Inspiration

Joli passant,


Comment expliquer l’émotion qui s’est emparée de moi... Comment justifier les sensations qui ont envahies mon corps... Comment oublier les idées qui envoutent mon âme depuis que je vous ai croisé jeudi dans ce musée.

Vous regardiez une toile de Botticelli, votre visage était grave, vos yeux fixés sur les formes, les caressant de votre regard. Dieu que j’aurais aimé être ces courbes. Que n’aurais-je pas donné pour que le trouble que vous arboriez face à ces couleurs vous les ressentiez face à mes envies.

Je vous écris ces quelques mots, guidée sans doute par le démon qui s’est emparé de mon corps, par les pulsions que je ressens dans le bas de mon ventre. Cette envie violente que vous me pénétriez de la même manière que cette toile vous imprégnait, je l’ai ressentie dès que j’ai croisé votre parfum.

Joli passant, bel inconnu, si de ce tableau qui aurait pu être le témoin de nos ébats je n’ai que rêver, que ce morceau de papier que je vous envois éveille en vous le même émoi que celui qui m’obsède encore aujourd’hui... Devenez mon amant épistolaire, soyez mon sexe littéraire, répondez à mes avances et faites-moi jouir littéralement!


La marquise
Ecrit le  Dim 30 Mai 2004, 00:29  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire

Réponse à l'inconnue du musée...

Du jour où je vous ai vue je ne pense plus qu’à vous
devant cette toile de
maître. Je meurs d’envie de vous
faire comprendre que c’est à cause de vous que j’avais l’air
pénétré. Si vous le voulez bien, je vous montrerai ma
maison -disons plutôt l’endroit où j’ha-
bite, vous en serez ravie. Nous prendrions ensemble
un thé, en devisant de la pluie et du beau temps, ce serait
un pied terrible. En espérant bientôt
de vos nouvelles, je vous dépose un chaste
baiser...
Ecrit le  Dim 30 Mai 2004, 09:39  par 
gavroche
, 0 commentaire

Premiers mots.

J’en ai rêvé de votre réponse, ma raison refuse, mais mon coeur
accepte et veut y croire. Que pour vous aussi,
votre émotion était grande devant ce spectacle au point de me faire
proposition d’un après-midi en votre compagnie. Si nous nous
Retrouvons et pouvons à loisir parler de peinture,
nous extasier, nous prendre au jeu de l’artiste
devant tant de beauté. Alors nous laisserons parler notre imagination en effleurant
ce magnifique nu plein de charmes de
Botticelli, où je rencontrerai encore une fois mon maître.
Prenez votre temps, rien ne presse, j’ai besoin quant à
moi de goûter chaque parcelle de ce moment qui sera
dans ma découverte de l’art
un merveilleux souvenir que je rangerai soigneusement dans un
coin de ma mémoire.

Je suis très impatiente de
vous retrouver. Enfin je
sucerai toute l’essence de cet artiste et pour terminer
la journée, je serai ravie de découvrir votre demeure et de partir sur une autre or-
bite guidée par vos soins.

La marquise
Ecrit le  Dim 30 Mai 2004, 19:10  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire

Week-end à Rome

On n’étreint pas une marquise
Comme l’on prend une fille de joie
Dans un recoin? A votre guise
(Ca changera des draps de soie)

Dans un musée avez-vous dit
Louvre, Prado ou Ermitage
Tant d’écrins pour Boticelli
Autant de lieux pour nos outrages

Et si le jeu devait vous plaire
Je vous garde une fin divine
Une partie de jambes en l’air
Au sein de la chapelle Sixtine
Ecrit le  Mer 02 Juin 2004, 00:30  par 
gavroche
, 0 commentaire

Lipogramme

L’élève:
le verbe de cette esthète me tente
d’emblée je me délecte de dépendre de cette experte
je pense déferlement effréné, enchevêtrement tête-bêche
levrette derechef, (ensemencement? )
chez elle je décèle l’effervescence

Elle:
cet empressement m’emmerde, pense cette belle belge
ce benêt espère me prendre
ses bêlements me désespèrent
week-end tendresse ensemble espère ce zèbre?

L’élève:
je vénère secrètement cette déesse
elle se défend désespérément
lentement elle s’éprend...


Elle:
ce ménestrel se méprend
je déteste ce dégénéré
quelle détresse!
Ecrit le  Jeu 03 Juin 2004, 14:19  par 
gavroche
, 0 commentaire

Abandon total

Il avait voulu dans son pli,
Introduisant dans la situation
Un air plus fripon
Qu’ici nous nous livrions
A d’obscurs attraits.

Damnation sous un plafond
Imagination sans fond
Parcours pour divagation
Chaos vacillant mais troublant
Nous jouissons à nos mots sournois
Qui font pâlir l’individu,
Mais jouir nos chairs sans fin.

Tard dans la nuit,
Accordons nos cris dans un long soupir
Nos voix hurlant à l’unisson
Sur un banc ou sur un lit,
Sous un arc ou un motif connu
Coup mordant ou cou mordu
Tant qu’il y a du cul,
Un coup pour moi, un coup pour lui !
Ecrit le  Ven 04 Juin 2004, 12:49  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire

La vamp brava l'amant vantard...

Toujours tard dans la nuit, voilà vos mots charmants
Du bagout fort grivois, immoral mais plaisant

Baratin, charabia pour qui n’a pas compris
Mais Champollion aussi aurait d’abord failli...

Quand nos mots ambigus font par trop canular
Couchons sur papyrus pour sortir du brouillard

Nous irons tous au paradis, dit la chanson
Donc continuons ad libitum nos abandons.
Ecrit le  Jeu 10 Juin 2004, 21:19  par 
gavroche
, 0 commentaire

Appetitanesque...

Puisque d’institutriste vous m’avez transformée en gourmandine
Dandydote de mes nuits semainambules,
Poursuivons sans faim ce jeu de satiété.
Les âmes tendres, mailington de nos experditions,
Nous explobservent fleurter et nous ambrehumer l’esprit.
Mon dictionnerf de rimes, chérurbain vous malmenez,
Mais ces exercices orgasismiques me rejouissent.
Attentation, si le kharma-sutra nous piège,
notre rendons-nous sera plus que de la solhilarité
Mais bel et bien une rencontre virtréelle...
Ecrit le  Mar 22 Juin 2004, 17:47  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire

Rimes?

J’ai l’impression chère marquise
Que vous virez un peu grivoise
Pour ne pas dire ambigue
Dans l’essence de votre dialogue

Vous prétendez sans modestie
Etre de l’aristocratie
Vos vers cochons hélas démentent
Votre origine, c’est patent

Est-ce l’abus de cocaine
Qui vous fait prendre pour Verlaine?
Si vous défiez un tel geant
Je serai très intransigeant

Mettez donc un peu de piment
Rendez jaloux ceux qui vous aiment
Et laissez moi avec ce dilemme
Dois-je vraiment quitter ma femme?
Ecrit le  Dim 11 Juil 2004, 20:47  par 
gavroche
, 0 commentaire

Du début...

Quitter votre femme?
Quelle pensée infâme!
Donnez moi votre flamme
C’est tout ce que je réclame.

Jamais Jouer
Toujours tendre
Mes mots modiques
Insistent innocemment
Comprends ceux-ci cher complice
Démasque des demandes démoniaques
Réponds rapidement, rhapsodie rapace,réplique rougissante
Ou ode orgiaque, on offusquera!
Ecrit le  Dim 11 Juil 2004, 20:50  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire

...à la fin

Ma belle s’est endormie, le monde reste coi
Au berceau de sa joie, songeant aux oasis
Rêvant de Chine et des jardins de l’Alhambra
Quand elle dort, ma belle, de son sommeil de plomb

Un rire de ma belle au berceau de sa joie
Immobile d’amour, je contemple son vol
Sais-tu qu’elle vole quand rien ne bouge, c’est cruel
Elle pose dans son coeur les fenêtres de l’heure...
Ecrit le  Dim 11 Juil 2004, 20:55  par 
gavroche
, 0 commentaire

Douce ?

Toute une escadrille sans montrer où nos hallucinantes envies réveillées ondulent souvent.
Une escale sans monde, où nos honteuses espérances rodent, ouvertes sans tabou.
Et si maints observateurs noyés, hésitants et roublards ont sous-entendu trahison ultime,
Si mythomanes ou naïades hostiles essayent retournement, on se transmettra un enivrement
Millénaire outrepassant nuit, haine et réalité. On suivra transes unificatrices et sensuelles,
Où navigueront habilement étourderies ravageuses. On se terrera uni et sans maître,
Ni halo. Elles resteront obsédantes ses traductions uniques, empreintes surréalistes, mots oulipiens.
Hardi et rêveur, occupant sciemment tout un espace stérile, m’obsédant naïvement
En rime ou sans, tu utilises et savoures mon obscur nuage hélénien
Renversant outrageusement ses Titans, usant encore sauvagement moralité ou normalité, honneur exacerbé.
Oubliées souffrances, terreurs, un exquis sourire m’oxygène, nuées hallucinogènes et rassurantes.
Sous ton univers enlevant sable mouvant ou noirceur, halte étoilée, ravissant Orphée…
Ecrit le  Ven 16 Juil 2004, 18:16  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire

Anna Graham

Abimé, le soldat se
blessa. Ta mélodie
l’obsède. "Est-il à ma
solde? Aimable? est
il modeste, blasé? A
t-il blâmé?" Adossée,
amollie des ébats,
la diablesse omet
les émois de ta bal-
-lade. Blesse-toi, ma
belle. O sadisme! Ta
bataille: mes ôdes.
Ecrit le  Lun 19 Juil 2004, 15:03  par 
gavroche
, 0 commentaire

En toutes lettres

Recentrons le débat, recommencons nos ébats
Enlève le haut, arrache le bas
Abats ton jeu, restons beats
Entamons le sabbat, laisse-moi baba.

Dans nos détresses, nos déserts
Je deviens ta déesse quand tes bras m’enserrent
Quand tes mots me caressent
Quand nos corps se redressent.

Si mes bras se baissent
Si ton brasier m’apaise
Eteins mes braises
Il faut que l’on baise!

Amour morte contre amour mûr
Passion passée pour saison osée
Chaleur alléchée, cruelle heure recherchée
Rencontre concoctée, ne pas renoncer

Si tes lèvres, tu me réserves
Si mes rêves, tu élèves
Dans mes vers je verse
Un peu de ma verve lésée
Ecrit le  Jeu 05 Août 2004, 14:22  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire

Epilogue

Abandonnons contraintes et jeux de mots
Abandonnons-nous à notre peau
Oublions les disparitions et les rimes
Pour atteindre d’autres cimes

Sur la page blanche vous étendez
Vos envies, vos désirs, vos pensées
Sur les draps blancs étendez
Vos caresses, votre corps, vos baisers

Ne cherchez point dans ces derniers vers
La subtilité cachée, les phrases à l’envers
Prenez mes strophes au sens premier
Je suis séduite, je vous ai aimé

Profitez de ma faiblesse
Vous avez vos lettres de noblesse
Sous votre regard, je deviens ardente
Sous votre sexe, je serai insolente

Si ce n’est sous la voute de la chapelle Sixtine
C’est sous le ciel que nous recréerons les origines
Le temps d’une nuit ou d’une vie
Soumettez-moi à vos envies

Emportez-moi tendrement
Prenez-moi avec acharnement
N’est-ce pas incongru
La marquise et le gamin ingénu?

Je me suis délectée de vos messages
Maintes fois, ils m’emportèrent sur d’autres rivages
Je suis prête maintenant à subir vos sévices
Aussi avidement, sombrons dans le vice.

Lecteurs de nos séductions littéraires
Le chapitre se referme, à vos regards se soustraire
Et dans le secret d’une chambre d’hotel
Nous envoyer au septième ciel!
Ecrit le  Mer 18 Août 2004, 01:30  par 
la marquise de sade
, 0 commentaire
Commencer un nouveau sujet Répondre au sujet

Montrer les textes depuis:   

Les liaisons sulfureuses

Les liaisons sulfureuses Fantasmes inavoués, désir incandescent ou rêve d'une nuit... Sans vulgarité, vous nous faites part de ces moments torrides où les sens l'emportent sur la raison. Qu'il s'agisse de poèmes érotiques, de récits sensuels où de textes coquins, soyez brûlants et restez tendres.

Un forum suggéré par la_tulipe_noire..

Partagez, si vous aimez

Livres recommandables

Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

Derniers textes

La citation d'amour

L'amour meurt d'indigestion.

J.P. Richter.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 27 Mai 2018, 16:54
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 21 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 21 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite