monsieur, quelques journées mémorables, quelques pique-niques arrosés, quelques jeux de ballon entre amis. J’ai voulu que nous nous allongions pour regarder le ciel et chercher comme deux enfants, des noms aux étoiles. Vous m’avez proposé un bain improvisé et pour cacher ma gêne de me présenter nue devant vous, de me vêtir de votre T-shirt comme d’un maillot. Je me souviens de ce premier corps d’homme que je regardais du coin de l’oeil, cachant dans mes paroles, ma curiosité. Sous la nuit, nous avons comme un frère, une soeur joué dans l’eau. Nous mesurions notre temps de plongée sans respirer, faisions des poiriers entre les remous, nous éclaboussions en rigolant. Je ne voulais pas que vous sentiez les vibrations qui me parcouraient quand le hasard que je guidais, me laissait toucher votre torse. Je n’aurais pensé que vous êtiez si beau avec vos boucles blondes humides croisant les cils de vos yeux verts. Je vous avais rêvé parfois, dans le secret de ma chambre d’adolescente entre les posters du Che et les personnages de contes de fées, quand mes mains me rejoignaient indiscrètes sous la chaleur des couvertures.

Je n’avais pas imaginé que mon corps mouillé accueillant le reflet de la lune vous aurait inspiré, Monsieur. Je n’avais osé espérer que vous pourriez dépasser les barrières de la morale pour m’apprendre à être une femme. Vous m’avez oté votre T-shirt trop grand pour me réchauffer entre vos bras halés. Vos mains, grandes, ont écarté les cheveux collés contre mes joues pour y déposer un chaste baiser. Est-ce là que nos lèvres ont glissé pour se rencontrer ? Est-ce à ce moment que vous avez oublié qu’il y a un âge autorisé?

Votre stature, Monsieur, dépassait la mienne et du ciel, je n’en voyais que le souvenir quand doucement vous me souriiez. Vous m’avez livré toute votre douceur et votre tendresse, quand du bout de vos doigts vous m’avez frôlée. Vous aviez peur de me froisser, votre bouche avait la légèreté d’une goutte de rosée et le moelleux d’une figue trop mûre. Vous m’avez appris le plaisir du baiser, la gourmandise des langues qui dansent sur une même mélodie. Lentement, comme si vous déballiez un cadeau, vos mains ont glissé le long de mes seins naissants. Vos yeux cherchant sous l’éclairage de minuit si je vous autorisais à franchir le passage.

Quand un peu tremblant vous êtes entré en moi, Monsieur, c’est la terre qui se déroba sous moi. Quinze années à attendre d’être celle-là, à imaginer des plaisirs que l’on ne nomme pas, à penser à ce que l’on ne peut pas. Votre regard parlait bien plus que votre voix, s’inquiétant de mes envies, vous auriez peut-être voulu que je mette le holà, vous rappelant que vous ne deviez pas m’initier à ces jeux d’adulte. Vous n’y avez rencontré que de l’espoir, qu’encore plus vous m’appreniez, l’attente que plus longtemps encore vous me preniez, le désir que cette plage soit notre infini.

J’ai oublié, Monsieur, si vous avez joui. Je ne garde en moi que ce souvenir si tendre de ces corps qui s’échangent, de cette fraternité avec laquelle vous m’avez baisée, de ces caresses qui avaient peur de me casser, de ces yeux verts qui ont trahi votre désir, Monsieur.
Le Mar 27 Sep 2005, 13:10 par la marquise de sade sur La première fois

Et laisser courir la plume

Il y a dans la création d’un texte l’aspect de la structuration. D’une façon générale, un plan doit se dessiner en accord avec la logique du discours, mais l’étape du plan n’est pas necessairement préalable à l’écriture du texte. Là ou je veux en venir, c’est que il n’y a pas qu’une façon d’obtenir ce plan. Il peut avoir été concu avant, ou être compris aprés.

On peut trés bien réfléchir à partir du sujet choisi sur l’ordre des actions et les découper en un plan cohérent. Nos "Exercices d’écriture" proposent d’ailleurs les textes à jalons permettant de travailler cet aspect là. Je ne pense pas qu’il faille systématiquement recourir à ce procédé pour écrire des textes de la longueur de ceux présents sur notre site.

D’un autre coté, écrire comme on pense donnera toujours les textes les plus clairs et surtout les plus agréables. Cela ne signifie pas qu’il faille se laisser aller à un verbiage trop parlé. Le spontané des mots que l’on prononcerait doit être filtré par l’outil litteraire, afin de lui donner un aspect un peu plus poli.

Entre deux jalons d’un plan structuré, ou dans un jet naif de mots venant du coeur, il faut laisser courir sa plume.

Une façon sympathique de travailler spontanément est justement de laisser courir sa plume, et soit de temps en temps, soit une fois le texte abouti, le restructurer afin d’affiner les tensions et de mener les dénouement avec élégance.
Le Dim 22 Mai 2005, 22:29 par PetitPrince sur Articles

Un sourire

Le jour se lève à peine. A travers les stores de bambou, un faisceau de lumière s’est infiltré, insolent, intrépide, il glisse sur tes épaules.
Tes yeux sont clos. Sur ton visage poupin, un sourire. Ta respiration est longue, à peine audible, appaisante. Quelques cheveux sur le sommet de ton crâne se lézardent voluptueusement sur l’oreiller. Ton menton et ton cou se sont ornés de quelques poils de barbe.
Ton cou... j’en approche mes lèvres, y dépose un baiser, un effleurement. Je te respire; tu sens bon, tu sens chaud, tu sens la douceur.
Une boucle s’est glissée jusqu’à ta bouche et te réveille. Tu ouvres les yeux, me regardes, ton sourire s’elargit encore. Ta main glisse sur mon ventre et m’attire contre toi. Tu m’embrasses, fais descendre le drap de coton blanc le long de mes seins et pose ta tête sur ma poitrine.
Le soleil s’insinue et nous observe. Il nous éclaire. Tu m’éclaires. Tes doigts dessinent les contours de mes hanches, des frissons me parcourent, des soupirs s’échappent. Ta langue lentement frôle ma peau, mon ventre que tu embrasses, mon nombril que tu effleures de tes doigts. Sans un mot, tu t’allonges sur moi. Ton regard me suffit, ton sourire me nourrit, ton envie me remplit. Tu te glisses en moi doucement, je me mords les lèvres involontairement. Ta langue appaise la morsure, ton sexe satisfait ma désinvolture.
Tes va-et-vient longs et puissants, tes yeux qui explorent les miens, observant chaque émotion qu’ils transcrivent, ta bouche qui sans même me toucher m’inonde de baisers, soumettent mon corps, le saturent de plaisir, le paralysent d’orgasmes. Seuls quelques soupirs arrivent à s’échapper d’entre mes lèvres, tu les attrapes bien vite pour t’en repaître.
Jouant de mon trouble, profitant de mon abandon total, tu gardes toujours ce même sourire divin qui me conquiert. Quand ton sexe se vide en moi, quand mon corps n’est plus qu’un torrent de feu, quand mes lèvres réclament le contact des tiennes, quand mes mains usées par l’étreinte se décrispent, quand mes yeux comptent plus d’étoiles que la galaxie, tu déposes un baiser sur ma bouche, passes ta main dans mes cheveux, caresses ma joue et souries.

Le soleil est déjà haut dans le ciel quand d’un baiser sur la joue nous nous séparons. Tu repars vers ta vie, ta famille, je rentre dans ma ville, réintègre mon domicile.

Demain peut-être, dans une semaine, un mois ou quelques années, autour d’un café, d’un verre ou d’un repas, comme deux amis, deux frères, deux enfants, nous nous souviendrons du temps où nous parcourions les mers, où nous défions les règles, où tu étais magicien. Je te dirai "tu es mon héros" et tu me souriras...



La marquise... illusionniste
Le Dim 11 Juil 2004, 02:16 par la marquise de sade sur Les liaisons sulfureuses

Une ode

Il craque pour Elle
Son charme et son humour
Ajoutés à sa culture
Brûlent son âme
Elle use de ses charmes
Lascive, l’enlaçant
Laissant ses doigts glisser sur lui
Elle l’inspire... il la veut
Le Jeu 04 Mars 2004, 14:04 par ane_onym sur La séduction

Nouveaux textes Nouveaux textes    Pas de nouveaux textes Pas de nouveaux textes    Forum Verrouillé Forum Verrouillé

La ballade amoureuse

La ballade amoureuse Régulièrement, une sélection au hasard de textes enfouis au cœur des âmes tendres vous est proposée ici. Bonne promenade !

La trousse

Derniers textes

Partagez, si vous aimez

La citation d'amour

Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.

saint Paul.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 16 Déc 2017, 00:39
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1233 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Nico
  • Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 5 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes

Dernières visites

  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite